Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling - 71ème partie

Par Zeed Mithror le 31/10/2002 à 18:40:35 (#2451175)

- L'index -

Un parchemin vierge.

La bataille faisait rage et son parchemin demeurait désespérément vierge. Le barde contemplait la scène, captivé par l'horreur, alors que dans sa main, la plume achevait de s'assécher sous la bise glacée qui soulevait de légers tourbillons de neige autour de lui.

L'ost tout entier semblait aspiré par la noirceur de la cité-forteresse. Sous un ciel de plomb qui semblait peser d'un poids immense sur les assaillants, pris dans le gigantesque entonnoir de la passe rocheuse, les hommes et les femmes qui composaient l'armée de Cymod s'engouffraient sur la pente qui menait à la première terrasse. Régulièrement, des pluies de flèches s'abattaient sur ceux qui montaient ainsi à l'assaut de Trandling, fauchant indifféremment les vétérans de cent batailles et les novices qui, jusque là, s'étaient contentés de suivre comme lui la marche forcée imposée par le paladin puis par Girmog. Ce paladin qui avait été blessé, retardé, absent de la première grande confrontation qui avait failli tourner en déroute générale et qui, en ce jour de bataille, les avait rejoints pour les mener à l'assaut.

Le barde cracha dans la neige. Ce paladin n'√©tait qu'un d√©mon. Partout o√Ļ il passait il apportait la guerre et le malheur. Il ne pouvait se r√©soudre √† √©crire sur lui. Les sujets ne manquaient pas et pourtant, le parchemin sur ses genoux ne se couvrait que d'une l√©g√®re couche de poudreuse immacul√©e. Il pouvait √©crire sur Girmog qui avait quitt√© son cont√© d'Erkjavik, terres glac√©es des marches au nord est de Cymod, l'un des seuls membres du conseil √† avoir apport√© un soutien ind√©fectible au paladin et √† avoir pris la t√™te de ses hommes en personne pour venir livrer avec lui ce combat d√©sesp√©r√©. Il pouvait √©crire sur Vetheanan, ce pr√™tre d'Artherk venu avec ceux des siens qui avaient laiss√© derri√®re eux les paisibles s√©ances de pri√®re du monast√®re de Tornheim. Pr√™tres d'un ordre de lumi√®re et pourtant guerriers qui servaient la Source que d'aucuns nommaient Artherk et qui avait des temples jusque dans la baie du tigre.

Il pouvait √©crire sur Treyan Karyl, jeune lieutenant des gardes qui avait fait montre d'une remarquable ma√ģtrise tactique. Au point qu'il avait √©t√© nomm√© capitaine par Girmog qui prouvait l√† qu'il savait reconna√ģtre la valeur dun homme et la r√©compenser m√™me s'il n'appr√©ciait pas sp√©cialement la personne en question. Voir Girmog mettre ainsi de cot√© son amour-propre avait √©t√© tr√®s surprenant pour le barde. Habitu√© de la Cour de Cymod, il n'aurait jamais imagin√© qu'un noble puisse ainsi laisser un simple lieutenant lui en remontrer sans le d√©grader et le faire fouetter devant ses hommes. Cette pens√©e lamena √† se rappeler un instant ce dont son ma√ģtre lavait menac√© pour le forcer √† partir avec lOst et retracer les p√©rip√©ties du voyage. Il r√©prima un frisson qui n√©tait pas du au froid.

A une centaine de pas de l√†, il regarda sans la voir lune des lames argent√©es du paladin senfoncer dans le corps dun garde sombre, ajoutant son r√Ęle mourant √† la fureur ambiante. Le paladin. D√©cid√©ment, tout semblait s'articuler autour de lui. Il n'√©tait qu'un homme pourtant. M√™me pas. Moins qu'un homme. Un berserker qui ne m√©ritait m√™me pas de vivre. Le barde connaissait une vingtaine de chants sur les massacres ignobles que des berserkers avaient inflig√©s √† des villages entiers. Leur propre village, la plupart du temps. Et ses compagnons ? Des brutes √©paisses qui devaient certainement s'enrager tout comme lui √† la moindre odeur de sang. Sans doute √©tait-ce la perspective d'un bon massacre qui les avait tous amen√©s l√†. Non, il ne voulait pas √©crire sur eux non plus.

Et ces créatures ailées qui avaient rejoint l'ost ? Qu'étaient-elles ? Il n'en avait vu que deux. Une femme aux ailes noires et qui le faisait frissonner à chaque fois qu'elle passait à moins de dix pas de lui et cet homme couvert de cicatrices à la robe déchirée et dont les ailes semblaient se fondre dans l'atmosphère neigeuse des lieux. Comment un être aussi fondamentalement bon pouvait-il s'être fait l'ami d'un berserker ? Ce fut en pensant au séraphin et à la néphilim, que tout opposait et qui pourtant combattaient sous la même bannière, que la lumière se fit dans l'esprit du barde. Chacun de ceux quil avait sous les yeux subissait plus ou moins sa nature. Mais tous avaient choisi de venir sur ces pentes rocailleuses, au pied des remparts de Trandling pour combattre ce que d'aucuns qualifiaient de mal absolu. Tous avaient continué lorsquil avait fallu abandonner les chariots de vivres. Humains ou créatures ailées, Comte ou simple soldat, chacun avait fait le choix de se battre avec et pour les autres. Soudain, il neut plus sous les yeux que douze mille hommes et femmes, survivants dune déjà longue campagne, venus sopposer à la menace qui pesait sur les leurs. Sans queux plus que lui naient lespoir den revenir.

Libérée de ces questions, la plume du barde se refit avide d'encre. Balayant d'un revers de sa main nue la légère couche de neige qui s'était déposée sur le parchemin, il entreprit de décrire l'assaut sauvage qui avait lieu sur la première terrasse.

Désolé pour le délai de parution de cet épisode. Les prochains devraient être plus rapprochés. La seconde partie de cet épisode est d'ailleurs programmée en début de soirée.

Par Dodgee MIP le 31/10/2002 à 18:42:38 (#2451192)

*avait déjà préparé une liasse de feuillets, et les distribue*

Héhé! demandez le dernier épisode! après y'en aura plus!

Par Ranah D'H¬Ķr le 31/10/2002 √† 18:46:41 (#2451216)

:eek: 71 :eek:
Y a des motivés...
Quoique si je faisais un recueil de tout les posts ou je r√Ęle...

La suite un peu plus mouvementée...

Par Zeed Mithror le 31/10/2002 à 18:48:00 (#2451227)

Galvanis√©s par l'arriv√©e du paladin et de ses compagnons, les premiers rangs avaient gravi la courte pente en essuyant le tir des macabres archers qui les harcelaient depuis le bord de la seconde terrasse. A chaque instant, des hommes s'effondraient, leur existence d√©ni√©e d'un trait sombre et fatal. Les salves r√©guli√®res qui avaient accueilli les assaillants avaient fait place √† des tirs continus qui for√ßaient les hommes √† courir sans rel√Ęche. Aux deux-tiers de la premi√®re terrasse, une troupe de guerriers sombres barrait le passage sur toute sa largeur.

Treyan Karyl mena l'assaut, ses troupes se trouvant mêlées à celles venues avec Zeed Mithror. Lui-même se trouva secondé par le paladin suivi de Palan et Qwineth qui se jetaient tour à tour regards inquiets et sourires complices. Le contact fut terrible. Les soldats de la garde noire, redoutables adversaires, jetèrent à bas le premier rang de la charge à quelques exceptions près. Treyan Karyl encaissa un choc monumental quand la lame de son vis-à-vis imprima sa marque dans son bouclier, engourdissant son bras gauche et labattant sur un genou. La lame sombre s'éleva à nouveau...

Elle ne revint jamais. Palan d'Arel, plus jeune que son ma√ģtre, l'avait d√©pass√© lors de la charge et se tenait presque au niveau du jeune capitaine lorsqu'ils √©taient venus percuter les lignes des d√©fenseurs. Il avait fondu sur le garde sombre qui s√©tait d√©couvert pour frapper et, sans stopper sa course, il lui avait pass√© son √©p√©e √† travers le corps avant de le repousser sur ses suivants. Treyan n'eut pas le temps de le remercier, les gardes noirs poussant une contre-attaque meurtri√®re. Les lignes de Cymod furent enfonc√©es et les combattants refoul√©s mais les gardes noirs durent faire retraite √† leur tour sous les coups de la seconde vague des attaquants, pour la plupart des v√©t√©rans, plus lents mais plus aguerris. Les archers qui les suivaient de pr√®s prirent position sur la premi√®re terrasse, prot√©g√©s par des porteurs de boucliers qui les couvraient de leurs larges pavois. Ils accabl√®rent de fl√®ches les archers de Kerdshain qui durent retraiter sur le dernier rempart.

Celui-ci les vit se répartir à ses cotés sur toute la longueur de la dernière terrasse de défense alors que les gardes noirs se rassemblaient au sommet de la pente menant au second mur. Sous son masque de démon, un léger rictus se dessina comme il estimait les pertes ennemies. Au moins quatre cent hommes avaient péri lors de ce premier assaut, dont trois cent dus aux archers, et la bataille était loin d'être achevée. Mais lui avait perdu son premier rempart.

Par Castor tout-terrain! le 31/10/2002 à 18:49:37 (#2451246)

Oula!!! Pour etres rapproché, ils le sont!

Chapeau encore!! :merci:

Par Zeed Mithror le 31/10/2002 à 18:53:28 (#2451279)

Ben 71 c'est pas beaucoup hein... *quoique... des fois j'me d'mande comment on en est arrivés là...*
Surtout que mon p'tit doigt me dit que le 72 est pour tr√®s bient√īt...

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine