Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Piteuse déroute

Par Syndrael le 6/10/2002 à 13:15:48 (#2289311)

Assise sur le marbre froid des dalles du temple de StoneCrest, Syndrael contemplait sa cuisse découverte. Le bas de sa robe lacéré, retombait en lambeaux de part et d'autre de la jambe pour venir caresser le mollet nu, dévoilant le prix de son imprudence avec une évidence brutale et crue.

La douleur n'était plus aussi présente.. déclinant jusqu'à n'être plus qu'une ombre douloureuse, un souvenir diffus, s'épandant sous sa peau comme un frisson. Maintenant elle avait fait place à une sorte de détachement brumeux, tandis qu'elle perdait toute sensation provenant de la jambe droite.. poids mort dont son corps n'avait plus conscience.
Seules les résurgences de l'accident lui conféraient encore une existence que ses sens démentaient.. son regard lui même se voilant jusqu'à ne plus en afficher qu'une masse d'un rouge uniforme qui ne pouvait lui appartenir.

* * *

Témérité, négligence.. vanité était peut-être le mot le plus approprié, quoique.. y avaient-ils vraiment cru eux même ? Oui, sans doute, l'espace d'un instant.

Elle le croyait tout de même plus susceptible.. vraiment étonnant.
Lorsque DarkneS Sanctis s'était présenté aux remparts, l'interpellant sans amabilité, d'une voix froide et péremptoire, elle s'était conformée au plan prévu et l'avait provoqué. Ce n'était pas vraiment le genre d'exercice oratoire auquel elle était habituée et elle se sentait aussi confuse que maladroite dans ses propos, qu'elle voulait insultant, s'efforçant de les charger de morgue et de mépris, au moins relativement crédibilisé par ses quelques talents d'actrice.
A demi mots, elle avait mis en doute sa place au sein de l'ordre, ses responsabilités et sa capacité de jugement, le rabaissant ouvertement au rang de laquais et de sous-fifre, mais il était resté impassible.. le flegme était une qualité qui ne l'arrangeait vraiment pas dans de telles circonstances, même si c'était peut-être ce qui lui avait sauvé la vie par la suite.

Le plan était simple, bien trop probablement, d'ailleurs, il avait échoué.. mais comment avaient-ils pu prétendre imposer quoique ce soit aux Haruspiciens, au sein même de leur forteresse, à trois.. c'était absurde et vain, l'aboutissement de cette piètre tentative était si évident que la situation en devenait ridicule.. rétrospectivement. Mais peut-être était-ce simplement l'échec qui lui faisait relativiser ce qu'elle avait pris sur le moment pour un plan d'action clair et raisonnable.

Elle devait parler à KaZ, d'un sujet qui raviva l'intérêt chancelant du Feydien, lassé par cette futile joute verbale. Celui-ci était à deux doigts d'ordonner aux archers de se défaire de l'indésirable lorsqu'il décida finalement de céder à la curiosité en descendant jusqu'aux lourdes portes, dont l'épais loquet apparaissait comme une protection superflue, à la vue de la herse, qui barrait encore l'accès à l'antichambre, une fois celles ci ouvertes. Deux sécurités valent mieux qu'une, mais deux ne valent pas plus qu'une lorsqu'elles sont ouvertes. Et c'était bien le but de la manoeuvre. Elle y pénétra lentement, prenant le temps de s'attarder dans l'encadrement, sous couvert de suspicion, laissant à Isis et Caspian, tapis dans les ombres alentour le loisir d'entrer à sa suite.

Stupide encore une fois... seul un lamentable excès de prudence pouvait leur avait fait croire qu'ils pourraient s'introduire dans l'enceinte sans alerter DarkneS, vigilent aux moindre mouvement dans les semi ténèbres, visiblement peu dupe au manège de Syndrael, bien qu'elle eut invoqué moult protections et barrières, dans un vacarme de magie afin de détourner son attention.
Mais les gardes n'avaient pas tous des r√©flexes √† ce point aff√Ľt√©s, aussi Caspian eut-il le temps de placer deux fl√®ches et Isis un coup de dague tandis que Syndrael, tirant profit de la soudaine distraction de l'Haruspicien, le contournait prestement jusqu'√† se trouver dans son dos.
La lame de la prêtresse jaillit vivement du fourreau, avec une assurance dont elle fut la première surprise, elle qui n'avait pas pratiqué depuis bien longtemps...
Elle visait la gorge, non pour tuer, mais pour se presser à elle, jusqu'à y faire perler le sang, d'un geste ferme et déterminé, interdisant toute dérobée. Elle était tournée, plat vers le torches, afin que tous en remarque l'éclat.

L'otage, quant √† lui √©tait rest√© d'un calme imperturbable, y compris au moment o√Ļ la main √©tait pass√©e sous son menton, appliquant sur sa gorge l'arme qui maintenait √† pr√©sent ses hommes en respect. Calme et m√©prisant m√™me.. il n'avait rien perdu de son assurance et de son fiel, les consid√©rant toujours avec la alchimie d'amusement d√©daigneux qui ne le rendait que plus antipathique. Sa confiance avait d√Ľ encore se renforcer avec l'arriv√©e de la Nephilim, nouveau soutient auquel elle imputait le ton acerbe qu'il donna √† ses menaces, lui qui, malgr√© la d√©tresse globale dans laquelle les assaillants se trouvaient, n'√©tait pas en position d'en prof√©rer.

C√©dant aux injonctions pressantes de Caspian, rendues plus persuasives par la dague, dont le tranchant c√ītoyait dangereusement l'art√®re, DarkneS se mit en route, marchant d'un pas s√Ľr et rapide en direction des tristement c√©l√®bres ge√īles du ch√Ęteau Bane. La Nephilim les d√©passa, longeant le mur avec une gr√Ęce f√©line, malgr√© la faiblesse que trahissaient ses gestes. Son visage √©tait barr√© de multiples marques et cicatrices, qu'elle remarqua pour la premi√®re fois √† la lumi√®re d'un flambeau, lorsqu'elle franchit la porte de la cellule, les pr√©c√©dant d'une dizaine de m√®tres.

Ce soudain empressement n'était ni fortuit ni anodin, il était l'instrument d'un contre chantage qu'ils ne comprirent que longtemps après que leurs trois regards se furent posé sur le corps de leur de foi, Yolinne.
L'horreur bouscula la compassion, annihilant un bref instant leur concentration.. de courtes secondes que mit √† profit DarkneS Sanctis, tentant de se d√©gager avec rudesse. La cha√ģne du fl√©au alerta Syndrael de son mouvement, la tension de ses nerfs contribuant √† la promptitude d'une r√©action qui bloqua le N√©cromant dans son √©lan lorsqu'il sentit le fil de la lame commencer √† fendre la peau, contre sa gorge.

Puis, tout sembla s'acc√©l√©rer, comme toujours dans les moments o√Ļ l'on voudrait garder un contr√īle parfait de la situation.. Neva les avait pr√©c√©d√©s pour rejoindre Yolinne, qu'elle mena√ßait de son poignard, lev√© sur le corps livide de la pr√™tresse √©tendue sur le sort de sa ge√īle. Il y avait eu confrontation verbale, puis physique, quand Caspian avait perc√© la main de la Nephilim d'une fl√®che, de mani√®re √† la d√©sarmer, de nouvelles n√©gociations, Isis, auscultant Yolinne et r√©alisant qu'elle ne serait pas transportable, d'autant moins qu'elle n'avait nulle consciente pour incanter un rappel ou lire un parchemin.
Des informations furent l√Ęch√©es par DarkneS, toujours aussi √©vasif, qui pr√©tendaient que la pr√™tresse √©taient en cours de gu√©rison, qu'ils la soignaient, la sauvaient, ce que tendait √† d√©mentir son √©tat, ainsi que ce qui avait toutes les apparences de marques de torture. La cha√ģne du fl√©au cliqueta de nouveau, crispa les muscles tendus de la pr√™tresse qui resserra encore la lame, mais l'arme √©tait partie cette fois, balayant ses jambes avec une vivacit√© d'autant plus surprenante qu'elle avait √† peine vu bouger le bras de son propri√©taire.

La dague, maculée de sang lui échappa des mains alors que Sanctis achevait son mouvement, se tournant complètement pour suivre l'élan de la masse, emportant chair et tissu dans son sillage. Distrait par sa blessure à la gorge, il ne vit pas Caspian fondre sur lui pour lui ficher une flèche à l'épaule.
Le grincement des anneaux avait vraisemblablement sauv√© sa jambe, dont elle avait amorc√© le retrait, la pr√©servant du pire.. mais le coup n'en √©tait pas moins terrible, lac√©rant le derme et le muscle, la projetant au sol dans une gerbe de sang et un hurlement √©trangl√©. Les dalles de la cellule qui rencontr√®rent son front avec bien trop de vigueur ne lui √īt√®rent pas toute connaissance, lui laissant la force de ramper √† couvert, le temps d'incanter les mots de rappel qui la men√®rent au temple.

* * *

Alors que la souffrance, d'abord insoutenable, semblait s'√™tre mu√©e en une crampe indolore, irradiant une inqui√©tante chaleur jusqu'√† son bassin, elle posa les mains sur le dossier d'un banc, juste √† c√īt√© d'elle, s'agrippant au bois pour tenter de se relever.. encore une imprudence, comme le confirma le r√Ęle qui quitta ses l√®vres alors qu'elle ployait sous l'intensit√© de la douleur, investissant tout son √™tre avec une indicible cruaut√©, p√©n√©trant chaque muscle ainsi que chaque nerf jusqu'√† ce qu'elle retombe au sol, sans force.
Le temple était désert, Nissus n'ayant pas regagné le temple, mais elle ne s'en étonnait plus depuis qu'elle l'avait trouvé dans la chambre de Mithanna, durant ses heures d'office religieux.
Comme toujours à cette heure, l'habituel regroupement d'aventuriers et campeurs avait fait place au silence.. silence de mort ? Certes non.. sa vie n'était pas menacée, mais l'inconscience l'aida à supporter l'épreuve, tombant comme une chape de plomb sur ses sens tourmentés, desserrant l'étau tortionnaire de sa blessure.

Naviguant entre les reliefs rouges sombre de cette dernière, entre plaies luisantes et mutilations, on aurait pu les voir se combler, se mouvoir avec une hypnotique lenteur, comblant brèches et crevasses, déchirures ensanglantées maculée de sang encore tiède. Les chairs broyées se distendaient pour revenir à leur forme initiale tandis que les tissus se reconstituaient sous la fascinante action régénératrice de son sang.


Syndrael

http://membres.lycos.fr/lanala/SyndriSign.jpg

Par Graetel Lloth le 6/10/2002 à 18:32:05 (#2290381)

:lit:

Par Gadjio le 7/10/2002 à 22:28:00 (#2294523)

*se souvient de d'autres commandos suicides, en d'autres temps*
la bêtise humaine est éternelle... :chut:

:D

Par Isis De Vil le 7/10/2002 à 22:29:16 (#2294532)

*a prit un abonnement=)*
:lit: :lit:

Par Vermine Ark le 7/10/2002 à 22:35:58 (#2294582)

:lit: *s'assied dans son canapé et c'est comme un film :o)*

Par Aina HarLeaQuin le 8/10/2002 à 1:15:03 (#2295525)

:sanglote: Je connais déjà la fin du film... C'est les méchants qui gagnent... Non non pas les sélénites. :doute: Je parle des vrais méchants moi... :rolleyes:

:D

Par Alanis Lyn le 8/10/2002 à 9:16:11 (#2295971)

Tout cela est du passé.
Il ne faut pas se lamenter de ses echecs, mais se tourner vers l'avenir et ses victoires futures.

Par Leylia le 8/10/2002 à 16:10:00 (#2298244)

Les √©checs ne sont jamais a regretter mais plut√īt a prendre comme une exp√©rience. Ce sont les √©checs qui permettent de diminuer nos erreurs.

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine