Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling - 24ème partie

Par Galadorn le 3/2/2002 à 21:40:16 (#852797)

Index

L'adolescente aux yeux mauves est repartie vers les grandes tentes dressées sur la colline, ayant délivré le message au mage et ses assistants. Ces derniers ne peuvent s'empêcher de suivre des yeux la fine silhouette jusqu'à ce qu'elle disparaisse en haut du monticule couvert de neige. En dépit du froid, ses vêtements épais sont ajustés près du corps, et suggèrent bien plus qu'ils ne révélent ses courbes harmonieuses.

Le magicien esquisse un sourire. Il a été jeune également, et même si son apparence le dément, ses souvenirs remontent à de trop nombreuses, trop lointaines années. Alors que ses compagnons restent la bouche ouverte, il toussotte pour attirer leur attention, avant de lancer d'un ton nonchalant:
"- Si j'étais vous, je ne suivrais pas cette fille de trop près."
Ses deux acolytes se tournent vers lui et mal à l'aise, s'interrogent du regard.
"- Messire Hancock, auriez vous comme nous des vues sur cette ange tombée du ciel? - Malgré tout le respect que nous vous devons - Et même si vous remportez toujours nos arguments - Nous ne vous laisserons pas préséance sur ce sujet! - Certainement pas!"

Herbie Hancock lève les mains pour apaiser ses voisins tout en les gratifiant d'un sourire complice. Le magicien porte un riche manteau bleu nuit parsemé d'étoiles par dessus une robe rouge carmin, et ses longs cheveux sont retenus par un ruban de velours de la même couleur. S'il a l'air aussi jeune que ses camarades, ces derniers reconnaissent volontiers son autorité, autant octroyée par le paladin Zeed que soulignée par ses propos réfléchis et ses schémas minutieux.

"- Ne vous inquiétez pas honorés camarades, bien que la demoiselle soit très jolie, en ce moment j'ai d'autres préoccupations. Je me garderai donc de vous la disputer. Je voulais seulement vous prévenir que cette messagère n'est pas de celles avec qui vous pouvez badiner avec légèreté."
"- Ah?"
"- C'est elle qui a combattu les gardes noirs à Cymod... Vous en avez surement entendu parler? Seule contre six?"
Les deux hommes palissent.
"- Mortentrailles... - Par les crocs du grand Loup! C'est elle la danseuse de guerre?"
"- Bien, bien, je constate que des échos du combat sont parvenus à vos oreilles engorgées d'hormones."
"- J'imaginais - Une géante couverte de cicatrices avec du poil au menton... - Oui, moi aussi - Il parait qu'elle dort avec son sabre - Qu'elle tue ses amants..."

Un court silence suit la dernière réplique que le magicien se plait à prolonger, tandis que les comparses voient leurs échafaudages d'idées tomber à l'eau.
"- Hey, de toute manière, on peut regarder sans consommer non? - Ouaips, ce sera déjà ca - Dommage qu'on soit en hiver..."
Herbie tousse, interrompant de nouveau leur réflexion.
"- Ahem. Maintenant que vos plans ont été repoussés à plus ou moins longue échéance, peut être pourrions nous nous atteler à une tache plus urgente? Nous occuper de l'acheminement de ces vivres dont l'armée a besoin alors que nous avons perdus nos avant-postes?"
"- Euh oui, certainement."

Quelques minutes plus tard, tandis qu'ils s'affairent à l'énumération des vivres, l'un des assistants chuchote à l'autre:
"- On a beau dire, le mage, il a un dr√īle sens des priorit√©s. - Ouaips, √† mon avis il a pas du en voir beaucoup des filles dans sa tour de magie."
Aussit√īt une voix surgie de nulle part les rappelle √† l'ordre:
"- Le mage comme vous dite n'aime pas qu'on parle de lui dans son dos... Sur ce vous feriez mieux de reprendre votre travail."
Les deux jeunes gens sursautent, lancent des regards effrayés vers la silouette de l'autre coté des chariots avant de se replonger dans leur inventaire.

L'avancée de l'armée coalisée a été rapide jusqu'aux premières grosses chutes de neige, ayant parcouru un tiers du chemin qui la sépare de Trandling. En cours de route, les restes de l'armée de Lutri s'est ralliée à l'étendard de la Licorne, tandis que les réfugiés ont continué leur chemin vers Cymod. Il y a encore quelques jours, l'approvisionnement s'est déroulé sans heurt. Puis l'avant garde a rencontré les premiers éléments des Légions, et les soldats ont gouté à leur première victoire.

En d√©pit des temp√©ratures hivernales et des conditions difficiles, l'atmosph√®re autour des feux de camps est optimiste, et il n'est pas rare d'entendre ici et l√† des chants, repris en coeur par de nombreuses gorges. En effet, gr√Ęce au mage Hancock et ses nombreuses suggestions, les hommmes boivent et mangent √† leur faim. Profitant du fait que l'arm√©e progresse en terrain ami, le thaumaturge a fait multiplier les points de ravitaillement sur leur route, et ce faisant le transport et la r√©cup√©ration des vivres ont pu √™tre men√©s par avance. De plus, n'ayant pas √† attendre de lents et lourds chariots, les soldats se sont d√©plac√©s plus rapidement.

Toutes ces dispositions ont été remises en cause lorsque les mort-vivants ont fait leur apparition et détruit les avant-postes disposés sur la route de Trandling, et le mage doit à présent réorganiser ses caravanes qui suivront dorénavant l'armé au lieu de la précéder. Zeed Mithror ne peut que se féliciter que ce mystérieux individu, Herbie Hancock, se soit joint à l'expédition. Sous une apparence débonnaire, l'homme possède un esprit vif et fin, et ses remarques pleines d'ironie sont souvent porteuses de leçons dont la sagesse n'est que démentie par son apparente jeunesse.

"-Vous croyez qu'ils se doutent de quelque chose?"
"-Si cela √©tait le cas, cela ne serait du qu'√† vos pi√®tres talents d'acteurs, mon estim√© h√īte. A t'on jamais vu un mage aussi d√©gringand√© que celui que vous jouez?"
"-Vous me laissez si peu de liberté que le moindre écart est un plaisir douceureux. Souffrez donc que je joue mon personnage à mon entendement!"
"-N'ayez crainte, même avec des gaffes aussi maladroites que celles que vous vous plaisez à dispenser avec générosité, aucun de nos compagnons n'est capable de nous percer à jour."
Derrière le masque du mage, deux esprits semblent s'affronter, tandis que sur les yeux gris se reflètent les flammes d'un foyer. Pour tout spectateur extérieur, le thaumaturge semble rêvasser à la chaleur du feu, après une dure journée.

"-Si vous n'étiez aussi prompt à faire étalage de vos fameux pouvoirs..."
"-Ecoutez donc, Alith, ce conseil que je vous donne. J'ai l'impression qu'au mépris de ces longues années que dure notre association, ce qui vous tient lieu de cervelle se révèle imperméable à toutes mes explications. Un magicien qui ne semble pas posséder de magie ne laisse personne dupe très longtemps: ou bien il est réellement, extrêmement puissant, si puissant en fait qu'il n'a plus besoin d'en faire la preuve, ou bien c'est un charlatan. Dans les deux cas, il attire l'attention... Ce qui n'est pas notre but, vous en conviendrez, mon désir de tranquilité y faisant obstacle. Mieux vaut donc jeter en pature aux curieux la moindre de mes magies profanes."
"-Mais... "
"-Et votre id√©e saugrenue de nous proposer √† g√©rer le ravitaillement de ces milliers d'hommes! Croyez vous que je n'ai que cela √† faire?! Les Dieux d'en bas savent √† combien de conseils de guerre j'ai pu assister avec le Ph√©nix, et rien ne change, il est plus important pour une arm√©e de pourvoir √† sa nourriture, √† la r√©paration ou au remplacement de ses armes et armures que de remporter une brillante victoire qui sera suivie par sa propre d√©faite. Plus j'√©tudie l'histoire et la nature humaine, et moins je m'√©tonne. Ou peut √™tre est-ce le contraire?... Nous avons √† faire √† forte partie. Nos ennemis ne dorment pas, n'ont pas besoin de manger ou de se reposer, tandis que je dois chercher comment nourrir plus de vingt mille hommes, pr√©voir o√Ļ ils s'arr√™teront √† leur prochain bivouac et faire en sorte que tout soit achemin√© en temps et en heure. Je n'avais pas pr√©vu que les L√©gions avanceraient si vite, et je dois maintenant reconsid√©rer mes options. Tout cela parce que VOUS avez fait faire √† Herbie Hancock un pas en avant."
"-Hmmm... Volknar, vous n'êtes pas francs avec vous même. Vous savez bien que je ne peux pas éternuer sans que vous ne soyez d'accord. Donc quelque part, vous avez accepté que NOUS prenions en charge la logistique. Auriez vous une idée derrière la tête? Un plan secret dont vous ne m'auriez pas parlé?"

La seconde voix fait une pause, puis sourit en silence. L'enveloppe n'a pas bougé de sa place, ses traits sont restés impassibles.
"-Ah. Voila bien la première réflexion intelligente que je vous surprends à faire depuis bien longtemps. Peut être que tout espoir de voir votre esprit s'éveiller n'est pas perdu après tout."
Alith Anar attend une explication, une réponse qu'il sait par habitude qu'il n'obtiendra pas. Volknar aime s'entourer des mystères que des centaines d'existences ont contribué à batir, et jouer de ses connaissances supérieures dans leurs innombrables conversations.
"-Si vous ne comptez pas m'en dire plus sur ce sujet-là, peut être partagerez-vous avec moi votre estimation sur nos chances de survie dans cette entreprise? Plus ca va et plus je me dis que nous courrons à la mort, et je regrette presque de nous avoir lancé dans cette aventure par ennui."
"-L'ennui... Voila mon seul v√©ritable ennemi. Ne vous sentez vous m√™me pas plus vivant lorsque vous √©prouvez la crainte de mourir? J'ai connu de nombreuses morts, Alith, et pourtant rien n'est pire que l'attente, l'√©pouvantable ennui avant qu'un nouvel h√īte digne de porter mon masque ne se pr√©sente... Vous m'avez mis de bonne humeur, et je vais r√©pondre √† vos deux questions par une seule phrase: je suis ici √† cause de la proph√©tie de Trandling... Ah! je constate que l'on vient nous qu√©rir."

Avant que l'acteur ne puisse poser une autre question, deux mains agrippent l'homme qui s'appelle Herbie Hancock et le secouent.
"- Messire Hancock, messire Hancock, venez vite!"
Le magicien est trainé debout par l'un de ses assistants, tiré vers les tentes centrales, et l'étonnement ainsi que la curiosité le poussent à suivre son compagnon paniqué. Lorsqu'il arrive enfin sur les lieux, ce dernier lui explique la situation.
"- Messire Hancock, nous nous sommes dit que vous nous aviez raconté des histoires, heu, pour garder la fille pour vous tout seul. Alors heu... Jake a essayé d'aborder la gamine, de manière un peu... heu... cavalière, et elle lui a décoché un coup de pied dans les..." Le jeune homme grimace. "Enfin, je pensais que vous pourriez... heu... soulager sa douleur avec votre magie." Recroquevillé par terre, Jake regarde Herbie avec des yeux à moitié voilés par la souffrance, ses deux bras protégeant son entrejambe.

Le mage éclate de rire.

Par Alanis Delyn le 3/2/2002 à 22:00:50 (#852981)

:)

Par Korben le 3/2/2002 à 22:09:30 (#853061)

:lit: :)

Par SeraphRaziel le 3/2/2002 à 22:10:59 (#853077)

:lit:

C'est long mais trés sympa :)

Encore une fois Bravo Galadorn :)

Par Alith Anar le 3/2/2002 à 23:05:54 (#853535)

Très très très très bien ce texte...

Par Gadjio le 4/2/2002 à 16:12:10 (#857830)

Chouette chouette *content de voir la série reprendre du rythme* :)

*en profite pour saluer son condisciple Alith et lui mettre la plume entre les doigts* :D

*en profite aussi pour saluer Galadorn et lui remettre une petite note privée* : CLIQUE DONC ICI -> http://forums.jeuxonline.info/images/uinadd.gif ;)

Par Killer le 4/2/2002 à 19:37:49 (#859603)

:lit:
sa me manquais tt ca :) :)
Dit mon pitit Gala dois je te rappeler qd meme :au boulot ;)

*sourit*

Par Zeed Mithror le 12/2/2002 à 18:00:45 (#915182)

Comment faire s'envoler le temps ?
Lisez Gala ;-)-----------------------------

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine