Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Un esprit en ébullition...

Par Vlody Agaroth le 24/3/2002 à 22:24:43 (#1169692)

Après une journée vide de sens, après avoir erré dans la forêt, le vieil homme rentra chez lui.
Il s'installa derrière son bureau, prit un parchemin vierge, ainsi qu'un encrier. Il replia l'une de ses ailes et en arracha une plume.
Le Régent semblait agité. Il laissa la plume glisser sur le papier, glisser inlassablement, au gré des propos incohérents qui s'ammoncelaient et s'entrechoquaient dans sa tête.


Il n'est qu'une chose en ce bas monde, une seule personne, qui constemment m'obsède.
Ma chérie, je ne sais pas si un jour tu liras ces mots...
Un jour, devant les hommes et devant nos Dieux, tu as dit oui. Oui pour partager ma vie. Oui pour partager nos moments de bonheur, mais aussi pour partager nos moments de peine.
Aujourd'hui, tu es malade, et j'ai d√Ľ t'emmener te faire soigner loin de tous, pour que tu puisses te reposer.
Aujourd'hui, nous sommes séparés. J'ai froid. Tu serais là, tu viendrais près de moi pour me réchauffer, ou rajouter du bois dans la cheminée, mais tu n'es pas là, et la cheminée chauffe déjà bien. J'ai froid, mais en réalité, c'est mon coeur qui a froid.
Depuis ce jour o√Ļ tout a bascul√©, je ne cesse de penser √† toi. Chaque jour qui passe, je l'imagine, tous deux nous promenant dans le Duch√©, √† saluer aimablement les passants, √† r√©gler quelques affaires urgentes. Puis, le jour tombant, nous rendrions visite √† notre fille, laquelle serait en train de jouer avec sa petite ni√®ce, notre adorable petite fille.
Mon Amour, je suis las. Ma vie fut longue et chargée. Je sais qu'elle sera encore longue. Mais je suis épuisé, et sans toi, je n'ai plus de force.
J'ai repris les rennes du Duché pour toi. Je continue à guider l'équipe comme tu l'aurais guidée toi même. Comme ca, lorsque tu rentreras de ta convalescence, rien n'aura changé, tout sera en ordre, comme tu l'aurais souhaité.
Seulement, je ne sais pas si je continuerai ensuite...

La plume se relève doucement, accompagnée du même mouvement de la tête de celui qui la tient. Il est plongé à nouveau dans sa rêverie...
Puis, de nouveau, il baisse la tête et laisse la plume continuer sa route sur le papier, comme si rien ne pouvait l'arrêter.


Je suis las. Las de tout. Rien ne va plus comme je l'aurai aim√©. Il ne reste qu'une chose qui me donne le go√Ľt de vivre: toi ma ch√©rie. Toi, ainsi que notre fille, notre foyer, notre famille. Vous tous qui m'√™tes cher. Vous √™tes la seule chose qui me raccroche √† ce monde en perp√©tuelle anarchie.
C'est pour cette raison, que j'abandonnerai probablement toute vie publique √† ton retour. Les Syliens veulent vivre d'anarchie et de N√©cromancie ? Qu'il en soit ainsi. Je prierai ma D√©esse comme bon me semble, loin de ces hommes dont l'√Ęme est rong√©e par la mort.
Le Duché survivra très bien sans moi, tu es une femme forte, et je ne doute absolument pas qu'il reprenne tout son panache à ton retour. Panache que je ne sais imiter lorsque tu n'es pas là.
Je me consacrerai à notre fille et notre petite fille.
Je t'attendrai, chez nous.

A nouveau, le vieil homme relève sa plume. Brièvement, puis signe

Mon Ange, tu représente tout ce que j'ai jamais recherché dans ce monde, dans cette vie. Tu es ma seule richesse. Sans toi je suis un homme pauvre.
Lorsque nous nous sommes mariés, le prêtre a dit *sourit* : Jusqu'à ce que la mort vous sépare...
Par delà la mort je t'aimerai.
A jamais...
Je t'Aime...

Ton tendre époux.

Le Régent se relève et roule le parchemin qu'il dépose sur le rebors de la cheminée, avant de sortir de chez lui pour retourner errer dans la nuit, en attendant le retour de son épouse.

Par Ame de King le 24/3/2002 à 22:26:32 (#1169710)

Arc, ce vieux Vlody n'est toujours pas mort?!

Et bien King, il va falloir que tu organises tout ça ...

Par Vlody Agaroth le 24/3/2002 à 23:03:58 (#1169998)

Après avoir erré dans Windhowl, le vieux prêtre est rentré chez lui de nouveau.
Il semble beaucoup plus calme.
Il s'installe dans un fauteuil devant la cheminée et se laisse aller à une rêverie profonde.
Un sourire semble se dessiner sur ses lèvres.
Il se relève hativement et s'installe à nouveau derrière son bureau, une plume à la main et un parchemin vierge sous le coude.
La plume glisse de manière fluide sur le papier dans un petit bruit de froissement.


Ma chérie,
En me promenant tout à l'heure dans le noir et dans le froid, mon esprit s'est dénoué. Beaucoup de choses se sont calmées.
En rentrant, j'ai retrouv√© la chaleur de notre demeure, la chaleur de la chemin√©e, celle o√Ļ ne prenions tant de plaisir √† nous blottir l'un contre l'autre, √† regarder les flammes danser contre le froid.
Cette chaleur m'a envahie par les pieds, remontant le long de mes jambes, finissant par submerger la totalité de mon corps.
Il ne fait pas plus chaud que tout à l'heure, mais mon esprit se laisse aller à une rêverie des plus douces et reconfortantes.
Je me suis laissé imaginer nos retrouvailles.

Tu franchissais le pas de cette porte que tu n'avais pas vue depuis si longtemps.
Avant de rentrer dans cette maison qui est tienne, tu prends le temps de regarder ce qui a changé, tu t'imprègnes de cet environnement qui t'a tant manqué.
Je suis installé sur le fauteuil, assoupi, les pieds près du foyer de la cheminée dont les braises semblent faiblir.
Tu déposes ton sac près de la porte de la chambre, pour le défaire plus tard.
Voyant qu'il ne fait pas chaud, tu remues le bois délicatement, sans faire de bruit, tu ravives les flammes.
Puis c'est un autre feu que tu entreprends de raviver, celui qui brule en nous.
A pas légers, tu t'approches de mon fauteuil, déposant un délicat baiser sur mon front.
Je m'agite impérceptiblement, et souris, comme dans le rêve que je crois vivre.
Ta main carresse ma joue délicatement, tendrement.
Mes yeux s'ouvrent lentement, sans surprise, laissant perler deux larmes, un immense sourir sur les lèvres.
Ma joie est inimaginable dans un instant pareil.
Plus rien n'existe autour de moi. Toi seule compte, toi que j'accueille dans mes bras pour te serrer très fort, comme pour t'etouffer de mon amour.
Mes lèvres souvrent légèrement pour laisser s'échapper un son qui ne vient pas. Comment t'exprimer mieux ce que je ressens, autrement qu'en laissant mes lèvres se déposer délicatement sur les tiennes ?
Je n'ai pas encore trouvé, mais je m'y attelle. *rit*
Cette etreinte, rien ne pourrait être assez fort pour la desserrer, et rien ne semble plus merveilleux...

L'homme semble rajeunit, les traits de son visage ont retrouvé de leur jeunesse. Sa tête se relève doucement. Les yeux sont brillants, humides. Un légere larme vient s'echouer sur le papier, comme pour ponctuer la fin du récit que le papier pouvait accueillir décemment, laissant l'autre part à l'imagination personnelle de son auteur.
Le vieil homme se rel√®ve et d√©pose le second parchemin pr√®s du premier, et retourne s'assoir dans son fauteuil o√Ļ il finit par s'endormir.

Par Khera le 24/3/2002 à 23:24:53 (#1170203)

*arrive a Windhowl*

Cour tout droit chez son papi . . .

Bonzour Papi :)
Rhooo on dirais que ca ne vas pas . .

*lui fait aussi un gros bisous sur la joue en disant* . . .

Tu sais ma maman elle dit toujours que si on te fais un bisous tout ton malheur disparais.

*lui refais un autre bisous*

Je vais visiter la zolie ville a plus tard papi .

*s'en vas se promener dans Windhowl*:)

Par Vlody Agaroth le 24/3/2002 à 23:30:12 (#1170247)

Le Régent sursaute en entandant rentrer sa petite fille en trombe chez lui.

Ah, c'est toi ma petite puce ?
Tu m'as fait peur.

Comment ? Un bisou et tout est oublié ?
C'est gentil :)
Hop, j'ai oublié tous mes soucis. Merci ma puce.

Le vieil homme regarde sa petite fille sautiller de partout dans la pièce avant de sortir aussi vite qu'elle n'était arrivée.

Par Khera le 24/3/2002 à 23:38:09 (#1170298)

*reviens chez son papi adoré*

Papi .. ?

Dit tu veux bien me raconter une histoire .. ?

*le regard avec des petits n'oeils*:(

*s'avance vert son papi et lui monte sur c'est genoux*

*et lui fait un gros calin*

Ze t'aime papi:)

Par Vlody Agaroth le 24/3/2002 à 23:47:53 (#1170340)

Le vieil homme regarde sa petite fille revenir et lui sauter sur les genoux.

Que veux tu que je te raconte comme histoire ?

Ah, j'en connais une qui pourrait te plaire, mais heu ...
Il faut que je m'en souvienne :)
Alors ... C'est l'histoire d'une femme merveilleuse qui, tout au long de sa vie a rêvé de rencontrer son prince charmant.
Et puis un jour, désespérée de ne pas le trouver, elle décida de s'abandonner aux bras du premier homme charmant qu'elle trouverait, sans regarder plus loin.
Or, quelques temps avant son mariage, elle se rendit compte de la folie de son acte: elle allait vouer la totalité de sa vie à un homme pour qui elle n'éprouvait au fond d'elle qu'un peu d'amitié, et rien de plus.

Quelle vie sordide s'annoncait à elle, tu trouves pas ?

Eh bien, figures toi qu'un jour, elle décida de s'enfuire, de fuire loin de ces gens qui gravitaient autour d'elle, non pas pour son bonheur comme ils le prétendaient, mais pour leur convenance personnelle.
Elle courrut loin loin loin
Puis elle finit par perdre son souffle, elle tr√©bucha et finit par tomber sur le sol, o√Ļ elle s'endormit, ext√©nu√©e.

De longues heures passèrent, durant lesquelles des rêves vinrent s'entrechoquer dans sa tête. Puis, une lueur intense l'enveloppa, une lumière aveuglante...
Elle rouvrit les yeux et se rendit compte qu'elle avait trouvé son prince charmant, qu'il était venu à elle, que c'était lorsqu'elle ne le cherchait plus, qu'elle avait fini par le trouver, aussi merveilleux qu'il était.

Puis il rentrèrent dans son pays à lui, dans son royaume, elle devint la princesse, et ils eurent de nombreux enfants, qui les rendirent tous très heureux.

Le grand-père termina juste sa phrase avant de s'endormir, avec sa petite fille sur les genoux, la bouche entrouverte, avide de petites histoires.

Par Khera le 24/3/2002 à 23:53:14 (#1170367)

*s'endore en ecoutant la zolie histoire de son papi*

le vieil arbre...

Par Nidhog le 24/3/2002 à 23:56:46 (#1170381)

Il y a pourtant un vieil arbre charmant prés des montagnes de Jarko. Il m'a redonné foi et gout à la vie.

Parfois, il faut savoir s'éloigner de tout pour mieux revenir...

Prend tout de même une petite laine, les nuits sont fraiches ces derniers temps.

Par Trinitye le 25/3/2002 à 0:00:49 (#1170406)

Le grand-père termina juste sa phrase avant de s'endormir, avec sa petite fille sur les genoux, la bouche entrouverte, avide de petites histoires.


*Entre sans faire de bruit et voie sa fille dormire sur les genoux de son grand pere*

*sourit emue par le scene*

*S'en vas sens faire de bruit*

Par Petite Manon le 25/3/2002 à 0:17:45 (#1170519)

rentre a la maison sans faire de bruit

Jette un oeil par la porte du salon, voir si papa est rentré
Voit la petite sur ses genoux, tous deux endormis

renifle
Part s enfermer dans sa chambre
S assoit sur le bord de son lit, et regarde par la fenetre, le ciel eteind
Parle a une etoile, qui brille, dans la nuit

Petite étoile scintillante
Si belle , si brillante
Ze n'ai plus personne
Faites ke ma maman revienne
Pour abreger ma peine
Papa est si malheureux
Ecoute mon voeux
Ze me sens si seule
Ze n'ai plus de calin
Qu'un enorme chagrin

reste là, à regarder la petite étoile briller

Par Vlody Agaroth le 25/3/2002 à 13:55:48 (#1173078)

Le vieux prêtre ayant le sommeil léger en l'absence de son épouse, il se réveilla dès que sa fille franchit le pas de la porte.
Il ne bougea point, pour ne pas l'effrayer. Il la laissa rentrer dans sa chambre, et la suivit discrètement, portant sa petite fille dans ses bras.
Par l'entrebaillement de la porte de sa chambre, il écouta et regarda sa fille adresser sa prière aux étoiles.
Lorsqu'elle se tut, il rentra doucement dans la petite chambre et s'assied √† c√īt√© d'elle, la prenant dans ses bras tout en lui carressant les cheuveux affectueusement.


Ma puce, elle nous manque beaucoup à tous les deux...
Je sais que tu parrais forte, mais qu'au fond de ton petit coeur, tu as mal.
Elle reviendra, sois en sure.

Il installa sa petite fille sur le lit et prit place √† c√īt√© d'elle, attirant sa fille √† lui. Il d√©posa un baiser sur le front de chacun des petits √™tres qu'il avait pr√®s de lui. Il s'endormit de nouveau, entour√© de sa fille et de sa petite fille, un l√©ger sourire sur les l√®vres.

Par A√ęrandis le 25/3/2002 √† 19:45:51 (#1175471)

*voit son ami déambuler tristement en ville*

Sa n'a pas l'air d'aller mon ami, tu sais, je connais un remède infaillible en cas de déprime. Je t'emmène faire la fête. Ce soir, tonton Aer t'emmène faire le tour des tavernes de Goldmoon, on va se faire une virée du tonnerre de Syl.

Par Vlody Agaroth le 25/3/2002 à 22:18:26 (#1176426)

lol, merci A√ęrandis :)
Ce qui me fait marrer, c'est de voir à quelle vitesse ce post tombe dans les méandres du forum :)

J'ai écrit tout ca, comme Manon et Khera, sur un coup de tête. Rien n'était préparé. Coup de tête, coup de coeur à un RP que j'adore, coup de blues aussi, bref, une implusion.

En attendant, ca ne plait pas :)

JOL Archives 1.0.1
Par Mind