Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling - 5ème partie

Par Dodgee MIP le 19/5/2002 à 16:59:10 (#1489681)

- Index -

L'entrevue (II). L'érudit lui parle de ses travaux.

Tenant d'une main tremblante un verre rempli d'un liquide iris√© de teintes jaunes et oranges, Liurn Clar est assis dans un large fauteuil vert, il a retir√© son masque de sorcellerie. Son visage semble avoir retrouv√© sa p√Ęleur habituelle, mais sa voix est encore incertaine lorsqu'il s'adresse √† Galadorn.

"- Je... Je suis désolé pour cette réaction un peu vive. Et je vous remercie de m'avoir aidé à me relever. C'est que..." Le mage se penche un peu, et d'un ton confidentiel chuchote: "il se passe des... choses effrayantes dans les profondeurs de la ville de Trandling."
"- J'aimerais que vous m'en racontiez plus." lui répond le jeune homme, d'une voix douce mais ferme. Le thaumaturge semble chercher ses mots, puis finalement hoche la tête, plus pour lui-même que pour l'aveugle.
"Il se trouve qu'il y a quelques mois, j'ai été amené à faire des recherches sur la Porte des Morts, à la demande du séraphin Dodgee. Afin que vous compreniez ma frayeur, je vais vous expliquer de quoi il s'agit.
La Porte est un artefact, un portail entre notre monde et un plan que l'Elu d'Artherk m'a d√©crit comme √©tant une antith√®se totale √† la Vie. Cet endroit serait peupl√© d'√Ęmes perdues, tortur√©es, de fant√īmes remplis de haine, et d'esprits en peine, avides de chaleur. J'utilise les mots √Ęmes et esprits par similarit√©, mais la nature v√©ritable de ces cr√©atures m'est inconnue. Peut √™tre est-ce une simple attraction de l'oppos√©, l'envie de ce qui leur fait d√©faut qui les attire chez nous. Quoiqu'il en soit, c'est par l'interm√©diaire de ce passage qu'ils p√©n√®trent dans notre monde pour semer la terreur et la d√©solation. Ces √™tres sont capables d'animer les cadavres, ou tout ancien r√©ceptacle de vie, et dans une moindre mesure les objets inertes. Beaucoup de n√©cromanciens les utilisent pour lever leurs arm√©es de mort-vivants.
Apr√®s de nombreux recoupements entre des textes anciens et les t√©moignages recueillis aupr√®s des Elus, j'ai d√©couvert qu'il n'existe pas une, mais plusieurs portes, chacune contr√īl√©e par une pierre, et chacune de ces pierres est diff√©rente des autres. Jusqu'√† pr√©sent, l'ordre de Syl en a r√©pertori√© trois. La premi√®re, situ√©e dans la crypte royale de Raven's Dust, a √©t√© ferm√©e √† tout jamais il y a deux ans, par un pr√™tre d'Artherk, et cela au prix de sa vie. La seconde se trouve dans la forteresse de la Liche, et malgr√© leurs efforts, les s√©raphins n'ont pas encore r√©ussi √† la d√©truire. Plusieurs hypoth√®ses existent, et celle qui a ma pr√©f√©rence est que la pierre est port√©e par Makrsh P'Tangh lui-m√™me. Tant qu'il ne sera pas vaincu, la porte restera ouverte.
Enfin la dernière... La dernière se trouve à Trandling et nous ignorons tout d'elle."
Le mage fait une pause, examine le jeune aveugle qui lui fait face. Les traits de Galadorn sont graves, son visage est p√Ęle, fatigu√©.
Liurn Clar s'interroge. Il a vu l'homme tressaillir lorsqu'il lui a annoncé qu'une Porte se trouvait à Trandling. A t'il des êtres chers dans les contrées du Nord? Le serveur doit-il se rendre là-bas? Un moment, un bref moment, le mage éprouve de la pitié pour son interlocuteur, est presque prêt à lui conseiller de se lever, de partir en oubliant ce qu'il lui a raconté.
Puis il se dit que ce ne sont pas ses affaires, que sa vie durant, il a vu passer des aventuriers de tout poil, des fous bouffis d'orgueil, des héros vaillants, des bandits hypocrites, et qu'il n'a pas à veiller sur toutes les personnes qui viennent lui demander conseil. Après tout, il n'est pas devenu ce qu'il est en faisant oeuvre de charité.
Galadorn est soucieux. Il repense à la crypte des rois, et à l'expédition qui a failli si mal tourner pour lui.
Dans l'escalier sans fin, il avait rencontr√© une entit√© de cauchemar, tandis qu'un fant√īme lui avait arrach√© sa pierre de destin√©e. Il √©tait sur le point de p√©rir, lorsque Dodgee fit son apparition et d√©truisit son attaquant, avant de le ramener sain et sauf √† Lighthaven. Plus tard, le garde lui avait parl√© de la Porte des Morts, et de ce pr√™tre qui √† son tour lui avait sauv√© la vie avant d'en passer le seuil.
Aujourd'hui, une Porte identique se dresse à Trandling. Zeed lui a demandé de l'y rejoindre. Sait-il seulement ce qui les attend là-bas?
Liurn Clar a repris son discours, les mains accrochés sur les accoudoirs de son fauteuil.
" -sée pendant des années. C'est la raison pour laquelle elle a échappé à l'attention de notre ordre. Mais tout récemment la Porte a été réactivée et, poussé par ma curiosité naturelle, j'ai essayé de la localiser avec plus de précision."
Ses mains sont blanches, fortement serrées. Inconsciemment, l'homme s'est recroquevillé dans son fauteuil.
" Que Syl me protège! Comment pourrais-je oublier les visions qui me sont apparues alors? Au travers de mon calice de clairvoyance, j'ai pensé obtenir des réponses. Hélas, une fois plongé dans les voiles entre les plans, je suis devenu le jouet d'une volonté froide, impitoyable, le prisonnier d'une conscience incroyablement intelligente, puissante au-delà de tout ce qui concevable. Je n'ai pu observer que ce que cet esprit a bien voulu me laisser voir, et cela m'a conduit au bord de la folie..."
Le mage tremble des pieds à la tête.
"...Je n'ai pu rompre le lien qu'en brisant la vasque.
Il a fermé les yeux.
"Le portail porte mal son nom. Ce qui existe au-delà est pire que la mort."
Lorsqu'il les rouvre, son regard est fiévreux, comme obsédé encore par les images qu'il a aperçues.

(par Galadorn)
----------------------------------------

Le s√©raphin √©tait pensif, regardant l'horizon du haut des murailles de Silversky. Les quelques spadassins de garde avaient l'habitude de le voir tra√ģner, mais aujourd'hui, son air soucieux les avait dissuad√©s de venir le d√©ranger. Au loin, les nuages commen√ßaient d√©j√† √† s'assombrir, et les ombres gagnaient toujours davantage le paysage, recouvrant les plaines alentours comme un linceul. Le temps passait inexorablement, peut √™tre √©tait-il d√©j√† trop tard...
Les recherches de Liurn Clar étaient inquiétantes, troublantes et ne présageaient rien de bon pour le royaume, ou pour Althéa... Le mage avait du perdre une partie de sa raison dans ses recherches, ou du moins être sérieusement ébranlé par ce qu'il avait pu voir. Aussi loin que remontent ses souvenirs, c'était la première fois que Dodgee avait vu Liurn Clar aussi nerveux, aussi affolé. La Porte des Morts... Il avait déjà failli y perdre la vie, ne devant son salut qu'à l'aide d'un prêtre qui allait refermer la porte. Le combat contre la Liche, fut encore plus violent, et brisa sa pierre de destinée... Il saurait décrire avec certitude les horreurs qu'il avait du affronter en la traversant. Nul mot humain ne saurait convenir, il n'était pas étonnant que de telles visions aient pu ébranler même un mage tel Liurn Clar. Mais bien plus inquiétant encore était la découverte d'une autre porte, dans les terres de Trandling...
Frappant du poing la pierre, le s√©raphe maugr√©a quelques paroles. Il aurait du se douter, il aurait du comprendre plus t√īt... Si seulement il avait davantage pris le temps d'√©couter les r√©cits de Zeed Mithror... Si seulement il avait fait davantage attention √† ce qui se passait l√† bas, peut √™tre aurait-il pu... Un sourire apparut sur son visage. Encore une fois il √©tait victime de sa propre arrogance, ce qui avait failli lui co√Ľter la vie dans la crypte des rois de Goldmoon. Il ne serait pas de taille seul, comme il ne l'avait pas √©t√© alors...
Alors qu'un dernier filet de soleil √©clairait encore les murailles, le s√©raphin se d√©tourna. Il avait demand√© √† Liurn Clar de le tenir au courant si jamais il avait davantage d'informations, mais il ne pouvait plus gu√®re compter sur le mage, qui ne retenterait s√Ľrement plus une telle exp√©rience. Il allait devoir partir pour Trandling, v√©rifier par lui-m√™me, constater, et peut √™tre tenter encore une fois de fermer cette porte. Bizarrement, √† cette id√©e, il se sentait √©trangement calme, comme si son destin ne lui appartenait plus...

(par Dodgee)
-------------------------------------------

A nouveau la fureur. Le sang qui bat mes tempes comme un tambour de guerre cymodien. La colère et le besoin de justice me commandent de le tuer. L'homme se tient debout devant moi, cherchant vainement du regard quelque échappatoire au piège dans lequel il se trouve.
- Vous ne pouvez pas me tuer ! Vous êtes un rédempteur !!
*Un classique du genre… Baratineur à souhait qui en dernier recours me renvoie mes convictions intimes au visage en essayant de s'en faire un rempart. Quel dommage qu'il ait trompé notre confiance et livré notre message à notre ennemi…*
- Tu nous as trahit.
- Mais vous devez me pardonner ! dit l'homme d'une voix suppliante.
Le paladin, au centre du demi-cercle formé par ses compagnons
- Oui pour cela je te pardonne.
L'homme relève la tête dans un élan d'espoir.
- Oh je vous en prie, laissez moi partir¬Ö
- Non, répondit le paladin avec une fermeté empreinte de tristesse.
- Mais¬Ö
- Je ne puis faire cela.
- Mais vous avez dit que vous me pardonniez ?!! énonça l'homme, la voix à nouveau emplie de crainte.
- Pour ce que tu m'as fait √† moi, oui, je te pardonne. Je te pardonne d'avoir abus√© de ma confiance pour d√©tourner le message que je t'avais confi√©. Je te pardonne de l'avoir donn√© √† mon ennemi. Je te pardonne aussi d'avoir engag√© les hommes qui nous ont attaqu√©s tant√īt. Je te pardonne tout cela.
- Mais alors je¬Ö
- Mais ce que je te pardonne pour moi je ne puis le pardonner pour la cause que je sers. Tu as trahit ma confiance en lisant la lettre que tu devais porter. Tu sais donc pourquoi je me rends en Cymod. Tu sais quelle cause je sers. C'est cette cause que tu as trahit. Je défends les miens comme les tiens et pourtant tu as trahit cela. C'est pour cela que tu vas mourir.
- Mais les rédempteurs…
- Luttent contre le mal¬Ö
- Oui mais vous ne tuez pas.. vous êtes de non-violents, vous…
- Je suis paladin¬Ö pas ap√ītre.
- Cela ne vous donne pas le droit de me tuer !
- Le droit non¬Ö mais le devoir.
Le corps décapité s'affaissa avec un bruit sourd. Le mur blanchi à la chaux était à présent piqueté de rouge sombre. Le paladin était bien plus triste depuis quelques heures. Il n'avait jamais eu à tuer de sang-froid jusqu'alors. Seule l'absolue certitude que cet homme était une menace pour la cause qu'il servait avait pu conduire le paladin à l'exécuter.
*Je hais cette guerre. Je hais Trandling qui m'a prit tout ce que j'avais. Je hais ces remparts que j'ai couverts du sang des barbares nordiques. Je hais cette cité du plus haut de ses hautes tours jusqu'au plus profond de ses catacombes. Et plus que tout je hais le mal qui en émane. Je vais débarrasser le monde de cette engeance. Oh Maurgan, te reverrai-je un jour ?
Et vous mes enfants.. Yo… Kyo… Iguois… Vous ma famille dont les visages viennent peupler mes rêves quand ils ne sont pas de sang et de fureur… Et vous mes amis… Galadorn en tête… comme toujours… Et vous mes frères et sœurs… Avez vous seulement conscience de ce que votre époux, votre père, votre ami et frère est en train de devenir…?*

(par Zeed Mithror)
------------------------------------------------------

Le séraphin est sombre... Cela fait maintenant quelques jours qu'il n'a dit mot. Certes, il n'a jamais été excessivement loquace, mais son attitude est pour le moins inhabituelle. Même alors qu'il était prêt à mourir, qu'il était reparti pour la Porte des morts chez Makrsh P'tangh, il était parti avec ce sourire triste mais serein. Ce qui le troublait à présent, était sans doute bien plus grave...
Liurn Clar avait re√ßu la visite de Galadorn. Le serveur aveugle se renseignait sur Trandling, la Porte des morts... Se pouvait-il que tout soit li√©? Limish... Le n√©cromant et la folle qu√™te qui animait Galadorn alors... A n'en pas douter le destin s'√©tait une fois de plus pench√©e au-dessus de lui. Et sans m√™me conna√ģtre les trames du futur, le s√©raphin devinait que des temps sombres n'√©taient pas loin. Dodgee finit de pr√©parer ses affaires. Une fois de plus il allait repartir au combat. Il ne serait pas de trop pour aider le serveur. C'√©tait peut √™tre cela la force de ce jeune homme au destin si tourment√©. Sans le savoir, sans le vouloir, il attirait √† lui les autres. Dodgee ne savait m√™me pas pourquoi il avait suivi les pas de Galadorn alors. Il avait √©t√© intrigu√© par l'aura du serveur, cette innocence et cette candeur, cette √Ęme qui √©clairait les couloirs de la crypte. Galadorn n'avait rien d'un de ces aventuriers que le s√©raphin croisait r√©guli√®rement sur les routes. Pourtant...

(par Dodgee)

Par Llenlleawg le 19/5/2002 à 20:34:29 (#1490676)

:chut: :lit:
Youpi ! Je continue à rattraper mon retard.
Atttends la suite avec impatience.

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine