Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Conte à rebours

Par Khetil le 16/11/2001 à 21:14:00 (#286367)

/Je profite du nettoyage du forum pour grouper le background de Khetill - en espérant que le volume ne découragera pas la lecture.../

La rencontre

Hector de Pern fut un paladin convaincu de ses devoirs, servant fidèlement son roi et apportant comme il se doit assistance et protection aux faibles. Les bienfaits de l'ordre, la justice, le code de l'honneur, les choses étaient si simples ! Tout cela le comblait de joie jusqu'à ce qu'il rencontre une magnifique jeune femme...

La belle s'appellait Fleur Oc√©ane, sa mise √©tait fort simple quand il l'avait rencontr√©e un soir d'√©t√©. Elle √©tait assise au bord d'un lac nich√© dans l'√©paisseur d'une for√™t. Jamais il ne se serait √©loign√© du chemin s'il n'avait √©t√© captiv√© par une douce m√©lop√©e, un chant cristallin qui apaisait les petis tourments de l'existence et semblait √©l√®ver l'√Ęme vers un lieu d'harmonie et de lumi√®re.

Quand le chant s'était tu, Hector s'était retrouvé à l'orée du bois, assis là sur la pierre froide d'une roche, une quinzaine de mètres en retrait d'elle. Il n'osait plus respirer ni fermer les yeux de peur qu'elle ne disparaisse et les mots lui manquaient également. Un rien aurait suffit à rompre la magie de l'instant et il ne voulait pas en être l'auteur... finalement son cheval se décida à hennir quelque chose.

- ho ?! Bonsoir messire !

Hector eut le souffle coupé par l'éclat de sa beauté. Deux yeux turquoises et malicieux éclairaient un visage d'ange blond, il n'avait qu'une envie... mais pas facile à exprimer.

- Madame... je ... pardon ... enfin ... Bonsoir * sourire bete*

La jeune femme sourit de plus belle ce qui acheva le pauvre Hector plus s√Ľrement que la masse d'un Skraug.

- Approchez vous messire, le soleil va bient√īt se coucher et chaque soir son reflet enchante les eaux de ce lac en cette saison.

- Ah oui ?! ... (crouic ... grincement d'armure ou de dents ?)

- La nature nous offre les plus beaux des spectacles, ne trouvez vous pas ?

- Certes, la nature est belle, nous en avons aussi à Sylversky... * mais qu'est ce que je raconte comme connerie moi ? *

- hihi... Seriez vous l'un de ces grands chevaliers qui parcourent le monde ?

- bah ! non pas vraiment madame, je me nomme Hector de Pern et je ne suis qu'un simple paladin qui tente de porter son aide l√† o√Ļ elle est utile...

A cet instant, les derniers rayons du soleil embrasèrent la surface du lac qui se mit à scintiller comme une mer d'étoiles.

- c'est vraiment magnifique !!

- oui, n'est ce pas ! Regardez même les loups viennent savourer le don de la Dame.

- HEIN ?

Par Khetil le 16/11/2001 à 21:18:00 (#286368)

mon père, Hector de Pern

Or donc une horde de sinistre allure avait silencieusement √©merg√© du sous bois et envahi le rivage d'en face¬Ö des loups de belle taille¬Ö assis sur son post√©rieur le plus gros d'entre eux regardait fixement dans leur direction ignorant les hommages des membres de sa meute. Leur pr√©sence n'√©tait gu√®re du go√Ľt d'Hector et pas davantage de sa monture qui commen√ßait √† tirer fermement sur sa longe.

- tout cela ne me dit rien qui vaille madame, la nuit va tomber et ces fauves sont suffisamment nombreux pour représenter un grave danger.

- ha ? vraiment ¬Ö

- croyez en mon expérience, si ces bêtes ont faim, elles sauront bien s'accommoder de notre viande. connaissez vous un abri proche d'ici ?

- chevalier… nous ne courrons aucun danger je vous l'assure … vous vous méprenez lourdement sur ces animaux.

Le sourire de la jeune femme s'était effacé faisant place à une expression plus distante qui affligea profondément Hector plus grièvement que le plus cuisant des échecs. La conviction tranquille qu'il lisait sur son visage, la sérénité de son regard et quelque chose d'ineffable émanant d'elle le déstabilisaient complètement. Pour la première fois de sa vie il se sentait en proie au doute et sous le charme d'un mystère qui le dépassait complètement.

- et bien¬Ö apprenez moi ¬Ö

Elle sourit de nouveau.

- soit ! vous apprendrez par vous même messire, je vous laisse ici méditer sur vos vilaines paroles si insensées.

D√©tachant une odorante fleur bleue qui ornait ses cheveux, elle lui tendit dans un geste plein de gr√Ęce.

- retrouvons ici, demain soir si vous le voulez¬Ö

- je serais présent madame, mais comment dois je vous appeler ?

- cette fleur le sait, écoutez là… au revoir messire Hector de Pern.


Incapable de faire le moindre mouvement Hector l'avait accompagnée du regard et caressait à présent ses pommettes de la petite fleur qu'elle lui avait laissé.

*Quelle femme extraordinaire… qu'à t - elle bien voulu dire ? *

Une fois encore son cheval le tira de sa réflexion, après avoir bu, les loups s'étaient retirés mais leur odeur persistante avait grandement indisposé le malheureux quadrupède qui avait fini par réussir à rompre son attache.

*et merde !! Que Brehan m'aplatisse, je perds compl√®tement la t√™te moi ! voil√† que je fais un bivouac au beau milieu d'une for√™t qui tra√ģne une r√©putation plus que douteuse et je laisse mon cheval s'√©chapper parce que je cause avec une fleur¬Ö ha, mais vraiment quelle tarte !! *

clonc… shootant dans un bloc de pierre dans un mouvement d'humeur bien légitime, Hector se mit en devoir de préparer le terrain pour la nuit. La colère passée, il s'enroula d'une épaisse couverture et laissa vagabonder ses pensées au gré du mouvements des eaux du lac.

*et en plus si √ßa se trouve, elle ne reviendra pas¬Ö * il tournait toujours le don de la damoiselle entre ses doigts, son image et son parfum impr√©gnaient encore son esprit. *qui est - elle donc petite fleur ?*. Bient√īt le bercement l√©ger de l'onde et la douceur de la nuit laiss√®rent place √† la somnolence.

*Fleur bleue, Fleur des bois, Fleur du lac, Fleur des eaux, Fleur de l'océan… ouais… ça lui irait bien avec ses yeux turquoises… Fleur Océane… *

Par Khetil le 16/11/2001 à 21:30:00 (#286369)

l'auteur de mes jours, Fleur Océane


Un souffle chaud sur sa nuque éveilla Hector
*Fl¬Ö LES LOUPS !! *

La brusquerie de son premier mouvement effraya sa fidèle monture qui fit un écart et s'éloigna un peu plus loin. Se laissant retomber sur le dos Hector respira profondément afin d'apaiser le tumulte des battements de son cœur.
*Maudit roncin ! *

L'aube colorait le ciel d'une lumière blafarde à peu près de la même teinte que son visage… quelle mauvaise nuit ! Endormi dans une douce rêverie, les hurlements lointains et des bruits nocturnes tout proche avaient hanté le reste de son sommeil, et pour finir c'est une lame nue qui avait partagé sa couche.

La journ√©e s'annon√ßait maussade, des nuages gris accourraient de l'ouest pouss√©s par un vent aigrelet et la pluie ne tarderait s√Ľrement pas. Enfin cela lui donnerait l'occasion de d√©placer son bivouac vers un lieu plus choisi et tromperait ainsi une partie de son attente. A vrai dire plus le temps passait et plus sa nervosit√© augmentait, il aurait aimer au moins avoir quelque chose √† lui offrir mais rien dans ses bagages ne se pr√™tait aux circonstances.

Le soir √©tait venu, seul. A l'abri sous la b√Ęche de cuir qu'il avait tendue, il suivait pensivement des yeux le parcours des gouttes de pluie tombant dans une petite flaque qui s'√©coulait vers le lac.
*Voil√† comment se terminent les folles esp√©rances d'un homme¬Ö quel na√Įf je suis.*

- Hého ? messire chevalier ? Etes vous céans ?

Dans un élan irrépressible Hector se releva d'un bond à la rencontre… du madrier qui lui avait servi à tendre sa toile. Comme la veille les étoiles furent au rendez vous, et le choc fut même suffisamment violent pour lui ouvrir le front et le faire promptement rasseoir.

- Oui ! Aouuuuuutch ¬Ö

- Ho !? pardon de vous avoir surpris… mais vous vous êtes blessé ?

- Ce n'est rien Fleur, je suis si maladroit¬Ö (groggy)

- Fleur ?

- Ha… oui… j'ai songé un instant que Fleur Océane aurait pu être votre nom, excusez moi…

- Oh ? c'est vraiment tr√®s joli¬Ö*large sourire* et ce nom me sied parfaitement¬Ö Laissez moi regarder votre front¬Ö Venez, ne restons pas l√†, il y a une chaumi√®re non loin d'ici o√Ļ je pourrai vous soigner et vous faire meilleur accueil.

Fleur conduisit donc Hector sur le chemin d'une petite maison de rondins. A vrai dire il n'osait pas trop la questionner et fut bien content qu'elle se d√©voile un peu pendant le trajet. Elle lui expliqua qu'elle venait souvent ici chercher certaines plantes curatives et qu'elle aimait par dessus tout la beaut√© des lieux touch√©s selon elle par la gr√Ęce des esprits de la nature.

- Mais vous n'avez pas peur seule de vous éloigner si loin ?

- loin de quoi mon ami ? de la violence des hommes ? des lois qui nous condamnent par ignorance et méprisent nos croyances ? (douce et résignée)

- mais … non… les lois servent à protéger les faibles… nous ? … vous voulez dire que vous rendez un culte à la nature, c'est ça … ? (murmure)

- oui¬Ö

La chaleur de l'√Ętre avait r√©chauff√© les deux jeunes gens et une autre flamme plus subtile colorait leurs joues √† pr√©sent.

Par Enthy le 17/11/2001 à 2:12:00 (#286370)

Bravo !

*remonte*

--
Enthy :cool:

Par Moire le 17/11/2001 à 6:18:00 (#286371)

*s'essuie les yeux*

*en profite pour remonter le post aussi*

Par Touaelle le 17/11/2001 à 8:21:00 (#286372)

*Attend la suite en grignotant des baies sauvages*

Par Khetil le 19/11/2001 à 23:09:00 (#286373)

Complications

Parfois les regards suffisent pour exprimer ce qu'aucun mot ne saurait dire, et leurs yeux se parl√®rent dans ce langage de l'√Ęme et des c¬úurs √† la mani√®re d'une douce promesse. Le lendemain et les jours suivants Hector demeura chez son h√ītesse, p√©tillante et pleine de finesse, sa compagnie √©tait un baume dont il √©tait difficile de se passer et elle m√™me n'√©tait gu√®re press√©e de le voir partir. Le temps s'√©coula ainsi, bien trop vite, jusqu'√† la fin de l'√©t√©. Pour Fleur le moment √©tait alors venu de rejoindre son grand p√®re, un sage et un ermite vivant au c¬úur des bois. Avant de se quitter, ils √©chang√®rent le serment des amants et d√©cid√®rent de se retrouver pr√®s du lac quand la lune serait de nouveau pleine.

Hector prit donc la direction de la cit√© de Sylversky, l'ivresse de l'amour peu √† peu dissip√©e par la pens√©e des difficult√©s √† venir. L'obstacle majeur s'appelait Halfdan de Pern. En fait, son p√®re avait toujours √©t√© un redoutable probl√®me pour beaucoup. Surnomm√© dans sa jeunesse l'Ours de Ravendust, ce colosse moyennement d√©bonnaire g√©rait sa petite famille d'une main de fer. Ardent br√©hanite, il avait toujours profond√©ment ha√Į ceux qui commer√ßaient avec la magie. Tous ces bonimenteurs affam√©s de pouvoir lui donnaient la naus√©e et l'ordonnance se rapportant √† l'interdiction de la n√©cromancie sur les terres du royaume avait encore empir√© les choses. Il avait coutume de la commenter finement ainsi " Les magiciens, les n√©cromants, tout √ßa c'est bonnet noir et noir bonnet ! Y a qu'√† creuser un trou assez grand pour tout le monde ! "

La violence de son langage aurait prêter à rire si elle ne faisait hélas partie de ses usages et Hector s'interrogeait ferme pour savoir comment épouser sa prêtresse sans avoir à présenter les esprits de la nature à son père. Poussant la lourde porte de la pièce principale, il avait finalement décidé que rien ne le ferait reculer…

- Mouahaha ! FILS !! BIENVENU !!

- Bonjour père…

- Ca fait bien une ou deux semaines qu'on t'a pas vu, o√Ļ t'√©tais donc fourr√© ? h√©h√©¬Ö

- En effet père, il y a près de trois mois que je vis d'aventures… et j'ai de grandes nouvelles à vous annoncer !

- Mouargll ! Nous aussi, tiens ! Assis toi parmi nous et prends toi une choppe ! Longue vie à mon fils par Bréhan !!!

- Vous célébrez quelque chose ?

- Tout juste fils, j'ai enfin trouvé la femme qui te convient : Hildeberthe de Bralon, la fille d'un hobereau de Windhowl. Bah, c'est un laideron mais le père est fortuné et il est d'accord... y a pas à dire le meilleur parti pour nous ! enfin pour toi quoi !

- Comment ça ? … mais, c'est pas possible. Justement j'allais vous dire que j'ai rencontré l'amour d'une femme extraordinaire et …

- Mouahaha ! Elle est bonne celle là ! Hihihihi !mais je te parle pas d'amour fils… je te PARLE DE MARIAGE. Tu feras ce que tu voudras après que tu aies épousé Hildeberthe, c'est à dire le mois prochain. Allez, buvons un coup à la santé des mariés par Bréhan !!


Recherchant du regard un soutien parmi l'assemblée, Hector ne vit que les trognes rougeaudes et goguenardes des proches d'Halfdan et le visage baissé de quelques familiers. Il savait depuis longtemps pourtant qu'aucun membre de sa famille n'aurait oser aller contre une décision de son père mais là... il en allait de son droit au bonheur…

Par deirdre_caern le 19/11/2001 à 23:40:00 (#286374)

si tout le monde faisait pareil, ca serait vraiment super génial

Par Khetil le 20/11/2001 à 14:51:00 (#286375)

merci, c'est toujours agréable

Par Snowwolf le 21/11/2001 à 16:38:00 (#286376)

Je suis ravie de voir que tu as réussi à retracer la vie de notre père, comme tu te l'étais promis. Tu as vraiment des talents de conteur qui s'affirment de jour en jour, petit frère. Je viendrais apporter ma pierre à l'édifice de notre histoire.

Ta soeur

[ 21 novembre 2001: Message édité par : Chani de Pern ]

Par Khetil le 21/11/2001 à 18:51:00 (#286377)

Coucou ma chère soeur,

Je suis heureux que tu aies laisser une trace de ton passage et savoir que tu approuves mes recherches me pousse √† les poursuivre. Malgr√© une enqu√™te minutieuse et le recours √† de sombres arcanes je n'ai h√©las pas encore tout d√©couvert... La t√Ęche est √©puisante et j'esp√®re √©clairer bient√īt les circonstances de notre naissance.

Ton frère qui t'embrasse,
Khetill de Pern

Par Snowwolf le 22/11/2001 à 2:30:00 (#286378)

La jeune femme s'avançait dans la forêt, suivant un chemin qui semblait n'être visible que d'elle. Elle pensait à ces derniers jours, si agréables et si différents.

- Fleur Océane ...

Elle sourit en songeant au nom que lui avait donné le jeune paladin.

- Et bien ma petite fille, quel est ce regard réveur que tu jettes ?

Fleur se tourna vers son grand père qui l'observait depuis un arbre, un arc à la main.
- Tu vieillis grand-père, je t'ai entendu venir cette fois.

- J'espère bien que tu m'as entendu arriver, je ne t'ai pas éduquée dans la voie des Esprits pour que tu te laisses surprendre.


Un sourire éclaircit son visage raviné
- Tu n'as pas répondu à ma question.

- Et bien, j'ai rencontré quelqu'un et ...


Le vieil éclaireur lui lança un regard sombre.
- Un de ces hommes de la ville, c'est ça ?

- Il n'est pas comme les autres, il semble capable de comprendre nos coutumes, nos règles et les préjugés n'ont pas l'air d'être sa religion.

- Tu sais comme moi que les humains qui se prétendent civilisés nous craignent, nous et ce que nous représentons. En quoi serait-il différent des autres ?

- Je ne saurai le dire vraiment, mais, il a touché mon coeur. Il est un peu maladroit, il a la tête remplie d'idées préconçues et il parle souvent plus vite qu'il ne pense, pourtant ...

- Touché ton coeur hein ? Ce n'est pas à moi de te dicter tes choix, n'oublie pas que les hommes sont prompts à détruire ce qu'ils ne comprennent pas. Dis-moi, comment s'appelle-t-il ?

- Hector de Pern.

- Le fils de l'Ours de Raven's Dust ? L'Ours nous hait plus que tout, s'il ne craignait pas tant la colère des Esprits et des Dieux, il aurait passé l'ensemble des clergés et des mages par le fil de l'épée. C'est une brute épaisse qui a la violence pour compagne et la colère comme conseillère. Il est dangereux et impulsif...

- Le fils n'est pas le père !

- Certes, certes, cependant soit prudente ma petite fille, les raisons pour lesquelles vos chemins se sont croisées ne me sont pas connues. Assez discuté, nous devons nous préparer pour la cérémonie de ce soir.


[ 23 novembre 2001: Message édité par : Chani de Pern ]

Par Khetil le 22/11/2001 à 22:19:00 (#286379)

Le bonheur est dans la clairière

- Jamais¬Ö

La voix d'Hector était tranquille et résolue.

- Père… je ne puis me soumettre à votre décision. Mon cœur et mon honneur sont déjà engagés auprès d'une dame sans pareille… j'ai prêté serment et rien ne saurait m'en détourner.

Un silence de plomb accueillit sa déclaration. Les verres restèrent suspendus dans l'espace, tous les mouvements se figèrent à l'exception des yeux des commensaux qui se tournèrent incrédules vers Halfdan. Observant la mine déterminée de son fils avec sévérité, le géant sembla réfléchir un moment. Chacun pouvait suivre l'évolution de ses pensées à la contraction des muscles de son visage. Sa voix habituellement tonnante et railleuse prit finalement les accents faux de la compréhension.

- Ainsi mon unique fils décide t - il à présent du sort de la famille ? Bien… J'imagine que la dame est de bonne naissance ?

- Elle est druidesse et la noblesse de son √Ęme a certes plus √©clat que tout l'or d'un hobereau.

Halfdan devint violet et fit un effort démesuré pour ne pas écraser le camouflet d'un coup de son poing massif. Il tremblait de rage quand il reprit la parole.

- QUOI ?! Comment oses tu comparer la fille d'un baron et la vile magicienne qui t'a tourné la tête !

- Je savais que vous ne comprendriez pas. J'en suis très affligé, je dois donc suivre mon propre chemin … Adieu père.

Sans se retourner Hector quitta la salle d'un pas lourd.

- Maudite sorcière ! LA FOUINE bouge ton cul prestement !

Un des hommes pr√©sent sursauta avant de se lever pr√©cipitamment pour accourir √† l'appel de son ma√ģtre. Halfdan l'attrapa par le col et lui murmura quelques ordres √† l'oreille.

- Suis mon idiot de fils jusqu'au rep√®re de cette pieuvre. Ensuite tu iras voir Kalastor √† Lightheaven et tu lui donneras cette bourse. Il devrait conna√ģtre du monde pour envoyer l'ensorceleuse dans l'autre monde. Veille √† ce que tout soit fait au plus vite et que mon nom ne soit pas prononc√©. Va ! *Morte la b√™te, mort le venin*

Comme pour le soustraire à l'agitation conjointe des rues de Sylversky et de son esprit les pas d'Hector l'avaient conduit inconsciemment vers le temple. C'est souvent là qu'il était venu chercher secours plus jeune lorsque la vie l'éprouvait. Pourtant cette fois ci, dans le sanctuaire déserté par les fidèles à cette heure de la journée, le vide des lieux semblait accentuer encore son malaise. Et puis cette statue d'Artherk avait le même regard que son père…

Moins d'une heure plus tard, Hector avait repris le chemin du nord ne laissant derri√®re lui aucun regret. Il comptait un peu plus d'une semaine pour atteindre le lac, Fleur le rejoindrait quelques jours plus tard et ils pourraient go√Ľter les joies de l'existence dans cette petite clairi√®re loin de tout pour le reste de leur √Ęge. Avec le temps les choses se tasseraient ¬Ö

Par Snowwolf le 23/11/2001 à 1:03:00 (#286380)

La lune était haute quand les druides se rassemblèrent dans le caern sacré. La jeune femme regardait attentivement chacun des arrivants, les Esprits savaient combien ils pouvaient être différents l'un de l'autre. Certains s'étaient tournés vers le combat sous toutes ses formes, d'autres vers la tradition, d'autres encore vers la connaissance des plantes, d'autres enfin vers la magie élémentaire. Tous avaient des personnalités différentes et souvent clairement affirmées et pourtant, ils ne parlaient que d'une voix lorsqu'il s'agissait de la Nature.

Elle avait étudié auprès de la plupart d'entre eux et beaucoup appris. Ce soir, elle allait quitter le rang d'aspirant pour devenir une druidesse. Elle allait promettre de protéger la Nature et de préserver l'équilibre. En cette heure importante, cependant, ses pensées dérivaient vers un jeune paladin maladroit.

- Tu es prête mon enfant ?

Elle sursauta légèrement et se reprit.

- Ou... oui, je suis pr√™te grand p√®re, euh, Grand Ma√ģtre des Traditions.

- Il serait bon que tu aies un peu l'esprit à ce que tu fais, cette cérémonie devrait représenter quelque chose d'important pour toi.

- C'est le cas, n'en doute pas, mais je suis impressionnée.


Dans la for√™t, les loups saluaient la lune de leur m√©lop√©e insistante. La c√©r√©monie allait commencer, le Grand Ma√ģtre de la Nature s'avan√ßa au centre du Caern.

Par Snowwolf le 24/11/2001 à 4:22:00 (#286381)

Il regarda l'assemblée de druides et prononça les paroles rituelles ouvrant toute cérémonie druidique. Puis, il se tourna à nouveau vers ses frères et soeurs.

- Mes amis, notre réunion de ce soir est particulière. Une jeune femme que nous connaissons tous termine son apprentissage et va quitter son titre d'aspirante pour prendre celui de druide. Sharra, avance toi au centre du cercle.

Jetant un regard √† son grand-p√®re, elle franchi la limite du cercle et rejoignit le Grand Ma√ģtre. Celui-ci posa son regard p√©n√©trant sur elle.

- Sharra, voici maintenant bien des Lunes que tu as prété ton serment d'aspirante. Tu t'es engagée à apprendre nos traditions, nos connaissances, notre savoir afin de protéger au mieux le don de notre Mère. Nous te connaissons tous, tu as appris auprès de la plupart d'entre nous et tu t'es révélée une élève douée. En cette nuit, sous le regard des Esprits et des Eléments, je te libère de ton serment d'aspirante pour te proposer de nous rejoindre à part entière désormais.
Acceptes tu devant tes pairs et devant les Esprits de devenir une druide et de défendre à tout prix ce en quoi nous croyons, ce dont notre Mère nous a fait don ?


Sharra prit une profonde inspiration.

- J'accepte Grand Ma√ģtre, je serais honor√©e de vous rejoindre et de servir les Esprits.

- Qu'il en soit ainsi ma soeur, nous t'accueillons parmi nous avec plaisir. Soyez tous témoins de son engagement en cette nuit.


La jeune femme laissa échapper un sourire et se sentit soulagée d'un poids. Puis, elle pensa à Hector...

Par Snowwolf le 26/11/2001 à 14:06:00 (#286382)

Sharra remettait en place une fleur océane dans sa longue chevelure blonde en chantonnant. Fleur Océane, elle sourit une nouvelle fois en pensant au surnom que lui avait donné Hector. Ses pensées furent interromupues par un grattement à la porte. Elle alla ouvrir pour découvrir une grande louve grise qui la regardait, assise, en tendant une patte.

- Saphara ! Et bien ma belle, qu'est ce que tu t'es fait à la patte ? Tu t'es encore laissée avoir par un lapin trop futé pour toi ?

Elle s'accroupit et prit délicatement la patte de la louve entre ses mains. Le revers avait été déchiqueté par quelque chose qui n'avait rien de naturel.

- Encore un piège !! Ces hommes ne respectent donc rien et s'enfoncent de plus en plus dans notre forêt !!

Sharra leva les yeux vers l'auteur des propos, un éclaireur au visage burriné et aux yeux délavés par le temps. Caldera n'appréciait guère les "civilisés" et ne manquait jamais une occasion de le montrer. En un sens, il n'avait pas tort, les gens de la ville avait toujours regardé les druides au mieux comme des empécheurs de chasser en rond, au pire comme les responsables de tous les maux qui les affligeait.
Elle se leva pour aller chercher quelques plantes et des bandages.

- Je le sais bien Caldera, chaque jour nous soignons des animaux blessés par leurs flèches ou par leurs pièges, nous réparons les dégats causés par leurs haches. Si nous ne leur faisions pas si peur, peut-être nous ecouteraient-ils ... alors de la poudre d'écorce de saule, du roseau bleu, de l'eau et des bandages.

- J'en ai plus qu'assez de réparer, ils nous chassent comme des animaux enragés, à ce que j'ai entendu la communauté d'Arakas a été obligée d'en appeler aux protecteurs et je crains que nous ne soyons contraint de faire la même chose.


Sharra nettoya la patte de Saphara avec l'eau, appliqua les herbes sur la blessure et banda le tout. La louve nichait son museau dans ses vétements en geignant. Les Protecteurs de la Nature, les enfants de Lugh appelés afin de protéger la Nature de sévices, il fallait que la situation soit grave pour que leurs frêres y aient eu recours. Elle serra le bandage et donna un peu de viande à la louve grise.

- Tiens ma toute belle, je ne sais pas Caldera, vraiment je ne sais pas. Tu sais que je reste partisane du dial...

- Ne me fais pas rire, jeune druidesse, tu es encore trop innocente, tu crois toujours que les humains peuvent avoir une √Ęme noble.


Il lui tourna le dos et disparu dans les profondeurs de la forêt. Sharra le regarda partir puis alla jouer un peu avec Saphara, essayant d'oublier les paroles de l'éclaireur et le visage d'un certain paladin de sa connaissance.

[ 26 novembre 2001: Message édité par : Chani de Pern ]

Par Khetil le 26/11/2001 à 16:17:00 (#286383)

Ma chère soeur,

Mes recherches stagnent depuis quelques semaines et je suis proche du d√©couragement. Les vivants m'ont appris tout ce qu'il √©tait possible de savoir sur notre naissance et j'ai bien peur que les prochaines r√©ponses ne puissent venir que de l'au del√†. L'un de mes amis m'a parl√© d'un savant de Lightheaven tr√®s controvers√© mais que l'on dit vers√© dans ce domaine. J'ai h√Ęte de le rencontrer et d'entendre sa proposition.

Je prie pour que les esprits de la nature veillent sur toi bien que leurs voix me paraissent de plus en plus lointaines.

K. de Pern


/aparte : bravo pour ta façon de faire vivre Fleur /

Par Snowwolf le 26/11/2001 à 16:31:00 (#286384)

Mon cher Khetill,

Je sais combien ces réponses sont précieuses pour toi et elles le sont tout autant pour moi. Mais je ne voudrais pas qu'il t'arrive malheur, je crois connaitre la personne dont tu parles et je te confirme que ses théories et ses capacités sont controversées. Promets moi de faire attention à toi.

Ta soeur qui t'aime

hrp : bravo à toi aussi, notre histoire prend forme

[ 26 novembre 2001: Message édité par : Chani de Pern ]

Par Snowwolf le 27/11/2001 à 19:14:00 (#286385)

Mon cher frère,

J'espère que cette lettre te parviendra à temps, j'ai obtenu plus de renseignement sur ce magicien de Lighthaven. Il est plus connu que le loup blanc et ses expériences lui ont valu la colère de la Garde Royale et de nombreuses factions influentes. Je te conjure de faire très attention à toi quand tu verras ce manipulateur de cadavres

Ta soeur qui t'aime

Par Khetil le 27/11/2001 à 20:46:00 (#286386)

Ma chère soeur,

J'ai bien reçu ta mise en garde et comme j'ai eu plusieurs entretiens assez longs avec lui je vais sans tarder dissiper ton inquiétude. Il est vrai que l'homme est impressionnant, son allure n'est guère engageante et sa réputation n'est pas des meilleures. Ses propos m'ont néanmoins bien vite convaincu que la raison de tout ceci est une fois de plus l'ignorance et l'incompréhension du plus grand nombre. Combien de fois, ne s'est elle pas manifestée à l'encontre de certains pères de la nature de notre entourage ?

L'exploration de l'au - delà demande une ouverture d'esprit réellement peu commune je crois. Il ne m'a pas caché les difficultés de s'initier à cet art impopulaire et à vrai dire il aura fallu que j'insiste avec force pour qu'il accepte de faire de moi son élève.

Voilà, je t'assure qu'il n'y a pas matière à se faire de soucis, et avec son appui mes recherches prennent un nouveau jour, quoique ce terme ne soit peut être pas le plus adapté.

Ton frère qui t'embrasse affectueusement,
K. de Pern.

Par Snowwolf le 29/11/2001 à 1:32:00 (#286387)

Mon cher frère,

Je connais ton attrait pour les sciences magiques, mais je connais aussi les effets des arts obscurs. Je sais que je ne pourrai pas te d√©tourner de ton objectif, alors √©coute ce conseil. Quoi qu'il arrive, ne laisse jamais la mort dominer la vie, car alors, tu perdrais toute chance de prot√©ger ton √Ęme et tu deviendrais un de ces esprits sans corps.
Tu trouveras avec ce message un talisman de protection contre le mal que j'ai créé ce matin. Si les intentions de ton nouveau "professeur" ne sont pas néfastes, il ne te servira à rien, dans le cas contraire ...

Sache que je te chérirai toujours, quels que puissent être tes choix.

Ta soeur qui t'aime

[ 29 novembre 2001: Message édité par : Chani de Pern ]

Par Bubuk le 29/11/2001 à 13:47:00 (#286388)

Cousin, cousine,

Je connais votre réticence à faire appel a ma famille - en particulier à mon père -. Néanmoins je peux tenter d'apporter ma pierre a l'édifice en faisant appel aux archives de ma famille.
Ma mère ne manquera pas d'aider, la branche de la famille Falone'An qui a mal tourné.
Si tel était votre desir n'hésitez pas à m'en faire part

Votre cousin

--------------------

(HRP je suis loin d'égaler votre talent agissez en connaissance de cause)

Par Snowwolf le 29/11/2001 à 14:26:00 (#286389)

Cher cousin,

Ne vous sous-estimez pas ainsi vous et votre famille, nous vous sommes √©ternellement redevable pour ce que vous avez fait pour nous apr√®s la disparition tragique de notre m√®re. Sans vous nous n'aurions vraisemblablement pas atteint l'√Ęge adulte et n'aurions pu suivre les chemins qui sont les notres.
C'est un honneur de vous compter parmi nos proches et de savoir que voter soutien nous est acquis. Soyez en éternellement remercié.

(hrp : j'aurai besoin d'en savoir un peu plus sur ta famille mon cher bubuk ;) )

Par Khetil le 29/11/2001 à 16:33:00 (#286390)

Ma chère Chani,

Pardonne moi de ne pas avoir donner de nouvelles pendant quelques temps. Autant le contact des esprits de la nature peut √™tre doux et revigorant autant celui des √Ęmes d√©sincarn√©es est √©prouvant.

Ouvrir une porte vers l'autre monde n'est pas chose si difficile, hélas, certains esprits malveillants peuvent sentir ce passage et tenter de s'infiltrer en nous lors de l'invocation. Tu es vraiment inspirée par la déesse, ton amulette aura permis d'éviter le pire lors d'un incident semblable survenu il y a plusieurs semaines.

Depuis lors des paysages de cendres ont remplac√© les f√īrets de mes r√™ves. Je t'avoue que je n'ai pas vraiment fait de progr√®s pour l'instant. Il est possible d'interroger les esprits des morts mais leurs r√©ponses sont souvents empreintes de perfidie et de mensonge.

Gr√†ce au soutien de l'un de nos cousins les choses auront pu aller plus vite que je ne le pensais, malgr√© tout, j'ai h√Ęte que tout cela finisse.

Affectueusement, ton frère, K. de Pern.

Par Snowwolf le 29/11/2001 à 18:37:00 (#286391)

Un coup hésitant à sa porte fit se retourner Sharra, ce ne pouvait être un membre de sa communauté. Ce devait être un habitant de la ville en proie à quelques petits problèmes de santé. Elle alla entrouvir la porte pour découvrir un paysan terrifié.

- Oui ? Que puis je faire pour vous ?

- V... vous ... vous êtes une druidesse M... M'dame ?


Il tremblait de tous ses membres et pourrait mourir sur le champ si la jeune femme s'avisait de faire un mouvement un peu vif. Elle reprit de la voix douce et rassurante qu'elle utilise sur les animaux effrayés

- Oui, je suis une membre de l'ordre des druides.

- Hé ben, v'là M'dame, j'ai un problème à ma jambe, je m'suis blessé avec le soc d'ma charrue en retournant mon champ. Le prêtre de Brehan y m'a dit que c'était pas grave et qu'ça guérirait tout seul, mais r'gardez.


Il retira un chiffon sale et révéla une vilaine plaie supurante. Sharra fit une grimace et s'agenouilla pour voir un peu mieux.

- Par les Esprits, celui qui vous a dit que ça guérirait tout seul n'a pas la moindre idée de ce qu'il disait. A t-il seulement regardé la blessure ?

- Non m'dame, il a juste dit que des prières et une contribution à la cause du clergé de Brehan - qu'il soit loué - feraient se refermer c'te plaie.

- Vous êtes allez lui montrer le résultats de ses excellents conseils ?


Le sarcasme passa à travers l'esprit du paysan sans atteindre la moindre cellule cérébrale. Il reprit d'un air contrit.

- Oui et il m'a dit qu'j'avois pas assez prié le dieu et qu'j'avois pas donné assez au clergé pour ma guérison. Il m'a aussi dit qui faudrait m'couper la jambe.

Il commença à pleurer et Sharra lui a adressa un sourire encourageant.

- Ce pr√™tre ne conna√ģt pas les rem√®des naturels que les druides utilisent, c'est juste, mais je pense pouvoir sauver votre jambe.

- Oh... oh merci M'dame ... loué soit Brehan de vous avoir mise sur ma route.


Soupirant en pensant à la crédulité du peuple et à la rapacité des clergés, elle alla prendre quelques plantes dans sa réserve personnelle ainsi que des bandages et un couteau effilé.

- Venez avec moi, je vais aller chercher de l'eau pour laver votre plaie.

Elle le fit s'assoir et lui tendit un baton.

- Je vais devoir vous faire mal pour vous soigner, mordez dans ce baton, vous souffrirez moins ainsi.

Il prit le baton dans la bouche et remonta ses hardes pour permettre à la jeune druide de trvailler. Elle incisa la plaie délicatement et entreprit de la nettoyer en profondeur. Elle appliqua quelques herbes et lança un sortilège de soins mineurs sur la jambe. Une fois le bandage serré, elle l'aida à se relever et lui tendit une branche en guise de béquille.

- Voici des bandages et des plantes, nettoyez la plaie comme je l'ai fait et changez le bandage tous les jours. Si vous le faites bien, votre jambe redeviendra comme avant.

- Oh merci m'dame, merci, j'sais pas comment vous remercier, vraiment.

- Qu'est ce que vous cultivez ?

- Euh, ben j'ai une petite vigne et pis, des arpents de blé m'dame et pis quelques bêtes, pour l'élevage.

- Quelqu'un viendra te voir au nom des druides et te demandera un peu de tes réserves en blé. Ne t'inquiète pas, ce ne sera rien de trop important.

- D'accord m'dame, tout c'que vous voulez, j'vous doit la vie, sans ma jambe, j'sais pas c'que j'aurai fait ... à part mourir. Je m'appelle Guillaume au fait m'dame.

- Enchanté Guillaume, tu peux m'appeler -
elle s'arréta - Fleur Océane.

- Au revoir m'dame Fleur, au revoir et merci encore hein !!


Elle sourit en refermant la porte et alla vers le lac pour prendre un bain. Pendant quelques instants, peut-être ne penserait-elle pas à un beau paladin.

Par Khetil le 30/11/2001 à 23:18:00 (#286392)

Mauvais présage

S'enfon√ßant sur les sentiers ombr√©s d'une for√™t sans cesse plus dense, Hector n'avait aper√ßu √Ęme qui vive depuis plusieurs jours. Assis au pied d'un grand ch√™ne, il faisait une halte. Gagn√© doucement par une d√©licieuse torpeur, ses pens√©es allaient devant lui vers sa douce amie.

Il ne s'attendait gu√®re √† faire de rencontre en pareil lieu, pourtant appuy√© sur son b√Ęton, un tr√®s vieil homme avan√ßait sur le chemin. Le visage altier encadr√© par de longs cheveux blancs, ce dernier regardait fixement devant lui et semblait ne pas avoir remarqu√© sa pr√©sence. La noblesse de son allure et la curiosit√© pouss√®rent Hector √† le saluer courtoisement lorsqu'il arriva √† sa hauteur. C'est sans un mouvement de la t√™te que le vieillard r√©pondit bri√®vement √† son salut, manifestement, il √©tait aveugle.

- Puis je vous offrir mon aide et vous accompagner sur ce chemin ?

- Si vous savez raccourcir les distances¬Ö pourquoi pas !?

- Et bien je ne suis pas magicien mais je puis vous conter certaines aventures qui écourteront quelque peu le temps du voyage.

- Voil√† une offre bien rare et une r√©ponse pleine de sagesse ! Mon jeune ami, votre soci√©t√© me para√ģt plaisante, je me rendais √† une fontaine non loin d'ici, joignez vous √† moi si vous le souhaitez.

Hector pris son cheval par la bride et tout en marchant devisait avec cet √©trange compagnon de route. Il lui fallu peu de temps pour r√©aliser que ce dernier ne soufrait nullement de sa c√©cit√© et de son √Ęge, en v√©rit√© son corps montrait m√™me autant d'aisance que son esprit. Apr√®s plusieurs heures de marche, le vieil homme s'arr√™ta subitement au milieu du chemin.

- Remarquez vous quelque chose Hector ?

Tendant l'oreille et regardant autour de lui, le chevalier fit un effort pour sonder les environs.

- Non… rien du tout … A part ce gros chêne sur notre droite.

- Venez approchons nous un peu de ce vénérable ancêtre. Quelle présence n'est ce pas ?

- Oui, je reconnais qu'il est particulièrement imposant… Il semble monter la garde comme ces vieilles statues colossales du temple d'Artherk.

- Vous ne croyez pas si bien dire, venez vous pouvez me suivre.

Contournant le gardien, l'aveugle entra√ģna Hector √† travers la v√©g√©tation jusqu'√† une clairi√®re toute proche. En son centre quelques pierres soulignaient √† peine une source dont l'eau limpide alimentait un petit ruisseau aux reflets argent√©s.

- Cette fontaine est sacrée, elle est une porte entre le monde souterrain et celui de la lumière, entre le passé et à l'avenir. Peu nombreux sont ceux qui l'ont découverte en la cherchant…

L'attention d'Hector fut immédiatement captée par le bleu éclatant d'une fleur océane. La plante avait poussé là entre les pierres de la fontaine au dessus de l'eau et une fleur magnifique encadrée de deux boutons offrait ses couleurs aux yeux du paladin rêveur. Soudain une forme noire s'abattit sur l'objet de sa contemplation l'arrachant dans un bruissement d'ailes.

- Nooooooon !

Les coassements d'un corbeau l'éveillèrent en sursaut, la nuit allait tombée et il s'était endormi…



[ 01 décembre 2001: Message édité par : Khetil ]

Par Phagein Fish SE-T le 1/12/2001 à 1:22:00 (#286393)

*attend avec impatience la suite de l'histoire*
Khetil et Chani, je tiens à vous faire part de mon admiration envers votre travail. Autant dans la recherche de l'histoire de vos parents que dans vos talents pour la raconter...
Continuez comme ça... vous découvrirez surement ce que vous recherchais et j'espère que vous nous ferai partager votre histoire jusqu'au bout.

Puissent les Esprits Elementaires et tous les Esprits de la Nature vous aider dans votre t√Ęche !

Douceur d'une baignade

Par Chani de Pern le 3/12/2001 à 2:23:34 (#496933)

L'eau ... de tous les éléments, c'était définitivement son préféré, celui qui lui la rassurait et la calmait. Plonger dans le lac argenté lui faisait l'effet d'une langoureuse caresse sur l'ensemble de son corps. Elle rougit légèrement à cette pensée et laissa l'eau la bercer comme une enfant. Beaucoup de choses se bousculaient dans sa tête sans lui accorder le moindre répit.

Elle n'√©tait d√©sormais plus une aspirante ... fini les le√ßons des ma√ģtres de l'ordre, mais finie aussi la relative tranquillit√© de l'apprentissage. Elle allait devoir s'affirmer, m√©riter sa place et choisir une voie, un chemin. Trois s'offraient √† elle (hrp : merci √† Valou Sayin et Eldoras), le chemin de la Nature, celui de la Tradition et celui des El√©ments. Elle savait que son grand p√®re la voyait bien devenir Racine du Savoir afin de la voir lui succ√©der un jour en tant que Grande Ma√ģtresse des Traditions. Sa vie parmi les druides et sa connaissance des Esprits lui avaient n√©anmoins montrer une autre voie.

Le chemin des El√©ments, la voie dangereuse du dialogue avec les Esprits √©l√©mentaires que les druides avec prudence. Elle aspirait √† devenir une amie des √©l√©ments, √† ne plus √™tre qu'une h√īte des eaux qui la portait en ce moment mais √† leur parler et √† apprendre d'eux. Un chemin de sagesse, de d'√©tudes et de difficult√© ; plus d'un druide avait p√©ri en provoquant la col√®re d'un √©l√©mentaire d'une parole d√©plac√©e. Demain elle interrogerait Selaria, elle la conseillerait au mieux.

Son esprit d√©riva un peu plus et le visage d'un paladin effleura sa m√©moire. Son souvenir persistant lui revenait comme une mar√©e sur un rivage, jour apr√®s jour. Elle, si ma√ģtresse de sa volont√© d'ordinaire, ne pouvait s'emp√™cher de l'imaginer, toujours embarrass√©, un peu maladroit. Jusqu'alors elle n'avait pas envisag√© les suites de leur douce relation, mais les paroles de son grand-p√®re l'avait inqui√©t√©e. Halfan de Pern, si justement nomm√© l'Ours, plus connu pour ses beuveries, ses col√®res et b√™tises que pour sa sagesse ... Qui savait ce qu'il adviendrait quand il apprendrait qu'une fille des bois soupirait apr√®s son fils unique ?

Un gémissement l'arracha à sa douce torpeur et à sa rêverie et elle sortit la tête de l'eau. Saphara l'attendait sur la berge en inclinant la tête de gauche à droite, comme si elle ne pouvait pas comprendre que l'on puisse apprécier le contact de tant d'eau. Elle tenait dans la gueule une forme noire. Sharra regagna le rivage et passa sa robe.

- Qu'est ce que tu as là ma toute belle ? Allons donne le moi. Oh ... par les Esprits, un corbeau de l'Ombre ...

Ces oiseaux de mauvaise augure avaient disparu de Raven's Dust des années auparavant pour se réfugier dans les hauteurs de Goldmoon. Perverties par les pouvoirs néfastes de la nécromancie, elles s'étaient déformées au point de ressembler à des créatures de créatures de cauchemars. Les légendes disaient que Titania en personne les avaient banni des forêts.

- Je ne sais pas o√Ļ tu as eu cela, mais je le br√Ľlerai ce soir.

Elle frissonna en se débarrassant du cadavre et sortit pour accompagner Saphara et sa meute à la chasse.

Par Moire le 3/12/2001 à 7:07:54 (#497352)

La voie de la nature.. Cela ne m'étonne pas... *se demande bien pourquoi...*

*arbore un énoooorme sourire*

Par Chani de Pern le 3/12/2001 à 22:56:55 (#499461)

Hello douce Moire, j'espère que vous participerez au concours de poésie et que je vous y verrai.
Vos po√®mes m'ont d√©j√† enchant√© dans cette taverne o√Ļ nous avons partag√© un verre (et un peu plus).

Les amants retrouvés

Par Khetill de Pern le 4/12/2001 à 0:14:12 (#499769)

Saphara √©tait heureuse. Allong√©e au soleil, la grande louve grise observait Sharra s'affairer sur ses pr√©parations dilatant ses narines pour mieux percevoir les senteurs subtiles d√©gag√©es par les plantes √©cras√©es. Elle venait ainsi p√©riodiquement autour du chalet, apparaissant tr√®s souvent √† l'instant o√Ļ Sharra s'appr√™tait √† partir en for√™t. Quelque chose troubla subitement sa b√©atitude et la fit se dresser sur ses pattes, oreilles dress√©es, ses yeux jaunes riv√©s vers le sentier. Elle huma l'air plusieurs fois avant de s'√©clipser sans un bruit dans l'ombre du bois.

Absorbée par le dosage de ses ingrédients, Sharra ne remarqua ni le départ de la louve ni l'arrivée du voyageur. Ce dernier attacha sa monture à un arbre et s'approcha doucement de la maison, les traits de son visage dissimulés par une capuche.

- Hum ¬Ö

D√©sagr√©ablement surprise, Sharra se retourna vivement vers le visiteur qui s'arr√™ta pour √īter son couvre chef .

- Bonsoir Fleur

- Hector !.


D'un commun élan, ils furent dans les bras l'un de l'autre. Savourant le plaisir d'être réunis, ils restèrent ainsi un moment sans pouvoir parler sous le regard jaune d'une bête apaisée. Caressant les cheveux d'Hector, Shara lui demanda doucement.

- Qu'est ce qui ne va pas ?

- Mon père est opposé à notre union, il a d'autres projets auxquels je ne saurai souscrire. Il ne m'a pas même écouter… j'aurai tant voulu partager cette joie.

- Il y a bien d'autres créatures avec qui partager ce bonheur, qui écoutent et ne jugent pas, qui voient mais ne condamnent pas. Crois tu que puisses vivre heureux loin des tiens ?


Hector prit les mains de Sharra dans les siennes.
- Fleur, j'ai parcouru Althéa, je n'y ai vu que les ravages de l'ambition, l'oppression des plus puissants, et la misère jusque dans le temple de Lighthaven. Qui suis je pour endiguer tous ces fléaux ? Ma place n'est plus parmi eux mais ici, auprès de toi si tu le veux bien.

Les deux amants s'embrassèrent tendrement.

- Hector, je suis druidesse désormais, il me faudra te présenter aux miens…

Par Chani de Pern le 4/12/2001 à 1:07:22 (#500000)

Mon cher frère,

Suite √† une discussion avec l'un de mes informateurs, je crois avoir retrouv√© la trace de ce chien de pr√™tre br√©hanite qui a tu√© notre m√®re. Je ne sait pas encore pr√©cisemment o√Ļ il se cache sur Alth√©a et si le clerg√© br√©hanite le prot√®ge. Mais je peux t'assurer que lorsque je poserai mes griffes sur lui, il souffrira mille morts en chatiment de ses crimes.
Cela ne nous ram√©nera pas nos parents, mais je ne me sens pas l'√Ęme d'une r√©demptrice. Qu'il souffre un peu comme il a fait souffrir ses victimes ne pourra qu'apaiser un peu ma haine.

Je te remercie de tes lettres qui m'apporte chaque fois plus de détails sur nos parents que nous avons si peu connus, surtout sur notre père. Je te supplie une nouvelle fois d'être prudent avec les éléments que tu manipules pour obtenir ces réponses, je ne voudrais pas te perdre, tu es tout ce qui me reste de notre famille.

Ta soeur qui t'aime

Par Khetill de Pern le 4/12/2001 à 9:29:56 (#501134)

Très chère soeur,

Je te conjure de ne pas salir tes mains du sang de ce mis√©rable. Je suis engag√© sur une voie o√Ļ l'ombre ronge le coeur peu √† peu, et il est trop tard pour rebrousser chemin. Une seule chose, envoie moi son nom et le lieu o√Ļ il demeurre... Je me chargerai de lui et je te promets qu'il souffrira mille tourments.

Je dois me rendre prochainement à Ravendust pour y compléter mes connaissances, quelque soit son rang dans la clergé il ne sera pas à l'abri de notre vengeance.

Ton frère qui t'embrasse.

Puisse la déesse t'accorder ses bienfaits et me prendre en miséricorde.

Traqués

Par Khetill de Pern le 4/12/2001 à 20:06:12 (#503158)

Sharra √©tait dehors lorsqu'elle vit approcher Caldera accompagn√© d'un adolescent inconnu au visage d√©brouillard et vaguement familier. Le r√īdeur ne venait plus depuis qu'elle avait pr√©senter Hector √† la communaut√©. Il n'avait rien dit comme beaucoup mais de tous il √©tait celui qui avait le plus souffert de son choix. Sharra les accueillit tous deux de son l√©gendaire sourire.

- Bonjour à vous ! Entrez un moment. Ce garçon est il blessé ?

- Non, il se porte bien. Je l'ai rencontr√© dans le Val des Sorbiers o√Ļ il s'√©tait perdu en vous cherchant.

- Quel est ton nom jeune homme ?

- Je me nomme Nubuk H'Bucho madame. Je suis le cousin d'Hector de Pern et j'ai un message de la plus grande importance à lui remettre.


Devant la gravit√© de sa mine, Sharra les conduisit √† l'int√©rieur o√Ļ Hector confectionnait avec plus ou moins de r√©ussite un petit lit. Il parut aussi enchant√© que surpris de la visite et son √©tonnement s'accentua encore lorsque Nubuk lui pr√©senta un pli, insistant pour qu'il en prenne imm√©diatement connaissance. D√©cachetant la missive Hector palissait au fur et √† mesure de la lecture.


Cher neveu,

Je t'envoie mon fils en priant qu'il te trouve le premier.
Un larbin de ton père vous a découvert et la femme que tu
aimes est en danger mortel. Halfdan a convaincu le seigneur
de Bralon que ton épouse est une sorcière qui t'a détourné
du droit chemin par ses artifices. Il possède de nombreux
appuis et la chasse est après vous.

J'applaudis à ton courage. Que n'ai je eu le même en son
temps... Fuyez aussi loin que vous le pourrez. Je souhaiterai
tant pouvoir faire davantage.
Hagarra H'Bucho


Blanc, le paladin tendit la lettre √† Sharra qui lut √† son tour avant de se tourner vers le r√īdeur.

- Caldera, nous avons besoin de ton aide¬Ö

- Que se passe t - il ?

- Je t'expliquerai. Dans l'immédiat il faudrait raccompagner ce jeune homme jusqu'à ce qu'il puisse voyager en tout sécurité. Ensuite nous abandonnons le chalet Hector et moi et nous partons gagner un refuge. Préviens les autres, je t'enverrai Saphara pour te montrer le chemin.


Hector posa la main sur l'épaule de son jeune cousin.

- Remercie Hagarra, et merci √† toi aussi. Venir jusqu'ici √† ton √Ęge n'est pas √† la port√©e du premier venu. Tu feras un vaillant chevalier¬Ö

Rassemblant rapidement quelques effets, Sharra et Hector laissèrent derrière eux le chalet près du lac et l'insouciance des premiers temps.

Par Khetill de Pern le 7/12/2001 à 19:52:21 (#511329)

Très chère soeur,

Avant de quitter Lighthaven, j'ai confié à l'un de tes proches cette lettre ainsi qu'un codex rassemblant de récentes informations relatives à notre naissance. Elles renferment beaucoup plus que de simples réponses aux questions qui nous habitent depuis si longtemps.

Te souviens tu de Caldera ? A Chacune de nos improbables rencontres, à chaque événement étrange il avait coutume de sourire en disant qu'il n'y avait pas de hasard. Je partage sa pensée à présent.

J'ai cessé de résister à l'appel de l'ombre...

Ton frère qui t'embrasse.
K. de Pern

Par Chani de Pern le 7/12/2001 à 20:38:28 (#511578)

Chani prit la lettre et le livre et alla se trouver un coin au calme dans la forêt proche du cercle. Elle s'assit adossée à un vénérable chène et parcouru la missive. Des larmes commencèrent à couler de ses yeux verts alors qu'elle decouvrait le contenu. Elle laissa tomber la lettre et la forêt résonna de ses sanglots.

Par Chani de Pern le 8/12/2001 à 0:40:56 (#512687)

L'été avait laissé sa place à l'automne, des couleurs chatoyantes habillaient les arbres de la forêt profonde. Depuis qu'ils avaient fuit, le ventre de Sharra s'était sensiblement arrondi. Elle resplendissait de bonheur et préparait activement la samain. La cérémonie aurait lieu au cercle de la forêt profonde et réunirait tous les druides de la région. Ce n'était pas la première qu'elle y participerait, mais cette fois-ci, elle la vivrait en tant que druide.

Elle jeta un regard vers Hector, le jeune paladin avait bien chang√© sur certains points et s'√©tait adapt√© du mieux qu'il pouvait √† sa nouvelle vie. En d√©pit d'une froideur certaine, Caldera l'avait pris sous sa protection et lui enseignait les voies de la nature. Sharra sourit en repensant aux d√©buts de celui qu'elle aimait avec un arc ... Caldera avait jur√© qu'il n'√©tait pas question qu'Hector touche √† autre chose qu'√† un lance-pierre avant qu'il ait appris √† se servir de ce type d'arme. Les le√ßons s'√©taient succ√©d√©es, de plus en plus difficiles, puis le r√īdeur avait entreprit de lui enseigner le pistage, les plantes m√©dicinales ... et avait poursuivi par l'ensemble du chemin de la Nature.

Hector avait courageusement (certains diraient avec ent√©tement) suivi l'apprentissage du r√īdeur. Chacun des druides, Sharra la premi√®re, s'attendait √† le voir acc√©der au rang d'aspirant lors de la f√™te de la Samain. Au m√™me moment o√Ļ elle embrasserait le chemin des √©l√®ments et deviendrait une Amie des El√©ments. S√©laria √©tait venue la trouver et avait accept√© de la guider sur cette voie. Elle caressa son ventre d'un geste doux, leur vie avait tellement chang√©, ils s'√©taient unis devant les Esprits durant l'√©t√©, Hector ne semblait pas trop regretter d'avoir du fuir son ancienne vie et sa famille. Certains soirs pourtant, le voile de tristesse qui passait sur les yeux de son aim√© la faisait souffrir.

Elle sortit de la petite maison qui les abritait pour rejoindre Caldera et Hector. Les deux luttaient avec un baton ... enfin, pour être précis, Hector luttait pour se servir de son baton. S'il avait fait montre d'une certaine habilité à l'épée et à la lance, cette arme refusait de lui livrer ses secrets. Caldera semblait s'amuser énormément à se jouer de son jeune apprenti. Il lui arrivait même de sourire, un fait rare et marquant. Quand Hector heurta le sol pour la énième fois, Sharra décida que le massacre avait assez duré et s'interposa en souriant.
- Caldera, si tu veux encore avoir un aspirant à présenter ce soir, il faudrait que tu arrêtes d'éreinter celui-là.
- Qui a dit que je comptais présenter cet incapable en tant que mon élève ? Il tient à peine sur ses jambes et ...
- Tu ne trompes personne mon fr√®re et surtout pas moi. Va te pr√©parer pour la c√©r√©monie, le Grand Ma√ģtre de la Nature appr√©cierait fort peu que tu te pr√©sentes dans cette tenue.


Caladera partit en maugréant quelque chose sur les femmes en général et sur les femmes enceintes en particulier.
- J'aurai pu le battre si tu m'en avais laissé le temps ma belle Fleur.
- Oui, bien s√Ľr ... quand tu aurais r√©ussi √† prendre ce baton par le bon bout.
- Euh ... et bien, je ...
- Ce soir et un grand soir pour les Druides et pour nous, je le sens au plus profond de moi. Va te préparer mon amour, la cérémonie débutera avec le coucher du soleil.


Elle se dressa sur la pointe des pieds en dépit de son état et embrassa tendrement son époux. Saphara s'approcha et vint se frotter contre le couple en gémissant. Elle ne les avait pas quitté et s'était même prise d'affection pour le jeune guerrier.
- Tu voix, même Saphara te demande d'aller te nettoyer.
- Ma Fleur, Je ne sais comment tu fais pour interpréter les moindres faits de cette bête, je ...
- Elle me parle, mon amour, un jour, tu comprendras aussi, mais pour l'heure c'est encore un peu t√īt.


Hector s'en fut se laver et passer sa robe de cérémonie. Sharra fit le tour du caern en vérifiant que tout était prêt. Son grand-père pénétra à son tour dans le cercle sacré.
- J'ai croisé ton mari, je ne me ferai jamais au fait que vous soyez mariés, apparemment Caldera lui en a encore fait subir une de ses "leçons".
- Tu connais Caldera mieux que moi encore, si vraiment il avait voulu lui faire du mal, Hector serait mort depuis longtemps.
- Tu as eu une bonne influence sur ce garçon, je n'aurai jamais pensé qu'il se ferait ainsi à notre vie.
- Il ne s'y fait pas vraiment et par moment, je me demande même s'il ne la regrette pas ... s'il ne regrette pas de m'avoir préférée à la vie plus facile de petit baron.
- Je te pardonnerai cette remarque sans fondement surement due à ton état ... comment vas tu et comment se porte mon arrière petit-fils ?
- Tu as l'air persuadé que c'est un garçon, qu'est ce qui te fait croire cela ?
- Je le sens dans mes os, c'est tout.


Elle eclata de rire en voyant l'air sérieux de son grand-père.
- Qu'est ce qui te fait rire ?
- Si tu voyais ton visage et puis Sélaria est venue me voir ce matin et m'a dit exactement le contraire.
- Humpf, Sélaria n'y connait rien.
- Bien s√Ľr, elle a eu trois enfants et elle a aid√© bien des druidesses √† accoucher, mais elle n'y connait rien.
- Grmbl, parlons d'autre chose, je suppose que tu ne lui a rien dit à propos de notre lignée.
- Inutile de l'inquièter plus que nécessaire, je doute qu'il puisse supporter trop de révélations à la fois et il n'est pas encore prêt. Mais assez de cela, ce soir, ce sera la Samain et il nous appartient d'être à la hauteur pour célébrer les Esprits.


Sharra et son grand-père quittèrent le caern alors que le soleil descendait doucement sur l'horizon. Les premiers participants n'allaient pas tarder à arriver.

Par Chani de Pern le 10/12/2001 à 19:10:13 (#525520)

Ce qu'il pouvait faire chaud ...
La cérémonie se déroulait sans le moindre problème et Sharra était heureuse de ne rien avoir oublié. Une joie certaine occupait son esprit alors que les prétendant au titre d'aspirant se présentaient devant le Grand Maitre de la Nature. Hector avait été accepté comme aspirant sur recommandation de Caldéra quelques instants auparavant.
Sélaria l'avait acceptée comme amie des éléments et le symbole de son engagement, un saphir, pendait désormais autour de son cou.
Et dans quelques jours, elle serait mère ... rien n'aurait pu être mieux. Si seulement, il ne faisait pas si chaud ...

Soudain, tout se troubla et elle tomba au sol, évanouie. Alors que les druides continuaient la cérémonie, des forestiers et Sélaria s'étaient regroupés autour de Sharra. Hector lui tenait la main, visiblement dépassé.
- Mais qu'est ce qu'elle a, pourquoi elle ne répond pas ?
Sélaria leva son regard doré vers le jeune aspirant.
- Je crois qu'elle va être maman ... allez vous autres, il faut l'emmener dans un endroit moins chaud. Il serait bon qu'elle accouche le plus vite possible.
- P... p... pourquoi, il faut que ... enfin ... que, euh, pourquoi ??
- Je préfèrerait éviter que l'enfant naisse pendant la Samain, c'est rarement bon signe.
- Ah bon ?? Mais ...
- Rends toi utile tu veux ? Va nous chercher des linges propres ainsi que de l'eau.
- Oui, oui, tout de suite.

Les druides posèrent délicatement la jeune femme sur un tapis de mousse et Sélaria retroussa sa robe. Sharra reprit conscience au contact de l'air frais.
- Que ... qu'est ce qui s'est passé ?
- Tu t'es évanouie et je crois que l'enfant arrive.
- Déjà !! Mais ... ce n'est pas possible ... pas ce soir !!
- J'ai bien peur que ton corps n'en ai décidé ainsi. Tu vas m'écouter soigneusement et m'obéir, d'accord ?


Sharra hocha la tête et regarda autour d'elle.
- Je l'ai envoyé chercher des linges propres, qu'il ne soit pas dans mes pattes. Ne t'inquiètes pas, il va revenir, enfin, s'il ne se perd pas.
Sélaria sourit et écarta délicatement les jambes de Sharra. Quand Hector revint, il vit sa femme, le visage tendu par l'effort qu'elle fournissait.
- Pousse aussi fort que possible Sharra et ce sera parfait.
Dans un g√©missement, la jeune femme poussa une derni√®re fois et bient√īt un cri se fit entendre.

- Bravo tous les deux, c'est une petite fille et elle est née juste avant la Samain.
Sélaria prit les linges que lui tendait, un peu hébété, Hector et enveloppa la petite chose hurlante dedans. Elle la tendit à Sharra qui la prit en pleurant des larmes de joie.
- Hector ? Je te présente ta fille, Chani !
- Oh, je et bien ... héhé ... hein ?

Sélaria l'interrompit d'un geste.
- Sharra, ma chérie, je suis désolée, mais il va falloir que tu recommences, il y a un autre enfant.
- QUOI ?? Oh non, j'ai pas la force de ... par les Esprits, la Samain.
- c'est trop tard maintenant, il faut y aller, pousse, je t'en prie, pousse.


Sharra reprit ses efforts et une deuxième voix d'enfant se fit entendre après quelques instants. Sélaria le prit dans ses bras et l'enveloppa à nouveau dans un linge.
- Un garçon, c'est un garçon, mes enfants, et bien vivant.
Hector prit son fils dans les bras, comme dans un rève.
- Je ... un fils et ... et une fille ... si je m'attendais.
- Vous avez une idée de prénom ?
- Oui, il s'appellera Khétill.
- Chani et Khétill ... mmhh ... un bon choix mes enfants.


S√©laria se leva et retourna vers le cercle o√Ļ la c√©r√©monie se poursuivait. Elle croisa le grand-p√®re de Sharra et s'arr√™ta √† sa hauteur.
- Alors ?
- Une fille et un fils ... la première est née juste avant l'heure de la Samain, le seconde, juste après. Ce n'est pas un bon présage mon ami, pas un bon présage...

Par Chani de Pern le 12/12/2001 à 1:39:33 (#533441)

Ca y est, je suis née et mon petit frère aussi, et oui petit frère pour 5 minutes :)

Par Horn Demon le 12/12/2001 à 8:41:56 (#534649)

*se demande encore comment un enfant non né a pu s'exprimer deja de par le passé ...*



http://site.voila.fr/HornDemon/images/Horny.gif

Par Chani de Pern le 12/12/2001 à 20:10:37 (#538673)

*A pas compris l'intervention du démon, surement un langage secret compréhensible uniquement de lui*

Par Chani de Pern le 16/12/2001 à 13:58:58 (#564769)

*N'a toujours pas eu de réponse de la part du grand cornu et se demande s'il a bien toutes ses têtes :)*

la suite ?

Par Phagein Fish le 22/12/2001 à 23:55:17 (#600195)

Et bien Chani et Khetil ? Que se passe t il pour vos parents une fois que vous êtes nés ?
J'ai suivi l'histoire avec tant de passion que j'aimerai conna√ģtre la fin au moins *sourit*
Bien s√Ľr si vous la conaissez...

Merci beaucoup !

Au revoir.

Phagein Fish.
Druide, Seigneur Elementaire de la Terre.
Jeune Feuille d'Argent.

Bran, le jour du corbeau

Par Fynn Mag Kenna le 26/12/2001 à 17:31:21 (#613761)

Shara √©clata de son rire cristallin. Devant elle l'ins√©parable trio donnait sa repr√©sentation habituelle. Tandis que Chani se hissait le long d'une des pattes de la louve afin d'atteindre la position debout tant convoit√©e, Khetill mettait un terme √† un d√©barbouillage en r√®gle en tirant triomphalement sur la langue r√Ępeuse de celle qui avait choisi de devenir leur seconde m√®re Saphara la louve.

La venue des deux enfants avait combl√© de bonheur Shara et Hector, √©tendant sur toute la communaut√© une douce euphorie pendant quelques temps. A pr√©sent, les visites s'estompaient un peu et s'occuper de deux enfants vigoureux et d√©bordant d'√©nergie n'√©tait pas toujours une t√Ęche facile surtout lorsque Caldera emmenait Hector quelques jours pour poursuivre son initiation. Dans ces moments l√†, la louve d√©voilait des tr√©sors de tendresse et d'attention. Habituellement distante et craintive en pr√©sence du chevalier, elle s'enhardissait d√®s son d√©part et ne quittait plus les enfants.

Elle passait de l'un √† l'autre, les enveloppant d'une affection d√©bordante et protectrice dont Shara, amus√©e, put constater l'efficacit√© √† plusieurs reprises. La louve avait par exemple d√©cider d'emp√™cher syst√©matiquement Chani d'attraper de sa petite main les r√©cipients qu'elle voyait sa m√®re manipuler. Quant √† Khetill, il √©tait tout simplement hors de question qu'elle le laisse approcher de l'√Ętre. Elle √©tait aussi un formidable compagnon de jeu pour eux et Shara s'arr√™tait bien souvent pour rire ou s'attendrir des sc√®nes qui s'offraient √† elle ainsi.

N√©anmoins, cette fois l'attente serait longue, le r√īdeur et son apprenti venaient tout juste de partir charg√©s de rations de piste pour une semaine. En retournant vers la maison, elle songeait que ce serait l'occasion pour passer les jours √† venir au sein de la communaut√© de Val Ombr√© √† quelques lieues d'ici. Elle rit de bon c¬úur au spectacle qui l'attendait en ouvrant la porte.

- "Voyons, doucement les enfants !"


Non loin de l√†, masqu√©s par un bosquet deux hommes n'avaient rien manqu√© du d√©part des r√īdeurs.

- "Voilà, c'est elle !"

- "Cette fois on la tient¬Ö"

- "Ecoute, Bran¬Ö Moi je pourrais pas¬Ö"

- "Fallait r√©fl√©chir avant d'accepter¬Ö Si t'as pas envie de te retrouver de l'autre c√īt√© du manche t'as int√©r√™t √† aller jusqu'au bout mauviette !"

- "Ouais, j'sais mais on dirait pas une sorcière c'te femme…"

- "Ben justement c'est parce que c'en est une. Crois moi… J'ai le flair pour ça !"

- "Et le loup ?"

- "Quoi le loup ? Un coup de lance et y en a plus de loup… Merde, secoue toi par Bréhan ! On a tout à gagner ! Le seigneur de Bralon est riche et influent ! Ca fait trois ans que ça le ronge !! Il m'a promis de l'or et bien plus pour venger son honneur bafoué… et s'il le faut c'est une lame qui me servira de tremplin… "

Sortant une fiole de sa besace, Bran l'ouvrit et fit couler un liquide verd√Ętre sur le fil de son poignard.

- "Allez mets ça ! C'est sans rémission. "


K. de Pern

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine