Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Elle est folle...

Par Dolce Agonia le 25/3/2002 à 8:59:43 (#1171658)

Alors qu'elle était sortie pour s'aerer l'esprit et le corps sur Arakas après une bonne nuit de sommeil, Dolce vit une oiselle a quelques centimètres de la falaise surplombant la baie de WindHowl. Elle se tenait là, ailes et bras déployés, sautillant sur place comme si elle essayait de s'envoler. Appeurée, Dolce courru vers elle et la poussa à terre pour ne pas qu'elle saute.

La tete vers le sol, l'oiselle se mit a pleurer comme une enfant. Dolce se dit alors que c'était une toute jeune séraphine qui ne connaissait pas encore les dangers de la vie. Elle lui demanda alors ou se trouvait ses parents, pour aller l'y mener. L'oiselle lui répondit qu'elle ne le savait plus, qu'elle savait seulement qu'elle avait des ailes et qu'elle voulait voler comme les oiseaux.

La jeune femme ne savait pas vraiment comment réagir, elle avait souvent dit que les séraphins étaient bêtes et avaient une cervelle d'oiseau mais à ce point jamais elle ne l'avait imaginé. Elle se décida alors de l'emmener voir les autorités locales, c'est-à-dire la Garde de WindHowl. Lorsqu'elle fit se relever l'oiselle, elle reconnu immédiatement la femme qu'elle avait caché pendant les semaines précédentes.

- Mademoiselle?? Vous me reconnaissez? Qu'est-ce qui vous arrive, vous avez perdu la tête??

- On se connait? Tu connais mes parents alors!!! chic!! J'veux bien rentrer à la maison, j'ai faim et je suis fatiguée, j'ai essayé de m'envoler toute la nuit, j'ai pas reussi malgré le vent. Dis Madame, je suis un oiseau?
Elle se mit a rire comme une jeune enfant.

- Hm.... je ne sais plus trop quoi penser... vous avez vraiment tout oubli√© sur votre pass√©??? Je vais m'y prendre autrement... viens ma petite, je vais t'emmener voir une amie de ta m√®re, elle s'occupera bien de toi, moi j'ai d√©j√† une famille √† m'occuper, je ne peux pas tout faire non plus. Ta maman √©tait tr√®s attach√©e a elle, tu l'attendras avec elle. Maintenant promets-moi que tu ne r√©essayeras plus jamais de voler, tu es.. une s√©raphine, un demi-ange... mais tu ne sais pas voler, et tu risques de te blesser si tu continues. Aller ca ira... tu retrouveras tes parents j'en suis s√Ľre.


Dolce √©tait un peu, m√™me tr√®s surprise de voir la s√©raphine qu'elle avait connu totalement d√©sorient√©e, et la prit par la main, comme une enfant, pour l'emmener voir Shandril qui saurait s√Ľrement mieux s'occuper d'elle qu'elle m√™me. Le vent balayait toujours autant les terres d'Alth√©a, et s'engouffrait dans les ailes de la s√©raphine et la cape de Dolce, son regard tourn√© vers les hauts nuages se mouvant dans le ciel √† une folle allure. Quand cette temp√™te allait-elle terminer?... comment cette histoire allait-elle prendre fin?...

Par Alan Kardec le 25/3/2002 à 9:46:28 (#1171780)

Heu, non madame, vous n'êtes pas folle...Heu...Voulez vous chasser la taupe rebelle avec moi???
Non...Et bien..la je peux dire que vous êtes folle, ces taupes sont dangereuses...ARF...Je m'en vais..oui, de suite..
(Bravo a toi.... :maboule: )
ALAN

Par Dolce Agonia le 25/3/2002 à 10:06:40 (#1171822)

Sur le chemin, les deux femmes rencontrèrent un homme on ne peut plus surprenant par sa folie. Entendant les paroles qu'il proferait, elle demanda a la séraphine de lui chanter une chansonnette et prit l'homme a parti:

- Monsieur je vous en prie cessez cette intervention auprès de la demoiselle, ne voyez-vous pas qu'elle est déjà assez atteinte comme cela?? Allez chasser plus loin vos bestioles dont je n'ai jamais entendu parler je vous prie, prenez ceci si c'est ce que vous voulez.

Elle lui donna une petite bourse contenant quelques pieces d'or et le vit partir, heureux comme tout. Elle marmona ces quelques mots qu'elle ne put empecher de sortir:

- Les hommes sont de plus en plus décadents, cela me désole de voir ainsi notre monde tant aimé courrir a sa perte...

Innatendue visite

Par Shandril Crey le 25/3/2002 à 12:32:34 (#1172514)

Shandril avait à nouveau passé une la journée à ses recherches, accompagnée de son amie Melissa. Encore une journée infructueuse, la tempête qui sévissait depuis de nombreux jours n'aidant pas...

Ce soir elle avait décidé d'inviter Meli à souper et dormir chez elle, appréciant sa compagnie au plus haut point, et voulant la remercier pour tout ce qu'elle lui apportait.

Les deux s√©raphines s'√©taient chang√©es, leurs v√™tements s√©chaient pr√®s de l'√Ętre, un bon feu r√©chauffant la maison. Shandril se mit √† pr√©parer un copieux repas, quand tout d'un coup on toqua √† sa porte.

Intriguée, elle regarda par la fenêtre, voyant deux silhouettes féminines, une humaine, une... séraphine.

N'osant y croire, elle se précipita et ouvrit. C'était Dolce et son amour, celle qu'elle cherchait depuis des jours, qu'elle attendait depuis des semaines et des semaines...

Son visage s'illumina, elle leur tendit les bras :


Mon... mon ange ! ma Dolce ! entrez vite avant que cette tempête ne vous m'enlève à nouveau !

Elle les fit entrer, et claqua la porte comme pour chasser la tempête de son foyer.

Par Dolce Agonia EiH le 25/3/2002 à 12:53:10 (#1172662)

Dolce ne put cacher sa joie de voir que Shandril était présente chez elle, elle passa donc vite fait le pas de la porte avec la séraphine, qui chantonnait encore depuis tout a l'heure.....

- Salut Shandril, salut Meli, euh je peux vous parler en privé?

Elles s'éloignèrent toutes trois de l'entrée pour s'installer dans la cuisine et Dolce se mit a tout leur raconter.

- Donc vous savez tout maintenant.. elle ne se rappelle plus de rien, je l'ai trouvé ainsi et je te l'ai apporté mon amie. Il faut en prendre soin... j'ai remarqué que sa robe était souillée au niveau de sa blessure, voyons ce qu'il s'y passe.

Elle revinrent dans la pièce principale, la séraphine regardait les objets qui s'y trouvaient, les observant dans tous les sens pour deviner leur utilité. Elle chantonnait encore une chansonnette d'enfant.

- Et si nous prenions un bain, qu'en dis-tu?? Ca te reposerait, après tu pourras manger une bonne soupe et aller dormir en attendant ta maman.

- Chouette chouette, un bon bain chaud!!!! mais j'peux mettre mes ailes d'Ange dans l'eau?

- Oui oui, ne t'en fais pas, Shandril s'occupera de toi... c'est elle l'amie de ta mère. Aller, suis la... et sois gentille!


Elle chuchotta a Shandril qu'elle ne voulait pas assister au bain de la séraphine, mais elle lui demanda de bien regarder sa plaie, sait-on jamais. Pourtant la séraphine ne s'était jamais plaind de douleurs a la poitrine, au coeur. Elle attendit avec Meli a la cuisine, savoir ce qui en résultait, autour d'une tasse de thé elles firent plus ample connaissance.

Par La petite Anda le 25/3/2002 à 13:20:23 (#1172843)

Elle frappe a la porte, mais pas de réponces.

Tante Mel. Tu es là ?

Apparement Melissa n'est pas chez elle. Mais o√Ļ ?

Elle se souvient qu'elle lui avais parler de sa nouvelle amie. Elle est peut √®tre chez Shandril se dit-elle. Mais elle habite o√Ļ ?

La plaie

Par Shandril Crey le 25/3/2002 à 14:13:40 (#1173209)

Shandril √©couta les sages conseils de Dolce, et pr√©para un bon bain chaud √† la s√©raphine. La temp√™te s√©vissait toujours sur Windhowl (t'as qu'√† chercher, Anda ;)), la maison √©tait un h√Ęvre protecteur pour les quatre jeunes femmes.

Etrange situation... son amour se tenait devant elle, comme une enfant, comme si elles ne s'étaient encore jamais rencontrées. Shan lui signifia que le bain était prêt, et l'installa dans la baignoire.


Repose toi bien ma petite, profite de ce bon bain chaud, je vais te protéger à présent, comme le ferait ta... maman...

Elle avait beaucoup de mal à lui parler ainsi. Elle examina la plaie sur le coeur de sa douce... On avait tenté de la soigner, mais la plaie semblait s'être infectée. Etait-ce la cause de sa perte de mémoire ? Qui avait tenté de la soigner ? et surtout... comment ?

Elle préféra ne pas poser de question, ne voulant pas tourmenter la gamine qui habitait l'esprit de son amour.

Elle retourna à la cuisine, rapportant à Dolce et Melissa ce qu'elle avait constaté.


Par Dolce Agonia EiH le 25/3/2002 à 14:45:07 (#1173409)

Assise √† c√īt√© de Meli, elle √©couta le rapport de Shandril sur l'√©tat de la blessure de la s√©raphine. Elle entendait dans la pi√®ce √† c√īt√© celle-ci barbotter dans la baignoire, une vraie petite fille.

- Shand, tu as une idée pour lui remettre les idées en place? Qui l'a soignée? Peut-être qu'il faudrait agir avec tact et poser des questions discrètes pendant qu'elle mange... il faut savoir si l'on veut qu'elle redevienne comme avant.

- Je vais la faire sortir de son bain, Dolce tu peux lui préparer une assiette, je l'emmene dans quelques minutes.

- Bien Shand, je m'occupe de cela. La situation n'est pas très agréable et je sais qu'elle te perturbe beaucoup... je suis désolée...


Elle regarda Shandril partir, l'air d√©pit√©, et s'attela √† la t√Ęche du d√ģner.

Gorge nouée

Par Shandril Crey le 25/3/2002 à 18:02:57 (#1174820)

Elle s'ex√©cuta, et alla sortir la "petite" du bain. Elle lui montra la plaie qu'elle avait sur le coeur, et lui dit qu'il faudrait qu'elles en parlent un peu plus tard, apr√®s le d√ģner. Elle ne voulait pas l'interroger seule, elle ne s'en sentait pas le courage.

Elle habilla la séraphine de vêtements propres et chauds, et elles rejoignirent Melissa et Dolce à table.

L'atmosphère était lourde. Entre le les bouches qui ne parvenaient pas à se délier, les tornades qui s'abbataient sur la maison, et les attitudes juvéniles de la pauvre séraphine qui n'était plus elle-même, Shandril ne parvenait plus à parler. Elle était à deux doigts de craquer, elle aurait voulu fuir dans sa chambre, mais elle n'en avait pas le droit.

Elle commença la discussion...


Alors ma puce, comme ça Dolce t'a trouvée sur la falaise ? Que faisais tu là-bas dis moi, le sais tu ?

Par La petite Anda le 25/3/2002 à 23:15:44 (#1176677)

Tout d'un poup la tempette se fait de plus belle. Elle lute de toute ses forces contre ces vents d'une violance incroyable et manque de s'envolée a chaques pas...

Anda se retrouve emportée par une bourasque et vien se cognée vivement sur une solide porte en bois ornée de métal. Un hurlement accompagne le craquement sec de son épaule gauche.

Là, au pied de la porte, elle se met a hurler et frapper de toutes ses forces espérant qu'on vienne lui ouvrir...

Par Shandril Crey le 26/3/2002 à 6:37:55 (#1177283)

Au moment o√Ļ la "fillette" allait r√©pondre, un gros bruit se fit entendre √† la porte, ainsi que des cris de douleur. Shandril se leva brusquement et alla voir ce qui se passait. Elle signifia √† Dolce de continuer de questionner la s√©raphine.

Elle ouvrit ensuite la porte ; les bourrasques s'engouffrèrent dans la maison, et une jeune fille se précipita maladroitement à l'intérieur. Shan reconnut Anda.


- Anda ma petite, que t'arrive-t-il ? Tu es blessée ?

- Ou... oui... Elle montra son épaule, en grimaçant de douleur. Shandril ? Je cherchais ta maison, voulant voir Melissa, et j'ai été prise par la tempête, qui a encore redoublé d'intensité.

- Syl t'a guidée vers la bonne porte, nous allons nous occuper de toi... Melissa est là tu avais raison.
Meli, viens m'aider s'il te plait, examinons cette épaule...

Soignant Anda du mieux qu'elles le pouvaient, Melissa et Shandril laisèrent Dolce seule avec la séraphine amnésique.

Shan ne connaissait que très peu le culte Sylien, ne s'y étant jamais mélée vraiment, mais elle savait qu'Anda pourrait peut-être l'aider... Il fallait trouver ce qui avait infecté la plaie, et les remèdes existants pour remédier àau retour en enfance de la séraphine.

Elle décida donc de tout raconter à Anda, l'histoire d'amour truffée d'obstacles qu'elle vivait depuis des mois, la fuite de son ange, sa convalescence, sa disparition, et enfin son mystérieux retour privée de sa mémoire...


(pour tous les détails, Thread Guérison d'un coeur meurtri, par moi-même. :) Attention il est long :p)

Par La petite Anda le 26/3/2002 à 10:42:44 (#1177699)

La porte s'ouvre. Un petit sourir se dessine quand elle reconait Shandril...

Shan et Mel soignent son épaule du mieu qu'elles peuvent. Puis suit une longue mais belle histoires lui rapelant, pour certains passages, sa propre vie...

Fin de soirée

Par Shandril Crey le 27/3/2002 à 16:01:45 (#1184630)

La soir√©e touchait √† sa fin, les esprits r√©clamaient du sommeil. Shandril avait racont√© sa dramatique histoire d'amour √† Anda, cette derni√®re semblant presque personnellement touch√©e par tout ceci. Son √©paule soign√©e et son esprit pensif, Shandril lui sugg√©ra d'aller dormir un peu, ce qu'elle f√ģt sans se faire prier.

Melissa quant à elle semblait harrassée, la journée précédente ayant été des plus fatiguantes. Ses talents de guérisseuse avaient à nouveau fait des miracles, et Anda allait mieux. Melissa décida alors elle aussi de prendre congé, et alla trouver un repos bien mérité.

Shandril alla voir Dolce, dans les bras de laquelle son amour s'était endormie.


- A... Alors ? tu as pu lui parler un peu ?

- Shan, elle ne se souvient de rien, rien avant la falaise... sauf de la pr√©sence d'un homme, un garde de Windhowl apparement, qui dormait √† c√īt√© d'elle sur une chaise quand elle s'est r√©veill√©e, et qu'elle a rejoint la falaise.

- Rochel... j'en √©tais s√Ľre... Long soupir, visage sombre.

Je crois avoir trouvé un moyen pour qu'elle se souvienne... Demain je partirai en pélerinage avec elle, sur les traces de notre passé commun. Si ça ne marche pas... Anda et les Syliens pourront peut-être m'aider...

- Oui j'espère que cela marchera, ça me fait peur aussi... j'ai peur que tu ne souffres de nouveau Shan...

- Je n'ai pas le choix... Allons nous coucher ma Dolce, nous aussi méritons un peu de sommeil.

Elles allèrent se coucher à leur tour, et passèrent toutes deux une nuit agitée. Au dehors par contre, la tempête semblait se calmer, demain peut-être le beau temps reviendrait...

Un jour nouveau

Par Shandril Crey le 27/3/2002 à 16:43:39 (#1184856)

Le lendemain matin, un rayon de soleil réveilla les occupantes de la maison. La tempête s'en était enfin allée.

Après un petit déjeuner copieux, les cinq femmes décidèrent ce qu'elles allaient faire de leur journée.

Shandril pria Melissa et Dolce de la laisser un peu seule avec sa douce, et de retourner un peu s'occuper d'elles-mêmes. Elle était génée d'avoir pris autant de leur temps, et les remerciait infiniment de tout ce qu'elles avaient fait pour elle.


Merci pour tout mes amies, j'ai abus√© de votre bont√©, retournez vite voir ceux que vous aimez, les pauvres doivent me ha√Įr ! Elle rit.

Anda, j'espère que tu vas vite te remettre de cette blessure. Je ferai peut-être appel à toi et aux Syliens, si je ne trouve pas de solution...

Cherchant ensuite son amour du regard, elle s'aperçut qu'elle s'était éclipsée, laissant un mot sur la table : "Madame Shandril, je vais voir les gros insectes avec Andrestos, on va jouer. Je serai sage."

Prise de panique de peur de la perdre √† nouveau, Shandril courru aux Kraniens, et f√Ľt soulag√©e de l'y retrouver, s'amusant au bord du lac avec Andrestos, un gentil voyageur veillant sur eux.

Elle offrit un peu d'affection à son filleul, mais elle était bien décidée à partir très vite pour emmener la séraphine sur la trace de leur amour passé.

Elle la prit alors par la main, saluant l'homme et faisant un dernier bisou à son petit Andrestos.


Viens mon ange, je veux te montrer un endroit o√Ļ tu es d√©j√† all√©e, j'esp√®re qu'il t'aidera √† te souvenir...

La séraphine, toujours enfant dans sa tête, accepta sans rechigner, envahie de questions sans réponses...

Pélerinage

Par Shandril Crey le 27/3/2002 à 16:48:27 (#1184893)

C'est le coeur lourd, l'esprit troublé, que Shandril mena sa douce vers l'asile de Madrigan. La femme qu'elle aimait par dessus tout était là, mais se prenait pour une enfant. Elle lui demandait ce qu'étaient devenus ses parents, alors que Shandril n'en avait pas la moindre idée.

Sur le chemin de l'asile, l'amnésique sembla retrouver quelques traces de son passé : ses sorts lui revenaient en mémoire comme par réflexe, elle marchait dans la bonne direction, comme guidée par son instinct... elle reconnut le dernier pont, juste avant l'asile, disant : "au pont, à gauche".

Shandril se retenait de ne pas l√Ęcher de larme, mais elle avait le coeur tr√®s gros, cette situation la faisait souffrir √©norm√©ment.

Elles arriv√®rent √† l'asile, et entr√®rent dans ce lieu √©trange o√Ļ leur amour √©tait n√©, il y a de cela quelques mois... Un flot de sensations envahirent les deux s√©raphines, Shandril se rappelant des moindres instants pass√©s ici, sa douce commen√ßant quant √† elle √† se souvenir de bribes du pass√©...

La menant à travers ce dédale, lui ré-expliquant le fonctionnement des portails, Shandril ne cessa de la faire parler, pour savoir ce qui lui revenait en mémoire. Petit à petit, son amour se souvenait...


- Shan ? tu m'as appelée "mon ange", plusieurs fois aujourd'hui... Nous n'étions pas amies, c'est cela ?

- Mmmh pas vraiment non, plus que ça...

- Je le savais, je le sentais... Je le ressens à nouveau. On s'aimait Shan...

- Oui, et je t'aime toujours, plus que jamais ma puce.

L'espoir renaissait, elle se rappelait !

- Moi aussi... je... t'aime. Mais... ça veut dire aussi que je ne suis pas une petite fille n'est-ce pas ?

- Non, en effet.

Shandril sortit le miroir que sa belle avait toujours sur elle, et lui montra qui elle √©tait vraiment. Vainquant sa peur, celle-ci se regarda, stup√©faite ; le choc pass√©, elle rangea en h√Ęte le miroir, et vint se r√©fugier dans les bras de Shan.

Leurs corps se rejoignaient enfin, main dans la main, les yeux dans les yeux, les deux séraphines se retrouvaient et sentaient l'amour dans leurs coeurs meurtris. Des larmes de bonheur coulaient sur leurs joues, le temps sembla s'arrêter... Elles partagèrent des souvenirs, s'expliquèrent certaines choses. Enfin, elles s'embrassèrent...

Elles décidèrent de ne pas parler des douleurs passées, la séraphine ne se souvenant de rien à part de Shandril et de leur amour. Elle ne voulait plus souffrir, et Shandril ne le voulait pas non plus, elles ne parlèrent plus de la cicatrice par la suite. De Rochel non plus... Un jour, Shan le savait, elles le reverraient, et sa douce se souviendrait... ce qu'il se passerait, personne n'aurait pu le savoir de toute façon. A l'avenir de le dire...

Re: Fin de soirée

Par Rochel Anor le 27/3/2002 à 18:43:19 (#1185527)

Provient du message de Shandril Crey :
- Rochel... j'en √©tais s√Ľre... Long soupir, visage sombre.

I]


GGgnnnnnnnnnnéééééééééééééééééééééééééé ?????

Bah...

Par Shandril Crey le 27/3/2002 à 19:41:10 (#1185843)

Provient du message de Rochel Anor :


GGgnnnnnnnnnnéééééééééééééééééééééééééé ?????


La s√©raphine a vu un garde assoupi √† c√īt√© d'elle quant elle s'est enfuie, aux armes de Windhowl, avec un arc...

Shandril a tout de suite pensé à toi...

Apprentissage

Par Shandril Crey le 27/3/2002 à 20:13:39 (#1186022)

Les jours suivants, les deux séraphines arpentèrent Stoneheim, Shandril réapprennant progressivement à son amour tout ce qu'elle avait oublié.

Elle ne se rappelait plus de personne, ses connaissances, ses amis, lui parlaient, mais elle ne les reconnaissait pas.

Cela la peinait, mais la pr√©sence de Shandril √† c√īt√© d'elle la r√©chauffait, et √©loignait vite sa peine.

La s√©raphine avait chang√© tout de m√™me, elle avait gard√© une partie de la gamine qui s'√©tait install√©e en elle. Etait-ce un bien, un mal ? Pour l'instant, cela ne g√Ęchait pas le bonheur des deux jeunes femmes...

Un jour se présenta Glesni Oleren, une amie de Shandril. Elle interpella son amour, l'interrogeant sur sa santé et sa blessure. Celle-ci ne sut que répondre, ne reconnaissant pas l'archère.

Shandril attira alors Glesni √† l'√©cart, et lui demanda de quoi elle avait voulu parler. Glesni lui r√©v√©la ce qu'elle savait : √† la demande de Rochel, elle √©tait venue soigner la s√©raphine √† l'agonie. La blessure... l'infection et la perte de m√©moire √©taient sans doute d√Ľes √† la feuille d'arbre d√©moniaque que Glesni avait d√Ľ utiliser pour d√©sinfecter la plaie.

Glesni savait qu'il y avait eu quelquechose entre Rochel et la séraphine, mais pas entre elle et Shandril... Shandril lui raconta alors ce qui s'était passé, l'histoire tragique qui se déroulait depuis des mois.

Quant aux sentiments et intentions de Rochel, aucune des deux n'en connaissaient la consistance. Un être si... instable...

La discussion close, Shandril rejoignit son amour, et elles partirent un peu de la ville, elles s'isolèrent pour mieux profiter l'une de l'autre, s'enlacer...

Re: Pélerinage

Par Rochel Anor le 29/3/2002 à 17:19:33 (#1195930)

Provient du message de Shandril Crey :

- Je le savais, je le sentais... Je le ressens à nouveau. On s'aimait Shan...



C'est marrant moi elle m'as toujours dis qu'elle aimait pas Shandrill plus que comme une bonne amie comme quoi avec du temps on peut toujours apprendre la verité...
Je commence à douter de tous ses dires et je pense qu'elle avait dit aussi a Shandrill que je n'etais rien de plus qu' un ami!

Moi aussi je part en pélerinage...

JOL Archives 1.0.1
Par Mind