Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Un fragment d'histoire

Par youpi le 25/6/2002 à 17:12:55 (#1709853)

Uld tenait dans ses mains un vieux parchemin découvert pendant les fouilles qu'elle avait commençée 2 jours avant, non loin de Silversky. Elle se mit a le lire...



Mot de l'auteur :

L'histoire d'Althéa a été l'objet de nombreux livres et ses versions diffèrent toujours. Je tenais ainsi a apporter ma pierre à l'édifice pour proposer aux habitants une vision qui j'espère leur ouvrira les yeux.

Ce livre a été interdit par le roy et je suis depuis pourchassé pour mes écrits, aussi je préviens le lecteur que lui aussi s'expose a un grave danger en lisant ce qui va suivre.

Voici l'histoire telle qu'elle est :

Au commencement, il n'y avait pas les dieux. Seul la nature s'organisait d'elle même, évoluant au rythme des saisons. Evoluant au milieu de ce monde, une race intelligente gouvernait, les dragons. Les dragons étaient doués de magie, de grande magie. Fruit de l'évolution naturelle, les dragons possédaient leur propre conscience, conscience qui amena leur perte involontaire.

La curiosité des dragons est légendaire, que ce soit pour la magie, les objets rares ou les métaux précieux. Ainsi, ils créèrent par magie et à partir des créatures que leur offrait la nature, une deuxième race intelligente : les elfes. Pour les dragons, ils seraient une nouvelle expérience, un test . Enfin chacun y voyait son intérêt et peu envisageait une menace réelle étant donné leurs pouvoirs.

Le peuple elfe se révéla rapidement très prolifique. Il travaillait souvent avec les
dragons et finalement les deux parties gagnaient beaucoup dans ses √©changes fructueux. Les elfes √©taient un peuple joyeux, proches de la nature et respectueux de ses membres. C'est ainsi que la nation elfique devint bient√īt plus nombreuse que celle des dragons.

Parmis ces elfes, il naquit un √™tre destin√© a graver son nom dans notre histoire. Il √©tait intelligent et rus√© a la chasse, mais son comportement √©tait indigne des autres elfes. Il √©tait jaloux, √©go√Įste et voulait une chose par dessus tout : la magie des dragons. Mais les dragons ne souhaitait pas l'approcher et encore moins lui parler. Il entreprit d'observer les dragons mais ceux ci ne se laiss√®rent pas berner et par quelques formules magiques, scell√®rent l'entr√©e de leur grotte √† la nation elfe.

Cette d√©cision unilat√©rale mis a mal le peuple elfe. Certains elfes qui commer√ßaient avec les dragons, les traitaient maintenant d'√©go√Įstes qui ne souhaitaient qu'affirmer leur sup√©riorit√©. Une conscience collective des elfes voulait maintenant poss√©der le pouvoir de la magie. C'est ainsi que naquirent les dieux principaux, Artherk, dieu du pouvoir et Ogrimar, dieu de la vengeance et de la haine. Au d√©but, leurs pouvoirs √©taient faibles mais la volont√© des elfes allant grandissant, ils ne tard√®rent pas a s'accro√ģtre.

Artherk eu alors une idée brillante, en utilisant le pouvoir qu'il venait d'obtenir, il se mêla aux elfes et obtint quatres enfants, l'une qu'il nomma Syl, Sélène, Titania et Adrielle. Ces déesses ravissantes représenteraient chaque désir des elfes, Syl le pouvoir par la magie, Sélène la dualité des sentiments, Titania l'amour pour la nature et Adrielle le vin et la fête. Chacune avait pour but de recueillir de nouveaux adeptes et ainsi d'augmenter le pouvoir du Père. Ainsi il ne mourrait jamais.

Cependant , les elfes avaient décidés de se venger des dragons et ce quel qu'en soit le prix. Sous l'initiative du même être qu'ils avaient rejetés autrefois, les elfes entrèrent dans une
guerre meurtrière contre les dragons. Durant cette guerre, Syl et Sélène accrurent de façon considérable leur influence tandis que celle de Titania et d'Adrielle ne faisaient que diminuer.
Elle décidèrent de profiter du moment de faiblesse de leur soeur Adrielle pour la mettre a mort,
mort qui fut bien attendu caché a leur père. Elle accusèrent les elfes d'avoir eux mêmes levés la main sur leurs soeurs. Titania, sentant qu'elle serait la prochaine a mourir, les elfes ne croyant guère plus en elle durant cette sombre période s'enfuit du royaume et resta a l'abri dans les forêts, près des animaux qu'elle aimait tant. Syl et Sélène étaient sur le point de s'affronter mais une chose les en empêcha. Le peuple elfe était mourant. La bataille contre les dragons ne tournait pas a leur avantage.

Artherk comme Ogrimar sentaient leur pouvoir s'affaiblir de plus en plus. Pris de panique,
les dieux qui de coutume s'affrontait pour étendre leur influence, s'allièrent et créèrent une nouvelle race : les nains. Ils utilisèrent leur dernière force pour condamner l'elfe
responsable de cette guerre et lanc√®rent une mal√©diction sur le peuple elfe qui avait surv√©cu a cette guerre. A partir de ce jour, les femmes n'eurent plus aucun enfant, menant la nation elfique a sa fin. Quand aux nains, ils devinrent les nouveaux ma√ģtres du royaume.

Les dragons, affaiblis par la guerre on vu d'un mauvais oeil l'arrivée des nains. Ils se
r√©fugi√®rent a l'abri dans leur grotte. Syl et S√©l√®ne se ru√®rent sur le peuple nain, cherchant a r√©tablir la foi qu'elles avaient perdues. Artherk redescendit sur Alth√©a et mit au monde un enfant unique qu'il nomma Iago. Cet enfant repr√©sente toutes les valeurs naines. L'argent, le commerce, les objets pr√©cieux et les arts et la f√™te dans une moindre mesure. Ogrimar, d√©√ßu de l'extinction du peuple elfe pourtant si g√©n√©reux dans la haine, se mit en qu√™te de nouvelles √Ęmes tortur√©es.

Mais les nains n'étaient pas un bon peuple. Créé dans la précipitation par les deux dieux, ils n'avaient pas dans le sang ce besoin de pouvoir que les elfes avaient eu. Le peuple nain
au contraire préférait la science et faisait marcher tout un tas de gadgets plus ou moins insolite pour parvenir a ses fins. Ainsi, Artherk et Syl perdirent énormément de leur moyen. C'est a ce moment qu'Ogrimar s'attaqua aux disciples d'Artherk et ceux de Sélène a ceux de sa soeur.

Mais les nains √©taient perspicaces, rapidement les mutins furent arr√™t√©s et apr√®s un examen pouss√©, les nains en conclurent que les dieux devaient tous √™tre reni√©s. C'est ainsi qu'ils d√©cr√©t√®rent toutes religions interdites. Les dieux se r√©unirent aussit√īt. Ce peuple maudit allait causer leurs pertes a tous. Ils mirent en place une strat√©gie commune, visant a l'extermination du peuple nain et son remplacement par une nouvelle race qui aurait en elle, tous les d√©fauts possibles a exploiter.

Quand aux moyens de raser le peuple nain, il fut simple. Les dragons déjà méfiant du peuple nain était la cible idéale. De plus, ils possédaient des objets uniques et rares dont les nains sont si friands. En tissant doucement leurs toiles, ils parvinrent à déclencher le conflit entre les deux nations pendant qu'en coulisse, le peuple des hommes étaient élevés a part. Déjà certains humains avaient une volonté si forte que les dieux pouvaient presque se matérialiser.

Les dragons furent malmener par les nains et disparurent quasiment intégralement. Au dernier moment, les dieux sont intervenus. Pour achever les nains, ils utilisèrent un dragon et avec la magie et leurs pouvoirs, une créature difforme et folle de rage, de destruction
naquit. Elle s'appelle aujourd'hui Caern-Sidhe. Pour le peuple humain, les dieux invent√®rent l'histoire de l'haruspice, une cr√©ature dangereuse que seuls les dieux pourraient combattre. Cette cr√©ature inspire peur, haine et en plus de servir de couverture a l'histoire, leur a permis de s'assurer de la croyance des hommes. La liche ainsi que Caern-Sidhe ont √©t√© mis √† son cr√©dit et pour convaincre l'homme d'aller toujours plus loin, on a plac√© un homme : l'oracle pour conduire les humains vers un √©tat second o√Ļ ses pouvoirs grandissent, l'amenant encore et toujours vers une qu√™te infinie de puissance.

Enfin, on mis un homme pour les diriger, un homme que les dieux manipulent et qui a déjà assassiné ses propres frères, torturer des magiciens utilisant la nécromancie. Magie qui révèle de nombreux secrets concernants la vie et la non-vie. Informations dangereuses pour les dieux. Finalement les dieux ont pu reprendre leurs luttes intestines pour le pouvoir au détriment de l'homme. A moins qu'il ne s'éveille enfin...



Après cette lecture, elle fit des copies de cet ouvrage qu'elle rangea chez elle, caché et alla a la bibliothèque royale. La, elle mit des copies de l'ouvrage a la rubrique Histoire d'Althéa, après avoir vérifier que personne n'était présent.

Elle sortit juste après et retourna méditer ces écrits près de la plage.

JOL Archives 1.0.1
Par Mind