Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contrĂ´le

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

L'arrivée d'une jeune femme

Par Clyménée de Lys le 18/12/2002 à 7:15:00 (#2819752)

Une jeune femme entra d'un pas hésitant dans le théâtre et jeta quelques regards curieux autour d'elle avant de se diriger vers une table et de s'y installer. D'un geste gracieux elle rejeta en arrière ses longs cheveux roux qui semblaient onduler comme de vives flammes sur ses épaules nues, à la blancheur de lait. Puis de ses grands yeux au vert profond, elle observa les personnes allant et venant, et un léger sourire fleurit sur ses lèvres. Ces nouvelles terres promettaient à coup sûr des rencontres intéressantes.
Elle resta tranquillement Ă  sa table et attendit sans bouger que quelqu'un fasse attention Ă  elle.

Par Vilexca Tel'en le 18/12/2002 Ă  9:11:22 (#2820049)

Assise non loin, dans un coin de la pièce principale, la jeune Vilexca absorber par la lecture de poèmes & récits.

levant un bref instant la tête en direction de la jeune femme aux cheveux roux, la regardant dans les yeux, en esquissant sur son visage un léger sourire, puis replongea dans sa lecture.

Par Frolo Xeres le 18/12/2002 Ă  11:06:49 (#2820571)

* Ce matin la, Naphylis avait décidé de faire un tour au théâtre. Il y avait toujours quelqu'un d'intéressant à y rencontrer...
Il avança dans la grande salle et jeta un rapide coup d'oeil cherchant des visages connus et inconnus.
Il y avait lĂ  une jolie jeune femme qu'il n'avait jamais vu. Elle semblait attendre quelque chose...
Il s'approcha d'elle, ajustant sa cape et ses noeuds de paix posés sur ses lames ; de petits rubans de soie blanche, un dans son dos et deux à sa ceinture... *

Naphylis : Bien le bon bonjour... Madame, mademoiselle ?
Je me présente. Naphylis Amandier de JolyVal, barde et maître-lame. Mes épées chantent aussi bien que ma lyre.
Que nous vaut le plaisir de votre visite ?

Par Clyménée de Lys le 18/12/2002 à 13:26:10 (#2821532)

D'un hochement de tête gracieux, la jeune femme salua le barde et lui indiqua de s'asseoir auprès d'elle. Puis, un doux sourire aux lèvres, elle lui répondit d'une voix chaude et sensuelle. En ses yeux semblaient scintiller des paillettes d'or; la curiosité et la joie de rencontrer une nouvelle tête paraissaient l'envahir.

Mademoiselle... Et je me nomme Clyménée de Lys, ensorceleuse à la recherche d'une terre d'acceuil, ou simplement de rencontres... Bonnes ou mauvaises. Et suivante de la grande Sharess.

Un petit sourire se dessina sur ses lèvres d'incarnat.

Edit: Merci d'Ă©viter les signature graphique si grande.

Par Vilexca Tel'en le 18/12/2002 Ă  16:43:29 (#2823540)

Fatiguée par la lecture, Vilexca se leva et marcha à travers la salle vers la jeune femme qui venait d’arriver, qui était à présent accompagné d’un homme élégant.
Traînant sa longue robe en soie noire brodée par des sublimes motive dorées, une chose étrange cependant, il semblerait par moments, voir apparaître sous sa robe, une tenue couleur verte comme l’infinie beauté de la forêt.

Elle regarda, les deux personnes avec une petite aire curieuse :


Bonjour, les amis, je me nomme Vilexca, Vilexa TelÂ’en, puis-je me joindre Ă  vous Ă  cette table ?

Par Naphylis Amandier le 18/12/2002 Ă  17:00:36 (#2823710)

[hrp] Edit : Merci Frolo pour cette introduction, Ă  moi de prendre la suite ! [/hrp]

Naphylis s'était installé auprès de la belle demoiselle à sa demande.
Puis une autre charmante dame fit son apparition. Il se leva derechef et dans un profond salut il pria la nouvelle venue de prendre place.


Naphylis : Faites... je vous en prie faites. Quoi de plus agréable qu'une petite conversation en cette belle journée.
Mais il manque quelque chose...

Ce faisant, il fit quelques gestes dans le airs, émettant une série de sifflements courts.
L'instant d'après, les gazouillis de petits oiseaux se firent entendre. De même que l'écoulement serein et d'un ruisseau forestier...

Naphylis : J'ai toujours aimé les chants de mère nature. Comme il serait beau de pouvoir écrire des poèmes décrivant son infinie grandeur...

Par Clyménée de Lys le 18/12/2002 à 17:51:46 (#2824238)

Clyménée adressa un sourire à la jeune femme venue s'installer à sa table en guise de salut.
Puis elle parut se prendre quelques instants dans ses pensées, pour n'en sortir qu'au doux chant des oiseaux et au mumure de l'eau provoqué par le barde. Alors un faible sourire illumina son visage quelques instants, mais elle ne dit mot.

Par Naphylis Amandier le 18/12/2002 Ă  17:59:19 (#2824323)

Naphylis : Je vois que vous appréciez aussi cette douce mélodie. Mais vous me semblez soucieuse. Voulez-vous que je vous chante une chanson ?
La vie est bien trop courte et belle pour qu'on la gâche en veine mélancolie. Toril est magnifique, dangereuse et magnifique...
Une petite histoire peut-ĂŞtre ?

Par Clyménée de Lys le 18/12/2002 à 18:10:01 (#2824441)

Le sourire qui, quelques instants plus tôt, s'était évanouit comme un songe, se dessina à nouveau sur les lèvres de la jeune femme. Mais à présent, elle souriait vraiment, heureuse de cette proposition. Elle répondit d'ailleurs d'un ton enthousiaste en se redressant légèrement sur sa chambre.

Ah, je serai ravie d'écouter une de vos chansons ou bien une histoire... Faites comme vous le voulez, choisissez. Je suis certaine que vos paroles enchanteront nos coeurs, qu'elles soient chantées ou simplement contées.

En prononçant ces derniers mots, Clyménée tourna légèrement la tête vers la femme qui venait d'arriver et lui adressa un léger sourire.

Par Naphylis Amandier le 18/12/2002 Ă  18:51:22 (#2824869)

Naphylis : Soit alors une petite histoire, j'ai la voix un peu faible ces temps-ci et vous profiterez mieux des contes et légendes de notre terre...
Avez-vous un sujet qui vous tiens à coeur, j'ai bien deux trois idées en tête mais si c'est vous qui choisissez, je serais plus sûr de vous satisfaire...

Par Clyménée de Lys le 18/12/2002 à 19:12:10 (#2825067)

Et bien... Peu importe.
L'histoire n'en sera que meilleure et mieux contée si c'est vous qui la choisissez selon vos propres goûts. Ainsi, la douceur de votre voix, vos intonations, le choix de vos mots, donneront plus facilement vie à vos paroles et à coup sûr, votre auditoire sera attentif et passionné, pendu à chacun de vos souffles.

A nouveau, un doux sourire fleurit le visage de la jeune femme.

Par Naphylis Amandier le 18/12/2002 Ă  20:09:02 (#2825607)

Naphylis : Et bien soit...
Mais voilà que mes idées s'affolent. Tout ce qui me viens à l'esprit me semble ennuyeux !
Je vous proposerais bien le récit de ma rencontre avec mes amis et compagnons de voyage... les Compagnons de l'Amitié.
Je me souviendrais toujours de cette nuit lĂ  !
Pas seulement parce que j'y perdait un être cher... mais surtout car j'en découvrais de nouveaux et précieux...

Par Clyménée de Lys le 19/12/2002 à 6:04:01 (#2828723)

Alors le barde commença son histoire et la jeune femme but chacune de ses paroles, subjuguée et passionnée par le récit conté avec tant d'éloquence. Les mots semblaient prendre vie et dessiner avec précision l'histoire dans son esprit. Le barde parvenait à dépeindre à merveille chaque instant, chaque sentiment ressentit par les personnages, chaque expression d'un visage... Quand il eut terminé son récit, la jeune femme ne pût s'empêcher de sourire et de murmurer en un souffle.

Superbe...

Par Naphylis Amandier le 19/12/2002 Ă  8:14:26 (#2828943)

Naphylis : Je suis heureux que cela vous ai plu. J'espère que les effets magiques que j'ai rajouté ne vous ont pas trop effrayés, notamment lors de la mort de mon ami...
Cela généralement beaucoup d'effets ces illusions de boule de feu dans une pièce assombrit, l'écho inquiétant de rats résonnant alentours...

Mais j'imagine que vous avez vous même de belles histoires en tête. Et peut-être voulez-vous partagez avec nous vos connaissances. J'adore entendre les contes, à défaut d'en raconter...

Par Vilexca Tel'en le 19/12/2002 Ă  9:39:42 (#2829232)

Souriante elle prit place Ă  la table.

Absorber par le superbe récit et les effets lumineuses qui l'accompagner,
Vilexca ne parle que très peu, le visage lumineux mais semblant porter des énormes fardeaux mélanger à de la peur, cependant son regard d'ange cache bien ces sentiments intérieurs,

Après que le barde avait fini son histoire, Vilexca était certes ébahi, mais elle ne pouvait s'en empêcher de dire ce qu'elle pensa :


Certes, j'ai adoré votre récit, cela est triste et réjouissant, cependant je n’apprécie que très peu "la magie", si je peux ajouter que cela me fait même peur, je préfère la réalité, la nature, la vie au moins ce ne sont pas illusions & tours de passe-passe

Par Naphylis Amandier le 19/12/2002 Ă  12:28:01 (#2830325)

Naphylis : Je comprends votre point de vu et je ne vous ferais pas l'affront de dire ĂŞtre de votre avis...
Mais je crois sincèrement que la nature elle même est magie et c'est pourquoi je l'utilise. J'essai à travers elle de m'approcher de sa perfection...
La nature nous a donné des facilités... à nous de les utiliser à bon escient. Si elle m'a permit de maîtriser l'Art, comme à nombre d'entre nous sur Toril, j'en déduis qu'elle n'y est pas si opposé que cela.

Par Clyménée de Lys le 19/12/2002 à 18:20:35 (#2833198)

La jeune femme écouta avec attention les avis exposés et préféra ne pas prendre parti. Elle ne dit mot, resta muette quelques instants. Puis soudain elle parut s'animer à nouveau et ses les étincelles de ses yeux, scintillèrent une nouvelle fois. Un doux sourire illumina son visage.

Et vous Dame, avez-vous une histoire Ă  nous conter ? Ou mĂŞme une chanson... Comme vous le souhaitez.
Si vous le voulez, je pourrai également vous conter quelque chose... Une histoire, ou un poème. Je n'excelle certes pas dans cet art, mais peu importe...

Par Naphylis Amandier le 19/12/2002 Ă  19:12:01 (#2833694)

Naphylis : Oui. Vous devez connaitre de nombreuses histoires... j'en recherche toujours. Peut-ĂŞtre pourrais-je en faire une chanson par la suite... Si vous ĂŞtes d'accord bien entendu !

Par Clyménée de Lys le 19/12/2002 à 19:59:56 (#2834121)

Ah, il ne me vient à l'esprit que très peu d'histoires... Peut-être vous en conterai-je une plus tard. En attendant, si vous le voulez bien, j'utiliserai plutôt les vers... Le poème que je vais vous réciter est le premier que j'ai écrit, pardonnez-moi donc s'il ne suit aucune règle de versification...

La jeune femme toussota puis entama d'une voix douce et chaude :

Le soleil aux rayons d'or illumine ton visage,
Te donnant la beauté d'un ciel sans nuage.
Le vent doux caresse tes cheveux d'ébène,
Souffle un chant de bonheur dans la plaine.
Tes ailes si pures et d'un blanc Ă©blouissant,
Cachent, bel ange, l'envieux soleil mourant.
Les perles de rosée, dans l'herbe réfugiées,
Admirent ton beau sourire noble et si envié
Par les humains, pauvres créatures gagnées
Par le désir malsain de voir leur sang couler.
Tu t'approche de moi, je frissonne, j'ai peur.
Mais ton sourire inonde de joie mon coeur.
Tu vois bien mon malaise et ton rire retentit.
Je ne bouge plus, je ne veux pas mourir ici.
Mais tu ne veux pas me faire de mal, je le vois
Dans ton tendre visage illuminé par la joie.
Doucement, tu pose un baiser sur mes lèvres
Et alors, je me sens comme dans un doux rĂŞve.
Puis tu me fixe de tes beaux yeux vert de jade
Et le coeur dans ma poitrine, bat la chamade.
La nature semble offusquée par ce pieu baiser
Et tous les éléments contre nous semblent liés.
Le ciel argenté pleure, noyant dans ses larmes
La verte plaine où sont réunit nos deux âmes.
Les nombreuses gouttes me font frissonner,
Tu me prends dans tes bras pour me réchauffer.
Mon esprit se trouble, je sens mon coeur devenir
Amoureux fou de toi et oublier le triste souvenir
De mon fort et courageux mari, mort au combat
Pour servir un dieu délaissant ses fidèles ici-bas.
Le vent devient plus fort et violent, semblant
Augmenter la sombre tristesse du soir naissant.
Maintenant, le soleil a disparut et laisse place
A de lourds nuages gris, cruels démons de glace,
Obscurcissant le ciel d'une soirée de printemps,
Et cachant dans l'ombre le lumineux astre dormant.
Les créatures de la nuit sortent de leurs tanières
Et envahissent la plaine, funestes meurtrières.
Mais je sais que je n'ai aucune crainte Ă  avoir
Puisque tu es près de moi, au moins pour ce soir.
Ton noble regard fouille l'obscurité déjà tombée.
Tu me prends dans tes bras en un geste assuré
Et ainsi, je me sens incroyablement protégée.
Je peux sentir frissonner ton beau corps ailé,
Prêt à combattre contre mille démons furieux.
Je sais qu'entre tes bras musclés rien ne peut
M'atteindre, et alors je m'abandonne au plaisir
D'être auprès de toi, merveilleux ange de désir.

Par Naphylis Amandier le 19/12/2002 Ă  23:59:37 (#2836186)

Naphylis : Vos mots sont purs, magnifiques dans leur sincérité. J'admire vos sentiments, si forts...
Quelle beauté !
J'espère que mes chants atteindront un jour un tel niveau...
Merci pour ces merveilleux vers.
Mais d'autres sujets vous intéressent je suis sûr, de quoi voulez vous parler ?

Par Clyménée de Lys le 20/12/2002 à 5:31:54 (#2837232)

Et bien... Je ne sais pas. Comme vous le voulez... Tout les sujets m'intéressent, tout ceux qui peuvent enrichir mon esprit ou réjouir mon coeur. Je ne préfère aucun thème... Ce sera donc à votre bon plaisir, choisissez encore une fois.

Un petit sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme.

Par Naphylis Amandier le 20/12/2002 Ă  19:56:18 (#2842491)

Naphylis : Je vous conterais bien l'histoire du Royaume d'Alvencys. Ces terre au Sud de la mer Etincelante et à l'Est de la jungle de Chult ont été le théâtre de bien triste dénigrement.
Pendant deux générations en effet, le roi en place a systématiquement fait mettre au fer tout non-humain qui foulait ses terres...
Voulez-vous que je vous conte l'origine de ce royaume ?

Par Clyménée de Lys le 21/12/2002 à 8:38:48 (#2845848)

*doux sourire*
Ah... Mais j'en serai plus que ravie Sire ! Je suis certaine que cette histoire est aussi passionnante que la première, et peut-être même, les mots seront-ils plus agréable encore à écouter.
Allez-y Sire, je suis impatiente à présent d'entendre une nouvelle histoire...

Par Naphylis Amandier le 22/12/2002 Ă  21:24:34 (#2856136)

Naphylis : Il y a tant de choses à dire... mais bon, commençons par le commencement...
Cette contrée était divisée en quatre citées états. Le plus grande et la plus puissante était Yaventrys, elle s'étendait sur la côte sud de la mer Etincellante et comptait plus d'un million d'âmes !
Son dirigeant savait ne dépendre que du commerce qui voulait bien se dérouler dans ses rues... simple étape sur la route de Chult. Malheureusement pour lui, ce n'était que le moindre de ses soucis... ses conseillés officiait dans l'ombre et ses jours était comptés.
Vint une nuit où comme à son habitude, il prit courtisane dans son lit... la lame de sa compagne d'un soir mit fin à ses jours et on oublia vite son nom... Cet homme n'avait pas existé ! Ainsi allait les lois de ces sombre citées où la corruption et le vice était monnaie courante...
Un nommé Yavanhus prit sa place. Mais contrairement à ce que le conseil s'attendait, il était rusé... il étendit sa main de fer dans toutes les guildes de la citée et monta ses armées... Trois ans après son arrivée au pouvoir, il marchait sur Yslong, sur Prepys et Telinys ; les trois citées état qui se partageaient les terres proches.
Loin de se laisser faire, les citées réagirent... une armée fut levée, collision des trois citées pour faire face à Yavanhus...
Des milliers d'hommes se réunirent des les collines au Nord de Telinys, des centaines de mages dans leurs rangs... Parmis eux trois archimage !
La bataille fut terrible... pendant plusieurs heures, les forces en présences combattirent, rependant leur sang sur l'herbe souillée. Les flammes rugissaient, l'air crépitait, la terre tremblait, mais personne ne voulait céder un pouce ! Les cris de rage et de douleurs résonnaient à l'infini, déchirant les cieux...
Finalement, le puissant Rilyn de Prepys et Julyat de Telinys combinèrent leurs forces et attaquèrent archimage de Yaventrys... cet homme, du nom de Soleil Noir, nécromancien et ancien servant de Bhaal périt sous l'assaut...
Et emporta avec lui les âmes de milliers d'hommes sur le champ de bataille. Sa mort fit trembler la terre à des miles et des miles de distance... une onde de choc noire s'étendit alentour et détruisit tout ! Rilyn et Julyat compris !
Les collines n'était plus qu'un cimetière ; partout, à perte de vue, des cadavres jonchaient le sol ! La mort avait frappée...
Yavanhus s'en sortit. Son armée avait subit le moins de pertes... Il gagna cette bataille !
Il prit le pouvoir du nouveau royaume de Yavanhus...
Composé des citées de Prepys, Yslong, Telinys et Yaventrys, marquant les frontières Ouest, Est, Sud et Nord d'une terre de plusieurs milliers de miles carrées !

Je continu ?

Par Clyménée de Lys le 23/12/2002 à 7:24:29 (#2858834)

La jeune femme semblait fascinée par les paroles de Naphylis. Le menton posé entre ses mains, jointes en une coupole, les coudes sur la table, elle écoutait avec attention et essayait d'imaginer l'histoire, de se la figurer.
Elle se redressa soudainement à la question du barde et répondit avec un sourire.


Oui oui, continuez...

Par Naphylis Amandier le 23/12/2002 Ă  15:07:20 (#2861590)

Naphylis : Une fois le pouvoir entre ses mains cet homme transforma son royaume en une véritable prison. Il envoya son réseau d'espion dans tous le royaume et prit le contrôle de toutes les guildes existantes, celles qui ne plièrent pas furent massacrés...
Lui et ses conseillés régissaient l'agriculture, l'industrie et le commerce dans le moindre petit village. Il mis en place d'immenses fermes où tous étaient sous ses ordres, par l'intermédiaire de contremaîtres et autres contrôleurs !
Les hommes armées se comptait par centaines puis par milliers sur les routes et les sentiers...
La seule chose qu'on peut lui attribuer de bien est l'éradication de toutes les formes de monstres qui peuplaient la région !
Ses conseillés, un groupe de puissants thaumaturges tiraient les ficelles de ce réseau complexe et puissant !
Pour lui, tout se passait pour le mieux...

Il signa sa perte lorsqu'il s'éprit d'une jeune et magnifique elfe du nom de Neïré. Elle se surpris à l'aimer et le jour vint où elle porta son fils...

Il aurait put vivre encore longtemps sur son royaume mais il en fut autrement...

Mais pour comprendre ce qu'il se passa, il faut que je vous parle d'une race d'elfe très particulière... les "Elfes des Profondeurs", attention ! A ne pas confondre avec les drows !
Voulez-vous connaître ces elfes ? Voulez-vous connaître l'histoire d'Anamanel de Ahüry son unique fille, Reine et Princesse d'une citée en déclin... ?

Par Clyménée de Lys le 23/12/2002 à 19:58:31 (#2863954)

Ah mais oui ! Continuez je vous en prie... J'Ă©coute avec attention chacun de vos mots, j'observe chacun de vos gestes, mĂŞme le moindre. Continuez barde talentueux !

Par Naphylis Amandier le 23/12/2002 Ă  20:24:56 (#2864176)

Naphylis : Et bien soit...
De nombreux sages se sont posés la question de leurs origine et peu en sont arrivés à une réponse satisfaisante. Tout ce qu'ils savent c'est qu'ils ont construit une citée dans les Tréfonds Obscurs, affrontant continuellement les monstres qui peuplent ces souterrains. Leurs pires ennemis sont bien sûr les drows... que des "elfes blancs" s'installent dans leur fief et survivant siècle après siècle !
Lloth en est personnellement offensée... et qui dit Lloth offensé, dit la communauté drow contre ces maudits elfes.
Jusqu'à dernièrement, ces elfes repoussèrent les assauts toujours plus rudes de cette marée noire !
Mais Lloth s'est associé à Cyric et... unissant leur puissance destructrice, prononcèrent une malédiction à l'encontre de la reine : Anamanel. Elle mourrait dans d'affreuses souffrances, perdant ses héritiers à leur naissance...
La reine endura des souffrances sans noms pendant plusieurs décennies ! Et quand vint le moment où elle devait mettre au monde sa fille, la future Ahüry Goutte de Lune, elle savait qu'elle allait la perdre !
Mais Corellon veillait et il ne permit pas une telle chose...
Il fit don à la reine d'un sceptre qui la protégerait de la malédiction tant qu'elle l'aurait en sa possession... AErdrië, la déesse de la fertilité trouva quand à elle, une solution pour sauver le bébé à naître...
La soeur de Anamanel : Neïre était enceinte de l'héritier de Yavanhus... Les enchanteurs de la citée firent le transfert et Ahüry fut portée par sa tante pendant les derniers mois de grossesse.
La petite naquit le mĂŞme jour que Yabvanhus Jr ; un ĂŞtre aussi vil que AhĂĽry pouvait ĂŞtre pure !
Son père, Yavanhus ordonna qu'on tue cette elfe de malheur...
Les enchanteurs de la citée la sauvère et la ramenère dans les Tréfonds Obscurs où elle vécut 58 ans sans se soucier des malheurs de ce monde...

[hrp]La suite après le repas... faut que je fasse à manger ! On m'appelle... [/hrp]

Par Naphylis Amandier le 23/12/2002 Ă  21:07:16 (#2864528)

Naphylis : Suite à cette mésaventure, Yavanhus était fou de rage. Il fit bannir tous les elfes de son royaume sous peine de mort ! Ceux qui restèrent furent tué ou mis en esclavage dans les mines de fer, sous la bonne garde des agents du Trône de Fer. L'organisation avait les bonne grâces du roi et elle prospérait...

Douze ans après la naissance de son fils, Yavanhus partit en guerre contre les elfes des profondeurs... il faillit complètement détruire la citée... et partit avec le sceptre !
A son retour, son fils avait assassiné sa mère... il fit de même avec lui, une dague dans le dos, dans son sommeil... il avait fait l'erreur d'expliquer au petit les pouvoir du sceptre !

Cet artefact ne pouvais être en possession que de la famille des Goutte de Lune. Malheureusement, le sang des Goutte de Lune coulait dans les veines de ce monstre ! A chaque nouveau porteur, le sceptre était investit d'un nouveau pouvoir ! Celui que Yavanhus lui donna fut celui de contrôler ses sujets... dans une version plus puissante du sceptre de suzeraineté.

Dans l'ombre, les conseillés essayaient de trouver le moyen de contrôler le pouvoir de sa précédente détentrice : Anamanel. Et surtout de pouvoir l'utiliser...

Dans la citée des profondeurs, la reine était de nouveau en proie aux souffrances de la malédiction.

Par Naphylis Amandier le 24/12/2002 Ă  13:52:51 (#2869571)

Naphylis : Bien des années plus tard, Ahüry, à force de pression sur son père, finit par apprendre l'origine du mal qui tiraillait sa mère...
Elle partit le lendemain pour reprendre le sceptre des mains de Yavanhus...
Les enchanteurs de la citée, forcèrent la chance et Ahüry finit dans la Compagnie des Valheureux qui firent sien le but de la jeune elfe.
Cette compagnie était composée d'un nain maniant la hache, du nom de "Clément Chant de la Hache", d'un elfe maniant l'art, du nom de Jondalar et d'un rôdeur demi-elfe nommé Ellandar... La compagnie prit la route de Calimport après avoir réunit les fonds nécessaire et s'élargie.
Elle compte parmi ses membres :
Ewan Manteau de Neige, Mage et Voleur ; Joshua Cristal d'Espoir, Mage et Prêtre de Corellon et Ariana Fléche d'acier archère Elfe des bois. Jondalar est mort dans un combat opposant la compagnie à plusieurs mages au service de Cyric ! Clément Chant de la hache a rejoints ses montagnes depuis...
Des puissances dont ils n'avaient même pas idée se sont joués d'eux pendant plusieurs semaines de route...
Yavanhus avait appris par ses espions qu'Ahüry avait quitté la citée et il voulait absolument qu'elle arrive à son royaume afin qu'elle lui apprenne comment utiliser le pouvoir du sceptre de sa mère... Il fit engager des mercenaires à la Porte de Baldur qui se firent passer pour des marchands et demandèrent à la compagnie des Valheureux de leur servir de Gardes du Corps. Ils les menèrent jusqu'à Calimport, les protégeant contre les forces de Cyric et Lloth qui cherchaient absolument à les tuer avant qu'ils ne parviennent au royaume de Yavanhus...
Les forces combinées de ces mercenaires, des Menestrels et des Compagnons de l'Amitié, déjouèrent les attaques incessantes de leurs adversaires...

Si je peux me permettre une parenthèse sur les Compagnons de l'Amitié, en faisant partit, je tiens à vous les présenter :
Les Compagnons de l'Amitié ont été fondés par un nain, une elfe et un homme. Le premier, Raptou est voleur, la seconde Séréna est une magicienne et le dernier, Guillaume, est un guerrier. Ils m'ont rencontré pendant leurs aventures et m'ont sauvé la vie... Plus tard, une demi-elfe du nom de Quistis, prêtresse d'Ilmater s'est jointe à nous...

Mais vous conter nos aventures me prendrais plusieurs mois et je n'en ai pas le temps ! De même que l'aventure de la Compagnie des Valheureux... Mon récit restera imprécis pour vous en simplifier la compréhension et raccourcir l'écoute.

Par Tatsu Mizûki le 30/12/2002 à 18:15:41 (#2910435)

*Un elfe, plus grand que la plupart de ses congénères, était assis à la table d'à côté, lisant de ses yeux verts un livre dont le titre semblait d'une langue inconnue. Il entendit les discours de la table voisine, et pris par un élan qu'on ne s'explique pas se tourna vers ses 3 voisins*

- Madame, vous semblez avoir souffert, il me semble pouvoir le lire dans vos yeux, vous parraîssez triste, et je n'aime pas voir un visage triste, surtt s'il est aussi joli que le votre. Je n'ai pas le talent de conteur de votre ami, mais j'espère pouvoir vous aidez en parti à retrouver ce sourire qui devait si bien vous aller.

* Sur ce et malgré l'étonnement des personnes présentes, il avança sa main vers le visage de la jeune femme, dans un geste doux qui inspirait la confiance. Après un moulinet du poignet, une superbe rose orangée apparue entre ses doigts, l'offrit à la jeune femme, et fut sur le point de s'en aller *

Par Clyménée de Lys le 31/12/2002 à 8:31:51 (#2913935)

La jeune femme écoutait encore les derniers mots du barde quand un elfe d'une table voisine s'approcha et s'adressa à elle. A ces paroles, elle rougit légèrement et un doux sourire fleurit sur ses lèvres quand apparut une rose à la main de l'elfe.
Aussitôt, elle écarta une autre chaise près d'elle et l'offrit d'un geste.


Si vous voulez vous asseoir avec nous, j'en serai ravie.

Par Tatsu Mizûki le 31/12/2002 à 11:43:32 (#2914790)

- Je serais ravi de partager votre table, je vous remercis, mais je dois vous prévenir qu'il me faudra pê partir plus tôt que je ne le voudrais, ma présence ici n'est pas un hasard, un voleur de haut vol m'attend sans pour autant le savoir. Mais je serais ravi de discuter avec vous, ou d'écouter votre talentueux compagnon.

* Sur ce il s'assois *

Par Naphylis Amandier le 5/1/2003 Ă  21:15:43 (#2952284)

Naphylis : Bienvenu Ă  notre table sieur... je n'ai pas bien saisi votre nom.

Par Naphylis Amandier le 10/1/2003 Ă  23:31:46 (#2993080)

* Une fois la conversation terminée, Naphylis fit ses adieux et partit rejoindre ses compagnons. *

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine