Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contrĂ´le

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

La vraie histoire de Fey

Par Fey Blast le 20/12/2002 Ă  8:36:24 (#2837476)

Elle se presenta aux Ogrimariens en racontant cette histoire.

Alors qu’un jour elle se promenait dans le marché de sa ville, Feyarwen fut attirée par un étalage, dessus la petite table, toutes sortes de babioles traînaient.
Son œil fut attiré par un petit pendentif, un ange aux ailes noircies.
Elle passa une de ses mains dessus et ressentit de petits picotements à son contact, elle décida de le prendre, et une fois passé autour de son cou des visions de Chaos, d’hommes et d’enfants agonisants dans les pires souffrances lui vinrent à l’esprit.
Elle quitta la place du marché un petit sourire noir aux lèvres et sa dague rouge du sang d’un nobliau qui gisait maintenant la tête dans le caniveau.
Les semaines passèrent, et un soir, alors qu’elle suivait un homme, elle sentit comme un appel, elle se retourna se demandant ce qu’il se passait et partit dans la direction d’un vieux hangar à l’abandon.
Elle y pénétra avec toute la discrétion nécessaire.
Ses pas furent guidés par on ne sait quelle force devant un petit coffret. Elle le crocheta et fouilla à l’intérieur; dedans se trouvait un petit manuscrit couvert de runes, sa texture était étrange on aurait dit que sa couverture était de la peau séchée.
Elle ouvrit les pages, celles ci comportaient des Ă©critures rouge sang.
Cela parlait d’un dieu endormit, d’une prophétie, ce qui la choqua était que des hommes et femmes étaient dessinés comme sur son pendentif, avec des ailes noires.
Une carte était dessinée, elle décida de partir en quête de cet endroit.
Les fonds lui manquant pour cette aventure, il y eu une petite recrudescence de meurtres, après tout la fin justifie les moyens se dit t’elle.
Les fonds amassés, elle quitta donc sa bonne vieille ville des Trois Pics (en rapport aux 3 montagnes l’entourant)
Bon nombre de nobliaux tombaient dans ses mailles, soit par ses charmes, soit par sa dague et son arc.
Elle parcourut bon nombre de contrées en quête de renseignements, elle découvrit qu’un culte concernant ce Dieu existait, l’Eglise d’Ogrimar.
Bien sur après son passage il manquait quelques personnes à l’appel pour les conseils des Villes ou villages, mais bon, leur argent était en lieu sur, dans sa poche.
Puis elle ressentit un jour comme une Voix résonnant en elle, elle su que leur Dieu était de nouveau libre de ses mouvements. Elle suivit son appel et arriva donc sur un archipel d’Iles nommées Goldmoon.
Elle avait un nouveau territoire pour sÂ’adonner Ă  sa passion, semer le Chaos, tuer, voler et puis les animaux sont nombreux, je ne mourrai pas de faim cÂ’est sur, remarque eux non plus pas de faim cÂ’est sur, se dit-elle en souriant.


Mais une autre histoire pourtant est connue de quelques personnes, un lourd passé que fey a toujours tenu caché .

Issue, d’une contrée lointaine, Feyarwen arrive un jour sur les Terres d’Althéa, avec pour seuls biens, un médaillon attaché précieusement autour de son cou et son arc qu’elle ne quitte a aucun moment.
Arrivée sur Althéa dans un but bien précis, Feyarwen commence a s’aventurer sur les chemins, rencontrant au passage toutes sortes d’individus, son regard se posant plus sur certaines que d’autres.
Mais son amour pour la Nature la poussa a se rendre bien loin de la ville et c’est au cœur de la Foret qu’elle rencontra pour la première fois un homme, assis en plein milieu d’un Cercle de Pierres.
Ne pouvant révéler ce pourquoi elle était ici, elle resta très secrète et écouta les paroles du Druide qui commençait à parlé de lui, de ses Frères et de la Nature ainsi que les vents qui lui contaient les paroles des Fidèles du Très Haut.
Le Druide, plongé dans ses histoires, ne prêta pas attention aux changements d’expressions sur le visage de Feyarwen ainsi que le geste de serrer dans ses mains le pendentif accroché à son cou.
Mais son attention fut détournée quand apparu sous ses yeux, un ange venu du ciel. Le Druide le salua puis l’ange disparu sans même apercevoir la jeune personne dans le cercle.
Interloquée par cet individu, elle commença à questionner le Druide sur cet Ange qui la troubla fortement.
Elle appris son nom et su que ce SĂ©raphin Ă©tait Druide Ă©galement.
Les jours passaient, mais cette apparition ne cessait de lui traverser l’esprit. Elle décida donc de faire connaissance avec cet inconnu qui avait touché son cœur.
Elle passa plusieurs jours en sa compagnie, lÂ’Ă©coutant lui parler de la Nature et chaque jour qui passait les rendaient un peu plus proche lÂ’un de lÂ’autre.
Feyarwen retrouvait le sourire qu’elle avait perdu en quittant sa contrée.
Elle venait de rencontrer l’amour et très heureuse de trouver quelqu’un de si pur, si doux avec elle, elle repris espoir n’oubliant en rien sa destinée à accomplir.
Mais son passé très douloureux ne cessait de prendre le dessus et son bien aimé, commençait à se poser des questions, inquiet par le comportement curieux de Feyarwen, il constata qu’elle serrait souvent ce médaillon auquel il n’avait jamais prêté attention avant.
Lui posant sans cesse des questions sur sa vie, Feyarwen fini par retirer son médaillon et le montra à son ange.
C’est en larme qu’elle remarqua le visage changeant de Kain, lorsqu’il découvrit que sur son pendentif était représenté un Séraphin aux ailes noires.
Il lui demanda la signification de ce pendentif, et c’est la que Feyarwen pour la première fois dévoila son passé qui la fait souffrir depuis bien des années déjà.
Elle s’assis dans l’herbe , le regard se fixant sur un point imaginaire et commença à parler.
- Mon Père se nommait Januss Arwen et ma Mère Shalandril.
- Mes parents travaillaient pour une sorte dÂ’organisation je pense , je nÂ’ai jamais su exactement. Ils partaient souvent , me laissant seule avec ma nourrice.
Je revois encore le visage de ma mère quand elle revenait de ces voyages , elle me ramener toujours un cadeau.
Fey eu un petit sourire emplie de nostalgie.
- Mais un jour mes parents vinrent me voir alors que je jouais dans le jardin , ils avaient le regard dur , mon Père me dit chérie nous allons partir très longtemps car nous avons une grande mission à accomplir , tout ce que je peux te dire , c’est que l’avenir des hommes est en jeu. Ne t’en fait pas on reviendra d’ici quelques mois.
- Mais les mois devinrent des années , et un jour alors que j’étais sur la place du village j’entendis un cheval entrer au galop et les gardes crier , je vis une forme avec des ailes Noires monter le cheval. Celui ci se dirigeait vers moi. Quel ne fut pas ma stupeur en reconnaissant ma Mère , que lui était t’il arrivé ? pourquoi ces ailes ? et comment ?
Le visage de Fey prit une expression de profonde tristesse.
- Ces questions resteront sans réponse hélas , ma Mère me prit par le bras , me tirant dans une petite ruelle , elle me dit tient prend ceci et va t’en , c’est la qu’elle me passa ce pendentif autour du cou , j’étais affolée . Pourquoi ma mère me demandait de partir , je lui posait la question ,elle me dit que la mission qu’ils devaient effectuer avait mal tournée ; ou est Père lui demandais je.
- L’expression de son visage voulait tout dire , je me mis à pleurer , elle me prit dans ses bras et me conduit chez nous , appelant notre nourrice et lui disant de partir avec moi ,très loin du village et de suite. Nous prirent quelques affaires et nous avons pris des chevaux , ma Mère me serra dans ses bras avant que nous sortions de la ville et me dit Adieu ma fille. C’est avec des torrents de larmes dans les yeux que j’ordonnais à mon cheval de partir au galop , à peine avais je fais quelques mètres que nous entendions une déflagration , un éclair venait de frapper une maison , et la nous les avons vu , des centaines de chevaux sur la colline faisant face à l’entrée du village et dessus des hommes , avec eux aussi ces maudites ailes noires dans leur dos. Ils lancèrent leurs chevaux et entrèrent dans le village , nous avons entendus des cris d’horreur , je voulus faire demi tour ,mais ma nourrice m’en empêcha . Nous sommes donc partis sans nous retourner. Je savais que j’avais vu ma Mère pour la dernière fois et que je ne reverrais plus jamais mon village de Snow Mount.
- Depuis ce jour , jÂ’ai promis de leur faire payer.

Secret de dupe

Par Mothra le 20/12/2002 Ă  9:12:46 (#2837582)

Indiscretion et arrogance. Pour un espion il avait bien mal évalué la porté des information qu'il donnait. Encore une fois le Chaos l'avait emporté en utilisant la haine et la colère comme des armes, il avait trop parlé.

Elle a bien servi le Chaos. Volontaire ou pas, elle l'a bien servi.

C'cool.

Par Archange OgrIrl le 20/12/2002 Ă  10:57:36 (#2838130)

J'avais jamais lu cette histoire.
:lit:

Par Phagein Ilua GEN le 20/12/2002 Ă  11:05:46 (#2838176)

Moi je savais ;)

Pha

Par Corwin Elentáris le 20/12/2002 à 11:10:30 (#2838212)

Moi je suis content de savoir qu'il faut des médaillons pour corrompre les gens au Chaos :D

JOL Archives 1.0.1
Par Mind