Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Pamphlet contre le pouvoir établi

Par Yolinne MIP le 3/5/2002 à 4:25:31 (#1388634)

Qu'il est cruel de sentir lésé au milieu de tous
Qu'il est impensable de n'être jugé réellement
De ne pas chercher au-delà des apparences..
Comment peut on se sentir libre
En un pays gouverné par quelqu'un de si peu tolérant
Quelqu'un qui juge ses sujets comme des rebuts
Pour l'image qu'ils donnent, sans chercher à savoir
Sans chercher à comprendre qui l'on est vraiment.
Oui je hurle ce soir mon d√©go√Ľt a travers ses quelques mots
Mon incompréhension à l'égard d'une loi injuste
Et d'un monarche qui se soucie uniquement du para√ģtre
Alors que l'être sombre, incompris, rejeté
Une image désuette du mal, une injustice qualifiée
Qui nous cause du tort et nous le causera encor
Pour cette discrémination que je maudis
Cet handicap à l'intégration que je dénonce.
S'il faut que cel√† dure et que ses sujets soient tra√ģn√©s dans la boue
Soit je prendrais les armes intellectuelles pour combattre cette ignominie
Et me proclamer contre cette monarchie inf√Ęme
Qui a choisi de renier ceux qui n'ont rien fait
Et de laisser certaines gangraines discrètes se propager.

Par Kyriane Feals le 3/5/2002 à 11:37:39 (#1389831)

:lit:

N'a-t-on jamais songé à une révolution? Ah oui... c'est vrai; ce n'est guère possible...

Par Ange d'Yr le 3/5/2002 à 11:53:11 (#1389940)

*se demande pq elle est du meme avis que kyriane ..*

Par Shammana Delyn le 3/5/2002 à 12:22:21 (#1390108)

est ce que le pamphlet est censé être public avec le nom de son auteur, ou circule t'il sous le manteau auquel cas on est peut-être pas au courant ?
ca a son importance pour ton avatar, parceque la liberté de parole, hum hum c pas la démocratie hein :p

Par Faruun le 3/5/2002 à 12:55:01 (#1390254)

Ecoutez donc les paroles d'une vieille ritournelle,
Qui vous parle de vous, qui en raconte de belles,
Le véritable pouvoir n'est pas toujours celui que l'on croit,
Car face à la mort, qu'on soit paysan ou bien roi,
On se retrouve égaux, oubliant notre naissance.
Et pourtant par nos actes et toute notre puissance,
On voudrait se croire au dessus, quelle folle arrogance,
Car dans cette vie tout n'est donc qu'apparence.
Bien heureux ceux qui rejoignent enfin les hautes sphères,
Qui disposent sans compter et qui jouent sur nos terres.
Ils ne savent contempler ce peuple, ils ne veulent pas voir,
Que dans l'ombre déjà, d'autres se jouent de leur pouvoir.
Ainsi donc ils demeurent à la lumière de ces lois,
Ignorant ces ténèbres d'un regard dédaigneux,
Ou pourtant se retrouvent après leur trépas,
Ces rois et ces puissants d'un passé guère vieux.
De la lumière nait l'ombre ils voudraient l'oublier,
Oubliant que trop de lumière n'a jamais qu'aveugler...

Par Nevaeh/Heaven le 3/5/2002 à 13:46:42 (#1390537)


Quand se pose sur les épaules,
Une colombe ou un rossignol,
On ne fait point de différences,
Mais tout ici n'est qu'apparence.
Et ces toutes ces grandes paroles
Ne changera rien à notre essence.

Toi Pretresse de la nuit,
Je ne saurai dire pourquoi,
Sur tes épaules repose l'icone
Du chaos que chacun maudit.
Ils ont peut etre définit 'leurs' lois.
Ils ne changeront tes psaumes.

Je suis Elue, tout comme toi,
Et je ne crois qu'en Titania.
Celle qui créa chaques hommes,
Libres et égaux..ceci est ma foi.
Peut importe leur paranoia,
N'agit pas tout comme...





Nev *qui a ete aussi renvoyée du conseil ;p*

Par Kehldarin Osten le 3/5/2002 à 13:57:25 (#1390610)

Au poste de garde de Lighthaven, les miliciens étaient plongés dans une foule de paperasses. Si on leur avait dit que c'était aussi ça, être garde, et pas juste faire respecter l'ordre, en pleine lumière...

Kehldarin commençait à trouver le temps long. Depuis quelques minutes il essayait de comprendre ce que voulait dire la lettre qu'il avait sous les yeux. Une affaire abracadabrante de voisinage. Que c'était sordide. Dehors le soleil était déjà haut, et il proposa donc une patrouille dans la cité. Au moins ça leur détendrait les jambes, et ça leur changerait les idées.


- Ethel? Allons mériter notre paie en faisant un vrai travail de garde. Allez, on en a pas pour longtemps.

- Oui oui, j'arrive. Tu sais quand on va enfin être plus nombreux? Là j'avais justement une lettre de candidature. Et je me vois difficilement combattre efficacement des gobelins et des hors-la-loi à coup de lettre ou de rapport...

- Ah, √ßa il faut voir avec le baron ou le capitaine. Le plus t√īt sera le mieux, je suis bien d'accord avec toi.

Quittant le poste, les deux amis s'enfoncent vers le coeur de la petite ville, toujors tr√®s anim√©e √† cette heure du jour. La conversation tourne bient√īt sur le conseil royal de la veille.

- Tu sais que Yolinne, la pr√™tresse du clerg√© de Selene, a du se faire remplacer? Ses ailes n'auraient pas √©t√© du go√Ľt de Theodore, √† ce qu'a racont√© Shaitan.

- Hé bien, personne ne lui a dit qui étaient les ennemis du royaume? Tu connais Heresielle, la conseillère du duc? Ou Mana, la garde personelle de la vicomtesse? Il y en a nombre d'autres. Ce ne sont pas eux, les ennemis.

- Oui oui, mais moins fort, s'il te plait. Le baron le sert, ce serait mal vu de notre part de critiquer le roi. Il fait ce qui est bon pour le royaume.

*murmure*
Même si je pense aussi qu'il est regrettable que dame Yolinne ait été renvoyée du conseil sur la demande de Theodore.

Par Yolinne MIP le 3/5/2002 à 14:23:16 (#1390756)

Pleine d'amertume la jeune femme laissait sa plume parler. Elle avait foi en ses convictions, quitte a être en prison pour ces ailes qu'elle n'avait réellement choisi d'avoir.

"A quoi bon changer d'état d'esprit
A quoi bon √©voluer en son √Ęme
Si de toute façon on en est toujours réduits
A toujours √™tre du c√īt√©s des flammes..
Faut il que nous rendions en place publique
Et nous diriger au b√Ľcher pour prouver sur l'heure
Notre bonne foi sous les sourires sardoniques
De ceux qui jouirons de notre immense douleur ?
Devons nous br√Ľler au milieu des flammes et de leur danse
Et crier à pleins poumons notre souffrance
De voir le sang inexorablement s'écouler
Pour parvenir une fois à être écoutés ?
Nous souffrons déjà de cette situation
O√Ļ notre √Ęme plonge√Ę il y a longtemps
Devons nous nous repentir à répétition
Pour un passé qui ne nous a causé que tourments ?
Incessamment jugés..incessamment foulés du pied..
Notre avenir ne se distingue guère
Nous sommes voués à sans répis accepter
D'être traités en moins que rien, bonne guerre..
Tout celà, car nous n'arriverons jamais
A nous faire pour peu considérer
Et que tous voient en nous le mal incarnés
Alors que d'autres se vouent au mal en restant cachés..
A quoi bon changer d'√Ęme et de pens√©es
Si nous sommes des parias à jamais ..."

Elle savait pertinnemment que sa lutte √©tait vaine, mais elle ne pouvait s'emp√™cher de mettre au grand jour ses pens√©es, outr√©e et bless√©e dans son amour propre. Pour s√Ľr elle attendait le jour o√Ļ elle serait enfermer pour avoir clamer ces quelques mots, juste quelques mots de d√©sespoir, mais bien √©videmment, elle le savait, contre le pouvoir, nulle parole ne pouvait √™tre √©nonc√©e..

Par Un Enfant de la Nuit le 3/5/2002 à 19:36:55 (#1392771)

Partage,triste,les pensées de sa soeur ayant vécu par le passé ce jugement uniquement basé sur l'apparence

Par Ange d'Yr le 3/5/2002 à 19:41:51 (#1392803)

:lit: :amour: :amour: :amour:

Par Yolinne MIP le 3/5/2002 à 21:49:58 (#1393620)

Un peu partout des missives se perdent dans les villes, passant de mains en mains à qui voudra jeter un oeil sur elles.

"Le Temps de la Tolérance se fait attendre
Le flot de la justice se doit de se répandre
Combien de temps resterons nous à nous morfondre
A guetter de la reconnaissance dans l'ombre ?
Il faut se lever enfin, et déclarer ses passions
Faire gronder la liberté notemment d'expression
Je ne pr√īne ni la violence ni la mort
Juste un peu de décence quant à notre sort
A tous ceux qui sont refoulés malgré leurs sentiments
Qui se cachent dans l'ombre ainsi que leurs ressentiments
Qui sont ils pour nous barrer la route de la révolte ?
Nous devons sortir et tuer leurs tons désinvoltes
Par les mots et les ambitions les plus folles
Nous sommes rêveurs certes, mais nous avons parole
Et aspirons à un meilleur avenir, ou tous
Serons libres et égaux, une liberté si douce...
Un rêve de couleurs et de paix
Voilà ce à quoi j'aspire en secret
Qu'une plume noire ou blanche ne soit plus un critère
Et que l'être prime, qu'il n'y ait plus cette guerre
Que nous soyons enfins reconnus en tant que sujets
Sans devoir continuellement se battre sur les parapets
Et vivre..vivre enfin avec égalité
Dans ce doux rêve que j'aimerais tant créer..."

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine