Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling - 6ème partie

Par Dodgee MIP le 20/5/2002 à 3:44:47 (#1492712)

- Index -

L'entrevue (III). A la sortie de l'académie de magie, Galadorn rencontre Diona et Iolan.

Galadorn est sorti de l'Académie de Magie avec un sentiment de défaite. Le malaise éprouvé par Liurn Clar lui a rappelé ses propres cauchemars, et même si la terreur qu'il a un temps associé à ses nuits a disparu, il ne peut s'empêcher de frissonner.

L'anxiété, devenue une sourde appréhension avec laquelle il a appris à vivre, une plaie suintante au fond de son coeur, a refait surface avec l'histoire du mage.
Zeed lui a demandé de neutraliser le pouvoir dans les catacombes de Trandling, mais que peut-il accomplir face à une puissance qui défie celle de l'ordre de Syl? Doit il partir en sachant que sa mission est vouée à l'échec? Doit il rester et abandonner ses amis qui se sont rendus là-bas?
Alors qu'il se tient pensif au milieu de la rue, entour√© des harangues et bruits familiers du march√© de Windhowl, une voix le h√®le, et bient√īt une main se pose sur son bras droit, douce et fra√ģche comme la caresse d'un vent de printemps.
"- Galadorn?"
Un parfum sucré d'amandes et de fleurs des bois vient repousser les diverses odeurs des étalages alentour, alors qu'une autre voix, petite et rieuse, fait écho à la première.
"- Gadorn! Gadorn!"
Sa tête se penche de coté, et il sourit.
"- Mademoiselle Diona, Iolan... Bonjour à vous deux."
"- Je suis contente de vous trouver √† Windhowl... Et le petit Iolan √©galement." La jolie jeune femme l√Ęche le bras du serveur, puis prend l'enfant contre elle, pour le rapprocher de Galadorn. Elle porte la longue robe blanche des pr√™tresses d'Artherk, d√©cor√©e des anciennes broderies aux entrelacs dor√©s, et ses cheveux blonds retombent en boucles d√©li√©es jusqu'√† ses hanches. "Pas un jour ne se passe sans qu'il ne prononce votre nom." ajoute t'elle en riant. Le serveur s'incline l√©g√®rement pour se mettre √† la hauteur de Iolan, et de sa main gauche effleure le visage du gar√ßon, comme pour en dessiner les traits dans son esprit.
L'enfant est arriv√© dans leurs vies durant ces jours terribles de la rougesarne, au milieu des morts et des pleurs. Galadorn se rappelle du b√©b√© affaibli que le guerrier Sans Nom a ramen√© √† l'√©glise, de la d√©termination de Diona √† le sauver, et plus tard de sa d√©cision de le garder aupr√®s d'elle. La pr√™tresse est elle-m√™me orpheline, et c'est ainsi que d'une trag√©die partag√©e, son attachement pour le nourrisson s'est d√©velopp√© naturellement. Le serveur imagine les traits de l'enfant, et se demande si le gar√ßon aujourd'hui se souvient seulement de ses v√©ritables parents, disparus lors de l'√©pid√©mie. Ses pens√©es l'emm√®nent bient√īt aux images de sa propre famille, qu'il n'a pas revue depuis longtemps, et sa poitrine se serre √† ces souvenirs doux-amers.
Iolan regarde l'homme aux traits graves, puis à son tour lui touche le visage de sa petite main. De son sourire inaccessible à son geste enfantin, sa joie de vivre, éclatant d'un rire silencieux, se transmet à l'adulte surpris. Alors, la boule que Galadorn a en travers de la gorge se dénoue, son coeur se fait plus léger.
Le petit garçon semble heureux, et c'est ce qui compte après tout.
"- Galadorn, je voulais vous parler."
L'homme hoche la tête, puis se laisse guider par la prêtresse vers l'un des nombreux bancs qui entourent la grande place. Tous les trois s'assoient à l'ombre de la grande statue du navigateur Elanbrand. "Soeur Moonrock m'a dit que votre ami Zeed est venu la voir. Il lui a remis un parchemin, afin que par l'intermédiaire de ce dernier elle vous transporte à Trandling le moment venu."
"- Cela est exact, ma demoiselle." Le serveur se tient droit, son visage aveugle tourné vers elle. Sa voix ne tremble pas. Assis entre eux deux, Iolan regarde le ciel, absorbé par les figures fantasques des nuages, et tortille dans ses mains un bout de tissu effiloché.
"- Vous n'avez cess√© de me r√©p√©ter que vous n'√™tes point un h√©ros, et que ce genre d'actions ne vous sied pas. Pourtant, surmontant mainte fois vos peurs, vous √™tes parti explorer les catacombes royales de Raven's Dust. Vous vous √™tes m√™me rendu sur l'√ģle maudite... Vous avez donn√© jusqu'√† vos yeux pour me sauver la vie. N'en avez vous pas assez fait? Pourquoi devez-vous √† pr√©sent partir au nord et tout risquer √† nouveau?"
Le jeune homme ne répond pas. Il se rend compte que Diona a lu dans son coeur la réponse à ses troubles, et qu'elle dit la vérité. Malgré sa peur, ses angoisses, comment pourrait-il en effet rester inactif, ou pire, fuir vers Samarande, alors que son meilleur ami lui a demandé son aide?
Devant son silence, la jeune femme poursuit. "Je ne le sais que trop bien. Je suis injuste de vous demander de rester... Egoiste sans doute. Mais ma foi n'est pas assez forte pour vous laisser aller sans rien vous souffler d'autre que des encouragements."
Il devine les mots qu'elle voudrait lui dire, il comprend cette d√©tresse qui est si semblable √† la sienne. Ils sont deux √Ęmes qui cherchent √† chanter en choeur, deux coeurs qui battent √† l'unisson sans se toucher. Mais sait-elle seulement l'ombre qu'il porte en lui? Cette marque qui le rattrapera un jour, et qui inexorablement a creus√© un gouffre entre eux deux?
Sa décision ne lui appartient déjà plus.
D'une manière paradoxale, de se savoir ainsi condamner à rendu son choix plus facile: mourir en homme, en aidant son ami, ou mourir en fuyard, pourchassé par les spectres de ses cauchemars. Pire encore, mourir en ayant attiré sur ses proches le noir ennemi, le semeur de mort et de destruction.
Non, son choix est fait.
"- Ma demoiselle, je ne pars pas que pour Zeed. Je pars aussi pour Iolan, et pour vous. Je pars pour toutes ces personnes que j'aime et à qui je voudrais épargner les horreurs qui ont hanté mes nuits."
"- Là-bas-"
"- Je combattrais pour vous ma demoiselle."
"- Vous y perdrez votre √Ęme √©ternelle..."
"- Je vous perdrais peut-être là-bas."
"- ... N'y allez pas."
"- Le destin ne m'a pas laissé le choix... Je dois partir... là-bas."

La jeune femme lui pose deux doigts sur les lèvres, puis lui prend la main, et ils restent ainsi de longs moments sans parler, à l'ombre du capitaine impassible de marbre blanc. Iolan s'est endormi entre eux, tandis que l'après midi s'étire avec paresse et que le soleil parcourt lentement les cieux, déplaçant ses colonnes de lumière le long des branches des arbres.
Alors que les marchands rangent le produit de leurs ventes, d√©montent les tr√©teaux et les planches de leurs √©tals tout en discutant des affaires de la ville, quelques balayeurs publics commencent d√©j√† √† nettoyer la place. Le vent du large, pass√© par-dessus les b√Ętiments du port, se m√™le √† la chaleur des derniers jours d'√©t√©, colorant de sel les diverses odeurs du march√© et tissant l'air de la ville des embruns de la mer.
A les voir ainsi, si proche l'un de l'autre, immobiles, l'aveugle et la femme aux cheveux blonds donnent aux passants l'image d'un couple ordinaire qui profite d'une belle journée, deux amoureux qui se reposent après une promenade avec leur enfant.
Et peut-être, peut-être, cherchent-ils à le croire également.

(par Galadorn)
--------------------------------------

L'homme marche à vive allure dans Windhowl. Au de tour d'une ruelle il aperçoit un couple dans le parc de la ville. Les silhouettes lui sont familières. Galadorn et Diona... Elle tient un enfant dans ses bras.
Il laisse échapper un sourire. Enfin, pense t il, ils sont réunis. Il recule lentement afin de ne pas troubler ce rendez-vous quand quelques mots lui parviennent aux oreilles..."porte des morts.....Trandling"
Qu'est ce? J'ai parcouru les royaumes d'un bout à l'autre, j'en connais chaque recoin mais je n'ai jamais entendu parler de cela. Un geste pour héler Galadorn... Mais très vite il laisse retomber son bras... La communion qu'il lui semble discerner ne doit pas être interrompue.
Hum je poserai la question à Galadorn plus tard. Si ce gentilhomme a besoin d'aide il sait qu'il peut compter sur mon bras.

(par Shaitan Sardduc)
-----------------------------------------------------

Le séraphin aurait voulu aller trouver Galadorn, lui parler afin d'en apprendre davantage sur ce qu'il savait, et sur ce qu'il comptait faire à Trandling. Mais à voir ainsi dame Diona et Galadorn, il n'eut pas le courage d'aller trouver le serveur. Demeurant au loin, à regarder ce couple déchiré, il sut combien ces instants étaient précieux, combien ces gestes qui pouvaient sembler si anodins pour les passants pouvaient signifier pour ces deux êtres.
Un souffle, à peine un murmure... Dodgee contempla avec douceur la scène, ne comprenant que trop bien ce qui pouvait se passer dans leur tête dans leurs coeurs. Je ne sais ce que nous trouverons à Trandling... Je ne sais quels dangers se dresseront à nouveau sur notre chemin... Pour eux, pour tous ceux qui t'attendent Galadorn, tu reviendras... J'en fais le serment...

(par Dodgee)

Par Leylia le 20/5/2002 à 15:56:23 (#1494594)

:lit: très jolie tout ça.....va falloir que j'aille immédiatement lire les autres:D
:monstre: oulaaaa ya de la lecture :ange: *se frotte les mains*

Par Llenlleawg le 20/5/2002 à 20:43:25 (#1496379)

:chut: :lit:
Ouh là! Il faut que je me dépêche. Je prends du retard dans ma lecture.
:merci:

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine