Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

(Les cha√ģnes du destin) Irr√©m√©diables liens

Par Syndrael le 21/6/2002 à 15:28:50 (#1690208)

Les cha√ģnes du destin
Les cha√ģnes du destin (suite)



Tout avait été si parfait depuis le retour de Leylia..
Depuis que Baal l'avait sauvée, libérée, l'émancipant de l'emprise pernicieuse de son géniteur, lui offrant un anneau pour s'en protéger, et se protéger d'elle même...
Les retrouvailles avaient été d'une émotion la laissant chancelante, faisant suite à des jours d'une beauté trop rare, les submergeant d'un bonheur dont elles s'étaient crue interdites.
La douceur des mots, la tendresse des regards, l'extatique intensité de leurs étreintes, inaccessibles au commun : Tout en Leylia lui inspirait l'amour, un amour qui se heurtait avec délice à celui de sa louve, bien trop puissant pour seulement être exprimé, l'entrechoquant en un torrent de passion, d'une fougue croissante.

* * *

Mais tout se brise si vite..
Son p√®re, Thanadar avait √©t√© vu pr√©s de la ville. Son p√®re, ce d√©mon qui venait la reprendre, la clamer √† sa cause obscure, l'encha√ģner √† un destin funeste qu'elle rejetait d√©sormais de tout son √™tre.
Il avait été vu près du pont nord de Lighthaven, simple marin manifestement, du moins, son corps d'emprunt. C'est de cela qu'elles parlaient, Syndrael et Leylia, lorsque Alanis et Falhorn étaient arrivés, lorsque Vincent les avait rejoint, quand il leur avait annoncé la mort de Filnor, à qui elles voulaient faire appel, lorsque Leylia s'était sentie faible, rattrapée de peu par Syndrael, manquant tomber à la renverse à sa suite.

Sa poitrine s'était soudain enflammée de douleur, la laissant choir contre la table, terrassée par un premier élan de souffrance. Syndrael la retint de peu, la serrant contre elle, l'appuyant au rebord de chêne pour ne pas perdre l'équilibre.
"Je...je me sent pas bien..." avait articulé Leylia, sentant alors la bague s'embraser à son doigt, lui amenant un cri de surprise et de douleur. Paniquée, Syndrael prit son visage entre ses mains, ne sachant que faire, la pressant de lui dire de quel mal elle souffrait, tentant de l'apaiser de ses paroles.
Mais elle respirait de plus en plus vite, le visage n'affichant plus qu'un masque crispé, elle porta la main à son anneau, ignorant le cri de Falhorn, qui avait suivi son geste et retint son bras avec vivacité. Syndrael serrait la main de la bague dans la sienne, effrayée par les tremblements spasmodiques qu'elle y ressentait.
"Ne retirez pas votre anneau, ordonna le garde, surtout.
- Mon...doigt...mon doigt me br√Ľle...
- Son p√®re s√Ľrement.." Murmura-t-il, jetant un oeil inquiet √† Vincent, plong√© dans un mutisme concentr√© et Alanis, qui faisait le tour des fen√™tres, probablement en qu√™tes de regards indiscrets.
"Je suis là.." Susurrait Syndrael pour la rassurer, pressant sa main dans la sienne, lui caressant le visage de l'autre.
Alors qu'elle ne semblait pouvoir se détendre, Vincent s'approcha, un bocal à la main, empli de plante que l'on devinait odorantes. Il lui tendit le pot ouvert, l'invitant à respirer tandis que Syndrael maintenant toujours sa main, lui chuchotait doucement à l'oreille.
Elle hésita un instant et finit par s'exécuter, ce qui eut pour effet de la calmer immédiatement, alors qu'elle mobilisait ce qui lui restait d'énergie à tenter de comprend pourquoi ses jambes la trahissaient ainsi.
"Somnif√®re.." Marmonna le scribe. "Ainsi elle ne pensera pas a √īter la bague."
Ils la couch√®rent au dessus des draps. Elle semblait dormir profond√©ment. Na√Įvement, Syndrael esp√©rait simplement qu'elle ne fut pas en proie √† un cauchemar d√Ľ √† son √©tat de faiblesse, assise √† ses c√īt√©s, passant la main dans ses cheveux pour en caresser les boucles d√©faites.
Vincent intervint de nouveau :
"Avec Vas, nous pensions que ceci pourrait l'aider..." Il sortit une rune, la rune d'Is, offerte par Nevaeh, et la lui plaça contre une paume, profitant de son assoupissement.
Elle était censée protéger de la glace mais aussi stopper les "forces indésirables". Cela fut manifestement vain.
La voix semblait lointaine lorsqu'elle s'éleva, grondante, entre les murs de la petite chambre :
"Vous ne pouvez rien....elle est ma fille et est destinée a servir le chaos"
- Disparais, tu n'as aucun pouvoir sur elle désormais !" Cria Syndrael avec une fermeté qui la surprit elle même. "Elle n'a plus rien à faire avec toi.." Murmura-t-elle, baisant ses lèvres assoupie comme pour mieux s'en convaincre.
"- D√©trompez vous.. vous ne savez rien d'elle, de ce qu'elle est.. et vous le saurez bient√īt *√©clate de rire* Je vous laisse humains, je vous laisse entre ses griffes."

Il avait parlé par sa bouche, sans pour autant qu'elle s'en serve, d'une voix rauque et profonde, qui ne pouvait inspirer que terreur. Mais ses paroles étaient creuses, elles avaient l'arrogance d'une impuissance mal déguisée, ou tout du moins le semblaient-elles.. Leylia s'était apaisée, Thanadar avait craché sa morgue et sa haine de leur engeance, clamant qu'il scellerait son destin et le leur.
Des mots.. rien de plus. Mais les autres étaient partis, laissant à Syndrael le soin de veiller sur elle.. Falhorn et Alanis semblaient préoccupés mais avaient à faire urgemment, Vincent les suivit, visiblement abattu par l'échec de la rune.
Thanadar ne tarda pas.


http://membres.lycos.fr/lanala/thanadareyes.jpg


Leylia ouvrit subitement les yeux, des yeux rouges, luisant d'un éclat pour lequel malsain semble un bien piètre euphémisme, et dit une voix caverneuse : "Enfin seul... Alors c'est toi, celle qui a prit mon enfant..."
Elle se releva, avec une lente souplesse, et retira l'anneau, qu'elle jeta par terre, posant les yeux sur Syndrael qui h√©sitait entre reculer et la rejoindre. -"Leylia.. que se passe-t-il ?" Au moins voulait-elle √™tre s√Ľre d'avoir affaire √† la bonne personne. Il ne la d√©√ßut pas :
"Elle n'est pas la pour le moment *Ricane* Elle s'est crut plus forte que moi...pauvre folle
- Reviens à toi, je t'en prie *Lui prenant la main*
- Elle n'est pas assez forte, mais... mon temps est compt√©. Avant de repartir je dois faire une chose. L'√ģle maudite m'attend."


Aucun mot, aucun geste, n'avait pu la retenir, elle n'était plus elle même, n'avait pas même l'once de conscience qu'elle lui avait connu en des heures similaires. Pourtant, Syndrael était vivante, sans doute préférait-il se jouer d'elle.
Arken, n'avait pu la retrouver sur l'√ģle o√Ļ il/elle avait fuit. Thanadar pr√©tendait ne pouvoir la contr√īler que peu de temps, narguant Syndrael par la pens√©e, lui imposant le douloureux supplice de l'impuissance. Mais les heures passaient.. rien.. pas le moindre espoir, il avait refus√© de lui en dire plus, pr√©f√©rant la voir se morfondre, ce √† quoi il √©tait parvenu sans mal.
Ses dernière paroles précédèrent encore de beaucoup son départ, elles étaient porteuses d'une sourde menace : "Vois se que je vais faire d'elle... Lorsqu'elle se réveillera elle ne se souviendra de rien. Mais je lui laisse un cadeau avant de partir."


Pour Syndrael, une nouvelle heure passa, d'angoisse et de sueurs froides et on lui apprit qu'elle était au temple de Havre Clair. Elle traversa les quelques rues qui l'en séparaient de toute la vitesse dont elle était capable et entra dans le temple, le souffle coupé, apercevant Lorana et Vincent.

Son regard parcourut le lieu saint sans la voir, cherchant, scrutant d√©sesp√©r√©ment, quand elle se d√©cida enfin √† suivre des yeux les ailes noires de la silhouette, recroquevill√©e entre les chaises : L'extr√©mit√© en √©tait rouge, comme tach√©e d'une vie √©carlate qui n'aurait pas imbib√©, restant en surface comme l'√©ternelle rappel d'une blessure dont on ne pouvait attendre nulle gu√©rison. Seule pointe de couleur, non moins lugubre que le noir intense et presque uniforme du plumage de ces larges pans de muscles et de plumes nuit et sang, brillant d'un √©clat iris√©, tandis qu'ondulait gracieusement de longue pennes effil√©es, mise en mouvement par les soubresauts et les tremblements du corps, minuscule sous cet hypnotique ramage, tass√© sur lui m√™me, couvert de pi√®ces de cuir disparates, enfil√©es √† la h√Ęte.
Elle avait déjà vu telle parure, de très prés parfois, pour le meilleur comme le pire, mais jamais avec ce visage, ces traits si connus, admirés et parcourus de mille façons, jamais avec cette détresse dans le regard, cet égarement fébrile, presque paniqué : Leylia.
"Syn.. Syndrael..." chuchota-t-elle presque sans remuer les lèvres, se sentant vaciller.
Celle-ci accourut, l'entourant de ses bras au moment o√Ļ ses jambes lui faisaient d√©faut. Elles n'√©chang√®rent qu'un regard avant que Syndrael ne lui murmure : "Viens mon amour... rentrons."


http://membres.lycos.fr/lanala/fallenleylia.jpg


La soutenant de son mieux, elle la ramena chez elle, la portant √† demi, n'accordant aucun m√©nagement √† ses muscles douloureux, et la porta jusqu'au lit pour l'allonger avec soin au dessus des draps, la couchant sur le c√īt√© pour ne pas √©craser les ailes, lui tombant d√©sormais dans son dos.
Leylia tremblait toujours de tout ses membres, étouffée par un sanglot amer : "Je...suis.."
- C'est terminé.. tout va bien.."
Elle s'allongea apurés d'elle et l'enlaça tendrement, passant délicatement un bras autour de son buste, l'attirant plus prés, sans parvenir à l'apaiser.
"Non...ça va pas....ça ne va vraiment pas..." Elle se sentait repoussante et souillée, fuyant son regard. "Qu'est....ce qui m'est arrivé.."
Syndrael lui caressait toujours les cheveux et le visage, séchant ses larmes moins vite qu'elles ne venaient: "Je suis là.. je suis avec toi. J'ai eu peur tu sais.."
Cela sembla la faire quelque peu sortir de sa torpeur, elle parvint à articuler, se tournant légèrement, manifestement gênée dans ses mouvements par cette nouvelle extension de son corps : "Et toi ?... tu.. tu vas bien?"
Syndrael la serra contre elle en un geste protecteur, tentant de la rassurer, le coeur battant la sentir de nouveau après tant de craintes : "Je vais bien.. je n'ai rien.. ma louve.. tu es là, c'est tout ce qui compte.
Leylia se blottit contre elle, répondant à mi voix, dans un frisson continu : "J'ai peur...
- Je ne le laisserai plus te faire de mal.. nous ferons tout ce qu'il faut."
Elle céda enfin au désir de l'embrasser, appliquant les lèvres sur les siennes en une union fiévreuse, nuant les bras dans son dos, effleurant les plumes pour la première fois, ce qui sembla lui faire reprendre conscience de leur existence.
Elles restèrent longuement unie s'investissant de leurs chaleur réciproques, mêlant leurs souffles et leurs larmes, qu'elles soient de peine ou de bonheur.
"Je t'aime.. quoiqu'il arrive.." passant la main sur le duvet sombre, l√† o√Ļ elle joignaient le dos. "Tout va bien se passer.. d'accord ?
- Je ne sais plus... je suis perdue.. Je.. me sent si faible... Vulnérable"
Syndrael passa une jambe entre les siennes et resserra son étreinte, la couvant d'un regard caressant.
Leylia ajouta : "J'ai l'impression.. d'être.. dans un autre corps
- Pourtant.. tu es bien toi même.. je peux t'aider..?"
A ces mots, la nephilim ouvrit les yeux et plongea dans son regard, semblant prête à pleurer à tout instant : "Reste près de moi." La serrant un peu plus contre elle. "Tu ne m'abandonnera pas hein ?
- Jamais. Je te le promets.
- Je.. t'aime...
- Je t'aime, au delà de tout, je reste prés de toi. Je ne t'abandonnerai pas. Tu le sais n'est-ce pas ?"
L'émotion dont vibrait son timbre répondit pour elle : "Heureusement que tu es la... Tu es tout ce que j'aime en ce monde... Sans toi je serais déjà morte"
Elle n'avait cessé de trembler mais ajouta avec plus d'assurance : "Tu es ma source de vie..
- Je serai toujours la pour toi, ne t'en fais pas ma douce.."
Leylia sourit à ces mots, pour la première fois depuis leurs insolites retrouvailles et déposa un court baiser dans le cou de sa compagne, humant les fragrances tant aimées de sa peau, de sa chevelure, l'entourant de ses ailes, de nouveau vivantes. La contact était surprenant et soyeux lui rappelant les moments passés avec Prophetia, elle aussi pourvue d'ailes qu'elle n'avait jamais souhaitées. Leurs situations était d'une similitude troublante, quoique loin d'être totale et Syndrael était certain que leur rencontre ne pourrait leur faire que du bien. Lorsqu'elle la druidesse était parvenue à faire abstraction de ce symbole d'un Ogrimarisme avec lequel elle n'avait rien à voir, le fait qu'il s'agisse de la marque de son père ne devait pas les lui faire rejeter pour autant. Les ailes ne sont pas le démon, elles n'en sont qu'un rappel, qu'un lien dont elle était parvenue à faire abstraction.

* * *

Non, rien n'était brisé.
Elles s'endormirent, le sourire aux lèvres, terrassées par une journée d'une densité dont elles se seraient bien passées. Elles étaient néanmoins heureuses, songeant à Thanadar, échouant une fois de plus dans son épandage de chaos. Il avait cru bouleverser, détruire, mais n'avait fait que renforcer des liens que rien ne semblait pouvoir défaire.
Le murmure r√©gulier de leur respirations, le froissement des draps, √† peine audible, le frottement de leurs peaux, intimement m√™l√©es : tout dans la chambre ne respirait plus que le calme et la paix, force tranquille que de savoir que le principal ne pourrait jamais leur √™tre √īt√©, qu'aucune force, si d√©moniaque et perverse fut-elle, ne pourrait alt√©rer.
Les obstacles n'existes que pour √™tre surmont√©s, les cha√ģnes pour √™tre bris√©e.


Syndrael

http://membres.lycos.fr/lanala/SyndriSign.jpg
(Ecrit en écoutant "Angels fall first", de Nightwish et "Clavicula Nox" de Therion)

Par Lorana le 21/6/2002 à 18:07:55 (#1691125)

:lit:

Par Leylia le 21/6/2002 à 22:28:00 (#1692281)

Leylia se sentait bien se matin, elle s'√©tait endormit dans les bras de Syndrael en essayant d'oublier ses peurs et ses peines endur√©es ses temps ci. Les jours passaient et elle s'habituait finalement √† ses ailes qu'elle refus√©e de voir. Aujourd'hui elle marchait pieds nus le long de la plage pr√™t des champs de r√©coltes, les cheveux balay√©es par le vent, les plumes plaqu√©es contre son dos tombant derri√®re ses cuisses. Elle pr√©f√©r√©e se tenir √† l'√©cart de la foule pour ne pas √™tre tent√©e par une obsessionnelle soif qu'elle pourrait peut √™tre pas contr√īler.

Oui depuis √ßa renaissance sa soif n'avait cess√©e de s'intensifier jusqu'√† devenir insupportable. A chaques personnes qu'elle rencontrait, elle ne pouvais emp√™cher ses yeux de ce fixer sur leur gorge laissant parfois appara√ģtre une veine discr√®te. Ses corbeaux tournaient autour d'elle a une distance raisonnable pour ne pas cacher la vue de leur ma√ģtresse. Oui Thanadar √©tait l√† dans sa t√™te guettant a travers ses yeux une proie qu'elle pourrait attaquer.


*une voix à la fois lointaine et inquiétante* - Alors ma petite fille qu'attend tu pour aller en ville…il n'y a rien ici que du sable, des arbres et cette immense masse d'eau. Va donc te nourrir un peu si tu ne veux pas mourir de faim..

*ferme* - Je ne te ferais pas ce plaisir Thanadar, ma vie m'appartient à présent!

- Que tu crois pauvre sotte¬Öque tu crois *ricane*

http://www.ifrance.com/Maylancolie/Arriv%E9e.jpg

Soudain sortit de nul part un √©norme portail s'ouvrit devant elle. Est ce le portail que lui avait d√©crit visuellement ses corbeaux. Leylia fit quelques pas en arri√®re les paumes des mains dirig√©es vers le ciel, pr√™tent a se retourner au moindre danger. L'immense portail rouge√Ętre ondulait quand brusquement Thanadar portant sa lourde amure en sortit. Il √©tait encore plus grand que dans les cauchemars de Leylia. Elle √©tait p√©trifi√©e devant sa stature et son aura mal√©fique. Cette fois ce n'√©tait ni un cauchemar, ni une illusion, c'√©tait bien r√©elle.

*éclate de rire* - Tu parais surprise ma fille allons n'ai pas peur vient dans les bras de papa.

Les bras tendues Leylia envahie par la haine contre de son retourna les paumes de ses mains. Les corbeaux tourn√®rent autour du portail faisant a eux tous un √©norme cercle noire se resserrant peu √† peu. Puis brusquement la mar√©e de corbeaux se rua violemment sur Thanadar. Celui ci pas surpris du tout resserra ses mains cachant une boule d'√©nergie, puis lib√©ra ses main cr√©ant torrent de feu l'entourant enti√®rement. Les corbeaux s'√©cras√®rent sur le bouclier de feu les br√Ľlants tous uns par uns.

http://www.ifrance.com/Maylancolie/Thanadar.jpg

Leylia horrifi√©e par le sc√®ne ordonna imm√©diatement aux autres corbeaux de s'en aller. Elle n'arrivait m√™me plus a sortir un son de sa bouche tellement sa gorge se nou√©e. De ses yeux vert coul√®rent des larmes rouges parcourant ses joues pour venir s'√©couler au bout de son menton. Elle tomba √† genoux puis prit un de ses corbeaux calcin√© dans ses mains. Il √©tait encore br√Ľlant et fumant, mais elle n'arrivait m√™me pas a ressentir la douleur tellement son c¬úur lui faisait mal.

*s'avançant prêt d'elle d'un pas lourd * - Ainsi tu as donc trouvée ta voie…en t'élevant contre moi…bien je ne te laisse plus d'autres choix que de mourir tout comme je l'ai fait avec ta mère. Une fois que tu seras morte j'irais faire un petit tour du coté de la maison de Syndrael histoire de passer mes nerfs.

*voix implorante* - Non…Thanadar je te supplie ne fait pas ça….prend moi…prend ma vie elle t'appartient…mais ne lui fait pas de mal.

*un large sourire se dessina sur son visage* - Il est trop tard à présent je crois que j'ai une meilleur idée je vais la tuer avant toi comme ça je te laisserais apprécier le spectacle.

Leylia sentait en elle une grande haine l'envahir. Elle courra a toute vitesse sur Thanadar bondissant sur lui avec agilité, puis se mit a le griffer de toutes parts. Esquivant difficilement les assauts de Leylia a cause de son armure il la gifla avec une rare brutalité. Celle ci s'écrasa contre le tronc d'un arbre.

*rire moqueur* - C'est tout ce que tu sais faire griffer et mordre¬Öil va falloir faire beaucoup mieux pour m'atteindre.

Leylia se releva difficilement crachant du sang …puis soudain elle se mit a rire, ses cheveux devinrent d'un roux très foncé et ses yeux vert viraient brusquement au rouge. De grandes marques aussi noires que ses ailes se dessinaient sur son corps. Le bout de ses ailes se mettaient à saigner en tachant sa robe. Thanadar paraissait surpris de ce qui se passait, mais ne reculait pas devant cette étrange transformation qu'avait subit sa fille.

http://www.ifrance.com/Maylancolie/Changement.jpg

Thanadar se remit a incanter un sort de feu, puis le lança contre Leylia qui esquiva la boule de feu. Elle fit une roulade sur le coté puis se mit a courir a une vitesse prodigieuse en direction de son père la dague à la main. Elle sauta au dessus de lui flottant légèrement dans l'air toutes ailes déployées, puis atterrit sur ces épaules, elle brandit sa dague puis l'enfonça de toutes ses forces dans la nuque. Il poussa un cris de douleur qui raisonna dans toute la forêt. Thanadar riposta en donnant un violent coup de point dans le ventre de Leylia qui fut éjectée avec une extreme violence sur le sol. Thanadar se tenait l'arrière du coup essayant tant bien que mal de retirer la dague. Son sang pourpre se déversait sur le sable à une vitesse impressionnante. Leylia se releva d'un battement d'ailes puis s'enfuie en courant dans les bois.

Elle l'avait touch√© mais elle √©tait malgr√© tout pas assez forte pour en venir √† bout. Sa bague se mit a briller au bout de quelques m√®tres, Thanadar devait tenter de reprendre le contr√īle de son corps, mais rien ne se passa, son envo√Ľtement avait √©chou√©. Leylia un peu surprise continua de courir en entrant dans la grotte non loin du cimeti√®re de Lighthaven. Elle avait √©chapp√©e de peu √† la mort et n'en revenait pas d'√™tre encore en vie elle s'adossa contre le mur afin de reprendre sa respiration. Cach√©e dans un coin de la grotte aux parois humides elle refermait ses blessures. Aurait du t elle du continu√©e a se battre ou avait t elle bien fait de s'enfuir? quoi qu'il en soit elle lui avait √©chapp√©e pour l'instant et une certaine fiert√© se lisait sur son visage.

*hop*

Par Arken le 22/6/2002 à 3:11:57 (#1693285)

oué fait lui bouffer ses tripes

Par Ibuki Tribal le 22/6/2002 à 10:04:23 (#1693916)

:merci:

Par Gadjio le 22/6/2002 à 14:12:10 (#1694854)

Angels Fall First

An angelface smiles to me
Under a headline of tragedy
That smile used to give me warmth
Farewell - no words to say
beside the cross on your grave
and those forever burning candles

Needed elsewhere
to remind us of the shortness of our time
Tears laid for them
Tears of love, tears of fear
Bury my dreams, dig up my sorrows
Oh, Lord why
the angels fall first

Not relieved by thougts of Shangri-La
Nor enlightened by lessons of Christ
I'll never understand the meaning of the right
Ignorance lead me into the light

Needed elsewhere
to remind us of the shortness of our time
Tears laid for them
Tears of love, tears of fear
Bury my dreams, dig up my sorrows
Oh, Lord why
the angels fall first

Sing me a song
of your beauty
of your kingdom
Let the melodies of your harps
caress those whom we still need

Yesterday we shook hands
My friend
Today a moonbeam lightens my path
My guardian


Angel fall first,
Nightwish

Par Kehldarin Osten MSF le 22/6/2002 à 17:37:23 (#1695772)

Le coeur partag√© entre la joie et une peur panique, Kehldarin descendait la rue vers la maison de Syndrael. Elle lui avait ouverte en coup de vent, et imm√©diatement referm√©. Surpris, le chevalier aurait volontiers lanc√© une plaisanterie pour d√©tendre un peu l'atmosph√®re de la pi√®ce, mais apr√®s reflexion √ßa n'aurait pas √©t√© une si bonne id√©e que √ßa. Des corbeaux sanguinolents jonchaient le lit et la table, et une nephilime v√™tue de noir √©taient pench√©e sur eux. Sit√īt la porte ferm√©e, sans une explication, Syndrael se remit √† soigner les oiseaux, et √† les porter √† la nephilime. Visiblement elle √©tait √©puis√©e. Saluant machinalement l'ail√©e, Kehldarin entreprit de puiser dans son mana pour revigorer la petite actrice.

Quand la nephilime lui répondit, il faillit manquer son invocation. Pourtant c'était une des plus simples de celles que le temple lui avait appris. Leylia? Qu'est-ce qui arrivait donc, ici? Pourquoi ces corbeaux blessés, pourquoi ces ailes noires et sang? Mais d'abord il fallait s'occupper de Syndrael. Elle était loin d'avoir l'entrainement d'un soigneur experimenté, et la fatigue se voyait sur son visage. Le temps d'avancer un siège et elle s'écroulait dedans. Leylia avait rendu leur liberté aux corbeaux soignés, et Syndrael avait commencé d'une voix fatiguée :

C'est Thanadar, il est venu. Physiquement. Il veut sa fille, c'est lui qui lui a fait porter ces ailes. Nous sommes en danger ici. Tu nous avais dit d'aller à Orkanis ou chez les druides...

J'ai laiss√© ma dague dans sa nuque. Il est bless√©, il ne reviendra pas de sit√īt. Et il a re√ßu de l'aide, un portail lui permet d'aller o√Ļ il veut sur l'√ģle.

Apr√®s avoir un peu r√©fl√©chi... Il vaut mieux que vous restiez ici. C'est ici que l'ordre de la lumi√®re et le culte de Selene ont mis en place un champ de force, dans une ancienne affaire de d√©mons, dont Baal parlerait mieux que moi, d'ailleurs. Enfin, toujours est-il que ce bouclier g√™ne √©norm√©ment l'activit√© d√©moniaque. Thanadar ne sera donc pas aussi puissant ici qu'ailleurs. En plus c'est ici que vit le plus puissant sorcier de l'√ģle. Si des miliciens lui demandent, Uranos se fera s√Ľrement une joie d'intervenir. Vous pouvez compter sur Arken, et ce n'est pas √† n√©gliger. Vous pouvez aussi compter sur moi. J'en parlerais aux chevaliers de la lumi√®re, nous n'alons pas laisser un d√©mon parcourir les rues comme s'il √©tait chez lui. Et nous sommes ici, pas √† Orkanis ou chez les druides...

Elles n'avaient rien objecté, et avaient obliqué sur d'autres sujets. Thanadar répandait le mal, mais les choses s'étaient précipitées même sans lui. Leylia, un peu distante, avait bien montré que son amie, sa soeur presque, comptait assez pour remettre les comptes à zero entre eux. Il n'avait pu réprimer un léger tremblement, et il n'avait pas pu fournir d'explications très satisfaisantes. Elles avaient fait mine de s'en contenter. Si elles avaient su à ce moment...

JOL Archives 1.0.1
Par Mind