Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling - 73ème partie

Par Zeed Mithror le 9/11/2002 à 14:51:26 (#2519702)

- Index -

Des √Ęmes perdues

Eloi √©tait n√© avec un don. Un don √©trange qui bien des fois avait sauv√© sa vie au fil des rencontres. Il avait simplement la facult√© de ressentir laura de ceux qui lentouraient. Les hasards de la vie lavaient amen√© √† Cymod. Il y avait crois√© tout ce que pouvait produire lhumanit√© en mati√®re d√Ęmes. Du riche marchand cachant derri√®re sa devanture luxueuse les esclaves qui servaient √† satisfaire ses app√©tits les plus salaces au cadet de famille, noble mais sans le sou, qui avait rejoint lOst en qu√™te de quelque exploit √† ajouter au blason des siens en m√™me temps que dun bol de soupe. Les assassins √† l√Ęme noire comme le charbon au milieu des badauds, gris√Ętres pour la plupart. Eloi avait un d√©faut en plus de ce don. Il √©tait curieux. Nayant jamais vu de bataille, il avait suivi lOst. A la fois pour voir les √Ęmes des combattants de Cymod et pour d√©couvrir celles de ceux quils allaient affronter. Comme ses compagnons, il avait vu lampleur des l√©gions qui avaient manqu√© de les √©craser dans la plaine et il navait plus gu√®re lespoir de sen tirer mais il ne regrettait rien. Il avait vu des √Ęmes lumineuses et chaleureuses tel le s√©raphin et la jeune femme qui combattait √† ses cot√©s et dautres √©nigmatiques comme l√©tait cet homme qui combattait avec une lourde hache de guerre. La double lame orn√©e de runes qui lui √©taient inconnues sabattait avec r√©gularit√©, tranchant indiff√©remment armure et chair. Lhomme semblait aussi tranquille que sil abattait un arbre.

Faisant partie du groupe de soutien cens√© relayer les combattants de premi√®re ligne, Eloi prit le temps de d√©tailler l√Ęme de cet homme tout en maintenant son bouclier au dessus de sa t√™te pour se prot√©ger des fl√®ches qui continuaient √† pleuvoir de la forteresse. Etrangement son √Ęme ne ressemblait pas √† celle quil sattendait √† voir chez un homme responsable de nombreuses morts. L√† o√Ļ il pensait voir de la haine et la noirceur charbonneuse du mal, il ne trouva que de lamertume. Il lut le sentiment de rejet quavait endur√© lhomme toute sa vie mais neut pas le temps dapprofondir son examen.

Un garde noir gigantesque se dressa devant lhomme à la hache. Il devait mesurer plus de deux mètres et leva son épée comme sil elle navait été quune baguette de bois souple. Quand il abattit son arme, lacier tinta entre les lames de la hache que Gohr avait dressée devant lui pour parer le coup. Le jeune homme rabattit son arme vers le sol en maintenant lépée de son adversaire prisonnière de sa hache. Tout homme eut été contraint dabandonner sa lame sous peine davoir le poignet brisé mais le garde noir força sur ses avant-bras pour ramener les deux armes à la verticale. Chacun essayant de repousser lautre, leurs visages sapprochèrent lentement lun de lautre, Gohr sentait ses muscles trembler sous leffort. Jamais il navait été confronté à un adversaire de cette force.

Il plongea le regard dans celui du garde noir travers les ouvertures du heaume sombre. Lespace dun instant, une sourde terreur explosa en lui et il sentit ses forces s√©vanouir. Son corps fut projet√© en arri√®re, entra√ģnant lhomme qui le suivait dans sa chute. Le garde noir savan√ßa pour porter le coup de gr√Ęce. A ce moment, Eloi per√ßut un changement dans le guerrier √† la hache qui lui √©tait tomb√© dessus et, assis dans la neige pi√©tin√©e, il en oublia presque de se relever.

Laura du jeune homme venait de changer brutalement. Lamertume avait disparu, c√©dant la place √† ... autre chose. Quelque chose qui d√©passait la col√®re et la haine, les rel√©guant au rang de menues contrari√©t√©s. C√©tait l√©ruption de fureur dune √Ęme inhumaine devant linjustice dun combat perdu davance. La rage √† l√©tat brut. Il vit lhomme ramasser la hache qui lui avait √©chapp√© dans sa chute et, dun large mouvement circulaire, la remonter devant lui, apparemment indiff√©rent √† l√©p√©e qui le mena√ßait. Dans un craquement sinistre, Eloi regarda comme dans un r√™ve la double lame traverser larmure t√©n√©breuse, dessinant un grand trait √©carlate qui suivit lacier froid de la hache jusque dans lair au dessus de sa t√™te. Dans le m√™me temps, l√©p√©e du garde noir sabattit sur l√©paule de Gohr. Le coup fut amoindri car larme avait fait un quart de tour dans sa main et toucha du plat ce qui changea rien √† la trajectoire de la hache. Le heaume du garde, fendu de la gorge au front, senvola pour retomber aux pieds dEloi, le tirant de son h√©b√©tude.

Par Dodgee MIP le 9/11/2002 à 14:53:18 (#2519711)

*essaie d'intercaler une réponse*

Demandez le nouvel épisode, demandez!

(73 suite, découpage pour cause de gros pavé ;) )

Par Zeed Mithror le 9/11/2002 à 14:53:39 (#2519714)

Le bruit de la bataille se fraya à nouveau un chemin jusquà son cerveau. Cest alors quil prit conscience du hurlement. Lhomme quil avait devant lui faisait dessiner à son terrible instrument dincessants demi-cercles dune rapidité et dune puissance surhumaines, ravageant tout sur son passage. Il avait porté deux nouveaux coups horizontaux à son adversaire, traçant une double croix dans sa chair avant quil ne seffondre. Dautres lui succédèrent. Le sang de ses ennemis se mêla à celui de Gohr pour recouvrir son corps, semblant nourrir laura écarlate qui se dégageait de lui.

Eloi se rendit compte que le guerrier quil observait ne portait quun gilet de cuir et un pantalon de toile. Devant lui, les gardes noirs mourraient sans reculer mais les hommes de Cymod avaient cessé davancer. Malgré leur courage, aucun ne pensa aller aider lhomme qui se jetait comme un fou-furieux sur lennemi qui à présent menaçait de lencercler. Gohr négligeait de parer, vouant tous ses mouvements à la mort de ses adversaires. Une lame traversa son gilet sur le flanc. Le garde noir qui la tenait perdit ses forces avant que le coup ne fut grave alors que la double lame de la hache lui défonçait la poitrine.

Deux nouveaux hurlements surgirent derri√®re Eloi qui jugea pertinent de se jeter de cot√©. Tout juste eut-il le temps de reconna√ģtre le jeune Palan au passage, envelopp√© dune aura similaire √† celle de lhomme √† la hache bien que l√©g√®rement plus vive. Oubliant de se prot√©ger de son bouclier, il regarda le jeune homme et son ma√ģtre rejoindre Gohr, cr√©ant une br√®che dans les lignes ennemies. Ils √©taient suivis dune jeune fille au calme d√©routant qui semblait scander des vers alors que sa lame paraissait voler delle m√™me dune gorge √† lautre. Eloi ressentit alors un choc sur son √©paule gauche ainsi quun malaise ind√©finissable. Tournant la t√™te, il vit lempennage noir qui d√©passait verticalement au dessus de sa clavicule. Le monde bascula. La derni√®re image quil emporta fut celle de la jeune fille. Il eut le temps de penser quil navait jamais vu daura violette auparavant. Puis tout sassombrit.

Voyant leur général se jeter au coeur de la bataille, le reste des attaquants se réveilla et se rua à leur suite, rejetant les gardes noirs contre le mur de la forteresse. Certains furent pris entre le bord de la terrasse et la masse des assaillants. Une dizaine dentre eux furent poussés dans le vide et leurs corps se fracassèrent trente pas plus bas sur les rochers qui bordaient le mur de la seconde terrasse. Les autres furent occis sur place. La transe guerrière des berserkers sacheva avec la mort du dernier défenseur qui sopposa à eux.

Les combattants de lOst saccordèrent un court répit à labri des constructions qui entouraient la grand-place devant les portes fermées de la forteresse avant de se lancer à lassaut du dernier bastion dominant Trandling. Un éclaireur croisa Tessa à la porte dune taverne désaffectée, sécartant pour lui céder le passage. Il rejoignit le Paladin qui discutait à lintérieur de la stratégie à adopter pour enlever la place-forte pendant que Gohr, calmé, laissait un vétéran recoudre ses plaies. La nouvelle apportée par léclaireur jeta un froid dans la salle :

Les légions menées par Jailisir étaient en vue au sud de Trandling.

Par Conrad McLeod le 9/11/2002 à 14:57:36 (#2519732)

Aaaah les bastons. Du sang, des tripes, des membres arrachés!!! Euh... Enfin, j'aime bien quoi. Gaffe à vous, on veut la suite. Ca serait trop bête de se prendre un mauvais coup après tant d'épisodes.

Par Zeed Mithror le 9/11/2002 à 15:09:19 (#2519791)

Sous la menace jamais nous ne céderons,
Pour vous fournir ces belles et grandes bastons !
Ceci dit la suite arrivera bien vite,
Ainsi que le veut cette sorte de rite,
Qui fait que nous postons le récit par rafales...

Zeed -mort de rire depuis qu'il a vu qu'il est duc... de Trandling ;)- Mithror

Par Conrad McLeod le 9/11/2002 à 15:14:21 (#2519814)

Provient du message de Zeed Mithror
Zeed -mort de rire depuis qu'il a vu qu'il est duc... de Trandling ;)- Mithror
Te reste encore à grandir un peu, petit scarabée.
Et méfie toi de l'acier ennemi, qu'il ne vienne pas trancher ta vie.
Et que, tout comme le célébrissime Myrasol,
On ne dise de toi: "Zeed? Pus Duc."

Ca rime pas terrible.

Par Alith Anar le 9/11/2002 à 19:34:25 (#2521058)

Et un, et deux, et trois remontages de post!

Par Alith Anar le 9/11/2002 à 19:39:21 (#2521102)

Considérant que les posts n'ont pas été remonté dans le bon ordre.

Considérant que la cour se croit tout permis.

Par ces motifs, remonte le post.

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine