Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling - 4ème partie

Par Dodgee MIP le 18/5/2002 à 20:36:00 (#1486546)

- Index -

La bibliothèque de l'Académie de Magie de Windhowl est une grande pièce confortable en forme de coude, aux couleurs chaudes et accueillantes.

Les murs sont recouverts de solides √©tag√®res o√Ļ s'empilent de nombreux parchemins, fascicules et livres, traitant non seulement de magie mais √©galement de sujets aussi divers que l'histoire du royaume, les l√©gendes de l'arri√®re pays, ou la faune et la flore des √ģles du Septentrion. Rang√©es par th√®mes et types tels que Potions et D√©coctions, Transmutation et Magie des El√©ments, la majorit√© des oeuvres est facilement accessible aux √©tudiants de l'acad√©mie et aux voyageurs. Une seconde biblioth√®que existe mais son usage est restreint √† quelques chercheurs et mages exp√©riment√©s. Elle contient entre autre une grande partie des recherches de l'archimage Zhakar sur les kraanians, dont le territoire jouxte celui du duch√©, et les travaux sur la translocation et la t√©l√©portation du thaumaturge Liurn Clar.
Les longues soir√©es d'hiver, un feu cr√©pite dans la grande chemin√©e d√©cor√©e de fa√Įence brune et surmont√©e d'un globe anim√© repr√©sentant Alth√©a. Dans la partie la plus longue de la salle se trouve une grande table en ch√™ne, vernis tant de fois que sa surface refl√®te comme un miroir les chandeliers pos√©s dessus, et de gros fauteuils de velours vert sont install√©s √ßa et l√† pour le confort des lecteurs. C'est dans cette salle que se tient une fois par mois une soir√©e de d√©bats organis√©e par les √©tudiants de l'acad√©mie, au cours de laquelle ils s'affrontent en joutes orales accompagn√©es de d√©monstrations et d'effets magiques, et nombreux sont les √©rudits qui viennent de loin pour participer, donner leur avis ou simplement √©couter les th√©ories √©chang√©es.
"- Le mage Liurn Clar vous rejoindra dans une dizaine de minutes."
"- Merci messire." Galadorn s'incline devant l'apprenti vêtu d'une longue robe noire. Ce dernier prend quelques livres et, sa tache accomplie, quitte la salle en refermant sans bruit la porte derrière lui.
Le jeune serveur se souvient des longues heures passées dans cette pièce, seul ou avec la prêtresse Diona, à déchiffrer péniblement les caractères sous les enluminures et les images colorées.
Chaque phrase termin√©e √©tait une petit pas en avant, chaque page tourn√©e une victoire, et sa r√©compense en √©tait le regard clair de Diona, un hochement de t√™te encourageant, un sourire chaleureux. C'√©tait des batailles o√Ļ nul sang ne coulait, o√Ļ nulle larme n'√©tait vers√©e et pourtant, elles √©taient importantes pour lui, pour le gar√ßon venu de la lointaine for√™t d'Ejhin. Elles signifiaient qu'il n'√©tait pas qu'un simple paysan, un fils de b√Ľcheron, que s'il pers√©v√©rait-il pouvait esp√©rer un jour devenir digne d'√©pouser une femme dont les connaissances et le savoir √©taient immenses comme l'oc√©an, et dont le statut social √©tait bien au-dessus du sien.
Lire.
L'homme s'avance avec pr√©caution et pose la main sur une √©tag√®re. De ses longs doigts fins il parcourt telle reliure us√©e, telle couverture d√©cor√©e de runes sculpt√©es. Petit √† petit, les lettres en relief se dessinent sous son toucher, prennent forme dans son esprit pour devenir des mots, et √† leur tour les mots deviennent un titre: "Une √©tude du fluide magique √† travers les √Ęges, par Emilius Hadorion".
Galadorn soupire.
Il sait toujours lire, cela ne lui a pas √©t√© enlev√©. Il peut sentir ce qu'il ne voit plus, car ses autres sens ont gagn√© en intensit√© et en nuances. Et ces souvenirs sont bien les siens: ces nuits o√Ļ, partageant la m√™me couverture de laine grossi√®re, ils s'endormaient tous les deux sur un livre, pour se r√©veiller le lendemain matin une t√™te contre l'autre, leur respiration m√™l√©e dans un m√™me souffle.
Mais que reste t'il aujourd'hui de ses rêves, de ses espoirs?
Un go√Ľt de poussi√®re dans la bouche.
En traversant la place du march√© pour se rendre √† l'acad√©mie, le serveur s'est souvenu du grand b√Ętiment aux murs peints de bleu, un peu a l'√©cart, entre l'√©cole de magie et de la maison du bourgmestre. Il s'est rappel√© que des mois durant, juste apr√®s son naufrage sur l'√ģle, il s'√©tait rendu chaque jour au port pour arpenter les quais, visiter les navires en partance et s'informer dans cette b√Ętisse de capitaines qui auraient pu prendre le chemin de Samarande. En vain. Aucun de ces loups de mer ne connaissait la route vers l'est, au-del√† de l'Oc√©an Pourpre, et il avait du se r√©signer.
Sur un coup de tête, Galadorn s'est détourné de son but premier pour marcher vers la Capitainerie. A sa grande surprise, pour la première fois en neuf ans, l'employé aux lunettes trop petites l'a accueilli d'un cri joyeux.
Il était, lui a t'il dit, sur le point d'envoyer un message au Kulgan's pour le prévenir, car un navire portant la bannière de Samarande était arrivé au port il y a une semaine, et allait repartir sous peu.
L'homme lui a alors lu le registre: "L'Ecume du Ciel", navire marchand de la cit√© √©tat de Samarande. 300 tonneaux. Capitaine: Erthand Gouhenec. Ensuite, il l'a f√©licit√© de sa patience, a ajout√© que tout finissait par arriver. Puis il a encha√ģn√© en lui demandant de lui raconter une nouvelle fois comment il avait sauv√© la pr√™tresse Diona de la mort, s'il avait bien un jour affront√© un d√©mon de 3 m√®tres, quelle √©tait la recette de la potion du docteur Pim, que devenait son fid√®le cochon Tufir, comment cela se faisait que Geena √©tait toujours c√©libataire, si...
Les paroles volubiles de l'homme se sont perdues tandis que le serveur, resté silencieux, a évalué la signification de la nouvelle: il peut enfin repartir à Samarande, revenir dans son village, et revoir ses parents. Partir au loin. Mais à quel prix? Quelle ironie a donc placé ce navire sur sa route alors qu'au même moment la malédiction du nécromancien Limish s'est faite plus pesante, et que son ami, le paladin Zeed Mithror, lui demande son aide?
Plong√© dans ses pens√©es, sans m√™me un au revoir ou un remerciement, Galadorn est sorti du b√Ętiment d'un pas absent. La t√™te remplie de questions, il s'est dirig√© vers l'Acad√©mie de Magie, o√Ļ, selon les instructions de Zeed, il doit parler au magicien Liurn Clar de la menace qui a pris naissance dans les terres du nord.
"- Le trait√© de ce vieil Emilius est un peu pass√© de mode, mais contient des id√©es qui restent int√©ressantes √† exp√©rimenter. Un livre que je conseille √† mes √©l√®ves de troisi√®me ou quatri√®me ann√©e." La voix est un peu p√Ęteuse, et termine sa phrase sur une petite note aigu√ę. "Galadorn? Je suis ravi de vous revoir, jeune homme."
Tout à ses réflexions, le serveur n'a pas entendu le magicien entrer dans la salle. Le temps d'un court instant, Galadorn se demande même si le mage est passé par la porte.
"- Messire Mage, je vous suis reconnaissant de m'avoir accordé cette entrevue." Il se retourne puis s'incline dans la direction de la voix.
"- Pour vous Galadorn, qui √™tes estim√© de beaucoup de gens sur cette √ģle, c'est tout √† fait normal. C'est moi qui serais ravi de vous √™tre d'une aide quelconque, m√™me si -" une h√©sitation l√©g√®re "ni moi, ni mes √©minents confr√®res ne pouvons toujours rien faire pour vos yeux." Une autre pause th√©√Ętrale. "Enfin, pas dans l'imm√©diat et directement. Vous comprenez, c'est √©galement une question de responsabilit√©s entre les pr√™tres d'Artherk et notre Acad√©mie.
"- Mess-"
"- Il s'avère que juridiquement cela peut être compliqué de mener sur vous des expériences qui pourraient... hum dégrader votre état, tandis que les gens d'église continuent de réfléchir à la meilleure manière de vous aider. La prêtresse Diona semble en particulier beaucoup tenir à vous, et je comprends parfaitement que l'Eglise vous soit reconnaissante de ce que vous avez fait pour elle."
"- Je-" Tandis que la chaleur monte aux joues du jeune homme, sans reprendre son souffle, Liurn Clar poursuit.
"-Un collègue farfelu a parlé de vous greffer des yeux de tarentules mais je crois plus à la boutade qu'à une tentative sérieuse. Non, j'avais dans l'idée d'utiliser des cristaux enchantés... Mais rien de précis encore."
"- Messire, je-"
"- Il reste ensuite la question des frais qui sont assez élevés pour une opération jamais tentée jusqu'ici, et je doute qu'avec votre condition vous ayez de quoi couvrir le prix des ingrédients, même si bien sur je suis prêt à prendre une partie à ma charge."
Le serveur ne peut s'emp√™cher de sourire aux mani√®res du mage, dont les rumeurs disent qu'il poss√®de l'une des plus grandes et riches propri√©t√©s du duch√©, gr√Ęce √† son commerce fructueux de transports magiques.
"- Messire, je ne suis pas venu pour vous entretenir de ma vue, mais pour obtenir des renseignements sur les catacombes de la cité de Trandling."
"- O Syl toute puissante." Un son étranglé. Puis Galadorn entend un choc sourd, comme un corps qui tombe.

(par Galadorn)
-----------------------------

"- Il sait que nous arrivons. Il ne peut s'agir que de cela."
"- Mais comment saurait-il que..."
"- Le comment importe peu pour l'heure. Nous aurons bient√īt tout le temps de deviner cela. Il est primordial que ces messages arrivent √† destination. Si ce n'√©tait pas le cas je me verrais oblig√© de recourir √† certains rituels qui indiqueraient fort clairement √† l'ennemi notre position en m√™me temps que nos intentions... "
Le paladin et ses compagnons s'entretenaient au milieu des corps des brigands qui les avaient attaqu√©s. La journ√©e avait pourtant bien commenc√©e. L'arriv√©e du navire √† bon port une journ√©e plus t√īt que pr√©vue, la recherche des messagers tous fournis par un vieil usurier qui avait une dette envers l'Ordre de Dala√Į, la soir√©e √† la taverne du cachalot farci... Tout s'√©tait bien d√©roul√© jusqu'√† ce que le groupe regagne son logis pour achever la nuit de quelques heures de repos. L√†, dans la ruelle sombre qu'ils remontaient sous la lune, ils avaient √©t√© attaqu√©s. L'assaut, bien que rapide, avait √©t√© bien maladroit car aucun d'entre eux n'avait √©t√© ne serais-ce que bless√©. Les assaillants par contre avaient go√Ľt√© √† la premi√®re action de guerre du groupe. Un retour de b√Ęton magistral. Quatre morts et deux bless√©s graves dont un ne se remettrait probablement jamais des larges entailles qui ornaient sa poitrine
Le petit groupe reprit le chemin de l'auberge et se répartit en deux chambrées au sommeil léger, prenant autant de repos que possible avant de devoir se mettre en route le lendemain matin.

(par Zeed Mithror)

Par Llenlleawg le 18/5/2002 à 20:43:50 (#1486574)

:chut: :lit:
Toujours aussi bon. Vivement la suite.

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine