Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Un nuage dans l'eau

Par Syndrael le 12/5/2002 à 17:47:42 (#1449438)

Aujourd'hui elle est morte encore
Elle semble ne pas s'en lasser
Encore impitoyablement
La mort a fait sa briller sa pierre

Cette fois c'est une lame que l'on a vu glisser
Ultime destination de sa pointe acérée
Après avoir décrit des aller retour sauvages
entre veines et poignets, poitrine gorge et visage

La mort est parfois douloureuse
Souvent plus quand on la provoque
Et il n'est rien de plus amère
que de s'éveiller dans son sang

Elle en est sortie ruisselante
du fluide qui a quitté son corps
Pourtant elle le sent bien couler
De sa baignoire et sous sa peau

Le trouble s'est fait ressentir
Comme d'habitude, quelques instants
Ses seins sont maculés de plaques
Plaques rouges sombre de sang séché

Ses cheveux sont poisseux.. collés
Elle ressent un engourdissement
D'abord diffus mais vite intense
Comme la vie r√©clamant.. son d√Ľ

Sa pierre de destinée a lancé son éclat
Sans pitié ni conscience, elle l'a ramené là
Combien de fois encore devra-t-elle en user
Gardant le faible espoir que l'on puisse l'abuser

Mais la pierre ne s'use ni se brise
Symbole de vie et d'insouciance
Elle l'encha√ģne √† la mort.. violente
Car jamais elle n'y renoncera

La jeune femme n'y renoncera pas
Elle est trop malade, trop amère
La lassitude et le malheur
Des plaies qu'on ne referme plus

Hier encore elle se tuait
Du haut d'un pont quelle importance
Elle a coulé si vite, si bien
Qu'elle s'est même prise à espérer

Passé le bref choc de l'impact
Contre la miroitante surface
Sa gorge emplie d'eau c'est si bon
Cette courte lutte, cet abandon

Encore deux jours avant dans le secret d'un bois
Offerte à la furie de tueurs aux abois
Elle a maudit sa vie dans un souffle de haine
Succombant sans un cri sans une larme vaine

Elle n'est plus vraiment belle son visage est terni
Rongé par le chagrin dévoré par l'ennui
La lame est dans sa main imbibé de son sang
Mais elle ne saigne pas ce corps a fait son temps

Elle passe une main contre son front
Ses paupières sont sèches taries
Elle rit doucement la gorge rêche
Succombe lentement à la folie.


* * *

Elle s'était levé, comme une ombre, encore dans un demi sommeil et s'était assise à la harpe. Elle avait composé cela, sous le regard de Yolinne, silencieuse.
Elle semblait lib√©r√©e.. en un sens. Elle n'avait pas pleur√© mais ses yeux la br√Ľlaient.
Puis, elle √©tait sorti. A son retour, elle sourit faiblement √† sa soeur, rest√©e √† ses c√īt√©s. Elle s'assit √† la table et sortit une plume, et une liasse de parchemins, qu'elle entreprit de noircir, couvrir du flux continu de sa prose. Cela ne ressemblait pas √† des vers, cela avait la densit√© d'une lettre. Elle la glissa dans sa robe et soupira.. une √©motion ind√©finissable dans les yeux.
Son regard tomba sur une autre lettre, toujours close, sous le lit. Elle la rangea prestement et s'allongea de nouveau, les lèvres tremblantes, sentant une larme affluer, enfin.


Syndrael

http://membres.lycos.fr/lanala/SyndriSign.jpg

Par Kyriane Feals le 12/5/2002 à 17:55:00 (#1449500)

:lit:

Sélène n'est pas choisie par n'importe qui...

Par Kehldarin Osten le 12/5/2002 à 18:06:17 (#1449579)

Qu'est-ce donc que la mort, qu'est-ce donc que la vie? Souffrir autant de mal ammène à la folie. Mais loin des oasis, rien n'est plus ni la mort ni la vie.
Juste le vide.

Chrysaor avait raison, il fallait maintenant du temps. Orkanis se dérobait, mais Lighthaven se rapprochait d'autant. Lighthaven, ville de lumière et ville de souffrance. La tête pleine de sentiments contradictoires, Kehldarin prit avec ses compagnons le chemin du retour. Ils reviendraient dans ces terres, mais pour l'heure les conditions étaient claires. Encore plus claires pour certains.

Par Ezechiel Vael le 12/5/2002 à 18:25:37 (#1449717)

La mort s'accompagne de souffrance... La dispenser aux hordes infidèles sera pourtant l'action salvatrice d'une race en etat de putrefaction. Le remède est parfois douloureux ...

Par Silwenne le 12/5/2002 à 20:47:10 (#1450637)

Une lettre fut glissée sous sa porte. Elle la regarda longuement sur le sol avant de la ramasser et la décacheta d’une main tremblante. Dés les premières lignes sa main gauche vint se posée sur ses lèvres. Son contenu la bouleversa, et à la fin de sa lecture le vélin s'échappa d'entre ses doigts fins pour tomber telle une feuille morte sur les lattes du plancher. La jeune femme porta alors les mains à son visage et s'y cacha... Pour pleurer.

Par Yolinne MIP le 12/5/2002 à 20:56:11 (#1450694)

Elle soupira longuement. Syndrael ne semblait pas reprendre go√Ľt √† la vie, et se laissait d√©p√©rir dans l'√Ęme..Sa pr√©sence n'y changeait rien, elle se sentait inutile, incapable de rendre le sourire √† sa Soeur... Elle se leva et pr√©para une infusion, dans laquelle elle glissa avec discr√©tion un soporifique, et le tendit √† Syndrael en souriant, pr√©textant la chaleur d'une bonne tasse r√©confortante. Lorsqu'elle serait profond√©ment endormie, elle irait chercher du secours aupr√®s des siens, du moins des conseils pour sauver cet esprit tortur√©..

Par Olakith le 12/5/2002 à 22:30:34 (#1451250)

:lit:

Par Alabasyr le 13/5/2002 à 12:57:38 (#1453586)

Blessures du coeur. Emouvant et niais.
N'est-il pas vain de se détruire pour ce qui ne devrait être qu'une source de plaisir, sans débordements sentimentalo-mystiques ?
En ce qui me concerne, un tel spectacle me laisse songeur quant à la propension de l'humain à se détruire, et mes erreurs de jeunesse.

Et quelle navrante sensiblerie messire Osten... Un exil.
Il est plaisant de constater que le sens du devoir est une vertue si fragile qu'on l'abandonne au premier chagrin.
Ne croyez vous pas qu'il y a une leçon à en tirer ? Personnellement, j'en vois même deux.

_____________
Alabasyr

http://membres.lycos.fr/lanala/AlabasyrSign.jpg

Par Ezechiel Vael le 13/5/2002 à 16:56:15 (#1454900)

:lit:
Mp syndrael :chut:

Par Acyde le 14/5/2002 à 13:44:59 (#1460326)

Les suicidaires qui cherchent en la mort un accomplissement sont aussi d√©risoires que les Don Quichotte qui esp√®rent la combattre. La mort est une √©tape que peu sont capables de comprendre, moins encore de ma√ģtriser. Ainsi en va-t-il de l'existence du profane ; qu'il meure et que nous n'en parlions plus !

-Acyde.

JOL Archives 1.0.1
Par Mind