Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contrĂ´le

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling - 77ème partie

Par Dodgee MIP le 14/11/2002 Ă  0:13:06 (#2557472)

- Index -

Le conciliabule

-A combien de temps de marche sont-ils encore de la cité ?
-Selon les éclaireurs, une heure tout au plus, avant que les premiers morts-vivants ne soient en vue des terrasses. Mais il leur faudra sûrement un peu plus de temps pour lancer lassaut, le temps de rassembler les troupes et de considérer la situation, répondit le capitaine Treyan Karyl, qui venait de recevoir les dernières nouvelles des éclaireurs.
-Une heure Si seulement nous avions eu plus de temps, maugréa limposant comte.


Sur la carte rapidement dressée, le comte Girmog désignait les légions qui avaient suivi lost durant les derniers jours. Son ton, malgré la victoire et la prise de la forteresse, nétait en rien optimiste. Il savait que les épreuves à venir seraient bien plus sombres encore. Malgré lavantage du terrain et les fortifications, il navait aucun mal à imaginer lassaut, cette véritable marée de corps qui se jetteraient à lassaut des terrasses. Une déferlante quil leur faudrait endiguer, repousser. Le sort des terres du nord allait se jouer ici.

-Il faudra tenir les terrasses le plus longtemps possible, profiter des espaces qui ne leur offrent guère de protection pour que les archers puissent en abattre le plus grand nombre, et se replier, progressivement. Il faudra les poster ici et là, et toujours en laisser une compagnie plus haut afin de couvrir leur retraite. Les terrasses seront notre meilleure défense. Le goulot détranglement formé les empêchera de profiter de leur supériorité numérique. Il faudra coûte que coûte les retenir et livrer bataille avec cet avantage. Notre souci sera de contenir les assauts répétés. Les relevés ne connaissent ni la fatigue, ni le sommeil. De jour comme de nuit, lattaque peut survenir, encore et encore. Les hommes devront se tenir prêt, et prendre du repos à tour de rôle, dès quils le pourront

Tous avaient écouté les paroles du paladin, acquiesçant alors quil décrivait le plan de la bataille à venir. Le tableau était loin dêtre si sombre. Navait-il pas lui-même combattu ici, tenant en échec une armée avec une poignée dhomme ? Pourtant nul ne se faisait dillusion sur les heures, les jours à venir. Au fur et à mesure que la discussion avançait, lombre menaçante des légions se faisait plus présente, comme si rien que le fait dévoquer ces milliers de corps décharnés suffisait à leur donner une existence. Ce fut lintervention de la dame Acyde de Nor, pourtant, qui interrompit la discussion.

-Vous semblez tous bien sûrs de vous et de vos plans, mais vous supposez quils ne prendront pas le temps de faire un siège, que nous ne pourrions tenir, nest ce pas ? Je suppose que cela a quelque chose à voir avec ce qui se cache sous la cité, me trompe-je ?

Le regard sombre de la femme aux ailes noires sétait porté sur le berseker, avant de circuler sur les autres membres du conseil improvisé. Si jusque là, elle sétait contentée découter, sa remarque était venue le plus naturellement du monde, avec ce ton légèrement railleur dont elle avait le secret. Nul jusquici navait évoqué les souterrains de la ville, où une partie des ennemis avait vraisemblablement trouvé refuge. Si tous nétaient pas au courant, plusieurs, parmi les hommes rassemblés autour du paladin, savaient, ou se doutaient, que là se trouvait la source du mal.

-Nous allions y venir

Zeed Mithror avait prononcé les mots dune voix plus lasse. Le choix à faire sannonçait difficile, aussi bien pour eux que pour les hommes quil avait entraînés avec lui dans cette aventure. Un à un, les mots de la prophétie se rappelaient à lui. A cet instant, il songeait à sa fin, quil avait vu dans le reflet du miroir des âmes, à son ami Galadorn qui devait se trouver, sil nétait pas trop tard, dans les souterrains, sous leurs pieds. Il savait quil devait aller aider son ami pour espérer accomplir la prophétie, et en finir avec le mal qui gangrénait la région. Mais quel général pouvait abandonner ses troupes alors quelles allaient devoir mener leurs plus dures batailles ?

-Jai de bonnes raisons de croire que la source du mal se trouve sous nos pieds, dans les souterrains de Trandling. Une force, obscure, ancienne, sy est réveillée, et nous ne connaîtrons de repos que lorsquelle aura été vaincue. Si la bataille doit être menée en surface, des hommes devront également la mener sous terre, trouver ce mystérieux ennemi et le vaincre. Plusieurs dentre nous devront donc descendre dans les souterrains, tandis que les autres livreront bataille, pour retenir les légions
-Il y a de cela plusieurs mois, nous avions envoyé un cercle sacré des neufs pour investiguer les souterrains, et retrouver la trace de Kerdshain le renégat. Aucun nest revenu. Ces hommes comptaient parmi les meilleurs moines guerriers de notre abbaye. Si même leur lumière na su les protéger, les ténèbres qui habitent ces galeries doivent être sombres en effet, ajouta Vetheanan, la mine sévère.
-Allons bon, vous voulez dire que certains dentre nous devront faire face aux légions, les repousser le temps que dautres sintroduisent dans les souterrains, à la recherche don ne sait quoi, pour combattre je ne sais quelle puissance qui se serait réveillée ? tonna le comte Girmog. Par Brehan, nous allons devoir faire face à une armée comme jamais nous nen avons affrontée, tenir une forteresse sans plus de vivre, ni de ressources et vous voudriez envoyer des hommes vers une chimère sans savoir de quoi il en retourne ?

Le comte faisait les cents pas, incapable de comprendre comment on pouvait vouloir détourner des hommes des combats à venir. Pour lui, la bataille se jouait ici, maintenant, face à des légions innombrables. Il était venu pour cela, pour en découdre avec tous ces morts vivants qui infestaient les terres du nord, et pas pour partir à la recherche de ce quon lui présentait à présent comme un mythe, une source du mal inconnue. Ce fut enfin le séraphin blanc qui reprit la parole, comme pour calmer les esprits.

-Paix, comte Girmog. Je sais de source sure, que sous Trandling se trouve une Porte des Morts. Cest un passage magique, un portail vers un monde où la mort est reine, où les ténèbres et la charogne sont plus courantes que lair et le ciel. Croyez-moi si je vous dis que les mots ne sont pas assez forts pour décrire ce qui se trouve de lautre côté, car jai vu de mes yeux le terrifiant spectacle. Si nous ne la détruisons pas, si nous narrivons pas à la stopper, ces relevés ne connaîtront jamais le repos, et les légions des morts vivants continueront de grandir, jusquà faire de nos terres la réplique de leur monde. Ceci, nest que le début. Ce faisant, le séraphin désignait de la main les terres avoisinantes. De plus, celui qui dirigeait la défense de la forteresse, un homme avec un masque de démon na pas été retrouvé, il doit sêtre réfugié dans les souterrains avec ses hommes. Lui laisser la possibilité de revenir, avec des renforts, ou même de nous prendre à revers pendant que nous défendons les murailles ne serait pas judicieux.

Dodgee avait prononcé les mots calmement, presque comme sil énonçait un fait, contrastant singulièrement avec la force quavait mis le comte dans ses propos. Pourtant ses paroles avaient eu une force rare, celle de la conviction et de la sagesse. Il savait de quoi il parlait.

-Cest décidé alors. Il nous faudra nous séparer à présent, pour envoyer des hommes sous la forteresse, dans ces souterrains dont nous ignorons tout, tandis que dautres devront tenter de tenir en échec les légions des morts. La voix de Zeed avait tranché. Il savait quil devait prendre la décision, et quelle lui appartenait, à lui seul, celui qui avait dirigé lost pour lamener ici, et accomplir ce qui devait être fait. Se tournant vers le comte Girmog, il lui adressa un regard tourmenté par les responsabilités et le devoir. Il nous reste à déterminer qui ira dans ces souterrains, et qui restera pour combattre les légions. Je serais de ceux qui descendront dans les souterrains, jai envoyé un ami, un frère dans ces souterrains, et je ne peux le laisser affronter seul les dangers qui sy trouvent. Comte Girmog, accepterez-vous le commandement de tous ces hommes, pour tenir les murailles ?

Par Drazhar Ul'Gar le 14/11/2002 Ă  7:15:05 (#2558179)

Vraiment talentueux et impressionant. *peine Ă  rattraper son retard dans la lecture.*

Par Zeed Mithror le 14/11/2002 Ă  10:00:52 (#2558644)

Elle marche bien cette nouvelle rotative non ? Moi j'aime bien... On en cherche encore une qui fasse les pleins et les déliés à la plume tout en permettant de sortir quatre mille feuillets/minute mais on a du mal à trouver des fournisseurs... Je pense qu'on devra finir avec celle-là..

The suite bientĂ´t...

Par Yganor Wallace MIP le 14/11/2002 Ă  10:34:21 (#2558815)

toujours aussi sympa, meme si je n'ai pas commencé à suivre depuis le début et que ratrapper le retard ... :rolleyes:

Et pis bon, ce ui est sur c'est que je n'ai pas assez de talent pour vous aider dans la rotative ;)

Par Zeed Mithror le 20/11/2002 Ă  0:01:40 (#2598470)

Pas besoin d'avoir lu depuis le début... *tapote les 300 pages du bazar* On va vous faire un résumé. Alors mouff hmhmm mooouuhh gmouhhh *se fait bailloner et enlever*

Euh j'voulais juste dire que la version retravaillée avance et sera dans les bacs avant... euh non non rien... j'ai pas dit quand hein......... non pas taper...

J'édite pour signaler que malheureusement, suite à un piquet de grèves des lutins contois employés par la société de production, la carte du continent a été brûlée. Le temps de retrouver l'une des copies produites et d'y faire les modifications nécessaires et elle sera livrée en pâture à l'avidité du public...
Avis donc aux autres auteurs qui disposent d'une copie : renvoyez moi un exemplaire svp :)

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine