Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling - 97ème partie

Par L'√Ęme de Zeed le 7/2/2003 √† 22:37:33 (#3193700)

- Index -

Combats pour une porte

Acyde, constatant lassaut des horreurs t√©n√©breuses sur ceux quelle avait accompagn√©, entama un rituel de bannissement. Devant ses yeux grand ouverts, elle voyait d√©filer en caract√®res dun feu sombre les runes quelle avait apprises jadis. Elle sauta nombre d√©tapes, renon√ßant sans h√©sitation aux protections quelle √©tait cens√©e lancer sur elle-m√™me avant de renvoyer les √Ęmes noires √† leur monde d√©sol√©. Tessa la vit tendre brusquement la main vers les deux jeunes gens qui se tenaient une dizaine de pas plus loin et lamulette quelle portait lui permit dapercevoir les longs filaments √©th√©r√©s qui jaillirent des doigts crisp√©s de la n√©cromancienne pour senrouler autour de formes qui lui √©chappaient. En quelques secondes, les rets t√©n√©breux achev√®rent de se refermer mais Acyde ne sarr√™ta pas √† cette petite victoire, consciente que leur adversaire ne sattendait pas √† la voir renvoyer ses cr√©atures dans leur monde.

Son attention focalisée sur le nécromant qui se dressait de lautre coté de la salle, elle ne vit pas sapprocher les deux gardes noirs qui avaient surgi derrière elle. Un poignard siffla dans la demi-pénombre et atteignit sa cible avec un son mat, faisant jaillir un flot de sang de la gorge dans laquelle il sétait fiché. Les yeux écarquillés de surprise, la Néphilim se retourna.

Tessa navait pas attendue que la seule dentre eux capable deffleurer la compréhension les énergies à luvre soit atteinte par lennemi. Son poignard avait volé la vie du premier des gardes noirs et elle sinterposa entre le second et son alliée qui reprit ses incantations, confiante dans la capacité de la guerrière à la protéger de ses assaillants. De toute façons, elle navait guère le choix, nétant guère pourvue pour le combat au corps à corps quelle jugeait bestial et sauvage. Qwineth, justement, sy livrait du mieux quelle pouvait, protégeant à la fois son jeune ami et sa propre vie. Elle tenait en respect quatre adversaires alors que le nécromancien à la pierre ocre élevait lui aussi la voix pour contrer les enchantements de la Dame aux ailes sombres. Acyde, de son coté, dressait aussi vite quelle le pouvait des barrières censées les protéger, elle et ses compagnons et sur lesquelles quelques sortilèges vinrent se fracasser dans un crissement bleuté.

Palan, s√©tait redress√© sur ses genoux apr√®s lattaque de lentit√© de cauchemar puis s√©tait prostr√© alors que Qwineth ne parvenait que de justesse √† repousser les assauts des gardes noirs qui avaient fait irruption dans la vaste salle. Suite √† la lib√©ration des √Ęmes quAcyde avait r√©ussie de main de ma√ģtre, certains relev√©s √©taient rest√©s amorphes. Quelques-uns uns se battaient entre eux mais pour la plupart, dont on aurait pu dire quils avaient retrouv√© conscience en m√™me temps que libert√©, ils sen prenaient syst√©matiquement aux pr√™tres noirs qui refluaient dans les couloirs t√©n√©breux. Une quinzaine de petites batailles barraient ainsi le passage aux renforts qui tentaient soit de repousser leurs anciens esclaves soit, mais en vain, den reprendre le contr√īle.

Le chaos régnant dans les profondeurs permit à Qwineth de rompre le combat, projetant vers ses ennemis le corps à nouveau sans vie dun relevé à lodeur abominable qui se trouvait à ses cotés. Elle senquit de la santé de Palan, sagenouillant rapidement à ses cotés et passant un bras sur son dos.

- Palan tu tu vas bien ?
-
- Palan réponds-moi, quy a til tu es blessé ? reprit-elle en cherchant du regard sur le corps de son compagnon quelque séquelle dun coup quelle ne laurait pas vu recevoir.
En désespoir de cause, elle agrippa ses cheveux pour relever sa tête en arrière.
- Palan ! Il faut

Elle sinterrompit en voyant laspect cadav√©rique quil avait pris. Son visage avait la p√Ęleur de la mort. Ses traits inexpressifs ne refl√©taient aucune douleur. Aucune √©motion. Seul son regard t√©moignait de ce que Palan vivait. Dans la p√©nombre √† peine dissip√©e par les lueurs verd√Ętres refl√©t√©es par les cristaux de limmense salle souterraine, les yeux du jeune homme n√©taient plus que deux puits de noirceur aux reflets ocre. Frapp√©e par le calme apparent de son compagnon, contrastant avec la rage quelle imaginait dominer son esprit, elle rel√Ęcha sa prise sur sa nuque.

A ce moment, la Nephilim acheva un mal√©fice qui fusa en cr√©pitant dans lair au-dessus deux, dessinant de grandes z√©brures argent√©es. La danseuse de guerre crut discerner √† la faveur de cette fugitive lueur une larme rouler sur la joue de Palan avant que celui-ci ne se redresse, les phalanges crisp√©es sur la garde de l√©p√©e de son ma√ģtre d√©funt. Le jeune berserker fit un premier pas en direction du n√©cromancien qui re√ßut de plein fouet lattaque magique dAcyde et recula sous limpact de l√©clair de magie brute quelle lui avait adress√©.

Il ne parut pas autrement bless√© par cette attaque pourtant puissante et sa voix rauque r√©sonna √† son tour. La seconde dapr√®s, un √©clair semblable fusait vers la n√©philim. Tessa, achevant de d√©capiter un relev√© qui s√©tait tourn√© vers elle, vit la sorci√®re tendre sa main ouverte dans un geste d√©sesp√©r√© pour bloquer lattaque fulgurante. Sur linstant, la guerri√®re pensa que leur t√©n√©breuse alli√©e √©tait perdue mais, au dernier moment, celle-ci pointa son autre bras vers un groupe de pr√™tres sombres qui sapprochaient. La n√©philim hurla un mot de pouvoir et Tessa put voir l√©clair glisser le long de ses bras et de son torse avant de se diviser en autant de traits lumineux quelle pointait de doigts vers ses ennemis. Les √©clairs travers√®rent leurs chairs, faisant fi de toutes les protections quils avaient pu employer tandis quAcyde de Nor grima√ßait dune souffrance que, malgr√© son sto√Įcisme coutumier, elle ne parvint √† cacher totalement.

Limish, visiblement contrari√© par la N√©philim, incanta derechef, sans para√ģtre se soucier de lavanc√©e du jeune berserker qui balayait devant lui tous ceux qui sopposaient √† sa marche. Il ne cherchait pas √† parer quelque lame qui le mena√ßa, aucune ne parvenant √† lapprocher assez sans que son porteur tr√©passe. Chacun des coups de Palan √©tait port√© pour tuer, utilisant la puissance monstrueuse qui animait le dernier berserker de lOst. Il brisait les √©p√©es, d√©fon√ßait les armures, tranchait les chairs et broyait les os comme des f√©tus de paille, abattant indiff√©remment squelettes, zombis, pr√™tres sombres et gardes noirs. Sa lame blafarde d√©vastait les maigres rangs ennemis, d√©crivant des arabesques avec une rapidit√© surhumaine. Derri√®re lui, la danseuse de guerre emp√™chait quil soit attaqu√© en tra√ģtre et plongeait syst√©matiquement la pointe de son sabre court dans la poitrine de ceux qui √©taient tomb√©s pour sassurer quils ne se rel√®veraient plus. Sans les cris de guerre auxquels il lavait accoutum√©e, sans les hurlements sauvages que la rage berserk aurait du lui imposer, Palan progressait dun pas lourd vers l√™tre quil avait jur√© dabattre.

Tessa, confront√©e √† deux ennemis g√©ra sa bataille du mieux quelle le put, d√©tournant lattention des gardes noirs sur elle pour √©viter quils ne sen prennent √† la n√©philim. Attaques et contre-attaques se succ√©daient sans que lun ou lautre camp ne parviennent √† se montrer d√©cisif. Consciente quil fallait en finir au plus vite, la guerri√®re pr√™ta le torse √† l√©p√©e du plus faible de ses deux adversaires, se d√©couvrant bri√®vement. Celui-ci pla√ßa un coup de taille quelle bloqua de son avant bras. Dun coup de reins, elle se alors tourna brusquement, arrachant larme des mains de son ennemi tandis que la lame la blessait au bras avant daller sonner contre les dalles √† trois pas de l√†. Loin de sarr√™ter, elle fit un tour complet, balan√ßant son √©p√©e √† bout de bras. Le garde noir leva les bras pour se prot√©ger et les perdit en m√™me temps que sa t√™te. Tessa, faisant taire la douleur qui √©manait de la blessure quelle savait n√™tre que b√©nigne, abattit le dernier garde noir qui mena√ßait Acyde apr√®s un court combat. Elles rejoignirent alors leurs compagnons, donnant un peu de r√©pit √† Qwineth qui, gr√Ęce √† son entra√ģnement et sa ma√ģtrise √† la fois delle-m√™me et de son sabre, semblait √† peine essouffl√©e.

Au fur et à mesure de la progression du berserker, les rangs séclaircissaient, chacun de ses pas ponctuant le trépas de lun de ceux qui se dressaient sur son chemin. Dans le même temps, les renforts venus des couloirs latéraux sétaient taris et les quelques prêtres noirs qui navaient pas péri sous les coups de leurs anciens esclaves sétaient repliés, poursuivant leur combat aveugle et acharné dans les pièces adjacentes. La pierre ocre eut un sursaut de lueur comme lépée blafarde arrachait la gorge du dernier garde qui seffondra, à moitié décapité, dans une mare de sang. Ils se retrouvèrent seuls en présence du nécromancien.

(La suite dans ... euh ... bient√īt, bref vous pouvez aller chercher des chips pendant les pubs, la suite arrive)

Par L'√Ęme de Zeed le 7/2/2003 √† 23:04:01 (#3193854)

Le dernier combat

Palan sarr√™ta devant le pentacle de pierre qui formait une sorte destrade haute dune coud√©e et sur lequel se tenait Limish. La brume mouvante qui dansait entre deux pyl√īnes derri√®re lui ne pouvait √™tre que la porte des morts. Tessa et Qwineth d√©pass√®rent le jeune homme et charg√®rent le n√©cromancien. Durant de longues secondes, Palan resta immobile, les yeux braqu√©s sur son ennemi, puis il les suivit, reprenant la m√™me allure lente et inexorable avec laquelle il avait travers√© la salle.

Voyant fondre sur lui les deux guerrières, le sorcier eut un sourire sinistre. Achevant une longue mélopée dun geste circulaire accompagné dune cri rauque, il déploya autour de lui une myriade de poussières noires qui vinrent se coller sur sa peau, recouvrant la totalité de son corps à lexception du joyau sur sa poitrine qui nen parut que plus rouge. Sans attendre, il se lança à nouveau dans de complexes manipulations magiques. Tessa passa la première à lattaque, lui assénant un coup de taille quelle voulait définitif avec un ahanement qui témoignait de lénergie quelle employa. Mais son épée cingla sèchement sur son corps sans lui laisser la moindre éraflure. Etonnée, elle recula dun pas, les poignets douloureux du contre-coup quelle venait dencaisser. Dans le même élan, Qwineth plongea son sabre vers la poitrine ennemie avec la volonté évidente de lui transpercer le cur. Hélas, elle neut pas plus de succès que sa compagne de bataille et la pointe de son arme dévia sur la peau sombre, sémoussant même légèrement.

Le n√©cromancien que les coups navaient pas distrait de son incantation acheva alors celle-ci avec un rictus de satisfaction qui d√©forma sa face ravag√©e. La succession de mots gutturaux et grin√ßants, dont la prononciation avaient du passablement lui √©corcher la gorge, prit fin soudainement, s√©teignant en √©cho dans les corridors glac√©s qui ne renvoyaient m√™me plus les √©chos √©touff√©s des combats qui pourtant sy d√©roulaient encore. Aux oreilles de Qwineth et Tessa, le silence parut assourdissant. Devant la silhouette t√©n√©breuse du n√©cromancien venait dappara√ģtre une longue lame fuligineuse, anim√©e sans doute par une volont√© aussi noire que son invocateur. Instinctivement, elles s√©cart√®rent de part et dautre du sorcier, ne sachant trop √† quoi elles √©taient confront√©es. Tessa lan√ßa un coup sans conviction et eut confirmation de ce quelle craignait quand la lame t√©n√©breuse para son attaque et riposta en cinglant son armure si puissamment quelle en fut rejet√©e en arri√®re. Portant la main √† lendroit o√Ļ elle avait √©t√© frapp√©e, la guerri√®re constata que son plastron de m√©tal avait √©t√© d√©chir√©e malgr√© son excellente facture. Les c√ītes douloureuses, elle se releva pourtant rapidement, insouciante du sang qui maculait le pourpoint matelass√© quelle portait sous son armure. La lame noire se reporta devant Limish tandis que le sorcier entamait un nouveau sortil√®ge.

Acyde de Nor ne sétait pas contentée dobserver la scène et semployait à trouver la faille dans larmure magique de lennemi. La puissance de Limish était exceptionnelle, pourtant, et ses enchantements ne purent rivaliser avec ceux du sorcier. Elle devait pourtant impérativement trouver un moyen de le rendre vulnérable aux armes des combattants et sacharna. Dautant que les deux guerrières ne semblaient pas se résoudre à limpuissance et multipliaient les attaques, essayant de se synchroniser pour quau moins lune des deux ait le temps de toucher lennemi. Elles produisirent quatre assauts ainsi, tentant vainement de trouver une faille dans la défense du nécromant et récoltant à chaque fois une nouvelle entaille dont, par miracle, aucune ne savéra trop grave.

Cest alors que Palan arriva au contact du nécromancien. Toujours sans le moindre cri, il abattit lépée blafarde. Au contact de la lame noire, les sillons dessinés par les larmes que Qwineth avait versées sur lacier semblèrent séclaircir avant de reprendre une teinte plus sombre. Le trait fuligineux contre-attaqua, fouettant dun coup horizontal que Palan para dans un réflexe fulgurant qui surprit Qwineth autant que Limish mais pas pour les mêmes raisons. Alors que le premier reprenait le fil de son sortilège, la seconde sinterrogea. La conception quelle avait des crises berserk lui fit froncer les sourcils. Les berserkers ne se souciaient que dattaquer. Jamais de défendre. Elle avait vu ses yeux. Elle lavait vu combattre. Il était évident quil était possédé par la rage de sang et pourtant Pourtant, il venait de parer un coup, chose quil navait jamais fait précédemment dans cet état. Dans son esprit se fit alors jour une vérité dont la portée dépassait son entendement. Elle eut un léger sourire et, faisant à nouveau le vide dans son esprit, se reporta à son tour à lassaut du sorcier noir.

(Bon d'accord, j'avoue, il en reste un bout... je vous le sers d√®s que vous aurez ramen√© quelques boissons fra√ģches)

Par L'√Ęme de Zeed le 8/2/2003 √† 0:53:36 (#3194364)

Celui-ci avait entrepris une nouvelle incantation après avoir invoqué son arme fuligineuse. Acyde pensa quil devait pourtant investir une grande partie de son énergie pour maintenir dans ce monde son armure dombre et la lame noire. Celle-ci virevoltait autour de lui, parant la plupart des coups qui lui étaient destinés et harcelant les trois combattants qui déployaient tous leurs talents dans cette dernière lutte. Concentrés à lextrême sur larme maudite de Limish, ils nentendirent pas la néphilim entamer une nouvelle incantation quelle répéta inlassablement, tel un mantra dont leffet se fit sentir progressivement.

Au bout dune minute de ce combat inégal, alors que chacun des trois combattants avait subi quelque blessure, la lame fuligineuse se fit moins sèche dans ses parades. Légèrement plus lente dans ses attaques, les trois combattants commencèrent à parer ses coups moins difficilement. Peu à peu les armes se remirent à frapper le corps du nécromant qui luttait pour libérer son arme des filets invisibles dans lesquels Acyde lempêtrait toujours plus. Toutefois, Limish ne semblait guère se soucier des coups que lui assénaient ces ennemis descendus jusque dans son antre pour le défier. Cessant soudain de se préoccuper de la lame noire quil avait invoquée et que la néphilim ne parvenait pas à neutraliser totalement, il invoqua à nouveau les puissances ténébreuses.

Qwineth se trouva alors en proie √† une grande fatigue. Elle recula pr√©cipitamment de trois pas afin de se mettre hors de port√©e de l√©p√©e noire avant de poser un genou en terre. Acyde reconnut aussit√īt le sortil√®ge employ√© et, renon√ßant √† ma√ģtriser larme invoqu√©e, opposa sa volont√© √† celle du n√©cromancien, chose quelle regretta aussit√īt. Les mains tourn√©es lune vers lautre, celui-ci sembla mimer au ralenti l√©crasement dune mouche en vol, fixant dun regard noir celle qui s√©tait d√©j√† trop oppos√©e √† sa volont√©.

Rien ne saurait d√©crire la sensation doppression et dimpuissance que ressentit la N√©philim √† ce moment l√†. Elle eut vaguement conscience davoir d√©fi√© quelque prince des t√©n√®bres qui imposa son esprit √† ses pens√©es. Ayant limpression √©trange et extr√™mement d√©sagr√©able quune cr√©ature visqueuse √©tait n√©e dans sa t√™te et essayait de sy d√©velopper, Acyde de Nor replia son esprit pour se d√©fendre. Erigeant en h√Ęte des barri√®res quelle esp√©rait infranchissables et qui c√©daient sous les coups de boutoir que donnait lennemi. Ne ma√ģtrisant plus son corps que de fa√ßon minimale, elle seffondra √† genoux avant de rouler √† terre, la t√™te entre les mains. Toutes ses forces tendues par leffort quelle opposait √† lintrusion de la volont√© du sorcier t√©n√©breux. Une puissance terrible la broyait, bloquant ses poumons tandis que la b√™te progressait en elle.

Limish éclata alors dun rire sinistre qui naugurait rien de bon pour la suite. Acyde se tordait toujours à terre, en proie à dindicibles douleurs. Aucun ne vit le sang qui commençait à couler à la commissure de ses lèvres. Aucun ne se porta à ses cotés. Palan, ferraillait avec lépée fuligineuse qui ne lui laissait, il est vrai, aucun répit depuis quAcyde avait cessé de la ralentir. Il paraissait vidé de toute volonté, de toute pensée autre que celle qui le poussait à abattre son adversaire. Tessa, de son coté, sentait son bras gauche sengourdir. La troisième blessure quelle y avait reçue devait avoir touché quelque point sensible mais son attention toute entière était focalisée vers le combat et le long trait noir qui dansait, à nouveau vif et rapide, autour du nécromant, parant dun coté et attaquant de lautre. Qwineth sétait relevée comme Limish détournait son attention sur la Néphilim et était repartie à lassaut de plus belle.

- Le chat griffe sa proie ! sexclama Qwineth en profitant dune parade de son compagnon pour cingler la pierre ornant la poitrine de lennemi dun vigoureux coup de sabre. Celui-ci fut arr√™t√© de la m√™me fa√ßon que par larmure couvrant le reste du corps de Limish et la pierre de tristesse, intacte, r√©sonna dun son clair sous limpact sans en para√ģtre autrement affect√©e. Le n√©cromant la repoussa alors dun violent coup de poing en pleine poitrine quelle neut pas le temps de parer malgr√© sa vivacit√©.

- Pitoyables mortels, vous arrivez trop tard. Vous ne pouvez plus rien contre moi ! Je suis invincible ! Invinc

Une soudaine douleur linterrompit alors. Palan avait balay√© la lame noire dun grand coup de taille et Tessa avait monopolis√© celle-ci sexposant plus que de raison en multipliant des assauts dont elle savait que la seule utilit√© √©tait de laisser les coud√©es franches au berserker. Sans gu√®re plus despoir quil parvienne √† blesser le noir sorcier, elle avait poursuivi ses attaques, r√©coltant de la part de l√©p√©e t√©n√©breuse une demi-douzaine de coups qui lac√©r√®rent ses peaux de fer et de chair. Palan avait alors profit√© de louverture pour porter un coup vertical qui frappa la poitrine du n√©cromant avec une violence inou√Įe.

La lame blanche crissa sur la pierre brute et chatoyante, entamant sa surface et faisant jaillir mille éclats minuscules en une nuée scintillante qui retomba lentement, ballottée par un léger courant dair. Un nouveau coup de Palan la frappa durement, sèchement, projetant une nouvelle gerbe de poussière pailletée. Limish para le coup suivant de son avant bras toujours protégé par son armure ténébreuse et la lame fuligineuse revint à la charge, semblant ne plus se concentrer que sur le jeune homme. Celui-ci encaissa un coup destoc dans lépaule tandis que sur la poitrine de son ennemi, le joyau ocre se faisait plus lumineux dinstant en instant. Palan, quitté par son état de rage meurtrière, recula dun pas , haletant comme souvent après une crise à la différence quil avait conservé une certaine forme de lucidité pendant celle-ci. Se remettant rapidement, il jeta un regard à la néphilim qui gisait vivante mais inanimée, avant de repartir à lassaut du nécromancien. Celui-ci reculait à présent sous les coups redoublés des deux guerrières que lépée doutre monde persistait à parer. Palan joignit sa lame aux leurs alors que Limish semployait à une nouvelle incantation, se concentrant sur la pierre de tristesse pour renforcer les enchantements la protégeant.



(Trandling nécro-city j'écoute ? Oui...? Non, il n'est pas disponible pour le moment, je peux prendre un message ? Oui, il poste la suite dans une minute... Nous vous remercions de votre appel, au revoir.)

Par L'√Ęme de Zeed le 8/2/2003 √† 1:24:13 (#3194482)

Malgr√© ses efforts, la pierre qui rougeoyait sur son sternum persista √† irradier de plus en plus jusqu√† devenir presque incandescente. Il y eut alors avec un bref craquement. Limish √©carquilla les yeux, tr√©buchant en arri√®re. Aussit√īt, la lame noire s√©vanouit tandis quun mince filet brumeux s√©chappait doucement de la gemme bris√©e. Redevenant noire √† pr√©sent quelle √©tait √©teinte, elle quitta la poitrine du n√©cromant qui seffondra, comme vid√© de toute √©nergie. La pierre roula √† terre, touchant le sol de la cath√©drale de pierre et de cristal avec un bruit mat. Elle ne refl√©tait plus que faiblement la lueur des torch√®res dispos√©es aux murs et des quelques braseros dispers√©s dans la salle qui navaient pas √©t√© renvers√©s.

A la surprise de ses compagnons, Acyde √©tait revenue √† elle et sapprocha en silence pour contempler leur ennemi terrass√© quune respiration animait pourtant encore. Par linterm√©diaire de ses sens, ses compagnons percevaient, eux aussi, les √Ęmes errantes et assist√®rent alors √† un spectacle unique. Une √† une, glissant lentement par la faille de la gemme, les √Ęmes des r√™veurs et de tous ceux qui avaient √©t√© sacrifi√©s au n√©cromant s√©chapp√®rent de leur prison.

La br√®che de la pierre les laissa fuir jusqu√† ce que leur flot continu se tarisse et que toutes se soient d√©rob√©es au lent an√©antissement que leur promettait Limish. Lib√©r√©es, elles tournoy√®rent quelques instants sans ordre apparent, envahissant la salle du sol au plafond, avant de se fondre en une seule entit√© √©th√©r√©e qui, r√©unissant assez de force, apparut quelques instants de fa√ßon plus consistante aux yeux de tous. Chacun entendit ou crut entendre alors les mots prononc√©s par les √Ęmes de la pierre :

- Les larmes dam√©thyste ont b√©ni la lame sanctifi√©e. La pierre de tristesse est ouverte. Nous sommes libres √† pr√©sent et cest gr√Ęce √† vous. Une proph√©tie fut accomplie en ce jour. Sachez quil en est dautres et que certaines dentre elles seront votre futur. Prenez grand soin du dernier r√™veur. Il nous est tr√®s cher. Vous devez vous h√Ęter de sortir. Bient√īt la porte sera enferm√©e sous le roc.

Comme en r√©ponse √† ces mots, la montagne enti√®re sembla gronder son m√©contentement √† abriter encore la porte des morts. La brume laiteuse et mouvante qui lanimait commen√ßa √† tourbillonner et √† s√©tendre doucement. Le vortex d√©borda lentement de la porte des morts, balayant les lieux dune spirale √©th√©r√©e qui entra√ģna la forme dissolue des √Ęmes de la pierre et s√©largit rapidement jusqu√† d√©border les dimensions de la salle. Chacun des bras de la spirale sembla prendre des proportions gigantesques, gagnant rapidement en intensit√© et acc√©l√©rant son mouvement tournoyant. Un instant, les deux immenses langues de lumi√®re dont ils ne voyaient que la base sembl√®rent se stabiliser avant de r√©tr√©cir √† nouveau, concentrant leur √©nergie au centre de la porte des morts. La taille de la spirale diminua peu √† peu jusqu√† r√©int√©grer le diam√®tre de la porte.

Son intensit√© interdisait alors √† quiconque de lever les yeux et elle poursuivit sa concentration, r√©tr√©cissant encore jusqu√† n√™tre plus quun point lumineux insoutenable. Les compagnons pr√©sents avaient beau s√™tre recul√©, prot√©ger leur regard derri√®re leurs paupi√®res et sabriter le visage en levant les bras, tous eurent limpression quune √©toile naissait sous leurs yeux quand soudain tout sarr√™ta. La lueur avait √©t√© absorb√©e par la porte des morts et celle-ci √©tait visiblement d√©sactiv√©e. Limish avait disparu, son corps emport√© √† travers le portail vers lOutre-monde par le flot tourbillonnant des √Ęmes quil avait si longtemps asservi. De son r√®gne de noirceur ne demeurait plus que la pierre bris√©e, encore ti√®de. Acyde lenveloppa dans un lambeau de cape dun garde noir pendant que Qwineth sinqui√©tait de la sant√© de Palan et de Tessa.

Elle fut rassur√©e en contemplant √† nouveau son visage rass√©r√©n√©. Il √©tait certes encore un peu p√Ęle mais ses yeux avaient repris leur teinte naturelle. Visiblement et √† son grand soulagement, tout √©tait termin√©.

- Je.. je vais bien et toi ? Tu euh tout le monde peut marcher ?
- Je vais bien, rassures toi. Juste quelques entailles. Cette saleté dépée noire était vraiment très forte. Mais tout est fini à présent, répondit-elle avec un léger sourire.
Tessa grimaçait mais semblait pouvoir endurer le retour à la surface sur ses jambes et prit la parole à son tour.
- Oui, nous avons eu beaucoup de chance je suppose. Je ne sais pas ce quil vous a fait, Dame de Nor, mais je reconnais que la lame quil a invoquée était plus forte que moi que nous tous réunis
La néphilim lui répondit dune voix rendue presque douce par lextrême torture quelle avait enduré. Une voix qui tranchait avec les propos quelle tint alors :
- Il ma fait subir, je crois, ce que jai vécu de pire Et pourtant

Elle fut interrompue par une secousse grondante qui fit vaciller les pyl√īnes de la porte des morts. Prenant alors conscience des tr√©pidations incessantes qui agitaient le sol, ils se h√Ęt√®rent vers lentr√©e de la salle par laquelle ils √©taient arriv√©s. Courant dans les couloirs aussi vite que leur √©tat le leur permettait, ils entr√®rent dans la salle o√Ļ ils avaient ranim√© Galadorn en m√™me temps que Dodgee. Ils lui annonc√®rent en quelques mots quils avaient mit un terme √† la folie d√©clench√©e par Limish et, portant plus Galadorn quils ne le soutenaient, ils repartirent vers la surface.

Les t√©n√®bres dissip√©es avec la fin du n√©cromant et de la garde noire, les compagnons remont√®rent au dehors √† la lueur des torches, d√©couvrant au fil de leur course maints couloirs richement orn√©s quils ne prirent pas le temps dadmirer. Les secousses de la montagne se succ√©daient de plus en plus rapidement et autour deux, de petits rochers commen√ßaient √† seffondrer sur le chemin de la sortie. Tout juste Palan sarr√™ta til bri√®vement pour emporter le corps de son ma√ģtre en passant dans la salle qui lavait vu tomber.

Enfin, ils débouchèrent au grand jour, éblouis par le soleil qui baignait dune lumière éclatante le champ de bataille dévasté et jonché de corps. Au bruit de pas dérapant sur la rocaille, tous se retournèrent de concert...




(Voilà, c'est fini pour cet épisode. Ne croyez pas pour autant que tout soit terminé. Rendez vous donc pour l'épisode 98...
Bonne lecture et √† tr√®s bient√īt :) )

Par -Darksoul Zenox- le 8/2/2003 à 4:06:57 (#3194977)

:eek: :eek: :eek:

C'était vraiment long cette fois comme promis!

*a lu la moitié, garde le reste pour avant dodo*

Par Dodgee MIP le 8/2/2003 à 11:05:14 (#3195555)

*distribue les feuillets alors que la scène tremble et que les rochers commencent à tomber un peu partout*

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine