Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

A la recherche d'un soutient

Par Dolce Agonia le 24/3/2002 à 20:11:19 (#1168607)

Cette discussion avec le séraphin, Dolce ne savait plus quoi en penser, vers quel coté se pencher, elle avait besoin d'air, de marcher mais aussi de conseils. Vers qui se tourner? Vers Merlin?? surement pas, ils n'avaient pas la même vision du monde, des choses... vers ses confreres haruspiciens? elle ne les connaissait même pas, menant son combat seule, suivant Ses enseignements, son coeur.

Elle alla se promener dans les bois entourant LightHaven, cherchant une réponse, un chemin a suivre, écoutant son coeur. Elle savait la décision cruciale, bien des vies reposait sur tout cela et il fallait agir rapidement.

Elle se dirigea alors vers la tombe de son mentor, le défunt Barberousse, s'asseyant pres de celle-ci elle se mit a parler tout haut, comme si l'homme était encore vivant, debout devant elle. Elle lui expliqua alors la situation, le dilemme dans lequel elle était plongée et finit son discours par ces mots:


Et vous qui etes si sage, qu'auriez-vous fait à ma place?


L'heure qui suivit f√Ľt pleine d'un silence qui lui martelait le cr√Ęne. Il √©tait mort, parti de ces terres alors qu'elle avait tant besoin de lui pour la guider. Elle attendait un signe, une parole, ne voulait pas croire qu'elle √©tait seule √† poursuivre le combat.

Par Shandril Crey le 24/3/2002 à 23:05:31 (#1170019)

Shandril était de passage à Lighthaven. Un ami lui avait dit avoir vu Dolce s'éloigner dans les bois, seule et pensive, aussi elle décida de la chercher, se demandant quel nouveau tourment avait pu envahir son esprit.

Guidée par son instinct, la séraphine partit donc à sa recherche, et ne mit pas longtemps à la trouver.

Elle se trouvait l√†, assise √† c√īt√© d'une tombe, plog√©e dans ses pens√©es.

Shandril s'approcha d'elle, et lui mit la main sur l'épaule. Elle la sentit tréssaillir.


Dolce ? ça ne va pas ?
La nuit va bient√īt tomber...
Qu'est-ce qui te tracasse, qui est enterré là ?

Par Dolce Agonia le 24/3/2002 à 23:23:42 (#1170188)

Dolce était perdue dans ses pensées, essayant de trouver en elle le potentiel pour faire le bon choix et poursuivre sur la bonne voix. Elle n'avait entendu les pas de Shandril, le vent se faisait menaçant et les feuilles jouaient un air cachant le faible bruit des pas de son amie. Elle sursauta lorsqu'elle sentit la main de la séraphine sur son épaule, croyant un instant que c'était celle de son défunt mentor.

Ah, Shandril.... comment mas-tu retrouvé? Enfin.. peu importe, heureuse de te voir mon amie. Tu veux savoir à qui appartient cette tombe sur laquelle je viens me recueillir? Peut-être crois-tu que j'ai eut un amour clandestin *rit, mais sans réelle conviction*.

Cette tombe est celle de Monsieur Barberousse, cet homme qui m'a tout apprit sur mon culte, même si je n'en sais pas beaucoup. Je suis venue me recueillir ici car j'avais besoin d'un appuie, d'un conseil, et seul lui aurait pu me guider dans ma quete. Il était sage, et il me manque beaucoup, j'avais encore besoin de lui, j'ai encore beaucoup a apprendre, mais qui désormais m'enseignera? Je devrai me debrouiller seule et beaucoup de péripeties m'attendent encore, je ne sais pas comment je m'en sortirai. Mais j'ai Foi, je ne baisserai pas les bras.

Et toi, comment vas-tu?


Dolce fit asseoir la séraphine tout près d'elle et prit sa main dans la sienne. Elle avait besoin de bien du réconfort, la battaille était rude et l'avenir plutot sombre.

En question elle aussi

Par Shandril Crey le 24/3/2002 à 23:51:11 (#1170355)

Je vais... toujours aussi mal. Tant que je ne l'aurai pas retrouvée, je n'irai pas mieux je crois...

J'ai tout de même trouvé un soutien supplémentaire, une grande amie qui m'aide dans mes recherches, Melissa de Vald.

Enfin, c'est pour toi que je suis là. Ces tourments tu ne m'en as pas encore parlé...

Parle moi de ta Foi, de l'enseignement de Barberousse. Il y a tant de choses qui m'échappent, tant de choses qui me font peur... Le Jugement qui se rapproche, les rixes entre Artherkiens et Ogrimariens, le chaos qui règne un peu partout...

Omnubil√©e par cet amour qui m'a envahie et qui ne me quittera plus, je suis parfois loin de ces dures r√©alit√©s qui m'entourent, et je ne sais quoi en penser, o√Ļ me situer.

Comment vois tu les choses ma fidèle amie ?

Par Dolce Agonia le 25/3/2002 à 0:05:38 (#1170429)

Comme bien peu de gens, je crois en l'Unité, cette Unité qui renversera le miroir, qui repoussera la Menace, cette Union utopiste qui je le crains jamais n'existera, trop de différences entre les cultes nous séparent, nous n'avons pas les memes facons d'imaginer la Redemption.

Le Jugement arrive a grands pas Shandril, c'est pourquoi il faut cesser ces guerres qui n'ont aucun sens, ces règlements de comptes qui ne veulent rien dire, mettre la haine dans sa poche, oublier les rancoeurs et les détails futiles tels que les préjugés et les croyances.

Mais comment faire comprendre tout cela a des personnes qui sont aveuglés par ce que les autres disent et pensent, ils ne sont pas capable de penser par eux-même et voir ou est le moyen de nous sauver tous.

Je me bats en vain, mais ma Foi me pousse à continuer. Je sais que j'ai attiré sur moi la haine de certains, mais cela en vaut la peine si j'ai reussi à ouvrir les yeux a d'autres, et me faire des alliés. Ils voient en moi tous les haruspiciens, pourtant je n'agis qu'en mon propre nom, en celui de Barberousse car je suis ses enseignements. Qu'ils oublient qui je suis, qui je sers, et qu'ils écoutent avec des oreilles nouvelles ce que je tente de leur faire entendre: la raison.

Sagesse et dévotion Shandril... sagesse.. et dévotion...

*Pousse un soupir, ne sait plus comment agir*

Par Shandril Crey le 25/3/2002 à 0:49:17 (#1170762)

Quant √† moi, je ne sais plus o√Ļ j'en suis, o√Ļ en est ma foi.

Tu le sais je crois, tout en moi est amour et compassion, je suis lasse de tous ces conflits, je ne veux pas y être mélée. Je ne participerai pas aux combats qui se préparent, mon but est d'aider mon prochain, pas de me battre pour des causes souvent vaines.

Sagesse et Amour ma chère Dolce, Sagesse et Amour...

Nos points de vue sont proches mon amie, quelque peu différents quant au Jugement, mais très proches...


Shandril passa son bras dans le dos de Dolce en signe de soutien et de réconfort.

Par Abel Dhyr le 25/3/2002 à 1:57:02 (#1171083)

Une haruspicienne, encore une ...

*soupire*

Puisse l'amour de mon fils t'ouvrir les yeux et purifier ton coeur, alors seulement tu decouvriras le vrai sens de la vie ... Voila ou demeure ton seul veritable probleme. Et peut etre alors tu pourras a ton tour guider mon petit fils sur le chemin de la lumiere ...

*secoue la tete d'un air dubitatif*

Par Dolce Agonia le 25/3/2002 à 7:22:03 (#1171457)

Ma Shandril, mon coeur est plein d'amour, de l'amour pour mon culte, de l'amour pour mon fils, de l'amour pour mon fiancé, de l'amour pour mes amis. Mais l'amour ne peut unir tous les hommes et les faire agir au nom d'une même cause. La dévotion le pourrait....

Contrairement √† ce que gens disent sur les haruspiciens, je n'ai pas de haine en mon coeur, m√™me Leyanne, qui f√Ľt d'une insolence intol√©rable envers mon fils et moi n'a pas subit ma col√®re, ma haine, c'est m√™me moi qui ai arr√™t√© le bras de Merlin avant qu'il ne s'abatte sur elle....

Je ne sais plus trop o√Ļ j'en suis, je vais essayer de trouver appuie en moi m√™me, en mon amour pour vous tous, mais je n'y trouverai surement pas la solution, c'est bien plus compliqu√© qu'on ne le croit.


Dolce frissonna, sorti sa cape de son sac de toile et la mit sur ses épaules.

Il fait froid Shandril, rentrons chacun chez nous, les tiens vont s'inquieter, et les miens aussi. Je n'ai pas l'habitude de rentrer si tard à la maison, je ne voudrais pas que Merlin se fasse du mauvais sang pour rien. Merci de m'avoir écouté Shandril, et ne t'en fais pas il y a toujours un espoir, ne l'oublie jamais, tout n'est pas perdu.

Elle embrassa Shandril sur ses deux joues et la reconduisit jusqu'au chemin. Un dernier regard souriant vers elle et elle partit de son c√īt√©, marchand vers sa chaumi√®re. Le vent ne s'√©tait pas calm√© et l'on pouvait voir sa longue chevelure voler au gr√© du vent, les feuilles mortes se melant aux reflets de la lune dans ses cheveux.

JOL Archives 1.0.1
Par Mind