Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

conte de mon voyage II

Par Sariel le 18/10/2001 à 13:45:00 (#281942)

Elle était en train de se laver les cheveux.
C'était un moment privilégié, ce moment ou enfin elle avait le temps, le droit de s'occuper d'elle.
Avec délice et volupté, elle lissait la mousse épaisse sur sa longue chevelure dorée.
Puis elle faisait couler l'eau, longtemps, souvent avec la grosse louche en bois. Bien plus longtemps qu'il n'était necessaire pour les rincer.
C'était le seul moment ou elle avait un peu de répit. Bientot, dans trop peu de temps, elle devrait y retourner, servir, sourire, passer entre les tables sous le regard concupiscent des hommes qui frolaient ses hanches d'une main indiscréte.
Elle ne disait plus rien. Au début, elle s'était offusquée, avait crié, gifflé... mais la force de l'habitude avait fait qu'elle ne se retournait même plus pour voir le visage, souvent hilare, de celui fier de se permettre une tel privauté sur la fille de salle.
Fille de salle, servante d'auberge, souillon,catin, esclave... Quel terme convenait le mieux a cette condition? La aussi elle avait renonc√©, elle accomplissait chaque jour sa t√Ęche, sans se poser de questions : je sers, j'encaisse, je nettoie, je ramasse, je fais semblant de rire aux plaisanteries grasses qui me donne envie de vomir et parfois je monte dans une chambre, et je meurs de souffrance et de honte.

Elle acheva de se secher les cheveux, la patronne commencait a l'appeler de cette voix insistante qui précède les coups.
Elle remit son chemisier, qu'elle avait quitté afin de ne pas le mouiller. Ce simple geste lui arracha un gémissement, la brulure des coups recus hier ne s'apaisait pas.
Pourquoi avait elle été battue? Elle n'en savait rien, peut être simplement parce que le patron était saoul, et qu'il avait besoin de se déchainer sur quelqu'un? Sur elle, pourquoi pas? Elle n'étais rien, rien que la fille de salle, la fille de salle...
Poussant un long soupir, elle rentra dans l'auberge et se dirigea vers le comptoir. Quelques clients étaient la, des habitués qui ne la voyait même plus.
Elle les servis, machinalement, avant d'aller regarnir le feu pour le repas du soir.

Quand le groupe d'hommes entra, elle était en cuisine. Elle fut avertis qu'il se passait quelque chose d'inhabituel par la voix obséquieuse de la patronne.
Elle sorti, frottant ses mains a son tablier pour voir ce qu'il se passait.
Ils étaient trois, en armures, 2 jeunes et un plus vieux, qui semblait fort las.
Elle se dirigea vers eux pour leur demander ce qu'ils voulaient boire, mais la patronne la poussa brutalement avec un "pousse toi souillon* qui la mortifia.
Elle allait s'éloigner quand le plus vieux des hommes la rappela. Il y avait de la douceur dans cette voix. Elle ne savit même pas qu'une voix d'homme pouvait être aussi douce.
Elle se retourna lentement, et croisa le regard du chevalier. Elle frémit de tout son être. Il ne la regardait pas avec mépris, ni même avec désir, il la regardait avec gentillesse. Elle ne connaissait pas ce genre de regard. Elle rougie violemment, ce qui eu pour effet de faire rire la patronne, rire qui fut éteint par un regard foudroyant.
Les trois hommes se regardèrent, sans prononcer une parole. Puis, celui qui semblait être le plus jeune, pris a sa ceinture une bourse, l'ouvrit, et en vida le contenu sur une table.
Les yeux de tous les convives s'allumèrent: sur la table brillait de l'or, probablement plus d'or que personne ici n'en avait jamais vu.
L'ecuyer poussa l'or vers la patronne, sans avoir dit un mot, puis il prit la jeune fille ébahie par la main et l'entraina dehors suivi par ses compagnons.
Lorsque la douce chaleur d'une couverture jettée sur ses épaules l'envloppa, elle sut que la peur, la honte, les coups faisait maintenant partie de son passé, l'avenir s'ouvrait, vers quoi?vers ou?elle ne voulait pas le savoir. Elle avait un avenir, simplement.

Par Dalor le 18/10/2001 à 14:02:00 (#281943)

Très belle histoire dame Sariel.
Vous avez reellement un don pour conter les histoires.

*soupèse la bourse attachée à sa ceinture*
*soupire*
*eclate de rire* Je crois que je ne pourrais faire comme ces preux chevaliers..

Par Gilthanas le 18/10/2001 à 14:11:00 (#281944)

*Attache un petit papier a la patte d'une blanche colombe*
*lui murmure deux mots*
*l'envoie vers le ciel, pour une destination qu'il ignore*

A toi, ma Sariel ...

*soupire, puis s'en va*

Par Mcyavel le 18/10/2001 à 17:03:00 (#281945)

Vraiment Magnifique sariel, je suis en complète admiration on s'y croirait.
En lisant le récit je voyait tout en image
vraiment génial
tu ne veux pas écrire une petite nouvelle dit ?

*le joueur derriere Mc admiratif*

j'veux ecrire pareil moi :(
il faudrait que je m'y mette un de ces jours :)

JOL Archives 1.0.1
Par Mind