Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contrĂ´le

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

La fin d'un rĂŞve...

Par Syndrael le 16/5/2002 Ă  4:44:57 (#1470947)

Cette fois, elle était terrassée.
Allongée sur son lit qu’elle n’avait pas quitté depuis des heures, le regard fixe, mort. Elle avait la gorge aride, brûlante, d’avoir trop parlé, crié, pleuré la veille. Pour en arriver là : nulle part. Ses propres mots résonnaient dans sa tête, ceux qu’elle avait prononcé à Vincent, au comble du désespoir. Oui, ils résonnaient, inlassablement, invincible horloge funèbre, la rappelant sans cesse au souvenir de ce qu’elle endurait.


Je ne ferai plus rien.. Non.. je ne la verrai plus. Je vais m'effacer.. pour elle. Juste partir.. Je ne veux pas m'imposer, pas encore.
Je n'en peux plus de la voir malheureuse.. c'est pour ça que je pars.

Je ne suis pas allé la voir. Je suis moins cruelle..
Je ne vais pas la détruire... juste moi. Ca.. je peux le faire. J'en ai le droit.
Ils vont tous souffrir de me voir m'éteindre... Alors je vais faire ça.. loin.. à l'abri des regards. Je pars en Angelus, loin de Lighthaven, de Goldmoon.
Je ne suis pas égoïste... je ne le suis plus.. je vais mourir cachée..
Elle va m'oublier avec Enora.. douce Enora.. qui n'a qu'un mot Ă  dire..
Un mot... Alors que moi.. j'en ai dit.. des milliers ! Et voilĂ  oĂą jÂ’en suis.

Pourtant je l'aimais, je l’aime.. de.. toute mon âme, de tout mon être. Je lui aurais tout donné. J'ai tout fait pour toi.. et j'aurais tout fait encore
L'impossible...
Je voulais la rendre heureuse, complètement.. quelle que soit la façon. Et.. pour moi.. je voulais juste une parcelle.. presque rien, juste un peu d’elle auprès de moi. Je voulais qu'elle soit heureuse..
Enora, elle.. elle la veut entière.. Mais elle ne peut pas.. alors elle l'a tant fait souffrir, encore aujourd’hui en la coupant de moi. Car elle m’aime toujours autant.
Pourquoi elle ? pourquoi pas moi.... C'est si.. profondément injuste..
Je n'ai eu aucune chance.. jamais. Jamais elle ne m'a laissé ma chance..
C'est insupportable. Je ne peux pas le supporter.
Mais Enora est revenue... d'un regard, elle m'a supprimée, anéantie. Tout est fini...

Elle.. elle a tout, et moi, rien...
Moi.. j'ai l'impression d'être un ajout.. sans importance, ou plutôt.. avec moins d'importance. Comment peut-elle lui faire ça...? Je voudrais tant être elle.... Je la rendrais tellement heureuse..

J'ai rêvé sans doute...
Nous nous le sommes dit.. tant de fois.. que nous nous aimionsÂ…
Je lui ai fait promettre de.. de ne plus jamais m'abandonner..
Tout est faux.. tout est vide.. creux ?
Je le crois maintenant. Je n'ai jamais rien eu... j'ai rêvé. Pourquoi me suis-je réveillé..? Je n'ai pas envie d'être éveillée. Regardez comme le monde est injuste.. laid. il me blesse. Enora ne se réveille pas elle.. pourtant elle n'a rien fait.... Moi... j'ai tout essayé ! Mais... non.. une chimère de plus

Je ne veux pas lÂ’oublier, la remplacer. On oublie.. doucement, et on trouve quelque chose d'autre, quelqu'un d'autre. Et on se rend compte Ă  la fin que...
C'était moins bien, tellement moins... que les meilleurs années de sa vie sont...
Mon coeur a battu trop fort avec le sien. il est lié à son rythme.. il ne peut plus s'en défaire.. Alors je ne le guérirai pas.
Je ne veux pas l'oublier.. !
Je veux l'aimer.. au point de finir comme une ombre..
Ou bien arrĂŞter.. tout, tout de suite, par une lame. Quel dilemme.


Mais ils sont tous lĂ .. Ceux que jÂ’appelle mes amis.. Ils mÂ’en empĂŞcheraient.. alors le plus simple est de... de partir, de fuir loin. Je vais le faire.
D'espérer, de garder cela, toujours.. garder ce souvenir, si vif, si intense..
Et de m'éteindre.. doucement.. en espérant..
En gardant toujours la force pour revivre.. un jour.. si seulement
Je vais mourir de toutes façon..
Mais cette fois.. elle ne le saura pas.. je ne vais pas le lui imposer.
Je vais me laisser mourir.. lentement.. ça.. on ne pourras jamais me le retirer
Je crois que je vais beaucoup Ă©crire... je vais me consumer en vers, en prose.
Je servirai Ă  quelque chose ainsi
Ils m'oublieront vite.
Je suis creuse, vide..



J'ai tout perdu, tout abandonné
Non.. pas tout, pas encore. Je vais les quitter tous...
Je suis odieuse.. pauvre Gabriel, malheureuse Leylia.. et Alith, souffrant.
La cérémonie de Dias.. Ezechiel et Prophetia..
Mes soeur de foi et amies, Yolinne, Alanis..
Et Kehldarin.. que j’ai tant blessé... C’est impardonnable. Mais je n’ai pas la force de réparer, je dois fuir, comme je l’ai toujours fait.
J’ai envoyé ma dernière lettre, elle en fera ce qu’elle voudra. Moi, je n’attends rien, je ne serai plus jamais déçue ainsi.
CÂ’est faux.. jÂ’en attends tout. Je voudrais tant quÂ’elle vienne me retenir.

Tu me manques tellement.. Silwenne.


Syndrael

http://membres.lycos.fr/lanala/SyndriSign.jpg

Par Vincent Tremere le 16/5/2002 Ă  4:56:44 (#1470954)

Il A tout tenté pour la retenir.

Syndrael ... :(

Par Yolinne MIP le 16/5/2002 Ă  6:23:50 (#1471007)

L'amour consumme, l'amour dévore. Il ronge l'esprit et ne laisse rien.
L'amour est Ă©goiste, l'amour est extrĂŞmiste. Il prend tout, ou abandonne tout.
L'amour est violence, l'amour est souffrance. Il fouette avec ardeur les coeurs et les laisse se vider de leurs sang.
L'amour est mesquin, l'amour est malin. Quand il enserre une proie, il ne la lâche pas facilement et il use d'artifices pour la retenir.
L'amour est ... parfois, l'amour est une jolie prose, une douce rose.. Ceuilli un beau matin couvert de rosée il nous enchante.
L'amour est enchanteur, l'amour est une valeur. Il nous portent en un monde féérique que nul mot n'explique.

L'amour..est si complexe.. quand il peut tout donner, il peut aussi tout reprendre.. Tout peut être si beau, si magnifique, et pourtant... que de blessures aura t'il amené ? combien de cris de douleur aura t'il fait soupirer ? Pourquoi cette icône sacrée est elle si mirifique et si horrible à la fois ?

Car l'homme...l'homme a besoin de se sentir vivre, donc de souffrir. Et c'est lui qui fait de l'amour cette chose complexe et destructrice.

Par Alanis Lyn le 16/5/2002 Ă  8:22:46 (#1471194)


Non, ne partez pas, n'abandonnez pas,
Il y a d'autres parfums, d'autres joies !
Un amour brisé ne merite pas
Qu'on fuit la vie et courtise le trepas...

Par Faruun le 16/5/2002 Ă  10:28:17 (#1471671)

Il n’est pire adversaire que celui du souvenir… Un brûlant héritage, qu’on ne peut oublier, qui toujours nous revient lorsqu’on regarde vers demain, qui toujours resurgit, sans cesse, sans répit. On voudrait parfois accepter, laisser le temps et l’enterrer, l’emmener avec nous dans ce sac mal rempli. Mais au détour du chemin, vil caprice du destin, il reviendra encore, comme tombant sous nos yeux, se réveillant de plus belle. Ce n’est qu’une étincelle, une vieille lueur, qui dans notre esprit veille, et soudain s’enflamme, pour redevenir telle, sublime souvenir, inaltérable et fier, qui brûle bien haut d’une flamme sans pareille.

Comment combattre, alors, ces images irréelles, ce passé qui prend corps, qui n’a pas de rivale ? Une à une elles défilent, et soupirent et se lassent, de ne voir dans ces yeux qu’une icône qu’on ne veut, qu’on ne peut, oublier. A se donner encore, à se perdre âme et corps, peut-on enfin le toucher et espérer l’effacer ? Et dans ce regard embrumé, où planent tant d’images, les voit on elle, ou ce souvenir, sombre nuage qui d’un coup obscurcit notre ciel ? Le combat est ailleurs, il n’est pas le nôtre. On ne saurait forcer le souvenir d’autrui, on le laisse suivre son cours. A quoi bon lutter, contre ce que l’autre n’a pas accepté…

Un souvenir d’amour est un bien lourd trépas, pour celui qui s’y perd, s’y enfuit de ses pas. On n’accepte parfois pas, on se refuse à croire. On pense oublier, on ne peut qu’y penser. Et l’on souffre encore et l’on fait souffrir, de ne pas savoir dire, de ne pas pouvoir agir, contre ce mal que l’on a, cette douleur qui nous ronge. Que reste t il alors, du combat chaotique, si ce n’est cette coquille, vide, pathétique…

Par Prophetia Astrae le 16/5/2002 Ă  10:50:12 (#1471782)

La jeune fille venait d’apprendre la nouvelle, encore une foi Syndrael avait été abandonnée.
Elle pouvait sentir sa douleur, presque la toucher, elle se sentait si coupable. Elle avait tout tenté pour aider son amie, essayait de lui remonter le moral, lui donner l’espoir d’une vie meilleure, plus heureuse, peut être avait-elle eu tord, peut être lui avait-elle donné de faux espoirs ajoutant alors à sa tristesse et à sa douleur. Prophetia était la sur le banc de la fontaine, le regard penché vers le sol, elle était si triste pour son amie, elle voulait disparaître…
Elle se leva alors, partant à la recherche de Syndrael afin de l’empêcher de commettre l’irréparable, ensuite elle partirait méditer sur sa propre vie.

Versant des larmes de souffrances, dans un long sanglot, elle prononça de façon à peine perceptible :

- Syndrael, pardonne moiÂ…

Par Kehldarin Osten le 16/5/2002 Ă  11:40:11 (#1472033)

:lit: :confus: :doute: :eureka:

Par Enora le 16/5/2002 Ă  12:59:54 (#1472457)




Les mots d'Enora ..n'existent pas..car Enora ne parle pas.
Enora aime plus que tout son amour..et défie la mort pour elle.
Les blessures d'Enora..sont beaucoup plus vieilles et profondes ..que celle que Syndrael.
Car Enora voit depuis des mois..son bel amour souillé par des bras.
Ses bras pervers et égoistes...qui brisent ce que leur amour avait créé.
Combien de temps ceux qui osent jugé..aurait-il, eux pu le supporter..de voir leur belle décoiffée?
Combien de pleurs ils auraient versé..d'attendre en vain..ce que leur amour donnait aux autres?
Regarde les poignets d'Enora.. elle aussi a voulu tout quitter.
Regarde les yeux d'Enora..et ose lui dire qu'elle ne l'aime pas.

Alors pars si tu ne supportes pas..comme est partie et revenue Enora..mais ne salit pas..un amour que tu aimerais détruire mais que tu ne conçois meme pas..

Par Syndrael le 16/5/2002 Ă  13:20:32 (#1472593)

La lettre, mon espoir, il a fonctionné. Elle était là.. devant ma porte.
En la voyant, osant à peine frapper, j'ai replongé dans le rêve.. Je ne voulais pas mais.. je n'ai pas choisi.
Je suis stupide. Elle vient confirmer.. qu'elle m'aime..
..et qu'elle m'abandonne. Et je lui promet de rester Ă  Lighthaven, ĂŞtre son ombre, infatigable et intuable.. Je m'engage Ă  ne pas gagner Angelus.
Morte je ne le suis pas.. mais épuisée, je le suis.

Je lui ai promis d'être son ombre.. quelle ironie, moi qui n'en suis plus qu'une. Je le ferai car elle m'as aussi promis quelque chose.. alors j'ai un espoir, infime encore. Je ne vis décidément qu'avec des espoirs infimes, toujours déçus. Un beau résumé de ma vie tiens. Une phrase, si amère et pourtant si fidèle.

Elle est reparti. On peut dire que ça s'est bien passé, pas de larmes ou de cris, j'ai tout gardé. Mais je ressens quelque chose.

Derrière mes paupières qui ne pleurent plus, ou rarement, je sens une brûlure, intense, dévorante.. Elle oblitère tout, mes pensées.. Mon corps et mon âme sont une souffrance, intense, permanente. Je ne tiens pas, c'est trop.. pesant, tranchant.
Il doit avoir raison, je suis lamentablement sensible. Mais ce que j'endure est difficilement imaginable. Vraiment, je n'avais pas idée. Je me consume de douleur.. je ne résisterai pas longtemps. L'idée de la savoir.. là bas, sans ma protection, mon amour.. c'est sans oute prétentieux mais.. est-elle heureuse ? J'en doute.
Il y a encore un espoir infime qu'un jour, elle me revienne. Je vais attendre ce moment mais.. je crains de succomber avant.. secouée de spasmes de douleur ou bien folle..

Je l'ai dit Ă  Kehldarin : je voudrais devenir froide, ne plus rien ressentir. Le calme de ne plus sentir aucune Ă©motion, plus de douleur. Le calme de la non-existence.
J'en suis peut-ĂŞtre incapable, je le crois oui. Mais je peux essayer.

Ezechiel a raison, parfaitement raison. Un désespoir est le moment idéal pour une remise en question. Je devrais peut-être me concentrer sur une cause. Et oublier..
Feyd, la faucheuse, belle et terrible.. mais non. Je ne veux pas oublier. Et c'est un engagement irréversible, je n'en veux pas, jamais. Je voudrais juste être libre lorsque j'ai le choix. Et puis.. Je ne sais pas, c'est trop tôt peut-être, je n'ai pas envie de rendre ce monde meilleur, de le purifier.
Ce monde est laid, cruel et injuste, il est si hideux que.. j'aurais presque envie de le blesser, me venger. Je vais me vendre Ă  Ogrimar, laisser ma marque sannglante sur ce monde, lui rendre les coups, un Ă  un. Elle me trouverait odieuse.. moi aussi peut-ĂŞtre. Cela n'arrangerais rien, cela ne me ferais peut-ĂŞtre mĂŞme pas dee bien..
Vincent avait peut-ĂŞtre raison.. oui. Non, c'est impossible. Pourquoi me tourmente-t-il ?
Je ne veux pas devenir mauvaise, je veux juste ne plus souffrir !

Et je reste.. Quelle faiblesse. Je ne reverrai pas Angelus.. tant mieux pour ça.
Mais c'est sans doute mieux. Pauvre Alith, et Leylia.
Le culte compte peut-ĂŞtre sur moi..
Les autres aussi. Mais je ne sais pas si je vais pouvoir.. reprendre tout ça, avec cette brûlure.. Elle me résonne dans la tête, c'est insensé.


Regarde mon poignet Enora, il saigne encore. Cela aurait dû être la gorge. Et regarde mes yeux. Ils ne sont que lacs de souffrance, larmes gardée. L'age n'a pas d'importance, aucune importance...
Elle ne sera jamais souillée à mes yeux. Je l'aime trop pour lui imposer quoique ce soit. Je sais qu'elle a.. tellement d'amour à donner. Jamais je ne l'étoufferais.
C'est pour moi la plus belle preuve, la plus vraie.

Mais c'est un rĂŞve, la fin d'un rĂŞve...


Syndrael

http://membres.lycos.fr/lanala/SyndriSign.jpg

Par Enora le 16/5/2002 Ă  13:36:20 (#1472697)


Ouvre le yeux..
Ta vision de l'amour est un cliché..
Chaqu'un à sa façon d'aimer..
Si Enora ne peut partager Silwenne ce n'est pas seulement par égoisme..mais parce que ça la tue..lentement.
Elle aussi vient d'Angelus..mais lĂ  bas ces parents sont mort et elle a tout perdu.
Elle a tout quitté pour Silwenne.
Et elle est revenu..meme si ici sa santé ne fait qu'empirer.

Tu veux vraiment rester aveuglée par ta pseudo crédibilité?
Tu te crois plus digne de l'amour de Silwenne.. qu'Enora?
Et bien peut etre..
Mais la vraie preuve d'amour n'est ce pas de la laisser aller avec celle qu'elle aime.? Ou essayer de la retenir par tes caprices, en envoyant tes missionnaires..?
Il n'y a pas de coupables dans cette histoire..alors ne cherche pas Ă  incrimier..
Ceux qui comme toi ont saigné ..ne mérite pas ton dédain et ton irrespect..

...

Par Faruun le 16/5/2002 Ă  13:45:43 (#1472756)

Oublier… Dresser ces hautes barrières pour ne plus ressentir, ne plus souffrir… Emprisonner ces sentiments, ces pensées, les étouffer de toute sa force de toute son âme comme si elles n’avaient jamais existé. S’en convaincre surtout, finir par endormir sa propre conscience, sa propre existence pour n’être qu’une façade, cette sombre mascarade de vie que mènent ceux qui ne peuvent plus vivre. Les pires assassins portent ce masque, autant pour se protéger que pour protéger ceux à qui ils pourraient encore tenir. Les pires assassins ne peuvent s’encombrer de ces tourments, de ces sentiments qui sont autant de faiblesses et de douleurs à venir. Eux choisissent ce chemin, sinistre et monotone. Devenus ces machines qui ne savent que donner la mort, ils conservent ce masque de non-existence. Est ce que vous souhaitez ? Devenir cette ombre, cette parodie d’une vie, pour n’éprouver rien dans ces gestes mécaniques et futiles. Les âmes les plus noires y trouvent un refuge, les âmes torturées un tombeau. Jeune et pleine de vie vous ne méritez pas de suivre cette voie. La douleur est signe de vie, elle est le gage d’un avenir possible. Celui qui n’a plus de douleur a tourné le dos à la vie.

Par Alabasyr le 16/5/2002 Ă  13:55:49 (#1472818)

Nias sentimentalisme, quoi de plus détestable
Passion et romantisme, quoi de plus méprisable
Stupide déconfiture d'un esprit qui se fane
Incurable poison, vaine moisissure du crâne

J'aimerais être certain que votre dernière réponse est totalement rp Dame Enora. Certains passages me laissent dubitatif

____________________
Alabasyr K.

Par Enora le 16/5/2002 Ă  14:00:21 (#1472848)

:doute: Alabasyr..mes termes sont totalement rp.
La paranoia n'est pas de mise ici :p.
Ca peut paraittre Ă©trange mais j'aime bien rediger mes textes Ă  la 3 e personne comme si le narrateur Ă©tait omniscient.

Désolé que ca ne te plaise pas..mais c'est comme ça que j'aime écrire et que je continuerai à écrire :D

Par Alabasyr le 16/5/2002 Ă  14:04:30 (#1472875)

Soyez assurée que je n'y vois aucun inconvénient Dame.
Je tenais juste Ă  m'en assurer, sans doute suis-je devenu trop prudent avec le temps.
A votre aise donc. *s'incline*

____________________
Alabasyr K.

Par Leylia le 16/5/2002 Ă  14:20:24 (#1472956)

Aujourd'hui est un jour sombre et triste, bien plus sombre que le plumage des corbeaux de Leylia, bien plus sombre que son âme. Syndrael était en détresse et Leylia ressentait une peine profonde dans son cœur. Peut être parce que Leylia avait pour le première fois une amie, une amie qui allait peut être l'abandonner et quitter se monde si monstrueux. Après tout elle avait peut être raison… que reste-t-il quand tout nous semble perdue.
Leylia avait longtemps cherchée une chose qui l'a raccrocherait à la vie. Peut être qu'après tout cette chose n'existe pas. Elle commençait à se demander si la vie vaut vraiment la peine d'être vécu.
Une larme étrange, différente coula le long de sa joue, une larme transparente pareil à celle des humains.
Elle n'avait jamais pleurée comme ça, les seules larmes qui était tombées lorsqu'elle était petite était des larmes de sang. Se refusant de pleurer Leylia essuya rapidement ses larmes de peur qu'on la voie.

Oh... Syndrael puisse tu trouver une solution qui puisse te faire changer d'avis … mais quoique tu fasse tu sera à présent toujours dans mon coeur, puisse tu trouver la bonne solution
Le temps d'une larme je te dit adieu mon amie,
Amie qui a tentée de me redonner goût à la vie…

Par Ezechiel Vael le 16/5/2002 Ă  16:42:00 (#1473721)

La nature corrompue de l'Homme l'entraine irremediablement vers la souffrance... Certains prennent ca comme une fatalité.
D'autres tentent pitoyablement de resoudre leurs problemes , un à un. Sans jamais reflechir. Ouvrir les yeux. Resoudre ces maux en s'attaquant à la cause, et non aux symptomes. Syndrael... Il aurait tant aimé la guider sur le chemin sacré menant à Feyd-Ehlan.

Par Kehldarin Osten le 17/5/2002 Ă  1:19:53 (#1476721)

Pendant des heures il avait tenté de convaincre Syndrael de ne pas partir et s'enterrer loin de ceux qui comptaient pour elle, et pour qui elle comptait. Et voilà maintenant que tout semblait reparti, que la jeune femme retournait vers ses noires pensées. C'était rageant, mais il est des choses plus importantes que la rage.

La vie est un des plus merveilleux cadeaux que l'on puisse recevoir. Pourquoi la passer en regrets, en remords? Regarde devant toi, regarde ce que la vie a de beau à t'offrir, Syndrael. N'oublie pas ton passé, mais fait avec. Et ne crois pas que l'on perde toujours. Ne te cache pas derrière un masque de cynisme, dicté par ta seule douleur.

Ne crois pas au délire d'un illuminé. Tu verras ton coeur quand tes amis viendront se confier à toi. Tu verras ta joie quand ce que tu essaies réussira. Tu verras ta fierté lorsque ce dans quoi tu t'investis porte enfin des fruits. Il y a des choses sur cette terre qui méritent d'être sauvegardées, d'être choyées. Tu en as, ne les gâche pas. Toi qui ne veux pas de chaines, n'en met pas à tes sentiments.

Il y a tant de gens qui comptent sur toi. Pense à ton culte, pense à tes amis, pense à ta jeune Leylia. Quitte ce voile noir qui t'aveugle. Donne aux autres, donner c'est recevoir. Puisses-tu reprendre courage et confiance en toi. Tu verras alors la véritable Syndrael, pas celle qui s'aveugle elle-même pour ne pas voir d'issue. Tu es à l'aube de la vie, ne lui tourne pas le dos.

Les forces de vie sont en toi, comme en chacun de nous. Et tu les trouvera. Si tu cherches une cause, regarde autour de toi, la foule de ces gens qui apellent à l'aide. Et donne leur tout ce que tu voudrais qu'on te donne. Tu en sortira grandie, tu en sortira guérie.

Par Kyriane Feals le 17/5/2002 Ă  1:23:53 (#1476730)

:lit:

Dis toi une chose... 'les diamants sont les meilleurs amis d'une femme'

Par Yolinne MIP le 17/5/2002 Ă  5:45:01 (#1477057)

"Quand le désir de fuite est là, les supplications d'autrui ne font que le précipiter. L'individu, même troublé, se doit de régir sa vie comme il le veut, comme il le sent."
C'était sur cette optique que Yolinne avait laissé Syndrael. Elle l'avait conseillée, avait tenté de lui ouvrir les yeux, sans la forcer.. Car après tout, Syndrael ne devait obéïr qu'a ses voeux..
Mais un mot laissé en sa mémoire, un mot qu'elle lui dirait peut-être, en fait, une histoire, un conte.. un conte où une jeune femme avait choisi de ne plus ressentir pour ne plus souffrir et surtout..ne plus faire souffrir.. Ce conte d'une âme perdue qui s'était livrée au nihlisme, saccageant les espoirs d'amour des autres, trucidant les poèmes sensibilisant de son amertume.. Une jeune femme qui avait perdu le goût de vivre en choisissant pire : ne plus ressentir..

Par Syndrael le 17/5/2002 Ă  18:37:23 (#1480499)

Assise à une chaise, les mains reposant sur la table, la tête appuyée sur les avant bras, elle veillait toujours, dans un état de semi conscience.
La jeune femme dans son lit dormait toujours paisiblement, ses boucles rousses éparpillées de part et d'autre de l'oreiller. Sa lente respiration comme un bercement difficilement répressible.
Syndrael l'avait veillé une bonne partie de la nuit, prés de la table, à proximité, succombant parfois momentanément à la fatigue.
Ses pensées erraient, voile de conscience diminuant légèrement la brûlure.
Elles la déposèrent à Windhowl.

Sont-ce des chaînes ? Je ne crois.. des attaches plutôt...

Leylia.. si terrible mais si douce Leylia, je t'ai fais si peur. Pardonne moi. Je ne savais pas vraiment ce que j'étais pour toi. Ni la réciproque d'ailleurs. Je ne vais pas t'abandonner, pas toi. Pas après que je me suis impliquée.. après ce que tu m'as dit hier, et ce que tu as fait.. Mon amie.


Une vague d'Ă©motion la submergea et son esprit s'Ă©leva vers d'autres cieux, quittant Windhowl, survolant les forĂŞt de la baronnie vers un petit

Kehldarin, qui ne renonce jamais.. Je ne mérite pas ce que tu m'offres, je n'arrive pas à te le rendre.. plus ? Je ne sais exactement ce que tu représentes pour moi mais tu vaux plus d'estime et d'amitié que je ne saurai jamais en exprimer.
J'ai promis à Alanis de réciter pour la cérémonie de clôture de la semaine de la nuit. Je.. je re-contacterai peut-être aussi Dias. Yolinne ne voudrait pas que je la remercie alors.. que je reste est suffisant à ses yeux.
Je n'ai pas encore vu Prophetia.. elle m'aurait tellement manqué. La douceur de ses ailes me manque déjà, son sourire et sa voix. Elle qui a su le plus me donner l'espoir.. Peut-être vain mais qui me porte encore maintenant, faiblement.
Et que devient Alith ? Je nÂ’ai aucune nouvelle...


Son regard se posa sur la lettre de Silwenne, sur la table de nuit, une courte lettre, mais si belle et poignante..

Je suivrai ta volonté, je serai ton ombre, dussé-je me consumer lentement de peine. Mon réconfort sera de te voir vivre heureuse, même sans moi.. tant pis.
Je n'arrive pas à déterminer si je voudrais que tu m'oublies.. cela t'apaiserait mais ferait mourir l'espoir, infime de te voir me revenir. Quelle perte est-ce là ? Je n'attendrai plus rien pour moi, je n'ai pas le choix.. je vais devenir froide, car je ne guérirai pas.
Mais je ferai tout pour toi, dans l'ombre. Sans rien attendre d'autre que de te voir rire et sourire. Je vais disparaître de ta vue, et je ne ferai plus souffrir Enora.


Elle regarda la silhouette assoupie sous les draps

Lorana...
Je dois la protéger, la protéger des ombres qui la guettent.
Elle parait si vulnérable.. Pourtant, elle a été plus forte que moi.. elle n'avait rien, pas d'attache, mais elle est debout.
Dors Lorana.. Je veille sur toi.



Syndrael

http://membres.lycos.fr/lanala/SyndriSign.jpg

Par Lorana le 17/5/2002 Ă  19:52:20 (#1481003)

La jeune femme avait facilement trouvée le sommeil,épuisée par sa journée et rassurée par la présence de Syndrael,atténuant ainsi sa peur de voir les ombres l'engloutir. Elle dormait d'un sommeil apparement paisible. Un air enfantin et fragile se refletant sur son visage encore marqué par des larmes. Son sommeil etait accompagné d'un rêve, plus un souvenir qu'un véritable rêve.

Voila plusieurs jours qu'elle n'avait plus mis les pieds hors de sa chambre. Les volets clots,elle passait ses journées dans l'obscurité la plus totale,se laissant dépérir seule vivant une sorte de non existance. Qui se soucierais de sa disparition alors qu'elle ne connaissait que peu de personnes. Jour après jour elle se demandait combien de temps elle pourait encore tenir la promesse faite au sieur Tremere de ne plus mettre fin a sa triste vie. Son teint autrefois eclatant etait a présent livide,vide de toute envie depuis qu'elle avait céssée de partager l'existance de l'etre aimé.

Ce soir la pourtant elle decida de quitter sa chambre. Sortant par la fenetre elle se laissait guidée par ses pas vagabondant dans Lighthaven,son luth a la main, vétue de sa robe blanche lui conférant presque une apparance spectrale. Ses pas la guidère finalement hors de la ville le long de la cote qui entourait l'ile d'Havre-Clair. Le silence emplissait les lieux quand le petit vent vint porter a ses oreilles l'echo de deux voix. Elle se mit a couvert derrière des branchages pour les observer. Malgré l'obscurité de la nuit elle les reconnu sans mal,comment pourait t'elle l'oublier? Celle qui hantait constament ses pensées....C'est alors qu'elle s'embrassèrent...

Lorana recula le visage marqué par l'incompréhension. Les larmes qui jusque la avaient choisie de disparaitre vinrent a nouveau perturber sa vision. Dans sa précipitation pour fuir elle fit craquer une branche au sol, manquant de perdre l'équilibre et laissant echapper de ses mains son luth. Ne se retournant pas elle courra s'enfermer dans sa chambre. Une seule question venait harceler son esprit : Pourquoi ? Pourquoi elle et pas moi?

Elle balaya d'un revers de la main tout ce qui reposait sur le seul meuble présent dans la pièce avant d'aller se réfugier dans un coin de la pièce prenant une position foetale, laissant a nouveau eclater son désespoir. Le temps sembla s'arreter les tènebres enfermant la pauvre jeune femme dans un cauchemard bien réel. Et puis....

Une main frappa a la porte. Lorana se releva avec peine s'aidant du lit et hurlant qu'elle ne voulait recevoir aucune visite. La voix douce qui lui répondit lui fit changer d'avis dans l'instant. Elle se fraya un chemin vers la porte dans l'obscurité pour ouvrir le verrou,s'appuyant un instant contre la porte murmurant son nom. Puis elle recula. La porte s'ouvrit laissant pénetrer la lumière dans les lieux. Elle apparue au milieu du halo,divine comme toujours laissant Lorana sans voix. Elle echangèrent quelques paroles,gestes et regards qui resterons sous silence,toutes deux marquées par l'émotion. Puis elle repartit...

Quelques instant plus tard,une douce mélodie harmonieuse se faisait entendre en provenance de la chambre,les notes s'envolant dans l'air par la fenetre a prèsent ouverte. La mélancolie avait disparue. Elle avait retrouvée son luth......et son amour.....

Il se répétait sans cesse dans son sommeil mais celui ci avait bel est bien pris fin en vérité. Elle avait appris la nouvelle de la bouche d'une Silwenne completement ivre. Elle avait vite compris que ce n'etait pas des divaguations et qu'elle avait bel et bien perdu son amour une fois de plus. Elle avait une fois de plus refoulée ses émotions ne voulant pas paraitre faible devant Sil et n'ayant plus la force de lutter contre la fatalité. Elle ne voulait pas qu'elle eprouve des remords....elle voulait simplement que Sil soit heureuse..rien d'autre..meme si cela signifiait sa fin. Elle attendit qu'elle s'en aille pour enfin laisser exploser sa peine avant qu'elle ne recoive un message de Syndrael qui souhaiter la voir.

Elle ne la connaissait pas,ne l'ayant appercue qu'a une seule reprise. Elle accepta sans trop savoir pourquoi de la rencontrer. Elle ne l'avait jamais jalousée si ce n'est un bref instant sous le coup de la colère. Elle était prete a partager Sil avec elle si cela leur amenait a toutes leurs parts de bonheur. Elles parlèrent longuement toute deux ,se comprenant et partageant leur peine cherchant en l'autre le soutien nécéssaire pour se relever. Elle éssayait mais ne parvenait pas a puiser ce courage que Syndrael possédait. Elle tentait pourtant de cacher sa faiblesse et ses peurs aux yeux de Syndrael pour ne pas l'inquièter davantage. Pourtant elle ne pu retenir ses larmes bien consciente que seule elle n'avait plus aucune chance de resister aux ombres de ses cauchemards. Syndrael lui offrit alors ses bras, Lorana s'empressant de se blottir contre elle telle une petite fille appeurée dans les jupons de sa mère. Elle l'amena dans sa maison pour veiller sur elle pendant son sommeil pour la protèger. Lorana etait profondement touchée par cette jeune femme accablée par le malheur et qui continuait toutefois d'aider les autres. Elle la remercia d'un regard tendre et reconnaisant avant d'aller se glisser sous les draps pour y trouver un sommeil réparateur.

L'ombre ne se manifesta pas ce soir la,contrariée par la présente de la jeune actrice dans la pièce. Elle savait que son heure viendrait et que l'attente ne serait plus très longue pour enfin obtenir l'objet de sa convoitise.

A son réveil,Lorana se glissa sans un bruit hors des draps,constatent que Syndrael s'etait finalement assoupie après une nuit agitée. Elle alla la remercier, déposant sur son front un furtif baiser.


Merci pour tout ce que tu fais pour moi Syndrael.....je promets de t'aider et d'etre aussi forte que toi....

Elle enfila ensuite prestament sa robe de soie avant de s'Ă©clipser hors de la maison.

Par Syris le 17/5/2002 Ă  21:40:40 (#1481777)

Un concentré d'émotion réellement exquis... Ne vous arrêtez pas...

Par Gabriel Thylin MSF le 18/5/2002 Ă  4:19:58 (#1483187)

:lit:

JOL Archives 1.0.1
Par Mind