Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Traité d'Astronomie

Par Samsagace le 6/9/2002 à 15:22:05 (#2108499)

Astronomie Althéenne, de Messire Inoceram


1- Au commencement, Artherk créa le point : un point dans l'immensité du vide... le monde avait désormais un centre.
2- Puis Artherk modela le néant et créa le volume sous ses 4 formes élémentaires : Mandrag la terre, Hydra l'eau, Focus le feu et Naussic l'air...
3- Mais sans énergie pour l'animer, la matière restait inerte. Alors Artherk prit un peu de sa substance divine, en sépara la nuit et le jour et créa la lumière : Sohar. Et de l'ombre naquit le premier des cauchemars : Thanas.

La Genèse d'Althéa (extrait)

Astronomie... quel homme n'a jamais regard√© le ciel en admirant l'uvre incommensurable de nos dieux. Car pas besoin de chercher bien loin pour voir un miracle. L'agencement parfait et le mouvement horloger de chaque lune, de chaque plan√®te et de tout cet univers centr√© sur Alth√©a o√Ļ se condense les volont√©s divines n'en est-il pas le meilleur exemple ?
La vo√Ľte c√©leste fut l'unique passion de ma vie et je ne le regrette pas. Mais viens un moment dans l'existence d'un homme ou l'on doit penser √† ce qu'il adviendra de son savoir pour les g√©n√©rations √† venir... Or je vois que l'astronomie est une science d√©laiss√©e. Elle est pourtant primordiale... Car les astres r√©gissent la magie de ce monde ainsi que notre destin, et mieux les comprendre nous apporterait tellement. Voil√† pourquoi j'ai tenu √† vulgariser ici l'uvre de ma vie. Je me suis aid√© pour ce faire de diff√©rentes uvres historiques, th√©ologiques ou mystiques qui sont venu confirmer mes observations. Je remercie √† ce titre messire Lynn de m'avoir laiss√© libre acc√®s √† certaines parties de la Biblioth√®que Royale.

Tout d'abord, je tenais √† faire le point sur les connaissances que chaque individu devrait apprendre durant son enfance. Car, ce savoir si commun du temps de nos anc√™tres se perd au fil des g√©n√©rations et n'est plus d√©tenu que par un petit nombre d'√©rudits. Rendez-vous compte... Certaines personnes ne savent m√™me pas qu'Alth√©a est ronde et qu'elle est au centre de l'univers ! Pire encore, je connais m√™me des gens qui ne se rappelle plus du nom de nos 3 lunes. La seul chose que semble conna√ģtre les habitants de Goldmoon, c'est l'existence de la constellation du centaure cit√© dans la proph√©tie. Je vais donc tenter en premier lieu de faire une vulgarisation des connaissances qui font ma science. Je commencerais par les plan√®tes pour des raisons de compr√©hension.

Les observations nous d√©montrent ais√©ment que Alth√©a est au centre de l'univers, conform√©ment aux saintes √©critures de notre Gen√®se. Outre notre soleil, 4 plan√®tes tournent autours d'Alth√©a, semblant des points √† peine plus lumineux que des √©toiles √† l'il nu. Mais gr√Ęce √† un bon t√©lescope, on peut en voir certains d√©tails. Ces plan√®tes sont appel√©es mondes √©l√©mentaires en raison de leur analogie avec chaque √©l√©ment. Il est dit dans le saint codex d'Alth√©a qu'Artherk, pour faire s'√©panouir le monde tel que nous le voyons, dut cr√©er ces plan√®tes, comme les rouages d'une horloge condensant les √©nergies magiques universelles en Alth√©a.

Laissez moi vous les présentez par ordre de proximité à leurs périgées:
Les deux premières, de part leur symbolique sont des planètes dites " féminines " :

Tout d'abord Mandrag : elle représente l'élément de la terre et possède une pale lueur verte au télescope. Elle est de taille proche à celle d'Althéa, presque sa jumelle pour ainsi dire. Son symbole est un triangle pointe en bas, barré d'un trait horizontal.

Viens ensuite Hydra, planète d'un bleu immaculé, elle symbolise l'élément de l'eau. Son signe est le triangle pointe en bas. Sa taille semble aussi assez proche de celle d'Althéa.

Puis viens notre soleil, que les elfes appelaient Sohar, Il symbolise évidement l'élément de la lumière et son symbole est formé de deux cercles concentriques.

Derrière le soleil viennent les planètes masculines par oppositions aux deux premières :

Naussic, planète géante couverte de nuage, elle parait presque éthérée, et certaines fois, on peut même distinguer les étoiles brillantes au travers. Elle représente l'élément air, Son symbole est le triangle pointe en haut, barré d'un trait horizontal.

Enfin, Focus, planète d'un rouge vif, parfois même aux éclats dorés quand le soleil l'illumine. Même si elle est la plus éloignée, elle n'en est pas moins des fois plus visible que Mandrag. Son symbole est un triangle pointe en haut et elle est liée à la magie du feu.

Si vous êtes prêtre d'Arthreck, dévot ou même simple féru de religions, vous me direz : Mais le codex parle d'une 6eme planète : Thanas. Oui, en effet : le codex, certains ouvrages elfiques plus anciens encore, et même les mythologie de diverses peuplades. Mais cette planète si particulière ne semble pas vouloir sortir des livres et de l'imagination des gens. En effet, aucune observation factuelle de l'astre n'a jamais été consignée (aussi loin que remontent les rapports d'astronomes dont j'ai pu avoir lecture). Voilà pourquoi son existence reste pour les esprits rationnels, pure spéculation. Je vais tout de même tacher de la décrire car j'ai, durant ma vie, beaucoup enquêté, pensant pouvoir un jour la capturer dans ma lunette.

Certains ouvrages sur lesquels je me suis longtemps bas√© pour mes recherches d√©crivent l'astre comme une plan√®te noire, absorbant la lumi√®re (d'o√Ļ la difficult√© √† l'apercevoir) mais ne donnent que peux de pr√©cision sur la position exacte de celle ci. Il semblerait tout de m√™me qu'elle se rende visible lors de grandes conjonctions. Un livre Maudit dont j'ai pu avoir copies de quelques feuillets entre les mains, Le terrible " Liber Lacrimae " (le copiste, semble t'il, serait devenu fou avant de finir son travail. L'original aurait √©t√© perdu dans l'immensit√© de la Biblioth√®que Royale) contient une l√©gende int√©ressante : Thanas, autrefois visible dans le ciel se serait √©cras√© sur Alth√©a pour y creuser les enfers et r√©siderait au cur m√™me de la plan√®te.

Notre Genèse, quant à elle, ne fait que peu de cas de l'astre, et il semble que son allusion soit métaphorique; la planète existerait en chacun de nous au travers de nos craintes et de nos peurs. L'ouvrage ayant une origine humaine, on peut considérer en cela une interprétation intéressante de la trace inconsciente qu'a laissé la planète dans les cultures des peuples de chaques races.

La planète possède aussi un symbole universel : l'éclipse : Celui ci ressemble aussi à deux croissants de lune se faisant face et se touchant par les extrémités.

Passons maintenant aux lunes :
Les 3 astres les plus proches sont les lunes dont les trajectoires elliptiques se croisent et s'entrecroisent sans jamais qu'une lune ne percute une autre (bien que certains pr√©disent leur collision lors de la prochaine conjonction du Centaure, ce que je r√©fute personnellement). Les 2 lunes les plus visibles sont Aresthor et Athan√©e, la premi√®re est massive et l√©g√®rement brune et la seconde est plus petite, plus brillante et plus lente dans sa r√©volution. La troisi√®me est un peu particuli√®re et beaucoup plus difficile √† d√©crire. Elle se nomme Fa√©s. Oscillante et changeante comme un nuage, elle n'a jamais les m√™mes caract√©ristiques d'une observation √† une autre. Il en va de m√™me pour sa trajectoire et sa vitesse. Il lui arrive par exemple d'√™tre pris d'un mouvement de r√©trocession. Compl√®tement chaotique me direz vous... Extraordinairement complexe plut√īt vous r√©pondrai-je et je ne garde pas grand espoir dans ce qui me reste de vie de la dompter un jour √† coup de lois math√©matiques...

Du point de vue des écrits, on en retrouve des descriptions succinctes chez les nains. Mais ceux ci semblaient avoir peu d'attrait pour les astres, au point d'en avoir oublié leurs noms (Les rares allusions écrites apparaissent sous forme métonymique : celui-qui-brille, celui-qui-est-gros, celui-qui-est-fou...) On peut supposer que leur nature Cavernicole à fait qu'ils n'ont jamais vu l'utilité de l'étude des astres.

C'est en fait des Elfes que nous proviennent les premi√®res √©tudes des lunes, √† ce jour encore in√©gal√©es dans leur pr√©cision. Et c'est de la langue elfes que nous tirons leurs noms. Les elfes avaient d√©velopp√© une th√©orie pour la moins int√©ressante : Les lunes, selon eux, √©taient l'√©manation des pens√©es collectives des races intelligentes (autrement dit √† l'√©poque, principalement la race elfique) et tournaient autour d'Alth√©a depuis l'apparition des premi√®res traces d'intelligences. Comme si d'un cot√© la raison avait eux besoin d'√™tre symbolis√© dans les cieux et d'un autre cot√© comme si les lunes avaient √©t√© n√©cessaires pour contr√īler et canaliser cette nouvelle force naissante : la conscience... Voici d'ailleurs une pr√©sentation des diff√©rentes lunes par une mage-scalde elfe. Il est √©vident que la traduction fait perdre une grande partie de son charme √† l'uvre, N√©anmoins le contenu est l√†.



" Elles sont 3 compagnons, séparés par les cieux,
Dissemblables et pourtant, d'état indissociable.
Elles sont l'esprit des gens et non celui des dieux.
Laissez moi vous dépeindre, ce trio immuable.

La première est savoir, connaissance et mesure
Elle se nomme Athanée, et sa lumière parure
Etincelle dans la nuit, soufflant de sa lueur,
Leurs recherches infinies aux savants et penseurs.

La deuxième est géante, semblant défier le ciel
Elle est la volonté, force des ambitieux,
Et son nom écorché, résonne dans les cieux,
Comme un grand dieu guerrier: Aresthor l'éternel.

La muse de ce poème est ma troisième, phis.
Par elle s'aiment les curs, pur Faès, doux supplice,
Mais méfiez-vous d'strat, des mortelles passions.
Pour elle seules souffrent les curs, noir Faès, Soumission !

Ho, Althéa ! Ho, mère ! tes trois surs, tel trois flammes
Agitent les peuples. Danse effr√©n√©e, rythmant nos √Ęmes,
Comme un ballet, celui des pensées des vivants.
Nous sommes un peu leurs jouets, Elles sont notre semblant.

Morjeria. "




Il existe de nombreux écrits elfiques sur nos lunes, je puis ici tous les citer mais je vous invite, si vous comprenez l'elfique, à parcourir les rayons de la bibliothèque royale. De même, nombres d'écrits humains, parlent de ce lien qui unirait nos esprits à ces trois Astres. Cela semble être plus qu'une simple inspiration des écrits de nos prédécesseurs...

Au final il semble que chaque lune symbolise √† la fois une fa√ßade, un moteur, de la pens√©e humaine et son contraire en fonction de sa position dans le ciel. En effet, selon les elfes, chaque lune influence les √™tres vivants en fonctions de leur cycle. Lorsque les lunes sont ascendantes, c'est √† dire qu'elles tendent vers la pleine lune au fur et √† mesure des jours, c'est leur cot√© √©clair√© qui influence les √™tres vivants. Lorsque les lunes sont descendantes, qu'elles tendent √† dispara√ģtre du ciel, alors c'est le mauvais cot√© qui reprend le dessus. Il semble que plus la race en question est d√©velopp√©e et civilis√©e, plus l'influence des lunes se fait sentir (j'aimerais d'ailleurs sur ce point √† confronter mes travaux avec ceux d'un sociologue ou d'un historien ).

Athanée symbolise la raison et la vivacité d'esprit sur sa face éclairé. Sur sa face cachée, elle symbolise l'inconscience, l'animalité qui réside en chaque homme.

Aresthor symbolise en fait la volonté et l'abnégation (même si elle est des fois associés au courage). Sur sa face cachée, elle symbolise la paresse, la complaisance dans la décadence.

Faès quant à elle est légèrement différente puisqu'elle symbolise la passion sur deux faces. Les elfes ont en fait deux mots (l'phis et l'strat ) la ou nous n'en avons qu'un (la passion). Mais d'un coté, il s'agit des passions constructives (l'phis) comme l'élan artistique, l'amour, et de l'autre il s'agit des passions destructives (L'strat), comme la haine, la jalousie.

Il est d√©crit dans certains ouvrages de mes pr√©d√©cesseurs que les lunes n'ont pas toujours le m√™me aspect dans le ciel. Il semble qu'il leur arrive de changer de visage lors d'√©v√©nements de grande ampleur. De ceux qui bouleversent l'esprit des gens. Voici un extrait de rapport ayant √©t√© √©crit il y a plus d'un si√®cle, par un c√©l√®bre M√©t√©orologue imp√©rial: Sir Drevet lors d'une bataille o√Ļ il exer√ßait sa fonction.

" Cela faisait maintenant 2 jours entiers que les arm√©es combattaient sans qu'un des 2 camps ne parvienne √† prendre l'avantage. Je devais √™tre, de par ma position de M√©t√©orologue d'√©tat major un des seuls √† observer le ciel en cette soir√©e de carnage. Je priais pour qu'une pluie salvatrice vienne enfin obliger les deux camps √† cesser la lutte mais les nuages qui couvraient le ciel depuis plus d'une semaine ne semblaient pas vouloir √©clater. C'est alors que l'impensable se produisit. Ces nuages si tenaces sembl√®rent s'effacer comme neige au soleil et on vit poindre sur le levant des √©clats inconnus : Les trois astres des mar√©es de l'esprit brill√®rent d'une lueur nouvelle et illusoire ! D'argent comme des larmes pour Fa√®s, de rouge vif comme du sang pour Aresthor et d'une lumi√®re sombre br√Ľlant les yeux pour Athan√©e. Inutile de dire que la vision d'effrois de cette apparition provoqua force panique et moults d√©bandades au sein des 2 arm√©es, concluant ainsi la bataille... "

Cela dit, de mon vivant, je n'ai jamais vu de telles manifestations, il va sans dire que celle ci doivent être très rare. Quand à leur explication, elle demeure encore hasardeuse.

Toute cette pr√©sentation parle des √©l√©ments qui sont demeur√©s inchang√©s durant le cataclysme qui vit le morcellement du miroir de la destin√© en une multitude de plans de la r√©alit√©. En effet, ce bouleversement n'a pas √©t√© sans cons√©quence sur la vo√Ľte c√©leste. Celle ci a, elle aussi, √©t√© bris√©e comme un miroir. Des constellations ont disparues, d'autres sont apparus... notamment dans le plan de l'√©cliptique : 6 constellations sont venues bousculer les autres. Le lien fut fait un peu plus tard : Les 6 h√©rauts de l'haruspice venaient de marquer le ciel nocturne de leurs empreintes.

L'un des rares groupes d'√©toiles √† n'avoir pas subit de modification est la tristement c√©l√®bre constellation du centaure, comme pour rappeler que l'ombre de la proph√©tie plane toujours au dessus de l 'humanit√©. Cette constellation demeure encore myst√©rieuse, et les t√©moignages qui nous restent des pr√©c√©dentes proph√©tie ne donnent que peu de d√©tails sur elle. Puissions nous ne jamais avoir √† en conna√ģtre plus sur elle.

Une partie de mon travail récent porte sur la comparaison des différents mondes.. J'ai eu la chance que messire Camber s'intéresse à mes travaux et me permette d'effectuer relevés et observations sur les six mondes connus à cette époque (je n'ai pu encore travailler sur Glyph et Harn ). Chose étrange au premier abord: le ciel de chacun des univers connus est légèrement différent.

Les études que j'ai effectuées sont formelles et trop évidentes pour pouvoir être mises en doute: La disposition de nos planètes diffère selon le plan à partir duquel on les observe. Les lois qui régissent les planètes et les lunes ne sont pas exactement les même. Ces modifications sont très peu sensible mais prennent en compte l'ensemble des astres: L'un va plus vite, l'autre plus lentement... l'un semble très légèrement plus gros ou plus brillant, etc... Seuls, au final, sont sensibles les différences d'ordre orbital. Car aussi infimes soient-elles, leurs influences s'accumulent depuis le cataclysme. En résultat, les positions des astres ne sont plus du tout les mêmes. Ce décalage a évidemment une explication. En effet, les astres sont à la fois ceux qui tempèrent, régissent et représente Althéa dans toute sa plénitude. Les destins des mondes étant désormais séparés, il devait en être de même pour les astres qui en sont le symbole.

Mes observations inter-mondes m'ont aussi donné lieu de contempler un corps stellaire assez particulier : une comète. J'ai tout d'abord cherché à l'identifier, car certaines comètes ont des cycles tellement longs que le souvenir dans notre histoire, de leur dernier passage à amplement le temps d'être oublié. Une longue fouille dans mes archives commença alors. Je lui attribuais plusieurs fois le nom et les caractéristiques d'autre comètes, remontant toujours plus dans les rapports d'astronomes sur ces astres mystérieux qui croisèrent la route de notre planète mais aucune ne semblait vraiment lui correspondre.

C'est que cette comète est assez particulière : elle semble être le seul objet du ciel dont les caractéristiques soient strictement identiques d'un monde à l'autre. Pas la moindre différence. Comme si celle ci était ancré à travers les réalités. Comme si elle avait décidé de braver l'éparpillement des éclats du miroir. Cela m'a fait pencher vers une autre hypothèse : La comète aurait été créée au moment du cataclysme. C'est pour l'instant la seule explication, mais mes recherches continuent. En attendant, étant le premier à l'avoir découverte, je me suis permis de lui donner, (temporairement si sa vrai nature est dévoilé), le nom de ma première femme : Leturgie. Celle ci est encore loin, mais sera de plus en plus visible au fur et à mesure de son approche. Elle sera à sa périhélie d'ici 5 ans environs. Amplement le temps de l'observer sous toutes ses coutures.

Inocéram L'Astromancien

Par Vilexca le 6/9/2002 à 16:07:57 (#2108839)

:lit: Humm, voila un texte fort long, Mais il est tous simplement epousstoufflant, il faut avouer que sir Inoceram a un certain Talent, voir un tres grand, sans parler de l'intellecte, ce f√Ľt tr√©s enrichissante pour moi m√™me :merci:

Par Illyana le 6/9/2002 à 16:21:25 (#2108936)

J'avais deja lu cette oeuvre mais j'ai pris beaucoup de plaisir a m'y replonger.

Merci de l'avoir retrouve.

Par Samsagace le 7/9/2002 à 14:02:47 (#2114187)

*Le bibliothécaire retrouve une nouvelle fois cette oeuvre au fond de la bibliothèque derrière une rangée de livres sans valeurs. Il le saiisit délicatement et le remet en avant*

Par Brianos le 8/9/2002 à 17:17:15 (#2120356)

Quelle érudition! *impressionné*

Ouah... je n'en serais plus capable.

Par Inoceram le 24/10/2002 à 18:58:18 (#2399184)

Interessant de retrouver cet ouvrage dans la biliothèque si longtemps après... Merci à Samsagace.

Je donnes au passage ce liens qui apporte quelques illustrations de planetes:
http://masamune.free.fr/Astro.htm

ps: pas besoin de remonter, c'etait juste pour rajouter ce point de détail.

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine