Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling - 69ème partie

Par Dodgee MIP le 17/10/2002 à 22:47:09 (#2354627)

- Index -

Trandling... La cité-forteresse

Laube se levait doucement, comme si le soleil paressait √† s√©lever dans le ciel, retenu par ces brumes √©ph√©m√®res. Lentement, les rayons lumineux transper√ßaient le voile qui s√©tait pos√© sur la vall√©e pendant la nuit, essayant de chasser les t√©n√®bres qui semblaient saccrocher au-dessus delle. La troupe pourtant, √©tait en marche depuis plus de deux heures. Et alors que lhorizon saur√©olait dune sph√®re de lumi√®re luttant contre les nuages, la haute silhouette de la forteresse se fit plus distincte, plus imposante peut-√™tre, au fur et √† mesure quelle quittait les brumes matinales. Comme par enchantements, les noirs amas de nuages semblaient prot√©ger le lieux de la lumi√®re du ciel, plongeant la cit√© dans une p√©nombre inqui√©tante. Trandling. Bloquant toute la passe √† lendroit o√Ļ elle √©tait la plus √©troite, la forteresse √©tait devenue pour ces hommes plus quun symbole. Bien sur, tous connaissaient les hauts faits darmes, les l√©gendes qui circulaient sur ceux qui avaient vaillamment d√©fendu ces murs de pierres, sur ces cinq murailles qui prot√©geaient son flanc nord des hordes barbares, ainsi que les trois terrasses qui s√©chelonnaient au sud, permettant √† quelques centaines darchers de tenir en respect une arm√©e bien plus importante en nombre. Mais pour ces hommes qui marchaient au devant de la mort, les l√©gions mort-vivantes √† leurs trousses, la cit√© forteresse signifiait laboutissement dune qu√™te, dun r√™ve auquel ils avaient voulu croire, celui pour lequel ils s√©taient plac√©s sous la banni√®re du paladin Zeed Mithror. Ici, sous ces murailles de pierre qui avaient d√©fi√© les si√®cles, ils en finiraient avec le mal qui gangrenait les terres du nord ou ils succomberaient √† leur tour

La marche forcée navait pas laissé de répit aux hommes, les contraignant à avancer malgré les conditions toujours plus terribles. Derrière eux, la mort se profilait, sous lapparence de ces milliers de cadavres ramenés à une vie impie. Ils navaient pas le choix. Dans les esprits, nul ne voulait oublier les noms et les visages de ceux qui navaient pu suivre, ceux qui sétaient sacrifiés, trop blessés pour suivre, ou simplement par courage, pour retarder lavancée des légions. Cela navait pas été vain. Devant eux se dressait le terme de leur voyage. Alors que lost envahissait la vallée en contrebas, tous sautorisèrent un soupir de soulagement, voyant enfin le bout de leur calvaire. Peu leur importaient, à cet instant, les batailles à venir contre les Légions, les combats à mener pour détruire le mal qui devait se terrer dans les ruines. Lordre de halte parcourut rapidement les troupes. Les éclaireurs navaient pas relevé beaucoup dactivités sur les murailles, et tous savaient que lassaut serait donné rapidement, avant que les ennemis naient le temps de sorganiser. Sils sétaient trompés, et que celle-ci était bien gardée par une garnison suffisante, ils nauraient sans doute aucune chance, pris au piège entre les légions et les murailles. Leur seule chance résidait dans le fait de pouvoir prendre les murailles et les fortifier avant que les Légions mort-vivantes narrivent. Le comte Girmog, à la tête des troupes, exhortait les uns et les autres dans une ultime harangue avant lassaut. Cétait ici et maintenant leur chance décrire une nouvelle page dhistoire. La voix forte et grave séleva, couvrant le brouhaha des troupes qui malgré la fatigue étaient prêtes à en découdre. Tous savaient les enjeux, tous avaient à cur de porter lespoir le plus longtemps possible, essayant de chasser léchec de leurs esprits

Sur les murailles, larmure noire regardait la vall√©e se remplir au-dessous de lui. Sous le masque de d√©mon, Kerdshain plissa les yeux, contrari√© de voir lost ennemie d√©j√† aux portes de la cit√©. Quavait donc fait Jailisir ? Pour assurer la d√©fense de la cit√©, il ne disposait que de quelques centaines de relev√©s plus les quelques kraals qui ne quittaient gu√®re la forteresse. Sil √©tait possible de gagner du temps, en grande partie gr√Ęce aux fortifications, il n√©tait nul besoin d√™tre un grand strat√®ge pour comprendre que jamais il ne pourrait tenir les murailles face aux hommes qui se rassemblaient devant lui. La garde noire n√©tait pas faite pour servir de garnison, et √† cet instant il eut pr√©f√©r√© disposer de nombreux archers pour pouvoir les disposer sur les terrasses, semant carnage et mort sur les troupes qui graviraient la pente.

-Général, les Légions sont à trois jours de marche, elles ont été ralenties par quelques troupes demeurées en arrière
-Trois jours

Pensif, Kerdshain observait les diff√©rentes possibilit√©s quil avait devant lui. Le Ma√ģtre avait √©t√© clair, la priorit√© √©tait de prot√©ger les souterrains, la ville finalement, importait peu. Nul ne devait interf√©rer avec le rituel qui √©tait en cours, avant quil ne regagne la parcelle de puissance que d√©tenait le r√™veur. Trop difficiles √† manuvrer, les entit√©s de cauchemar √©taient simplement l√Ęch√©es dans les rues, sillonnant inlassablement celles-ci √† la recherche de nouvelles proies. Elles d√©fendraient lentr√©e des souterrains, et le capitaine de la garde noire esquissa un sourire en songeant √† cette ultime d√©fense. Il esp√©rait toutefois ne pas devoir en arriver l√†. Sil pouvait tenir les trois jours n√©cessaires, lost de Cymod se retrouverait pris entre deux feux, et la victoire serait sienne.

-Quelles nouvelles ? Les relevés ont ils été postés en haut de la première terrasse ?, demanda Kerdshain à un des hommes en armure noire qui sapprochait.
-Oui général. Les troupes sont positionnées conformément à vos ordres, nous sommes prêts.
-Bien. Que Les kraals se tiennent prêts, ils couvriront le repli dès que les armées de lost auront franchi la première moitié de lescarpement. Nous remonterons vers la seconde terrasse puis vers la troisième. Les archers retraiteront les premiers pour prendre position, couvrant la retraite des autres troupes.
-A vos ordres.
-Que la volont√© du Ma√ģtre soit ex√©cut√©e

Le garde noir salua rapidement avant de se retirer. Trois jours, une éternité quil savait ne pas pouvoir tenir Une fois que les armées de Cymod auraient gravi les trois terrasses, rien ne les empêcherait plus de se répandre dans la ville. Alors il lui faudrait se replier avec les kraals restant dans les souterrains. Trandling serait perdue. Larmure au casque de démon se retourna vers lost de Cymod, surveillant les mouvements. Enfin, la marée humaine se mit en ordre de marche, lassaut allait être donné

Par Zeed Mithror le 18/10/2002 à 14:20:36 (#2357398)

*Profite d'une accalmie avant l'orage pour passer avec une pancarte publicitaire mentionnant l'arrivée imminente de l'épisode 70 (sisi, déjà, il est en post-production comme on dit. Quand au 71, le script est prêt, les acteurs connaissent leur texte, yaplukatourner... ;) )*

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine