Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling - 48ème partie

Par Galadorn le 18/6/2002 à 23:31:17 (#1681384)

- Index -


Chaos.

Le sang battait ses tempes. La rage, telle du métal en fusion, inondait ses veines. La bête en lui se heurtait aux murs d'une cage qui n'était que son propre corps, et chaque coup l'ébranlait comme un battement de coeur trop violent.

Mêlée.

Il ignorait ce qui avait déclenché sa fureur. Zeed voulait se lever, crier sa colère, mais ses paupières restaient farouchement closes, sa gorge bloquée, ses membres inertes.
Etait-ce un cauchemar? Un de plus?
Il s'√©tait vu de trop nombreuses fois perdre le contr√īle, massacrer indiff√©remment amis et adversaires. Il s'√©tait entendu vocif√©rer des paroles incompr√©hensibles tandis que ses victimes s'√©tranglaient d'un cri et les mourants g√©missaient √† n'en plus finir. Il se souvenait de ces champs de batailles √† perte de vue o√Ļ, unique survivant, il pleurait sur les d√©pouilles de ses camarades, ses fr√®res d'armes, sa famille dont il avait caus√© la fin. Plus encore que la surprise de la trahison, il lisait dans leur regards une terreur indicible, visc√©rale. C'√©tait le rejet instinctif d'une force primitive, une force incompr√©hensible, sans frein ni limite, qui remontait aux origines du monde.
Dans la réalité, il avait toujours su distinguer ses ennemis de ses compagnons. Ou presque... Un visage était venu s'échouer sur les rives de son esprit meurtri. Trois jours auparavant, Palan le jeune avait failli périr de ses lames meurtrières. Au fil du temps, ses cauchemars s'avéraient croitre, gagner en substance, prendre vie.

Hurlement.

Quand il se réveillait, il ne savait jamais si ses yeux rougis étaient le résultat des larmes qu'il avait versé dans son sommeil, ou si la crise onirique avait débordé dans le réel, emportant ses regrets et ses remords dans un brouillard écarlate, plus loin que la simple raison.
Une nuit même, il avait repris conscience dans les bras de Maurgan, recroquevillé, agrippé si fort qu'elle devait en avoir souffert. Il était un homme qui se noie, se raccrochant à un roc au milieu d'une tempête avec l'énergie du désespoir. Elle l'avait bercé doucement, sans dire mot, comme un enfant que l'on rassure après un mauvais rêve.

Furie.

Il lui avait racontée ses voyages dans les Terre du Nord, loin d'elle et de leurs enfants, aveu et catharsis de son agressivité contenue, de la somme de ses angoisses. Il accomplissait également un devoir, lui disait-il, en souvenir d'un vieil ami qu'il ne nommait pas. Elle comprenait. Lorsqu'il revenait à ses cotés, leur amour n'en était que plus solide. Du moins le croyaient-ils. Ces années ensemble étaient pour lui un havre de paix, une saison calme et ensoleillée dans sa vie troublée par les pulsions destructrices qui l'habitaient.
Que serait il arrivé, si sa famille n'avait pas été massacrée par des maraudeurs gobelins? Dans un accès de colère, aurait il fini par les tuer de ses propres mains? Il s'était posé la question maintes fois. Aurait il lui-même arraché le coeur de Feanelle, la petite soeur qu'il chérissait tant? N'était il après tout rien moins qu'un homme, à peine plus qu'une bête immonde?

Folie.

De plus loin encore, de son passé surgissaient les paroles apaisantes, les encouragements, les mots si simples et si forts.
"- Tu es plus humain que beaucoup de personnes que je connais." lui avait dit son ami Galadorn. Durant toutes ces années, le serveur s'était battu à ses cotés la peur au ventre, mais sans faillir un instant.
"- Tu es l'homme que j'aime, et c'est tout ce qui compte." lui soufflait Maurgan à l'oreille, avant qu'ils ne s'endorment l'un contre l'autre.
"- Père, je suis fier d'être ton fils." Yo l'avait serré contre lui.
Lorsque Tyron l'avait accueilli au sein des R√©dempteurs, il avait eu le sentiment d'avoir vaincu ses d√©mons int√©rieurs. Cet ordre qui croyait en l'Homme, qui pr√īnait l'Amour et la Paix, l'avait jug√© digne d'√™tre le d√©fenseur de leurs valeurs, et l'avait hiss√© parmi des h√©ros comme Huan Ventdefeu, Ena le Bon et Dodgee.
"- Ce n'est pas la fin de ton voyage, mon frère, mais bien le véritable commencement." lui avait déclaré Tyron, un sourire bienveillant aux lèvres.
Ses cauchemars avaient continué.
Il était parti à Trandling.

Mort.

Comme Galadorn, il avait regardé dans le Miroir des Ames, et à la différence de son ami, la surface lisse du lac avait écarté les voiles obscurs de l'avenir lointain pour lui révéler sa propre fin: il gisait contre un rocher, baignant dans une mare de sang, seul et abandonné. Il avait menti alors, prétextant n'avoir rien vu. Son ami lui avait arraché la vérité.
Il lui avait fallu de longues années avant qu'il ne s'habitue, qu'il n'apprenne à vivre avec la vision. Puis un équilibre délicat entre la réalité et le rêve s'était installé... La Mort était devenue une compagne fidèle et sinistre, presque familière.
Les Bersekers ne craignaient pas la Mort.
Zeed Mithror l'avait acceptée.

Mort. Mort. Mort. Mort. Mort.

La lumière aveuglante refluait comme un coucher de soleil abrupt, pour se concentrer en une minuscule perle blanche, qui flotta le temps d'une respiration fugace au centre de la tente de soins. Puis cette lueur disparut à son tour, abandonnant de nouveau à l'obscurité les dormeurs dérangés.

Quelle puissance avait donc fait échouer son mot de commandement? Le Mrulorch' avait cru se débarrasser facilement de sa cible, mais rien ne s'était passé comme prévu. L'entité de cauchemar avait du puiser dans ses ressources, alimenter son flux mental au delà de tout ce qu'il avait connu jusqu'a présent. Son expérience séculaire ne l'avait pas préparé à ce qui s'était produit. Pourtant, sa naissance remontait à la chute des Tours des Etoiles Rationnelles. Il avait assisté à la première Venue. A chaque époque il avait soumis son lot de thaumaturges, de prêtres et de maitres de guerre. Nul ne lui avait résisté comme cet homme lui résistait maintenant. Nul ne l'avait tenu en échec.

Il avait ordonn√© √† son h√īte de mourir. Le r√©dempteur aurait du succomber imm√©diatement. Sous le coup d'un d√©c√®s instantan√©, sa pierre de destin√©e aurait du se briser. Bien au contraire, son pouvoir s'√©tait d√©clench√© et pire, loin d'absorber les souvenirs de l'homme, elle semblait en avoir raviv√© la persistance. La gemme n'avait emport√© qu'un reflet du guerrier, tandis qu'une indomptable volont√© avait ancr√© son corps √† cet endroit, rejetant √† la fois l'appel de la pierre et l'injonction de la cr√©ature.

Au nom de la Mort.

Son énergie épuisée, sa taille réduite à un dixième de son potentiel, le Mrulorch' abandonna. Zeed Mithror ouvrit les yeux.

Alertés par l'éclat et la bourrasque surnaturelle, les deux gardes s'étaient rués à l'intérieur de l'édifice de toile. Ils trouvèrent le paladin au visage grave au milieu d'une anarchie de lits renversés et de blessés abasourdis. Le rédempteur, debout dans sa longue robe blanche, finissait d'éteindre les braises éparpillées avant qu'elles ne provoquent un feu. Il les jaugea avant de leur adresser la parole sèchement, tout en ignorant Palan du regard.
"- Faites lever le camp. Imm√©diatement! Galadorn va partir trop t√īt."

Le Berseker sortit dans la nuit froide, les deux spadassins d'Ithildar s'écartant précipitemment de sa route pour le suivre tant bien que mal. Sur leur visages se lisaient le respect, l'étonnement et la crainte.

Par Dodgee MIP le 18/6/2002 à 23:46:35 (#1681461)

*voit les feuilles s'entasser, alors qu'il a peine le temps de les rassembler pour en faire des paquets distribuables...*

Qu'importe, ils seront bien assez vite emportés! Faites que l'épisode suivant n'arrive pas trop vite...

Par Conrad McLeod le 18/6/2002 à 23:55:32 (#1681521)

Provient du message de Dodgee MIP
Faites que l'épisode suivant n'arrive pas trop vite...


*Sourire en coin, à la Fernand Raynaud.*

Par Angel Wyvern/Darken le 19/6/2002 à 8:18:30 (#1682526)

promis cette été je les lit tous :)

Par Zeed Mithror le 19/6/2002 à 9:15:57 (#1682653)

L'été suffira t'il à cela ? Pas sur... un épisode par jour et ... le temps que l'été finisse vous pourrez faire une dissertation sur Trandling... bon par contre nous nierons toute responsabilité dans un foirage quelconque d'année scolaire en math ((C) MIP, avec l'aimable reniement d'autorisation de Dodgee). D'autant que si Gala persiste à nous pondre des épisodes de cette qualité le plaisir va vous pousser à les relire 4 fois chacun... ;)

De plus nous rappelons aus écoliers que le dernier Roi de France ne s'appellait pas Théodore XIII, que la plus grande ville de France N'EST PAS Silversky et que l'attraction la plus prisée du continent n'est pas la chasse au bouclier des ères...

Zeed Mithror,
Paladin gentil mais qu'il faut pas trop chercher non plus ;)

Par Celine Mithror le 19/6/2002 à 9:59:12 (#1682846)

mouarf 48 j'ai loupé quelques épisodes


*va commencer a lire ces episodes de retards , distribue des poutoux aus auteurs pour cette oeuvre d'art*

Par Llenlleawg le 19/6/2002 à 12:53:03 (#1683623)

:chut: :lit:
s'empresse de lire l'√©pisode 48 pour se pr√©cipiter sur n¬į 49 qui vient de sortir.

:merci:

Par Darksoul Zenox le 19/6/2002 à 12:59:46 (#1683665)

Mais ca s'arrête jamais ces temps-ci!!

*lit avec passionnement*



:lit:

JOL Archives 1.0.1
Par Mind