Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling - 76ème partie

Par Galadorn le 9/11/2002 à 19:00:10 (#2520816)

- Index -

Pour avoir failli périr sous l'épée du revenant Cranenfeu des années auparavant, Galadorn connaissait le péril à affronter des morts-vivants. Il ignorait pourtant que le labyrinthe abritaient des entités plus terribles encore que le chevalier maudit. Il ignorait également que leur Maitre avait annoncé sa venue, et qu'elles avaient reçu pour ordre de l'épargner.

Cette consigne ne concernait pas ses compagnons, un amnésique hagard et puant, et un petit rongeur du nom de Wobbi, capable de s'orienter dans l'obscurité perpétuelle du dédale ensorcelé. Ces derniers avaient survécu des mois dans ces profondeurs inhospitalières avant de rencontrer Galadorn. Après une courte halte au cours de laquelle le serveur avait partagé ses provisions avec ses nouveaux amis, à sa demande le petit groupe s'était mis en marche vers la Porte des Morts.

Le vagabond s'était d'abord montré réticent. Galadorn n'avait pas insisté, et après lui avoir souhaité bonne chance, était parti seul. Peut être était-ce la solitude ou le manque de conversation, peut être était-ce par gratitude pour la nourriture qu'il avait reçu, mais lorsque le jeune homme se fut éloigné, le mendiant hésita quelques minutes avant de le rattraper et lui emboiter le pas.

"- Je... vous indiquerai... le chemin jusqu'à la Porte..." chuchota t'il. "Mais que voulez vous... faire... une fois la bas?"
"- Je dois trouver un moyen de la neutraliser... " répondit Galadorn. "Une gemme en controle l'accès. Je pense qu'elle ne sera pas loin et j'essaierai de m'en emparer". Son interlocuteur resta interdit, le silence s'installa comme un malaise.
"- Je ne sais pas... Je ne suis... jamais all√© jusque l√†. Je connais seulement l'endroit o√Ļ les ombres retournent apr√®s... m'avoir chass√©..." Son visage se fit soucieux.
"- Emmenez moi jusqu'o√Ļ vous voudrez. Ce que vous faites est d√©j√† consid√©rable et je vous en suis reconnaissant, messire."

L'homme était resté avec lui jusqu'au bout.
Suite à leur discussions, le jeune homme avait déduit que son guide était instruit, car son vocabulaire n'était pas celui des paysans qu'il avait l'habitude de servir à l'auberge. Il pensait que c'était sans doute un chevalier qui avait été victime d'un sortilège, ou qui avait recu une blessure incapacitante alors qu'il explorait les catacombes. Galadorn remercia silencieusement les dieux de l'avoir mis sur son chemin.

Après plusieurs heures de marche, de nombreux détours au travers de plans inclinés et d'escaliers tortueux, ils avaient atteint le coeur du labyrinthe. A l'intérieur de ce dernier, la lumière avait repris ses droits et éclairait d'une lueur glaciale des structures monstrueuses. C'était une salle aux dimensions gigantesques, veinée de colonnes de cristal comme autant de cicatrices aux accents verdatres. Les excroissances, semblables à des tentacules géantes, jaillissaient des murs, du sol et du plafond et formaient un jardin minéral insolite, un forêt pétrifiée dans un hiver sans fin. En son centre, une construction en forme d'étoile supportait un autel noir, au pied duquel brulait un grand brasier. Ses flammes n'avaient pas leurs couleurs naturelles, et illuminaient les lieux de couleurs corrompues, blafardes, tandis que l'air s'agitait en un tourbillon mystique, sans pour autant atténuer l'ardeur du feu surnaturel. Les voyageurs frissonnèrent.

Ils observaient la scène du haut d'un promontoire étroit. Conduits par Wobbi, ils avaient emprunté une galerie sinueuse, une faille dans le granit pour déboucher au dessus des concrétions rocheuses. Malgré une sensation de péril imminent, Galadorn était émerveillé. Le spectacle qui s'offrait à lui, celui d'un pont entre deux mondes, et les forces colossales à l'oeuvre le remplissaient à la fois d'un sentiment d'effroi et d'humilité. Il voyait par l'intermédiaire du talisman et des yeux de son guide, et ce miracle à lui seul lui coupait le souffle. Son coeur s'était mis à battre plus rapidement.

Le Portail était bien différent de ce qu'il avait pu imaginer. Ce n'était pas une construction munie de battants, mais un vortex magique dont la manifestation physique ressemblait à un feu d'un vert maladif. Les flammes n'existaient que pour en délimiter le seuil, et son foyer était l'oeil d'un cyclone, l'entrée du tunnel qui conduisait de l'autre coté. Sans arrêt, les gémissements qui accompagnaient la danse des lumières variaient en intensité et en registre, passant du soupir au cri assourdissant, et le vent se faisait tour à tour caressant et douloureux.

Le regard de Galadorn était fixé sur un éclat rouge. Le point brillant palpitaient sur un corps couché sur l'autel, au rythme des battements d'un coeur, et l'intensité de ses couleurs variaient avec les hurlements qui remplissaient les lieux. Il sut que c'était la pierre qu'il cherchait.

A cet instant, son compagnon poussa un cri, sa vision vacilla, en même temps que sous la douleur l'homme s'écroulait au sol. Lachant le médaillon magique, le serveur sentit plusieurs présences faire irruption sur la corniche et il n'eut que le temps de s'emparer de sa masse d'armes avant que les assaillants ne soient sur lui. Un souffle de détresse se répandit comme un brouillard abrupt.

Pivotant sur ses jambes pour frapper, son coup ne rencontra que de l'air. Ses adversaires se déplacaient trop vite, avec l'aisance de guerriers habitués à travailler en groupe. Quatre. Non, un cinquième arrivait, et son aura était encore plus terrifiante que les précédentes. Ils l'entouraient tout en gardant leur distance, jouant avec lui ou attendant peut être une ouverture. Il n'eut pas le temps de prendre peur.

L'homme dont il ne connaissait pas le nom avait repris conscience. Il √©tait terroris√©. Comme un animal accul√©, il s'√©tait jet√© √† mains nues sur l'un de ses adversaires, griffant de ses doigts sales et √©corn√©s l'armure noire, s'accrochant et tirant avec une force d√©cupl√©e par la folie la cape du guerrier. D√©s√©quilibr√© par la violence de l'assaut et la surprise, ce dernier bascula dans le vide. Tout aussi rapidement, deux des trois acolytes s'√©taient repositionn√© pour faire face √† la menace qu'ils avaient cru √©cart√©e. L'aveugle profita de l'instant pour placer une attaque maladroite, qui fut √©cart√© aussit√īt. En quelques secondes, le combat √©tait termin√©, le fou √©tait retomb√© √† terre, le cr√Ęne fendu.

Alors que le monde semblait basculer autour de Galadorn, sa perception s'inversa. Ses repères disparurent pour laisser place à la nausée, à la bille noire qui remontait dans sa gorge. Il sentit des bras s'emparer de lui avec brutalité tandis qu'il essayait vainement de résister à son malaise.

Sa dernière pensée fut pour l'homme qui l'avait accompagné jusque la. Puis les ténèbres l'emportèrent.

Par Dodgee MIP le 9/11/2002 à 19:07:46 (#2520867)

*regarde la presse immense qui vient de rendre l'√Ęme*

Ah je le savais bien que 4 épisodes dans la même journée c'était trop...

Par Zeed Mithror le 9/11/2002 à 19:12:27 (#2520897)

Il n'empêche... c'est d'la belle ouvage moi j'dis. Ca vallait l'coup d'crever une presse. A présent messieurs, si vous voulez bien me suivre... *ouvre une double porte* Tadaaaaa

*Au milieu d'un hangar immense tr√īne une rotative gigantesque*

J'en avais marre de m'crever les bras à presser les parchos... on devrait pouvoir tenir les délais avec c't'engin...


ZM

PS : Dodgee, tr√®s cher, il semblerait que le voeu que nous avons formul√© tant√īt se soit r√©alis√©... ;)

Par Alith Anar le 9/11/2002 à 19:31:02 (#2521034)

*va chercher son feuillet*

Par Galadorn le 9/11/2002 à 19:33:25 (#2521049)

Le facteur limitant à mon avis n'est pas la presse ou la rotative, mais la quantité de matière grise en ma possession. Il me faut des semaines pour pondre un épisode...

*se tourne vers ses associés* alors qu'il y en a d'autres, on se demande pourquoi leur tête ne penche pas spontanément vers le sol.

:D

Par Angel Darken le 9/11/2002 à 19:59:56 (#2521211)

* range soigneusement ses petit feuillet avec les autres *

Par Drazhar Ul'Gar le 10/11/2002 à 11:54:57 (#2523655)

*Tente tant bien que mal de rattraper son retard dans la lecture.*En tout cas, c'est un plaisir à lire.

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine