Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

La Chasseresse [Background RP]

Par Tamara/shishiette le 4/2/2003 à 2:51:56 (#3166059)

Tamara n'avait toujours eu qu'√† lever le petit doigt et tous ses caprices √©taient exauc√©s dans la seconde. Elle avait le sang bleu, comme on dit, et sa famille √©tait assez riche pour mettre de nombreux domestiques √† leur disposition. La jeune femme avait re√ßu une √©ducation digne d'une dame de son rang; elle avait appris √† lire, √† √©crire, chanter, danser et jouer de plusieurs instruments de musique. Tous les travaux et les t√Ęches m√©nag√®res √©taient fait √† sa place, Tamara n'avait qu'√† go√Ľter aux plaisirs de la vie en toute tranquillit√©. Elle n'avait d'ailleurs aucun scrupule √† user de ses charmes pour obtenir ce qu'elle d√©sirait. La gamme enti√®re des √©motions pouvait y passer, pour autant que cela la rapproche de son but. Les autres n'√©taient que des jouets √† ses yeux, et elle savourait chacune de ses victoires. La jeune dame ne se pr√©occupait pas de la vie des gens autour d'elle et ignorait tout des r√©centes disparitions qui apeuraient pourtant son entourage.

Toutefois, Tamara se réveilla un matin loin de ce qui lui était familier. Seuls les froids sommets des montagnes d'Arwic s'étendaient devant ses yeux. Complètement désemparée, elle maudit à grand cris cet endroit aride et inhospitalier, regrettant amèrement la présence de ses domestiques. Elle se risqua à descendre la colline, suivant la route, et découvrit un monde encore plus horrible qu'il n'y paraissait; les vallées grouillaient de vermines et de bestioles prêtes à lacérer sa chair à la moindre occasion. Elle arriva tant bien que mal à la petite ville d'Arwic et se trouva un coin qu'elle n'avait plus l'intention de quitter. Tamara se rendit compte que la noblesse n'existait pas en cet endroit, que sa lignée ne signifiait plus rien, qu'elle n'était plus rien. Seule, sans défense, elle n'était qu'une petite créature fragile et inoffensive perdue dans un univers sans pitié. La demoiselle ne savait rien de son arrivée mais souhaitait déjà en finir. Des larmes de désespoir roulaient sur ses joues, mais elle n'avait pas le courage de mettre ses plans à exécution. Au bord de l'épuisement, elle tomba dans un sommeil presque comateux, sans rêve, sans joie.

- Ma belle... Tu ne peux pas te laisser mourir comme cela!

Elle se r√©veilla en pleine nuit au son de cette voix, douce et envo√Ľtante, qui r√©sonnait √† ses oreilles.

- Laissez-moi, j'ai le droit de disposer de ma vie selon mon bon plaisir" marmonna-t-elle.

La voix se fit plus suave et la jeune dame sentit des mains se poser sur ses épaules dans la noirceur.

- J'ai beaucoup mieux pour toi que ce trou lugubre... Apprend à te battre, recommence à séduire et tu retrouvera ta fierté d'antan ma belle!

L'intonnation était plus passionnée, plus assurée. Tamara sentait les mots couler en elle comme un torrent dévastateur. Elle tourna la tête pour regarder son interlocuteur, mais la noirceur était si dense qu'elle ne vit rien.

- J'ai confiance en toi, ma belle... nous nous reverrons!

un grand frisson la parcouru lorsque les mains s'éloignèrent et elle se sentit emplie d'une soudaine vivacité. L'espoir lui était revenu et elle esquissa un sourire dans l'ombre. De nouveau confiante, sa voix retrouva ses intonations charmeuses.

- Je serai à la hauteur, la défaite est inacceptable...

Tamara s'arma d'un arc et se mit en chasse, terrassant tout sur son passage, √Ä force de charme et de gentillesse, elle su se trouver des compagnons pour l'aider. Elle traversa maintes terres, maintes √©preuves, anim√©e par l'espoir d'une nouvelle rencontre avec cet √™tre. Cependant, elle ne savait rien de lui, ni du moment ou de l'endroit o√Ļ elle le retrouverait. Elle parcouru Osteth, puis Omishan, toujours habit√©e par cette m√™me ardeur. Cette voix, chaude et obs√©dante, hantait ses r√™ves, troublait ses pens√©es. Mais une nuit, les paroles chang√®rent...

- Les ombres, ma belle, c'est l√† que tu me retrouvera... Bient√īt...

Cet indice l'emplit d'une joie mêlée de terreur, Elle ignorait ce qui allait se passer, mais gardait une confiance intacte en ce guide spirituelle qui avait fait d'elle une archère habile. Tamara décida de se lier au royaume de l'Ombre et se mit à attendre patiemment un nouveau contact avec son mystérieux messager...

Re: La Chasseresse [Background RP]

Par rthemis le 4/2/2003 à 12:36:42 (#3167787)

Provient du message de Tamara/shishiette
Seule, sans défense, elle n'était qu'une petite créature fragile et inoffensive perdue dans un univers sans pitié.


:rolleyes: De qui se moque t on?



Sinon c'est un très beau texte Tamara :) Bravo

:D

Par Gunsy le 4/2/2003 à 18:45:56 (#3170695)

(marrant ca, Tamara la Louve c'était le nom d'un de mes persos sur T4c)

" Tu te trompe Gunsy, OUI tu te TROMPE !!"

Le vieil homme arpentait de long en large sa modeste cache, tour à tour fixant Gunsy, puis replongant dans ses murmure.

" M√©fie toi de l'Ombre Gunsy, ce n'est pas ce que tu crois, ce n'est pas qu'un ramassis de vaurien a pourfendre, L'Ombre est dangereuse, l'Ombre a bien des pouvoirs que tu ignore. L'ombre pourrit les √Ęmes, durcit les coeurs "

Le vieil homme possa ses mains sur les épaules solides de Gunsy, le fixant droit dans les yeux.

"Ne fait jamais confiance à personne Gunsy, jamais. Le Chaos est fourberie et vice, il peut se dissimuler dans un compagnon que tu crois fidèle, dans une compagne aussi...."

Gunsy percevait une incroyable gravité dans les propos du vieil homme.

"Même une compagne Gunsy...."

Le vieil homme s'en retourna sur son amas de couverture qui lui servait de couche, et baissa les yeux en retournant encore et encore la longue mèche de cheveux blond qui ne quittait que rarement ses mains.
Gunsy l'observa longtemps, le sage, le fidèle Akhim Ruidalam. La mémoire de toute cette partie des caches. Qu'était il donc avant, pour connaitre tant de chose, qu'avait il combattu pour être si fort et expert en presque tout.
Et qu' avait il vu pour être désormais si frêle et apeuré.
Gunsy, percevant les sanglots du vieil homme, sut qu'il était temps de le laisser pour aujourd'hui.
Il reviendrait bient√īt, il voulait savoir, tout savoir.



Gunsy
Soldat du Chapitre Impériale

Par Napoldée Linwelin le 4/2/2003 à 19:39:15 (#3171012)

Combien de jeunes femmes arrivaient dans le royaume de l'ombre d'abord par des voix les appelant.
Des voix chaudes arrivants dans des moments difficiles.
Des voix pour vous aider juste le temps qu'il faut..
Certaines dispara√ģtront ou ne feront que des apparitions dans votre vie.

Et puis pourquoi dire sans cesse que le royaume est mauvais?
Est il pire que les autres qui vont pareil se battrent ou chercher querelle...
Il y a parmi nous des gens correct, honnêtes... Tous ne sont pas fourbes ou menteurs.
Notre voie nous m√®ne l√† o√Ļ va notre coeur au plus profond.

Peut être qu'au fond de nous sont des choses qui ne peuvent qu'appartenir à l'ombre....

Tamara si tu as déjà rejoins notre royaume, alors soit la bienvenue et reste toi même...
Même si séduire est une manière d'avoir ce que tu désires...

Comme elle aimerait parfois que comme tous les dires... son coeur soit durci par l'ombre...
Comme elle aimerait parfois devenir comme tous ces dires.... aussi méchante qu'elle est supposée être...

Reste toujours celle que tu es...

---------------------------------------------------------
Très belle histoire Tamara, j'espère un jour te rencontrer...

Par rthemis le 4/2/2003 à 20:14:41 (#3171244)

Provient du message de Napoldée Linwelin

Et puis pourquoi dire sans cesse que le royaume est mauvais?
Est il pire que les autres qui vont pareil se battrent ou chercher querelle...
Il y a parmi nous des gens correct, honnêtes... Tous ne sont pas fourbes ou menteurs.
Notre voie nous m√®ne l√† o√Ļ va notre coeur au plus profond.



Tout a fait d'accord ;)
L'ombre abrite sans doute un grand nombre d'hommes et femmes valeureux et determinés, justes et grands par leurs actes et leurs pensées.

Par Gruuvan le 5/2/2003 à 1:40:49 (#3173006)

( Tiens moi sur Caern c'était Arali Talkina, sur caern... mais j'ai jamais rencontré de Tamara la louve ^^ *Tam meme si c écrit Gruuvan)

Le Temps...

Par Tamara/shishiette le 5/2/2003 à 1:57:00 (#3173054)

Elle attendait, patiemment, avide de conna√ģtre l'identit√© de cette personne qui tardait √† se r√©v√©ler. Pourtant, un malaise grandissait en elle: n'avait-elle pas √©t√© un peu na√Įve de boire ces paroles sans r√©fl√©chir? Mais chaque fois que Tamara se r√©p√©tait les phrases, recr√©ait les intonations fluides de la voix... Elle ne pouvait que chasser ces pens√©es incongrues de son esprit.

Elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour rencontrer le plus de gens de l'ombre possible, pour entendre le plus de voix différentes possibles... Mais la jeune femme ne trouvait toujours pas l'interlocuteur qu'elle désirait tant voir. Cependant, son espoir restait vivace et ses yeux scintillaient à chacune de ses rencontres, son sourire se faisait plus charmeur... Toute personne était potentiellement un contact, un lien avec ce mystérieux personnage qui la hantait. Elle le retrouverait un jour, elle en était persuadée, mais quand?

(Tous ceux qui veulent se mêler a mon histoire sont les bienvenus :D )

Par Gir_the_space doggy le 5/2/2003 à 16:40:45 (#3176826)

Gir avais passer une soirée excellente avec ses compagnons de guilde des ténèbres. Il avait eu largement le temps de satisfaire l'appétit de sa "moitié" et de pallier a son besoin de violence

Gir est un de ceux touché par la malédiction du berserk, lancée par une Maitresse de la Colère sur sa famille depuis des générations.

Il avait été enfermé pendant de longue années dans les prisons souterraines des refuges, avant l'exode de la re-découverte du monde extérieur, pour avoir massacrer sa famille entière à mains nues à propos d' une divergence d'opinion sur la malédiction berserk ; son père défendais que c'était une malédiction, mais Gir était sur que c'était en fait une bénédiction du royaume des ombres ; il décida que le sang de sa famille devais être répandus pour permettre son élévation dans les ténèbres.

On le traita de misérable monstre sanguinaire, d'ennemi de la paix, et de parasite a exterminer. Il n'oublieras jamais le visage de tout c'est ignares, inconscients des possibilités qui s'offraient à eux, bien qu'il avais bien vu que certains l'enviais. Ils paieront , eux ou leur descendance, mais ceci est une autre histoire.


Après cette soirée de chasse, Gir et ses compagnons de la Darklegend avaient décidé de faire un halte a Ikeras. Il eu une violente altercation de points de vues existentielles avec une Dame de l'Ordre en défendant son point de vue de l'ombre.

C'est ici qu'il rencontra Tamara.

Elle s'était approché de la discussion sans que personne ne s'en aperçoive, à la manière d'un serpent charmeur.
Malheureusement, la rencontre tourna court a cause de l'intervention de deux guerriers neutres qui avaient bien en tête de rendre Gir encore plus fou qu'il ne l'était.
Son sang ne fit qu'un tour et son ton devins plus sec et agressif qu'auparavant, et n'eu pas le temps de retenir la belle Tamara qui décida de s'en aller.

Il eu l'occasion de la recroiser quelques lunes suivantes.
Elle était en compagnie d'un ami Lugien et d'un Burun un peu trop affectueux, que Gir et un de ses vassal s'empressèrent de réduire a l'état de souvenir pour ses congénères.

la jeune Dame, s'empressa de le salué, avant qu'il n'ai eu le temps de se tourner vers elle. Ils discutèrent ensemble, semblant s'analyser l'un autre, comme un petit jeu de mascarade mesquine et charmeuse, ce qui ne laissa pas Gir insensible.

Ses devoirs de Monarque envers son vassal et sa soif de sang l'obligère à quitté la compagnie de la jeune Dame qu'il trouvais de plus en plus intrigantes et mystérieuse.
Mais il espérait recroiser ses pas et faire plus ample connaissance, au moins par sécurité. Garder les gens forts et ses ennemis potentiels a ses cotés est le meilleur moyen de s'assurer la victoire, pensait il.

Par Tamara/shishiette le 6/2/2003 à 1:21:22 (#3180540)

Plus les jours avan√ßaient, moins la voix l'obs√©dait. Tamara se plaisait √† fl√Ęner sur les routes, s√©duisant les hommes et faisant couler le sang de ses ennemis. Elle √©coutait et r√©fl√©chissait, oubliant peu √† peu ce qu'elle cherchait. La jeune femme d√©couvrit qu'elle n'avait besoin de personne, mais plus important encore, que le bien et le mal existait: il y a SON bien ainsi que tous ce ou ceux qui lui sont utiles et ce qui l'emp√™che d'avoir du plaisir est le mal. Elle comprit que les obstacles √† son bonheur devaient √™tre √©limin√©s, non plus seulement mis de cot√©. D√©sormais, elle n'h√©siterait plus √† faire souffrir si son coeur le r√©clamait...

Elle s'était arrêtée un instant à Ikeras, cherchant matière à se distraire lorsqu'elle entendit cet éloquent personnage contester le point de vue d'une dame de l'ordre. Elle se fit discrète, écoutant l'inconnu, essayant de percer les mystères derrières ses belles paroles. Elle décida d'intervenir lorsque les deux partis tendaient à l'agressivité. Ce soir la, Tamara n'avait pas envie de voir couler le sang... Pas celui de cet homme qui lui semblait très intéressant. Elle avait envie d'en savoir plus; il était différent des autres. Gir ne semblait pas aveuglé par une idéologie utopique, il paraissait moins fanatique que beaucoup d'autres hommes qu'elle avait rencontré. Et elle trouvait cela des plus... intriguant...

La belle et le vassal

Par Tamara/shishiette le 7/2/2003 à 4:40:09 (#3187642)

Tamara rencontra un vaillant tumérok, Zenderkall, qu'elle savait être le vassal de Gir. Elle accepta sa compagnie lors d'une chasse au burun. La jeune femme tenta en vain de trouver une faille pendant leur conversation, un indice qui lui en dévoilerait un peu plus à propos de son monarque. Mais le jeune franc-tenancier était vif d'esprit, d'une politesse irréprochable et totalement dévoué à ses engagements. L'homme qui le gouverne devait être digne de confiance pour qu'un si fier combattant abaisse sa garde en sa présence... Mais que vaut vraiment la confiance?

Par Cerbere le 7/2/2003 à 7:05:17 (#3187769)

Cerbere passait tranquillement près de l'Oriad lorsqu il rencontra une charmante femme pleine de détermination.
Il l'observa quelques instants et pu voir dans ses yeux un étrange sentiment. Il n arrivait pas a déterminer ce que cela pouvait bien être. Elle combattait avec fureur ces vils banderings.
Cerbere profita d un moment de répit de la créature pour invoquer quelques sorts de guérison sur cette femme.
Elle le remercie et lui fit comprendre qu elle aimait étrangler ces monstres. Cette phrase fit sourire Cerbere, qui se dit voila une personne dont l'Ombre peut etre fier.


Cerbere.
Representant de la Horde du Chaos.

Par Zenderkall le 7/2/2003 à 19:55:41 (#3192726)

"Au commencement Zenderkall était un jeune Tumérok talentueux. Fils de Saryon et dYnilla, il était dès ses plus jeunes années perçu comme le plus prometteur de sa génération. Son lien empathique avec la nature était incommensurable, même pour un tumerok. Très vite Zenderkall sisolait des membres de sa race et passait parfois plusieurs jours dans les forêts avant de revenir dans son village. Personne ne savait exactement ce quil y faisait, peu de gens, même ses rares amis, ne le questionnaient.
Personne ne savait a quel point son lien empathique avec la nature était fort. Personne ne savait quil pouvait ressentir la souffrance de la terre et de la nature souillée par des créatures infames. Personne ne savait que des voix parlaient dans sa tête, gémissant de douleur et hurlant de rage. Non, en effet, personne Extérieurement Zenderkall passait simplement pour un marginal, un solitaire suscitant parfois des moqueries et dautres fois ladmiration.

Cest alors quun √©v√©nement majeur survint. Une horde hurlante de Buruns attaqua son village, pilliant, violant, br√Ľlant tout sur leur passage propageant un feu qui consuma 7 jours durant la for√™t. Zenderkall √©tait comme a laccoutum√©e en maraude pendant lattaque, et ce fut le halo de lumi√®re induit qui lalerta. Arriv√© dans son village il contempla √† genoux, devant les cadavres des seuls √™tres qui lui avaient √©t√© chers, le feu consumant la moiti√© de la for√™t. Les hurlements des arbres en col√®re vrombissaient dans sa t√™te, implorant la vangeance et la purification. Un maelstrom de sensations lenivrait jusqu'√† en perdre le contr√īle, il ne ressentait plus son √™tre. La folie semparait de lui. Les pens√©es le frappant et le malmenant saccelraient. Il cru mourir mais tomba simplement dans linconscience. Il fut reveill√© par un humain : Scias Lahaine, et laccompagna dun accord silencieux. Ainsi guid√© par cet √™tre obscur il allait vers de nouvelles rencontres. Mais quen √©tait-il dans lesprit du jeune Zenderkall ?

La mort de ses proches aurait pu √™tre moins grave de cons√©quences dans un esprit moins tortur√©. Mais ces voix dans sa t√™te persistaient et montaient crescendo. La souffrance de la nature et de la terre naurait donc elle jamais de fin ? Cest alors que la lueur de la folie illumina les yeux de Zenderkall pour ne plus jamais le quitter. Il y a un moyen pour que les souffrances cessent : non pas la sienne mais celle du monde entier. Zenderkall allait suivre lombre : il devait embrasser le chaos pour accomplir sa t√Ęche. Lui seul pourrait d√©truire le monde. Et alors alors toute souffrance aurait une fin. HopeSlayer y √©tait presque parvenu

Zenderkall devenait plus fort au fil des années. Les Darklegend lavait acuelli puis aidé. Personne ne demandait de comptes au sein de cette confrérie. Seul lentre aide dans ce monde hostile était de mise. Il fit également de nombreuses rencontres : humains, lugiens, tuméroks faisaient face de concert aux mêmes menaces que lui. Et dans chacun Dans chacun de ces être à chaque fois Zenderkall ne percevait que souffrance et haine. A chaque fois son cur était empli de tristesse et il bénissait le jour prochain ou il leur apporterait la délivrance.
Zenderkall ne pouvait comprendre Cétait sa maladie, sa malédiction."



Une soir√©e alors quil allait perfectionner ses pouvoirs, Zenderkall fit la connaissance dun dame : Tamara. Une humaine √† lapparence affreuse (les humains ressemblent √† des d√©mons pour les tum√©roks) mais au charme envo√Ľtant. Parmis tous ses liens empathiques avec les √™tres de ce monde, jamais il nen avait ch√©ri un autant que celui-ci. Comme beaucoup dautres choses, Zenderkall ne connaissait ni ne comprenait la s√©duction.
Mais malgré cette attirance hors norme, il nen souhaitait que plus sa délivrance. Pour linstant

JOL Archives 1.0.1
Par Mind