Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Rencontre dans un champ fleuri (3ème partie)... (assez long)

Par Kyriane le 27/11/2001 à 3:03:00 (#362077)

Un couloir sans fin s'étendait devant Kyriane, partiellement éclairé avec quelques torches tenues par des avant-bras dont la nature semblait indéfinissable. Il avançait sur un sol spongieux depuis des heures? des mois? il ne savait plus. Maisle trajet devenait de plus en plus dur à supporter.
La solitude le gagnait, ainsi qu'un froid de plus en plus perceptible à chaque pas. Une fine couche de givre rendait les lieux d'une paleur irréelle.

Il marchait sans plus se soucier de ses jambes, qui le faisait souffrir, ni de sa tête, prête à s'ouvrir en deux. Il n'avait qu'un seul but: avancer. Il ne se rappelait même plus l'objet de ce parcours, ni du pourquoi il s'était engagé dans pareille entreprise. Il connaissait néanmoins une chose, il devait arriver indemne.

Le froid gagna encore en intensité, le faisant frissoner de tout son corps. Il n'était vêtu que de toile et n'avait guère l'endurance pour supporter un tel désordre climatique. Le sol était maintenant gelé et il peinait à supporter son propre poids. Pire, il glissait fréquemment et n'arrivait plus à se relever qu'avec une faible conviction.

-Courage, mon jeune mage...

Un vent se mit à souffler, portant avec lui ds messages de réconfort, qu'une voix douce et claire égrenait à ses oreilles, telle une muse encourageant son artiste. Elle le forçait malgré lui à mettre un pied devant l'autre, encore et toujours. Le couloir était interminable et l'issue de ce parcours paraissait interminable, tant les conditions étaient défavorables pour Kyriane.

M√™me les torches ne br√Ľlaient plus; elles n'√©taient que bout de bois gel√©s sous les assauts continus des bourrasques. Une lueur p√Ęle provenait de la pierre elle-m√™me, illuminant maintenant le couloir et faisant briller la pellicule de glace, donnant √† l'ensemble une apparence fant√īmatique.

-N'abandonne pas...

Encore cette voix. Il la reconnaissait maintenant. C'était celle de la jeune fille dont il ignorait tout, mais qui semblait en savoir tant sur lui; peut_être même plus encore. Etait-ce donc encore un rêve? Non, cela semblait trop réel pour que ce fut un simple rêve.

-Pourquoi tout ça? demanda Kyriane.

Un silence, seulement troublé par le souffle maintenant omniprésent du vent, vient lui répondre. Que signifiait toute cette mascarade? Si elle souhaitait le contacter, pourquoi lui faire subir cette épreuve? Cela n'avait aucun sens. Malgré tout il avançait, manipulé qu'il était par un marionettiste très doué.

Le froid avait atteint son paroxysme et jamais Kyriane ne s'√©tait senti aussi las. Ses jambes r√©pondaient avec plus de difficult√©s encore que s'il avait march√© trois jours durant; peut-√™tre √©tait-ce la cas, apr√®s tout? Il n'avait plus aucun rep√®re. Pas apr√®s pas, ses forces le quittait, l'abandonnant √† son triste sort, seul, perdu, dans un couloir sans fin et o√Ļ toute r√©alit√© pouvait s'apparenter √† une illusion.

...
Un déclic se produisit alors dans sa tête, qui le fit tressaillir au beau milieu du couloir. Et tout disparut. Le couloir, le froid et le vent. Tout se volatilisa, comme si tous les évènements n'avaient jamais pris place dans la vie du petit mage.

Il se trouvait maintenant dans une pi√®ce ronde, en forme de d√īme, creus√©e √† m√™me la roche. Aucune ouverture n'√©tait visible, o√Ļ que ses yeux se fut port√©s. Des chandelles et des bougies √©clairaient l'endroit, sobrement d√©cor√© de quelques tentures fix√©es sur les murs. Une table, des chaises et une commode en √©tait le seul mobilier. De nombreux pots de fleurs et de plantes tentaient d'√©gayer le tout.

-Mon jeune mage a réussi... Commença la jeune fille, dissimulant à peine un rire étouffé

-Je ne serais pas votre jeune mage, tant que vous me ferez tourner en bourrique et que j'ignorerais votre nom, damoiselle.

-Damoiselle... Voil√† bien longtemps que j'ai pass√© l'√Ęge d'en √™tre. Je pourais √™tre ta... enfin une lointaine anc√™tre de votre famille.

-Peut-être... passons. Que me vaut l'honneur de cette nouvelle rencontre cette fois? demanda Kyriane.

-Que de précipitations, mon jeune mage. Ne veut-tu donc point accepter avant ce modeste breuvage, pour te réconforter de l'épreuve subie?

-Point. J'aimerais savoir enfin pourquoi vous me cherchez avec autant de zèle.

-Tu peux me tutoyer, mon jeune mage. Cela ne m'offenseerait aucunement. Je le fais bien moi-même.

-Soit. Je le ferais.

-Tout d'abord, elle fit quelques pas dans la pièce, c'est toi qui est venu à moi, rappelle-toi... ah non, j'oubliais, tu ne peux le faire. Prends donc ma parole et ne t'en méfie pas, je ne sais pas mentir, juste cacher la vérité.

-Je ne vous... te fais pas confiance. Je ne sais même pas ton nom. Pourquoi voudrais-tu donc que j'accepte ceci sans mettre en doute chacun de tes actes?

-Parce qu'il le faut. Pour ta survie mentale. Maintenant que tu m'as rencontrée par deux fois, tu es impliqué, que tu le veuilles ou non.

-Maudit sois-tu, pour m'avoir emporté dans tes histoires.

-Maudite je le suis, assur√©ment, contrainte √† rester ici pour acomplir la t√Ęche qui m'avait √©t√© assign√©e durant ma vie.

Il faisait de plus en plus chaud dans la pièce, malgré l'abscence de toute source de feu visible, hormis les flammmes des bougies.

-Mon nom est Fleur; je viens d'une famille tr√®s impliqu√© dans ces v√©g√©taux et qui avait vou√© leur vie √† cette passion. Tu es ici dans la pi√®ce o√Ļ je fut emmur√©e vivante voil√† longtemps. Vois mon squelette.

Kyriane tourna les yeux vers un coin sombre de la pièce et aperçut les membres inférieurs d'un squelette poussiéreux.

-Vois ce qu'il reste de moi dans ton monde. J'espère que tu me crois maintenant et que tu accepteras enfin ce pourquoi je t'ai contacté, bien que notre première rencontre fut un hasard du destin.

-Je ne crois pas au destin...

-Tu devrais! le coupa sèchement Fleur. Tu devrais...

Elle sembla soudain pensive, comme accapar√©e par des songes venus d'un autre temps, d'une √©poque r√©volue o√Ļ les croyances √©taient diff√©rentes. Mais cela ne dura qu'un temps et, tr√®s vite, son attention se reposa sur Kyriane.

-Mais nous ne sommes pas là pour discuter philosophie, reprit-elle. Comme je te l'ai déjà dit, j'ai quelque chose à te confier. Et j'espère que tu accepteras, car de toute façon, tu n'as plus vraiment le choix.

-Curieuse façon de proposer, pensa Kyriane.

-Peut-être, mais c'est comme ça.

Kyriane fit taire ses pensées. Il avait oublié qu'elle lisait en lui comme dans un livre ouvert.

-Tu devras retrouver ce que, moi-même n'ai pas eu le temps de faire. Il s'agit...

Ses paroles finirent en un gargouilli atroce, tandis que des convulsions la prirent et l'obligèrent à s'allonger. La chaleur devint moite et une présence se fit sentir, même pour un apprenti tel que Kyriane.

-A... Anthios... c'est... Anthios... Non! murmura Fleur.

Elle semblait faible et son corps dvint opaque et disparaissait progressivement. Kyriane ne pouvait bouger, entravé par une force invisible sui maintenait chacun de ses membres. Il était désespéré de ne pouvoir venir en aide à celle qui ne lui avait apporté que des ennuis depuis leur rencontre. Elle fut repris par des convulsions de plus en plus intenses et à chacune d'elle, elle se volatilisait un peu plus.

-Un coffret d'argent... trouves un coffret d'argent. Ce que tu dois me ramener est à l'intérieur. Mais prend garde à la rose... elle est dangereuse.

Kyriane ne comprit pas tous les mots, mais il n'eut pas le temps de pousser son investigation plus loin. Une lumière envahit tout d'un coup son champ de vision.

-Kyriane, lèves-toi, il se fait tard! dit une voix.

Sa mère se trouvait près de la fenêtre, de laquelle elle observait le dehors. Elle avait tiré les rideaux, si bien qu'un jour radieux emplissait maintenant la chambre de Kyriane.
Tandis qu'il se levait paresseusement, les √©chos de son r√™ve nocturne retentissaient encore dans son cr√Ęne:

Trouves le coffre... Argent... Rose... Prends garde...

A suivre

Par *Arwen* le 27/11/2001 à 5:25:00 (#362078)

(Clap clap, très bien écrit Kyriane, j'apprécie tjrs autant tes textes ;) Si jamais tu as besoin d'une quelconque aide... *lève la main* :rolleyes:
J'en profite pour rappeler tiens ;))

Rencontre dans un champ fleuri...

Rencontre dans un champ fleuri (2ème partie)

[ 27 novembre 2001: Message édité par : Azulynn Sylrus ]

Par Lana. le 27/11/2001 à 12:03:00 (#362079)

Elle s'approcha de son fils, lui apportant un verre de ce breuvage si bon le matin

-Tu es tout en sueur, tu as encore eu un rêve étrange, n'est-ce pas ?

Il la regarda étonné, ne sachant que dire, puis bu le verre sans dire un mot.

-Allons, lèves-toi, nous avons des choses à faire aujourd'hui

Elle lui sourit, puis reparti de sa chambre

---
:) très joli texte

Par methy le 27/11/2001 à 16:19:00 (#362080)

Comme à mon habitude, je me faufile discrètement parmi les brumes matinales de la ville.

Epiant chaque personne qui passe, je les étudie, tente de trouver ma prochaine proie, une qui sera amusante.

Je reviens au même endroit, une maison m'intéresse, un jeune mage, il semble bien sombre parfois, joyeux le reste du temps, et surtout il est jeune, la peau jeune est tendre. Il est mage, et j'aime bien entendre les craquements des os sous l'acier qui tombe, cela me délecte.

Je me poste derrière un arbre, et regarde la maison, attendant qu'il sorte encore une fois, comme souvent.

Par Psyko_57 le 29/11/2001 à 4:55:00 (#362081)

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine