Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling, 17ème partie

Par Dodgee le 8/11/2001 à 16:28:00 (#366963)

Il sentait son influence. Il n'aurait su dire pourquoi ni comment, mais il ressentait la présence de la Porte des Morts, quelque part sous Trandling, quelque part dans ces souterrains et ces catacombes. Il n'y avait pas prêté grande attention au départ, une simple gêne, un sentiment oppressant, et puis ce murmure sourd qui résonnait dans son esprit, ne lui rappelant que trop ce qu'il avait pu apercevoir de l'autre coté. Quoi de plus naturel finalement? Si ce n'est qu'il était hors de Trandling, loin de cette porte maudite, et qu'il en ressentait déjà l'imposante présence. Peut être avait il développé un lien avec elle, après avoir franchi une fois le seuil, pénétrant dans un monde que la vie n'avait guère le droit de fouler. Peut être était il devenu plus sensible à la non vie, et aux noires émanations de la porte. Sans s'en rendre compte, il frissonna à cette pensée.

Le séraphe avait trouvé refuge sur une petite colline proche de Trandling. L'endroit était ravagé, la terre meurtrie par ce qui devait avoir été une longue bataille. En regardant les traces au sol, Dodgee imagina un moment la lutte qui avait été menée ici, un combat désespéré d'une petite troupe qui n'avait eu le temps de se mettre à l'abri des murailles. Ces hommes avait du mené une bataille désespérée, cherchant à se fortifier sur la colline alors que les armées de la non vie les encerclaient. Là, sans espoir de survie, ils avaient défendu leur vie, si ce n'est leur conviction, ou une quelconque autre motivation. Dans ces conditions, seule importe cette raison, cette flamme qui anime les coeurs, cette merveille capable de tous les miracles. Il suffisait pourtant de balayer la place du regard, de contempler cette triste réalité pour savoir que le miracle n'avait pas eu lieu. Ces hommes étaient tous morts, au mieux avait trouvé le repos dans le combat que Brehan accorde aux plus braves, au pire s'étaient relevés pour grossir les rangs de ceux qu'ils avaient combattu...

Tout à ses pensées, le séraphin ne remarqua pas le froid glacial qui pesait à présent sur la colline, ni cette légère brume qui semblait recouvrir le sol par endroits. Peut être aurait il pu se douter, en les voyant se mouvoir, qu'il ne s'agissait pas de nuages de brumes, que ces esprits dont la mort avait été bafouée l'encerclaient peu à peu, prêt à arracher cette vie qui scintillait comme une insulte. Comme attendant un signal, les esprits restaient autour du séraphe, inconscient du danger. Le temps sembla se figer un instant, quand enfin le séraphe réalisa ce qui se tramait. Et les esprits se jetèrent à l'attaque.

Il fallait agir vite. D'une main, il empoigna son fl√©au d'armes, mais le soleil disparaissant d√©j√† √† l'horizon, ce dernier ne luisait d√©j√† plus de sa lumi√®re rassurante. Par r√©flexe, il traca rapidement dans l'air une rune oubli√©e, √©rigeant tout autour de lui des murs de flammes. Cela ne retiendrait gu√®re les esprits, tout au plus cela pourrait g√™ner leurs manifestations physiques. Il lui faudrait invoquer le Feu des origines, les flammes capables d'atteindre m√™me les esprits, mais il n'en aurait jamais le temps. Le fl√©au d'armes du soleil s'abattit, et un des esprit poussa un long g√©missement, plus √† cause de l'essence de lumi√®re contenue dans l'arme qu'√† cause de l'arme elle m√™me. Faisant tournoyer son arme, Dodgee tentait de tenir ses adversaires √† distance, mais il savait que le temps jouait en sa d√©faveur. Bient√īt la nuit recouvrirait ces terres et le fl√©au ne pourrait les retenir. Pestant contre son manque de vigilance, le s√©raphe leva les yeux sur la seule issue qu'il lui restait... Fuir, fuir loin de ces lieux, les esprits ne le suivraient sans doute pas, et m√™me s'ils le faisaient ils seraient bien plus faibles loin de la Porte des Morts.

D'un battement d'ailes, il se propulsa dans les airs, tentant de prendre de vitesse ses adversaires. Mais ceux ci ne le suivirent pas. Une longue plainte s'éleva alors, comme un rire mauvais. Les esprits n'étaient pas venus au hasard, et quel que soit le maitre qui les controlait, il venait de lui faire savoir qu'il n'était guère le bienvenu sur ces terres...

Par MortifeR le 8/11/2001 à 16:33:00 (#366964)

Je crois qu'on va avoir besoin d'une nouvelle édition de l'index

Par entropie poisOD le 9/11/2001 à 18:02:00 (#366965)

hop

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine