Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Déchirure.

Par Yolinne MIP le 29/8/2002 à 7:34:31 (#2050752)

Crispations. Son sommeil était apparemment perturbé. Repoussant soudainement les draps avec rage, Yolinne s'assit sur le bord de son lit. Les traits fermés, elle songeait avec une force peu commune et une rage contenue. Elle avait agi de manière futile et impardonnable. Comment avait elle pu céder aux sussurements de ce coeur qu'elle avait décidé une bonne fois pour toute d'enfouir ? Le fait d'être mariée l'avait rassurée, et elle croyait que la vie allait finir ainsi, sans encombre, sur cette touche finale de sentiments grandiloquents, peut-être dans un train-train quotidien mais tranquille et propice pour ce qu'elle avait à faire. Brider ses sentiments, elle l'avait appris depuis bien longtemps, et elle s'en était bien accomodée. Pourquoi avait il fallu que ce trouble apparaisse ? Elle jeta une giffle rageuse sur l'une de ses joues.

Et pourtant le flot de ses pens√©es s'interrompit. Une pens√©e br√®ve s'imisca dans son esprit. Le souvenir encore br√Ľlant de paroles √©chang√©es, d'un contact fr√©missant rest√© imprim√© malgr√© elle dans une partie enfouie d'elle, provoquant une chaleur confuse qu'elle d√©celait √† pr√©sent comme quelque chose d'√† la fois doux et amer. Cette goutte qui semblait provenir d'un immense plafond, et qui retrombait dans cette unique flaque en l'aggrandissant petit √† petit, cette perle de lumi√®re qui √©clairait les t√©n√®bres qu'elle avait insuffl√© √† son esprit pour ne plus souffrir de l'√©blouissement. cette caresse √©ph√©m√®re.. Elle se releva furibonde. Ces pas se firent durs et martel√®rent la surface du plancher avec h√Ęte. Elle se saisit d'une flasque dans la h√Ľche et la d√©boucha avec empressement. Elle regarda le goulot quelques secondes, puis le porta √† ses l√®vres. Le d√©licieux liquide ambr√© se d√©versa dans sa gorge, br√Ľlant doucement les muqueuses de son estomac. Elle referma la fiole d'hydromel et s'assit √† la table, d√©posant la bouteille devant elle.

Le souvenir encore trop pr√©sent de cette sc√®ne touchante hantait son esprit le plongeant dans le doute le plus parfait. Que voulait elle √† pr√©sent ? paradoxalement, elle cherchait √† annihiler tous sentiments qui pourraient l'affaiblir et veiller √† son bonheur, mais √† peine avait elle effleur√© les pr√©misces de la joie d'y go√Ľter, qu'elle fondait int√©rieuremnt, r√©clamant caresses et tendresse dans un √©lan de passion incontr√īl√©. Son visage se ferma encore, contrit de constater qu'elle appr√©ciait tout de m√™me quelque part ce fruit qu'elle s'√©tait d√©fendu de go√Ľter. Elle r√©fl√©chit ainsi toute la Nuit, cherchant avec d√©sespoir une issue √† ce cauchemar de retrouver les envies qu'elle avait proscrites.

Au petit matin, alors que ses cernes étaient seules présentes sur son visage las, elle se leva et but la dernière gorgée de la flasque. Elle reposa le contenant de crystal pensivement, et un murmure passa sur ses lèvre fièvreuses.

- Tu cherches donc √† r√©veiller en moi l'amour.. Soit. Mais sache que tu devras me redonner go√Ľt √† la passion, tel sera mon d√©fi. Et si d'aventure je r√©siste √† cette tentation douteuse, j'aurais r√©ussi mon p√©lerinage vers l'insensibilit√©. Tu as l'assurance en toi, nous verrons bien si tu en fais bon usage.

Puis sa t√™te retomba entre ses bras, l'entra√ģnant par les volutes d'alcool dans un sommeil sans r√™ves et d√©pourvu de ces souvenirs ardents et fous qu'elle cherchait √† combattre.

Par Aina HarLeaQuin le 29/8/2002 à 7:40:48 (#2050762)

Ne peut pas s'empêcher de se demander de qui il s'agit Joli post en tout cas. :)

Par Emeraldas le 29/8/2002 à 7:51:29 (#2050780)

:lit:
C'est tres jolie. Tu nous fais une suite? :p

Par Syris Lloth le 29/8/2002 à 8:33:49 (#2050889)

Moi je sais !! Moi je sais !! :D
Très bien écrit en tout cas. =)

Par Ashraam Darken le 29/8/2002 à 8:46:24 (#2050928)

bravo, tres jolie, et tres bien ecrit :amour:

Par Leylia le 29/8/2002 à 15:03:43 (#2053506)

Et bien elle en a du talent cette Yolinne :) *donne un coup de pouce à ce joli post*

Par Kyriane Feals le 29/8/2002 à 15:48:24 (#2053837)

Ce qui procure une sensation de joie est si rare à notre époque qu'il est nécessaire de le préserver...

Par Ibuki Tribal le 29/8/2002 à 21:40:33 (#2056326)

Joli... :) :lit: *bien intriguée, en tout cas*

Et l'Avenir nous le dira..

Par Yolinne MIP le 30/8/2002 à 21:11:39 (#2063734)

... Et elle psalmodia pour se retrouver en son sanctuaire, quittant l'air √©touffant du ch√Ęteau du Noble D√©chu. Ses veines semblaient gris√©es d'afflux de sang rapide, et ses yeux √©taient iris√©es de perles fines pouvant s'assimiler √† des larmes, mais son sourire discret trahissait quelque peu de son engouement. Certes elle ne savait pas o√Ļ cette √©trange histoire allait encore la mener, peut-√™tre encore plus bas qu'elle n'√©tait descendue, dans ce puit des √Ęmes sans fond o√Ļ les clameurs de d√©sesp√©r√©s ne sont nullement entendues. Qui sait si les r√™ves pouvaient √™tre r√©alis√©s ainsi comme les paroles l'avait promises. Qui sait...

L'aurore s'√©tait lev√©e lentement √† l'entr√©e du temple, gage d'une vie peut-√™tre meilleure. Quel sentiment fou de vouloir √† nouveau vivre par et pour soi-m√™me, √©trange m√™me, pensait elle. Le Destin l'emm√™lait sans cesse de ses fils impr√©visible, comme cette Toile qu'Il servait. Etait ce sa destin√©e de se retrouver encore m√™l√©e aux haruspiciens ? Avait elle au final une attirance pour cet ordre pour s'y retrouver encore apr√®s quelques ann√©es en ses filets ? Bien que la Foi l'√©treign√Ęt au plus profond, elle se demandait si quelque chose ne la poussait pas √† chaque fois √† se tourner vers cette voie, inconsciemment. Etait-ce l√† la derni√®re oeuvre posthume d'Evangile ? Qui savait..

Pour le moment, elle avait d√©cid√© de se laisser s√©duire, peut-√™tre par curiosit√© ou encore pour voir jusqu'o√Ļ il irait pour se lier avec elle. Sous cette apparence froide et d√©gag√©e, existait il vraiment toute cette fougue ? Elle constaterait cel√† par la suite, s'√©tait elle dit. Se jeter dans les bras du hasard √©tait quelque chose de vibrant et d√©lectant pour elle, malgr√© son penchant vers la solitude et le vide. Une bribe de passion renaissait, un doux frisson d'aventure et d'excitation l'envahissait. Le go√Ľt du risque venait y rajouter sa touche en un m√©lange d√©licieux et dangereux, tout ce √† quoi elle aspirait jadis. Une nouvelle jeunesse offerte par ce biais ? Qui saura ....

Elle leva les yeux vers le ciel encore embrumé de la Nuit. Elle esquissa un mince sourire. Les Tisseuses de Destin étairent décidément bien facétieuses et devaient sourire de même en regardant d'en haut les conséquences de leurs doigts fins. Pour ce qui était des questions, Yolinne ne se les posait plus, car après tout, seul l'Avenir avait ces réponses en lui..

Par Snoopy le 30/8/2002 à 22:40:51 (#2064228)

:lit: :amour: :)

Par Ark-iolo Nova le 31/8/2002 à 18:11:53 (#2068462)

:lit: :lit: :lit: :eek:


:amour:

;)


:D

Par Free Bener le 31/8/2002 à 21:13:19 (#2069585)

Très jolie à lire, très très bien écrit, un grand bravo quoi =)

:merci: :amour: :lit:

Chute Libre : Apparition et désillusions.

Par Yolinne MIP le 31/8/2002 à 22:52:44 (#2070098)

Affal√©e sur sa chaise dans un des coins de la taverne de Stone Crest, seule, la table jonch√©e de cadavres de bouteilles parfum√©es, elle se laissait aller √† la tromperie de l'alcool pour ne plus songer ; chose qu'elle n'avait plus faite depuis bien longtemps du temps de son amie disparue Evaine. Le regard las, les gestes lents, occup√©s √† verser pour la eini√®me fois le liquide ambr√© dans son verre, de mani√®re f√©brile.. Le mur de ses illusions s'√©tait fracass√© avec sauvagerie quelques heure plus t√īt, √©touffant ses √©lans de passion renaissants. Un peu plus t√īt..quelques heures √† peine qui avait boulevers√© ses projets.. et s√Ľrement la vie qu'elle s'√©tait imagin√©e.

C'√©tait au cours d'un repas partag√© avec ses fr√®res que le couperet √©tait tomb√©, r√©duisant son sourire jovial en une mine p√Ęlichonne et tendue. Dias √©tait revenu.. Celui qu'elle avait cru emport√© par la mort, ou du moins disparu depuis si longtemps, comme un fant√īme r√©apparaissait pour hanter sa vie. Partant avec pr√©cipitation et bredouillant des excuses incompr√©hensibles, elle avait fui l'engouement de la festivit√© pour se r√©fugier sur ce bout de terre propice √† la r√©flexion. Et l√†, une voix que trop connue l'avait interpell√©e. Il √©tait l√†, devant elle, comme s'il n'√©tait jamais parti.. S'il n'y avait eu ses profonds remords quant √† l'infid√©lit√© des mots qu'elle avait prononc√©s la veille, elle n'aurait pas tenu rigueur de cette col√®re qui grondait en elle : mais elle d√Ľt se rendre √† l'√©vidence, elle ressentait encore pour lui un amour d√©vou√© de tendresse et un lien ind√©finissable qui les unissait encore. Toutefois sa g√™ne √©tait pr√©sente, tandis qu'elle maudissait son coeur d'avoir √©prouv√© des √©mois interdits. L'entretient s'√©tait fini sur quelques larmes et une √©treinte r√©confortante, du moins de fa√ßon √©ph√©m√®re.

Peu apr√®s cette rencontre o√Ļ il l'avait quitt√©e sur un sourire confiant, elle avait crois√© cet homme que son coeur s'√©tait mis √† poursuivre, et s'ent√Ęma une discussion empreinte de douleurs pour elle. Elle devait faire un choix qu'elle n'avait pas pr√©vu, et qu'elle fuyait ex√©crablement. Les paroles cinglantes amen√®rent de m√™me des doutes au sujet de Dias, quant √† ses infid√©lit√©s pass√©es et revenues sur lesquelles elle n'avait bien s√Ľr pas crues. Mais la passon aidant elle ne pouvait se r√©signer √† abandonner l'homme assur√©. Cruel dilemne qui s'emparait d'elle, entre passion et amour tendre. Elle les aimait tous deux d'un amour diff√©rent, mais constemment, son coeur penchait d'un c√īt√© ou de l'autre, d√©chir√© par cette dualit√©. Elle quitta l'amant de ses mots le coeur lourd d'ind√©cisions, marchant au hasard des rues, sans chercher √† trouver sa route.

Ses pas la menèrent au pied d'un gouffre béant, donnant sur les vagues tumultueuses. Don regard croisa le vide un moment, et sa volonté s'échappa le temps d'un battement de cils, le temps de se demander si tout celà n'était définitivement que chose futile, que la vie n'apportait que souffrance et désolation. La mort elle-même apportait celà mais était en soi le ridicule shéma d'une délivrance de toutes ces formalités et questions. Elle se trouvait alors au dernier rempart devant le vide ; une légère bourrasque de vent aurait pu précipiter sa décision, mais le calme et le silence régnaient sur les lieux. Mais elle n'avait choisi la mort comme solution, pas jusqu'ici en tout cas. Elle avait déjà entrevu brièvement les terres de l'au-delà, et rien ne la poussait à marcher de nouveau sur ce sol désolé. Aussi, après un bref soupir, elle s'éloigna avec résignation. L'appel de cette glaçante amie, si irrésistible soit il n'avait pas encoer charmé ses sens, pas encore... Et ce fut dans l'Oubli qu'elle voulut noyer ses craintes et ses doutes. Ce faux oubli que nous apporte la dévergondée luxure alcoolisée...

Après une nuit de sommeil perturbée, après que Gabriel l'ait ramenée dans un état pitoyable, les questions étaient encore et toujours présentes, mais les réponses lui faisaient peur, et elle n'osait encore y penser.. Peut-être attendait elle avec désespoir une marque du Destin...Peut-être avait elle déjà les réponses en elle... peut-être qu'il fallait tout simplement les refuser tous deux...

Par Aina HarLeaQuin le 31/8/2002 à 23:25:22 (#2070284)

Quand on a trouvé ce qu'il nous faut, les hésitations n'existent plus, les doutes s'effacent. Seule cette personne noue semble digne d'intérêt. Et la seule souffrance possible est celle de perdre ce dont on a tant besoin.

Par MortifeR le 31/8/2002 à 23:33:33 (#2070325)

Ce dont on a besoin par dessus tout, c'est de cette nuit sans astres à traverser, vers cette aube improbable, ce mirage qui nourrit notre haine et notre fureur, nous poussant à détruire et à contraindre les murs de la fatalité.
Cette promesse incertaine d'un bonheur absolu, derrière un océan de larmes et de sang.
Ce dont on a besoin, c'est d'avoir besoin...

Par Faruun le 1/9/2002 à 16:22:40 (#2073995)

Il est de ces plaies que l'on ouvre et referme par notre seule volonté. Il en est d'autres qui se réveillent lorsque l'on s'y attend le moins. De ces faiblesses, de ces douleurs naissent les résolutions les plus fortes, et parfois les plus terribles pour l'avenir.

JOL Archives 1.0.1
@ JOL / JeuxOnLine