Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contrĂ´le

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

A ma muse

Par Syndrael le 13/5/2002 Ă  17:11:18 (#1454999)

Baisers salés mélés de larmes
Baisers sucrés comme tes charmes
Je veux goûter à tes baisers
Me perdre en eux est si aisé

Tes lèvres sont la porte de ma félicité
Le parfum de ta bouche est ma seule vérité

Je veux boire au calice tentateur de cette bouche
La caresse de ta langue est la seule qui me touche
Laisse moi sentir ton gout aux courbes de tes traits
M'insinuer en toi succombant Ă  l'attrait

DĂ©licieux frisson de remord et d'extase
Soudée à ton visage figée dans une stase
Noyée dans ton regard, possédée absorbée
Envoutée par tes mots, les promesses murmurées

Je voudrais succomber la joue contre ton sein
Bercée par la chaleur avide de tes mains
Mes bras contre ta peau, la courbe de tes reins

Je me suis sans limite ennivrée de ta voix
Je remercie tellement la fortune qui t'envoit
Le destin salutaire qui te mit sur ma voie

Ivre de pur bonheur guérie de ton absence
Ton amour est un dogme dont je sens la puissance
La candeur de nos mots sublimant son essence


* * *

Syndrael quitta la harpe, le sourire aux lèvres.
Un sourire pâle, encore marqué par la fatigue et les chagrins endurés, mais rayonnant.
Elle contourna la table de nuit, se décida enfin à rendre contenance au lit défait depuis plusieurs jours et sortit d'un pas plus léger à travers les rues de Lighthaven.
Ses pensées n'avaient qu'une cible, toujours la même. Mais parfois, elle s'échappaient, en une bribe reconnaissante, émue.

Merci Prophetia, tu avais raison.. tellement raison. Et Alanis, Yolinne, vous serez toujours plus que des soeurs de foi.

Elle contourna la fontaine, sans s'arrĂŞter et courut jusqu'Ă  la plage, Ă  travers champs.


Syndrael

http://membres.lycos.fr/lanala/SyndriSign.jpg

Par Olakith le 13/5/2002 Ă  17:18:42 (#1455047)

:lit: :)

Par Prophetia Astrae le 13/5/2002 Ă  17:25:42 (#1455086)

La jeune fille était là, assise sur le bord de la fontaine, comme a son habitude jouant avec l’eau de la fontaine comme si elle voulait renforcer les liens avec Elys. Tout d’un coup son attention fut attirée par cette jeune femme courant à travers la ville d’un pas léger. Elle avait l’air d'être heureuse, la voyant, un léger sourire se dessina sur ses lèvres, elle avait reconnu son amie Syndrael. Ses paroles l’avaient elle aidé à retrouver le sourire? Peu lui importait, tout ce qui comptait c’est qu’elle soit heureuse…

Par Lorana le 13/5/2002 Ă  18:28:28 (#1455497)

:lit: :)

Par Leylia le 14/5/2002 Ă  0:30:15 (#1457942)

Leylia avait vu non loin d'elle Syndrael courir pret de cette plage. Sachant que cette endroit servait de refuge aux pensées, Leylia quitta les lieux laissant Syndrael respirer l'air frais du large. C'est un moment de solitude qui doit être respecté. Nous avons tous besoin de nos petits moments à nous

Par Kehldarin Osten le 14/5/2002 Ă  13:02:15 (#1460079)

Le soleil était à son zénith. Vivement que la patrouille s'achève, que les gardes puissent laisser leur lourdes armures et leurs boucliers armoriés au vestiaire du poste. Il ne restait plus qu'à remonter la plage pour y être. Le sel et les embruns, rien de plus vivifiant.

Ethel était heureux. Il était bien dans son élément. Avec légèreté, il parcourait la berge depuis le pont des guèpes, gambadant presque. C'était un baume de le voir si heureux. Par contre, Kehldarin et Ramors peinaient un peu à le suivre. Moins habitués au fort soleil et la réverbération de l'eau, engoncés sous des couches de métal protecteur, mais lourd, il faisaient de leur mieux pour ne pas trop ralentir leur camarade, et leur ami.

Arrivé dans la ville même, Ethel s'arrêta, et attendit. Quand il furent rassemblés, il montra de la tête la plage qui continuait. Une femme seule s'y trouvait, le regard perdu dans l'immensité de l'océan. Ramors proposa d'aller voir s'il n'y avait pas de probleme, mais finalement ils obliquèrent, et rentrèrent au poste par l'intérieur de la cité. Cette fois Kehldarin trainait plus que les autres, et son visage maussade contrastait avec la gaieté de la patrouille jusqu'alors.

JOL Archives 1.0.1
Par Mind