Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling - 15ème partie

Par Galadorn le 31/10/2001 à 0:17:00 (#361206)

Index
-

"- Je désire vous accompagner à Trandling, sire chevalier." Sa voix était aigue, sans être désagréable. La jeune fille qui se tenait devant le paladin blanc lui arrivait à l'épaule, elle ne semblait pas avoir quinze ans. Ses cheveux blonds, presque blancs, étaient coupés court et encadraient un adorable visage ovale d'ou ressortaient deux immenses yeux mauves. Son regard était franc, sans détour ni manière.

Elle s'était présentée à lui le lendemain de sa longue journée à l'arène, dans laquelle il avait bien failli périr. Vêtue d'une demi-tunique, d'une veste et d'un pantalon serrés qui mettaient sa silhouette en valeur, Zeed avait tout de suite décelé dans la démarche souple et précise de l'adolescente une agilité hors norme, une assurance qui ne pouvait s'acquérir qu'avec une longue expérience des combats au corps à corps. Mais presqu'aussi vite il avait estimé que sa corpulence trop frêle devait jouer contre elle dans les duels, et qu'elle n'avait encore jamais du se heurter à de réels adversaires de grand gabarit. Le sabre qu'elle portait dans son dos, en travers de la hanche, était bien trop court pour tenir de tels ennemis à distance.

Elle était venu le trouver alors qu'il mangeait à table avec ses compagnons, discutant avec le jeune Palan d'Arel de ses voyages. Courtoisement elle avait attendu qu'il lui adresse la parole, et, s'il avait pu lire dans son regard un respect profond à son égard, il n'avait pas remarqué cette admiration sans borne que la guerrière lui vouait.

"- Tout d'abord, dis moi ton nom, mon enfant. Tu sais visiblement qui je suis, mais je ne sais pas qui tu es." lui dit il en lui adressant un sourire.
"- Mon nom est Qwineth. Je viens de la cit√© d'Erkjavik. Je d√©sire √™tre √† vos c√īt√©s lorsque vous irez √† Trandling, sire chevalier." r√©p√©ta la jeune fille.
"- N'es tu pas... un peu jeune pour entreprendre ce voyage avec moi? Sais tu quels sont les dangers que nous allons affronter?"
"- J'aurais dix-sept ans dans deux mois." Elle avait devancé sa question suivante et sapé son argument. Elle était à peine moins agée que son propre fils, Yo. "Vous allez combattre les Légions. Les hordes de la Non Vie. Vous allez vous mesurer à vos anciens compagnons d'armes, tombés sur les murs de la cité forteresse... Je n'ai pas peur. Ici, à Cymod, personne ne m'a encore vaincue. J'ai pour moi la jeunesse, l'enthousiasme, la vivacité. Je ne vous faillirai pas, sire chevalier. Mettez moi à l'épreuve si vous le désirez." Elle recula, l'air fier, une mèche blanche lui retombant devant les yeux.

Zeed avait levé la main, pour calmer l'ardente réponse de son interlocutrice, et il fit un grimace. La blessure aux cotes que lui avait infligé le guerrier d'Erkenheim la veille le faisait encore souffrir, malgré les baumes et les soins. A la longue table, ses compagnons s'étaient tus, et observaient la discussion avec intérêt.

Le paladin remarqua bient√īt que l'auberge enti√®re retenait son souffle, pour √©couter la r√©action du survivant de l'ar√®ne, du Champion de Cymod, du futur g√©n√©ral des arm√©es des Cit√©s, face √† une adolescente exalt√©e. M√™me si le Conseil ne s'√©tait pas √† nouveau r√©uni pour officialiser la d√©cision, d√©j√† les pr√©paratifs de d√©part avait commenc√© autour de la ville, dans les diff√©rents camps de bivouac. Avant m√™me son discours dans la Chambre du Conseil, la plupart des officiers coalis√©s s'√©taient rassembl√©s pour lui rendre hommage et l'assurer de leur all√©geance √† la Licorne. Parmi eux, il avait reconnu quelques v√©t√©rans de Trandling, √©vacu√©s avec les bless√©s avant la chute de la forteresse. Quand le r√©sultat du premier vote fut r√©v√©l√©, ces hommes avaient √©t√© pr√™ts √† prendre d'assaut le Conseil pour lui donner les reines du pouvoir, mais il leurs avait impos√© le calme. Zeed Mithror n'√©tait pas venu dans les terres du Nord pour d√©clencher une guerre civile, mais pour sauver autant de vies que possible.

Et voila que ce matin, il avait devant lui une vie à peine éclose, pleine de possibilité encore, qui lui demandait de l'emmener vers la souffrance et la mort. Quelles étaient les probabilités pour qu'elle survive à une mêlée? se demandait t'il. Et toute son expérience lui soufflait: une chance sur cent. A deux batailles? Une sur cent mille. A trois? Aucune.

Les règles d'un duel ne s'appliquent pas lors des combats de groupe. Un instant l'action se déroule contre un adversaire dans un espace vaste comme une chambre d'auberge, le moment suivant cinq combattants ont fait irruption à gauche, à droite, derrière pour concentrer leur attaques, réduisant les degrés de liberté et les marges de manoeuvre, puis tout aussi brusquement le reflux les a repoussés pour laisser place à des guerriers amis. Dans ce contexte, l'esquive, l'agilité comptent bien moins que la chance et une appréciation correcte des dynamiques de rapports de force. Et à ceux qui manquent de l'un ou de l'autre, une bonne constitution et une armure adéquate permet d'apprendre de ses erreurs.

Aurait elle eu le temps d'assimiler les nouvelles données? Elle semblait trop fragile. La moindre blessure l'aurait ralenti, lui aurait été fatale à plus ou moins court terme, ne lui aurait laissé aucune chance au combat suivant.

"- Paix, jeune enfant. Je rends hommage à ton enthousiasme, et je ne doute point de ta sincérité."

Qwineth devina la réponse qui se dessinait dans l'esprit de Zeed.

Pourquoi donc tout ne se passait il pas comme elle se l'était imaginé? Elle se mordit les lèvres. Elle se trouvait en face du héros qui avait bercé ses rêves, de la Légende de Trandling. Un homme au sourire engageant, aux cheveux noirs parcourus de quelques mèches grises. Il était tel qu'elle se l'était représenté, peut être même plus serein que dans son imagination. Elle s'était attendu à un accueil du maitre à l'élève, d'un moment intense quand le Berseker aurait reconnu en elle une lame trempée dans le même moule, forgée à la même flamme. Elle lui aurait démontré son habileté, aurait gagné sa confiance... Et voila qu'il allait la rejeter, à cause de son age sans doute. Finalement, cet homme était plus stupide qu'elle ne le pensait. Une boule prit forme dans sa gorge. Elle retint ses larmes.

"Malgré tout, tu ne peux pas nous accompagner." Zeed n'avait pas fini sa phrase qu'il sentit que son refus avait blessé Qwineth plus profondément que s'il avait employé son épée pour l'éviscérer. Mais ne s'étant pas rendu compte de l'adoration qu'elle lui portait, il prit cela pour de la vanité mal placée. "Tu auras d'autres occasions de montrer ta valeur au combat... Cependant cela ne sera pas avec moi."

Autour de la jeune fille le brouhaha de l'auberge reprit l√† o√Ļ il s'√©tait arr√™t√© quelques instants plus t√īt, comme si les lumi√®res de la sc√®ne s'√©taient soudainement d√©tourn√©es d'elle, la renvoyant √† l'anonymat qui √©tait le sien avant qu'elle ne s'adresse au Champion de Cymod. Baissant la t√™te pour cacher ses yeux humides, les √©paules basses, elle se retourna vers la porte.

Zeed la suivit du regard alors qu'elle en franchissait le seuil, mais, trop loin pour examiner la garde du sabre de l'adolescente, il ne reconnut pas le sceau de Telanath Sed Zarul, à qui il avait fait parvenir une missive.

Telanath Sed Zarul, le danseur de guerre.

[ 31 octobre 2001: Message édité par : Galadorn ]

Par Dodgee le 31/10/2001 à 9:42:00 (#361207)

*shoot* Buuuuuuutttttttttt!

Par entropie poisOD le 31/10/2001 à 17:58:00 (#361208)

et hop

Par La Marmotte le 1/11/2001 à 17:36:00 (#361209)

Mais jusqu'a combien ira t'il?

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine