Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour en Son temple

Par Syndrael le 29/9/2002 à 2:57:39 (#2252208)

Yolinne agonisait au temple de S√©l√®ne, elle venait de l'apprendre. Elle aurait d√Ľ le savoir, le sentir, comme tout les autres, mais la nuit du drame, Syndrael ne portait rien qui puisse l'en avertir, ses pens√©es voguant √† l'exact oppos√© de ce th√©√Ętre de mort, dans la pl√©nitude d'une nuit enchanteresse...

Comment aurait-elle pu imaginer.. elle l'aurait pu, plus qu'Alanis encore, elle l'aurait d√Ľ. Quelques jours avant Yolinne √©tait venue √† elle, doucereuse, caressante, apaisante et tentatrice. Elle l'avait caress√©e d'un regard qui n'√©tait pas le sien, un regard que Leylia avait surpris, qu'elle ne lui connaissait pas non plus. Un changement.. quelqu'un d'autre ? Questions sans r√©ponses.

Elle s'était repliée avant que la situation ne devienne ingérable et en avait fait part à Alanis et Faruun, puis sur au sanctuaire, mais les évènements s'étaient succédés depuis, inexorable étau les dispersant, ne leur laissant nulle répit pour remédier au plus pressé, juste la relative possibilité de pallier au plus urgemment vital.

Entre temps, il y avait eu cet accident, et apr√®s moult recherches, aux endroits les plus improbables, √† d√©faut de la trouver l√† o√Ļ elle aurait pu logiquement √™tre, Caspian avait d√©couvert son corps aux abord du cercle de Silversky. Cette t√Ęche vive derri√®re la t√™te, sous les boucles blondes, ce sang, tout avait indiqu√© √† Syndrael qu'elle souffrait d'une h√©morragie contre laquelle ses talents de pr√™tresse et autres sorts de soins ne pouvaient rien.

Sur ce qui pouvait être son lit de mort, alors que Faruun venait de se retirer sur une dernière prière à Sélène, Yolinne semblait suffisamment faible et atteinte pour qu'ils craignent de ne pouvoir la maintenir en vie jusqu'au matin. La seule druidesse présente s'était dérobée pour de fallacieuses raisons, les laissant dans l'expectative et le doute, douloureuse anxiété mêlée à cet éternel et éprouvant sentiment d'impuissance.

Puis elle avait relevé la tête, et s'était levée, sous leurs yeux incrédules. Rien, pas la moindre de trace du mal qui aurait pu la faire succomber, pas de trouble, de malaise, de fatigue.. Au contraire, elle semblait toujours aussi anormalement euphorique et joyeuse que les jours précédents. A défaut de pouvoir élucider ce miracle, Syndrael avait obtenu d'elle qu'elle garde la chambre au moins une nuit, mais cette mesure était vaine tant qu'elle semblait guérie et valide. Ils n'avaient pu tous rêver pourtant... Encore une question.

Quand elle l'avait vue le lendemain matin, elle avait feint de l'examiner, t√Ęche dont elle s'√©tait acquitt√©e en quelques instants, confirmant la parfaite gu√©risons qu'elle avait constat√© la veille, et elle avait tent√© de la sonder.. un rituel qu'elle ne ma√ģtrisait qu'imparfaitement, m√™lant divination et n√©cromancie, un rituel qui avait alert√© Yolinne, vraisemblablement mise sur ses gardes par l'incantation, partiellement audible malgr√© la faiblesse du murmure.

Mais √† l'issue de cette magie, rien ne lui permettait de soup√ßonner la pr√©sence intruse, rien sinon cette r√©sistance, qui avait bloqu√© ses prospections, mettant pr√©matur√©ment fin aux recherches. Les circonstances lui avaient fait mettre cela sur le compte de la puissante volont√© de la pr√™tresse, d'autant plus que celle ci avait protest√© avec v√©h√©mence puis froideur, bl√Ęmant sa soeur de cet effort pour l'aider et diagnostiquer son mal.. comment savoir √† qui elle parlait √† ce moment ? Et comment interpr√©ter les paroles √©nigmatiques qui avaient √©t√© prononc√©es...

Yolinne semblait pourtant redevenue elle-même, et la créature qui l'habitait était insoupçonnable, tout comme elle continuait de l'être. Les catastrophes s'étaient succédées et tout mal et mystère autour de cette affaire semblait en sommeil.. jamais pour longtemps.

Le temps n'√©tait pas √† la culpabilit√© mais √† l'action. Elle se rendrait demain au temple pour en savoir plus, et conna√ģtre l'opinion et les projets de ses fr√®res et soeurs de foi. Durant son absence, les choses avaient √©volu√©es, le monde continuant h√©las de tourner lorsque tout semblait fig√© pour elle, berc√©e une respiration, entour√©e de plumes, loin de tout..
Le temps n'était plus non plus à la douceur, tout allait recommencer, du moins jusqu'à la prochaine trêve.. elle aurait déjà aimé y être.


Syndrael.

http://membres.lycos.fr/lanala/SyndriSign.jpg

Par Le Pacifiste le 29/9/2002 à 8:10:59 (#2252583)

:lit: *scande : La suite La suite La suite !!!*

Par Kaz Tribal le 29/9/2002 à 14:14:23 (#2253892)

L'ignorance des Un, n'est que la connaissance des Autres.

Par Syris Lloth le 29/9/2002 à 18:54:12 (#2255549)

Pffff, fallait la laisser agoniser là. *Remonte le post pour la voire souffrir* :D

Très beau texte Syndrael sinon ;) *comme d'hab*

Latence.

Par Yolinne MIP le 29/9/2002 à 19:28:52 (#2255747)

L'épuisement avait dévoré les dernières ressources. Toutes deux étaient fatiguées par l'effort fourni. Mais le résultat au bout de deux jours était stupéfiant : plus aucune trace visible de la plaie, si ce n'est le souvenir de sa robe en haillons sanglants, que l'on avait jetée. Le sommeil durait, désempli de rêves. Car la fatigue était telle que nulle pensée n'était produite. Une question pouvait tarauder ses frères de foi : laquelle de deux se réveillerait en premier ?

Par Aza√ęl Lloth le 29/9/2002 √† 21:51:14 (#2256363)

:lit:

Par Ibuki Tribal le 29/9/2002 à 23:52:48 (#2256866)

:lit:

Avertissement...

Par Syndrael le 30/9/2002 à 1:03:55 (#2257070)

Notre culte vient d'être victime de menaces, et nous craignons que des actions agressives soient menées contre nos membres.
Je vous demande à tous de faire preuve de la plus grande prudence, d'éviter de vous promener seul ou dans des endroits isoles.
*Suivait une description des agresseurs : Une femme vêtue d'une simple tenue de toile, un homme vêtu de cuir, tous deux armés d'arcs longs, ainsi que quelques détails sur leur taille, leur stature et leurs traits.*

Nous ne savons pas qui ils sont mais comptons bien le découvrir. Pouvoir capturer un de ces individus serait fort avantageux, cependant je vous demande avant tout a tous d'être prudents, ces personnes semblant dangereuses.
Merci, et signalez-nous tout problème.


La note avait laissée quelques jours avant, en évidence sur le mur du sanctuaire de Sélène, prévenant Ses enfants d'un danger imminent, les mettant en garde contre une nouvelle menace. Sans être anodine, la nouvelle n'était pas hautement préoccupante sur le moment... avait suivi l'agression de Ghim, puis de Gabriel Thylin, qui priaient tous deux Sélène, sans pour autant appartenir au Culte. Les deux avaient étaient blessé d'une flèche, sans gravité, par un archer embusqué qui n'avait pu être trouvé.

Le lendemain de la mise en garde, elle avait été contactée par Glob Lanowar, prêtre de Sélène, qui affirmait avoir repéré l'archère coupable des deux premières agressions aux abords de la capitainerie de Lighthaven. Derrière la vitre qu'elle fixait avec une patiente obstination, on apercevait Arken, assis devant une liasse de document, feignant de ne pas la voir. Elle finit par ce lasser et quitta les lieux, prononçant des mots qu'aucun d'eux ne put entendre.

Ils tentèrent de la suivre afin de la piéger, afin de la questionner, avides d'information, eux qui nageaient dans le brouillard le plus complet mais elle était des plus glissantes et la piste fut perdue en quelques instants. Se faufilant telle une ombre fugitive entre les ruelles de la ville, elle leur avait faussé compagnie en quelques virages.
La recherche prit temporairement fin au pont sud de Lighthaven, o√Ļ les attendait Arken. Ce dernier se posta non loin, le visage couvert, doublant sa pr√©caution d'un sort d'invisibilit√©, tout comme Glob. Ils ne savaient pas encore combien cette derni√®re mesure √©tait futile mais Syndrael l'apprit √† ses d√©pends quelques minutes plus tard, alors qu'elle suivait l'arch√®re, enfin retrouv√©e, dans le but d'attirer son attention et de la mener subtilement √† une embuscade au pont.

Le fait est qu'aucune évidente puissance ne se dégageait de sa personne, sans prestance ni charisme particulier, vêtue de simples vêtements de toile, un arc de médiocre facture à l'épaule, en apparence du moins.. Une apparence, tout comme cette insignifiance illusoire.
Syndrael était encore occultée par la magie de son sort lorsque la femme qu'elle filait se retourna, esquissant un sourire amusé. Elle fit deux fois le tour d'une des habitations, comme pour s'assurer de façon irréfutable que Syndrael, qui ne pouvait se permettre de la laisser quitter son champ de vision, la suivait. La prêtresse avait désormais la certitude d'être repérée mais ne pouvait mettre fin à la filature tant qu'il subsistait un espoir de la mener au piège. Aussi suivit-elle le manège de l'inconnue, qui la promena quelques temps à travers les ruelles et coupe-gorge avant de rejoindre la grotte, à l'Ouest.

Manier l'arc aussi bien que la magie est peu commun, d'autant qu'un sort aussi complexe que celui mettant en jeu les arcanes de r√©v√©lation demandait des √©tudes acharn√©es et un certain nombre de pr√©dispositions √† l'Art, et il paraissait peu cr√©dible qu'elle marche de par les rues avec un tel parchemin en permanence. Non seulement l'usage en √©tait peu commode, mais le co√Ľt suffisait √† refouler la meilleure volont√©. Cela dit, la puissance et la richesse des employeurs de ces 'hommes de main' restaient ind√©termin√©s.
Syndrael se félicitait de porter un heaume à ce moment, au moins, aucun lien ne pourrait être fait et aucune représaille accomplie. Elle se souviendrait assurément de ne plus s'en passer dans de telles situations.

L'arch√®re franchit l'entr√©e de la grotte sans attendre un instant, sans un regard pour celle qui la suivait. Syndrael croyait deviner ses pens√©es √† ce moment.. Elle s'√©tait laiss√©e voir avec si peu de discr√©tion, trop s√Ľre de sa dissimulation magique, c'√©tait d'une maladresse lamentable. Elle imaginait l'ennemie, tapie dans les ombres imp√©n√©trables des galeries, guettant toute entr√©e et tout passage, une fl√®che encoch√©e, pr√™te √† siffler en direction de la premi√®re personne qui franchirait l'ouverture rocheuse.
Pas question de lui faire ce plaisir bien entendu, la ruse était grossière, l'embuscade évidente et même accompagnée de Glob et Arken, il y avait lieu de tout craindre des grottes, d'autant que le premier à y entrer gagnait l'avantage du terrain, en commençant le combat embusqué, avec une plus ou moins bonne connaissance des lieux.

Son go√Ľt, plus que mitig√© pour ce genre de tani√®re, ainsi que la conscience aigue quon cherchait √† la pi√©ger contribu√®rent √† cette salutaire prudence qui ne lui √©tait pourtant pas coutumi√®re et le plan daction fut revu, alors quAlanis entrait en sc√®ne.


Syndrael.

http://membres.lycos.fr/lanala/SyndriSign.jpg

Un app√Ęt trop facile

Par Alanis Lyn le 30/9/2002 à 5:37:51 (#2257429)


Il était prévu de s'occuper de Yolinne ce soir là, mais devant la menace de ces archers inconnus, un autre plan avait été jugé prioritaire : Capturer les agresseurs.
Ses frères de foi lui apprirent le plan prévu, attirer l'archère en un coin isolé, se jeter sur elle, la piéger...

Mais jusque l√† les tentatives pour l'attirer avaient √©t√© vaines. Alanis songea en souriant qu'il lui manquait peut-√™tre un app√Ęt de choix, et le crane qu'elle avait trouv√© hier devant sa porte lui laissait √† penser qu'elle pourrait √™tre cet app√Ęt. Ayant incant√© toutes ses protections, et s'√©tant assur√©e que son carquois √©tait bien ajust√©, la jeune femme quitta son domicile, tous les sens √† l'aff√Ľt.

Aucun recoin de LightHaven n'√©chappait √† leur regard ce soir l√†. Si certains √©taient √† aff√Ľt au pont Sud, d'autres patrouillaient les rues, ombres parmi les ombres, rapportant √† chaque instant les mouvements de leur cible. La baronne sut exactement o√Ļ aller, d'une d√©marche nonchalante et insouciante, pour se faire remarquer par l'arch√®re.

Elle était suivie, oui, mais pas par leur proie... une ombre furtive qui rasait les murs et dont elle avait entrevu la silhouette... l'éclat furtif de ses ailes blanches (pourquoi même essayer de se cacher lorsque l'on porte de si encombrants attributs ??)... Et un léger sourire s'était dessiné sur ses lèvres en réalisant que ce n'était probablement pas un ennemi. L'intrus avait vite été repéré par les vigiles Sélènites qui patrouillait dans l'ombre, mais sa présence importait peu pour l'heure, et elle se contenta de le semer dans les ruelles dont elle était maintenant familière - ou peut-être avait-il de lui-même abandonné sa filature vouée à l'échec.

Mais la proie, elle, ne semblait pas mordre √† l'app√Ęt. Elle l'avait suivi un instant, alors qu'Alanis passait et repassait tranquillement en vue de sa cachette, mais elle s'√©tait effac√©e dans la grotte ou dans des ruelles transversales, se refusant √† la suivre plus avant dans le pi√®ge qui lui √©tait tendu.

Alanis revint se poster en √©vidence √† la place de la fontaine, o√Ļ elle rencontra Nocturna Dahls - Son ventre arrondi trahissait sans doute aucun la grossesse qu'elle avait annonc√©, et raviva l'inqui√©tude de la baronne de la voir ainsi dans les rues alors que planait une telle menace. Une mauvaise excuse pour une erreur de plus, une qu'elle se reprocherait apr√®s coup avec amertume.
Tentant de convaincre la future m√®re de se mettre √† l'abris et d'√©viter le th√©√Ętre de ces menaces latentes, elle laissa baisser un moment sa vigilance, en oubliant, pour quelques instants qui auraient pu √™tre fatals, de surveiller les environs.
Elle ne vit pas l'archère se glisser derrière l'ombre des arbres, s'approcher à pas feutrés, bander son arc et...

La douleur lui rappela, trop tard, les vertus de la prudence.

Le Garde RedSullyvan ne pu que rattraper la baronne qui vacillait, une flèche plantée profondément dans l'épaule.

Par Elyanda le 30/9/2002 à 13:31:44 (#2259059)

Elle s¬í√©tait bien amus√©e, ce jour l√†, √† d√©jouer les pi√®ges grossiers de ces S√©l√®nites aux abois. Elle avait tout de suite remarqu√© la femme qui la suivait, s¬íassurant de sa filature en tournant plusieurs fois autour de la m√™me maison avant de s¬íengouffrer dans une ruelle trop √©troite pour que l¬íon y passa √† deux, s¬íarr√™tant en bloquant le passage et se retournant pour faire face √† celle qui se croyait ind√©tectable, premi√®re erreur¬Ö Lui souriant, elle l¬íavait vue faire vite demi-tour, sursautant de voir devant elle celle que l'on disait si dangereuse, et reprit sa route en direction de la grotte proche de la ville. Qu¬íelle la suivit ou non lui importait peu, aussit√īt hors de vue dans l¬íobscurit√© de la caverne rocheuse elle lut un parchemin la ramenant √† l¬íentr√©e du temple de Lighthaven, les mots de l¬íincantation luisants. Attendez-moi devant la grotte, pensait-elle, les ombres ne sont pas toujours vos alli√©es¬Ö

Se glissant jusqu¬í√† la fontaine, prenant bien soin de contourner les lieux de passage, elle entendit des voix parler de danger et s¬íapprocha se cachant derri√®re le tronc d¬íun arbre bordant la place pour reconna√ģtre sa cible. Sa furtivit√© et sa rapidit√© d¬íaction allaient porter leurs fruits. Apr√®s avoir √©valu√©e la situation, la jeune femme encoch√Ęt une fl√®che d¬íargent, portant toujours la m√™me gravure, et visa avec pr√©caution l¬í√©paule de la femme, l'√©paule du bras avec lequel elle tenait son arc. L¬í√©paule et non le cou ou toute autre partie vitale, elle ne voulait pas tuer mais seulement avertir les S√©l√®nites, les poussant toujours plus, les pressant √† rendre ce qui √©tait en leur possession, ce qu¬íils n¬íauraient jamais d√Ľ avoir entre les mains¬Ö

La corde craqu√Ęt alors que la pointe du projectile, noircie √† la suie pour √©viter tous reflets qui la trahiraient, la jeune femme retint sa respiration et l√Ęch√Ęt son trait sifflant en fendant l¬íair pour venir impitoyablement s¬íenfoncer dans les chairs de l¬í√©paule droite. Elle entendit le cri, le bruit de l¬íarc de bois tombant au sol, et esquissa un sourire satisfait, sa cible atteinte. Des agneaux, pens√Ęt-elle, des enfants qui jouent avec le feu, une force qui les d√©passes¬Ö Se sachant rep√©r√©e, elle prit un petit cachet de cire bleue √† sa ceinture et le brisa. A pr√©sent en s√©curit√©, elle commen√ßa la gravure d¬íune autre fl√®che pour sa prochaine cible¬Ö Tout en faisant cela, elle murmura pour elle-m√™me alors que son fr√®re arrivait pr√®s d¬íelle :

- ¬ę Vous n¬íavez pas fini de vous terrer si vous ne nous le rendez pas. Pauvres fous¬Ö ¬Ľ

Par Leylia le 30/9/2002 à 16:18:31 (#2259923)

:lit: :) :chut:

Par Gabriel Thylin MSF le 30/9/2002 à 19:09:27 (#2261094)

La première agression dont il avait été victime en sortant de la maison de la baronne n'avait été qu'un avertissement et n'avait laissé qu'une blessure superficielle. Il avait echappé le lendemain a une seconde attaque en prenant la fuite avec Syndrael allant ensuite la mettre a l'abri en compagnie de Caspian la ou ces mysterieux archers ne pouraient la retrouver. Une fois en sécurité il l'avait laissée seule pour retourner dans l'agitation de lighthaven ou tout les criminels s'etaient apparement passés le mot pour y semer le trouble. Il appris en arrivant en ville que Chrysaor avait été attaqué et bléssé par un fou furieux lors d'une prise d'otages. Il partit donc rechercher un pretre pour qu'il lui apporte les soins necessaires convoquant donc Korben a la capitainerie. Apres une petite patrouille dans la ville Gabriel fini par rentrer a la capitainerie dont la porte etait close. Il attendait donc qu'arken vienne ouvrir scrutant les alentours sans rien appercevoir jusqu'a ce qu'une voix femininese fasse entendre.

-Hey !!

Il se retourna vers la source de la voix au moment ou la corde de l'arc se relachait. Au meme instant Caspian, jusqu'alors masqué par un voile d'invisibilité apparu a ses cotés pour se jetter sur lui le projettant au sol. La fleche siffla au dessus d'eux pour aller finir sa course dans la porte du batiment voisin. Gabriel et Caspian se releverent rapidement sur leur garde, tout les sens aux aguets cherchant l'archer du regard. Mais la rue semblait de nouveau deserte. Quelques instants plus tard Arken ouvrit la porte de la capitainerie alerté par les bruits dans la rue. Gabriel relacha sa garde l'espace d'un instant pour se tourner vers lui pour l'avertir qu'il était préférable de ne pas rester dehors. Il n'eu pas le temps de finir sa phrase la seconde fleche ne ratant pas sa cible. Le projectile d'argent transperca sans peine le plastron de cuir elfique du seraphin, penetrant dans sa chair pour atteindre son objectif, traversant de part en part le coeur avant que la pointe ne resorte par devant. Gabriel, foudroyé, s'effondra comme une chape de plomb. Il fini sa chute sur le sol pavé du temple de stonecrest sauvé par sa pierre de destiné mais baignant dans une marre de sang, les battements de son coeur se faisant de plus en plus irréguliers le mettant aux portes de la mort. Il ne vit pas Caspian se pencher au dessus de lui pour l'emporter d'urgence auprès de Korben.

Par Gabriel Thylin MSF le 30/9/2002 à 19:17:40 (#2261140)

(maudit lag de forum :()

Par Le Pacifiste le 30/9/2002 à 20:18:24 (#2261508)

:litl::amour::amour::amour::amour:
*attends impatiemment la suite*

Un attentat

Par Syndrael le 30/9/2002 à 21:51:45 (#2261878)

Comment piéger quelqu'un qui peut disparaitre à sa guise dans les ombres, que ce soit par ses talents de voleur ou une quelquonque magie que la révélation ne dévoile pas ? Comment acculer quelqu'un qui pénètre dans une caverne pour être vu, un instant aprés, aux abords de la place ? Comment espérer guider vers une embuscade quelqu'un qui se laisse suivre mais ne semble pas manifester d'intérêt pour les piètres tentatives de sa proie ?
Car elle ne fit pas le moindre mouvement pour suivre ou attaquer Alanis, qui passa pourtant ostenciblement deux fois face à elle.

Arken s'entrainait - du moins le semblait-il - toujours à proximité du pont sud. A quelques pas, Glob et Syndrael étaient absorbés par une discussion vis à vis de laquelle ils rivalisaient de désintérêt. Syndrael s'efforçait à une banale conversation de promeneuse, qui dériva vaguement en exposé religieux que le prêtre n'écoutait manifestement que pour entretenir l'apparence anodine qu'ils se donnaient : un couple prés du pont, innocente et inoffensive figure dont ils n'eurent toutefois pas l'occasion de tester la crédibilité, les piégés potentiels se montrant toujours aussi peu réceptifs.

Puis vint l'attentat.
Arken s'était retiré. Des affaires plus urgentes encore l'appellaient à la capitainerie et il était maintenant manifeste que l'embuscade était un échec. Avec de la chance, d'autres occasions se présenteraient, ils y seraient bien obligés s'ils espéraient toucher Alanis. La baronne n'était pas cible facile, et ils ne s'en prendraient pas à elle en pleine ville, ils devraient se manifester et... Pourtant, c'est en plein centre de la place de Lighthaven que son sang souilla les dalles blanches, lorsqu'elle fut touchée à l'épaule. Syndrael et Glob se trouvaient non loin, n'ayant pas encore renoncé à l'idée de retrouver de la maitriser, par la force cette fois s'il le fallait.

La premi√®re pens√©e de Syndrael lorsqu'elle se jeta sur l'arch√®re fut qu'Alanis avait peut-√™tre √©t√© tu√©e, pens√©e incoh√©rente dans la mesure o√Ļ sa pierre n'avait pas brill√©, mais dans la pr√©cipitation, elle n'acheva pas son analyse de la situation, ce qui permit √† ses muscles de tirer profit d'une adr√©naline qui aurait pu lui permettre de se saisir de la femme si celle ci n'avait pas √©t√© une plus grande vivacit√© encore, incantant un mot de rappel d'une voix preste et assur√©e qui ne trahissait nulle tension, ind√©cision ou crainte.
La seconde pensée avait été qu'ils venaient de commettre une erreur, une imprudence.. mais à l'évidence, ils n'en commettaient pas, pas cette fois en tout cas. L'acte paraissait d'une témérité effarante mais il était pourtant vraissemblablement réfléchit et calculé... selon leurs critères d'efficacité toutefois.

Incantant promptement √† sa suite, puis √† l'aide de parchemins et de rituels de vortex, elle parcourut tout les lieux o√Ļ elle avait potentiellement pu fuir mais l'effort √©tait vain ; elle avait montr√© trop de professionnalisme pour s'attarder sur le lieu d'arriv√©e de son sort et rien de plus que la rumeur habituelle de la foule, mar√©e de badauds et d'aventurier, marchands et flaneurs, bourgeois et ruraux, n'attira son attention l√† o√Ļ elle la chercha. Il ne s'agissait de toutes fa√ßons de rien de plus qu'un acquis de conscience.


Syndrael.

Par Leylia le 1/10/2002 à 15:39:38 (#2265415)

:lit: *repasse par la* :)

Par Syndrael le 1/10/2002 à 22:15:50 (#2267546)

Ils se retrouv√®rent tous au cabinet de la doctoresse Iann-Nyo, o√Ļ Alanis avait √©t√© transport√©e, autant pour la soigner que pour la mettre √† couvert. La voir en bonne forme, malgr√© le bandage qui entravait ses mouvements et l'affaiblissante perte de sang √©tait rassurant, mais le message l'√©tait moins..
Syndrael fit part du piètre résultat de sa poursuite et sortit prendre l'air, non sans rester sur ses gardes. Elle ne pouvait rester éternellement enfermée et après tout, personne n'avait encore vu son visage, même si elle était connue en tant que prêtresse de Sélène, ce qui l'exposait à des violences similaires, menace encore diffuse toutefois..

L'air √©tait lourd des senteurs de la ville : odeurs de viande r√ītie de la taverne, intarissable parfum d'encens du temple, puanteur du cuir br√Ľl√© et vapeur de forges, √† proximit√©, √©touffant le parfum du large et sa douce salaison, un peu plus loin au nord. La rumeur du port se fondait avec une relative harmonie dans l'incessant vacarme de la foule, en centre ville, courant en tout sens vers des obligations et centres d'int√©r√™t vari√©s, sans √©gard pour une promeneuse solitaire en qu√™te de calme.
Il lui eut été probablement impossible de déceler la présence d'un assassin dans ce flot mais elle ne se départait pas de ses protections magiques, sans cesse renouvelée, comptant sur leur efficacité pour la sauver d'une éventuelle première flèche, lui laissant ainsi le temps de fuir la seconde..

Alors qu'elle passait √† c√īt√© de l'armurerie de Sigfried, jouxtant le temple d'Artherk de Lighthaven, son regard fut attir√© par un attroupement, contre le mur ouest du batiment.
Il y avait des gardes, au moins cinq, ou des miliciens, ou peut-√™tre un peu des deux, et une silhouette au milieu, entre les armes, les bras et les mains gant√©es. Elle reconnut Chrysaor, le chevalier royal, et Jeanne, qui tentait de ma√ģtriser la captive avec rudesse. Et quelle captive... formes, visage, mouvements, c'√©tait bien elle, l'arch√®re, qui venait de se rendre coupable d'un attentat contre la baronne.

Nulle doute qu'ils le savaient s'ils l'avaient ainsi interpellée, quelques temps après son dernier méfait, car elle s'était toujours montrée d'une parfaite discrète entre ses interventions, évoluant, méconnaissable, telle une ombre, intangible et intouchable.
Syndrael s'éloigna de quelques pas en apercevant Alanis à l'autre extrémité de la rue, qu'elle interpella, afin qu'elle efface ses dernières incertitudes concernant la prisonnière. Mais elles n'eurent pas le temps de rejoindre cette dernière pour l'identifier.. elle partait déjà...

Ils √©taient tous sur elle, inexorable √©tau de mailles et de plates, la contraignant √† l'immobilit√©. La garde avait d√Ľ √™tre avertie de ses capacit√©s d'√©vasion et ses quelques talents pour la magie. Mais "glissante" √©tait encore insuffisant pour d√©finir ses surnaturelles capacit√©s de fuite..
Elle fut malmenée lorsque les premières syllabes du sort quittèrent ses lèvres, à moins qu'il s'agisse d'autre chose.. elle ne pouvait que l'apercevoir à cette distance, à travers la forêt d'ailes blanches, si caractéristique de la garde. L'un d'eux la tenait fermement, la secouant presque pour rendre toute concentration impossible, tandis que Jeanne la malmenait et la brusquait, dans l'espoir que cela suffirait à la retenir..

.. mais elle ne laissa que ses v√™tements lorsqu'elle se volatilisa. Ce ne fut certes pas des plus spectaculaire, sa silhouette s'intangibilisant avant de dispara√ģtre de leurs regards et leurs √©treintes, mais les conditions de cette fuite - entrav√©e, baillonn√©e et rudoy√©e - n'√©taient pas habituelles..

* * *

Lorsqu'elle en parla avec Leylia, toute aussi férue qu'elle d'artefacts et de magie, elle ne parvinrent à aucune explication satisfaisante de ce miracle.
L'arch√®re n'avait pu, √† priori, utiliser d'objet magique, ses bras et mains √©tant saisies et ma√ģtris√©e par les gardes royaux.
Par ailleurs, les sorts de mots de rappel demandent un certain temps d'incantation, sans même parler de Vortex, qui met en oeuvre des arcanes requièrant une pleine concentration et une invocation fastidieuse. Dans cette optique, il semblait incohérent qu'elle ait pu faire appel à une magie de ce type, mais elles n'en connaissaient nulle autre pour parvenir à telle fin.
L'hypoth√®se fut √©voqu√©e que quelqu'un ait fait briller sa pierre, peut-√™tre un acolyte, qu'il l'aurait envoy√©e au temple d'une fl√®che plut√īt que de la voir parler et trahir sous la menace ou la torture..
Peut-√™tre m√™me aurait-elle √©t√© capable de se supprimer elle m√™me plut√īt que d'√™tre retenue captive mais il n'y avait eu nulle d√©tonation, plut√īt une √©vaporation.. elle avait sembl√© perdre substance avant de dispara√ģtre.
Mais aucune violence n'avait √©t√© commise. Qui plus est, elle √©tait plut√īt bien entour√©e. Pour ce qui √©tait des v√™tements, le myst√®re restait tout aussi complet.

Syndrael avait entendu, au d√©tour d'une conversation, qu'ils n'√©taient pas originaires de Goldmoon. Bien qu'elle fut n√©e en Angelus, elle ne s'√©tait jamais pench√©e sur la magie l√† bas mais ne doutait pas qu'il y ait des diff√©rents notables entre les deux √©coles, et notamment des variantes quant aux pr√© requis, effets et conditions des sorts, rituels et enchantements. Les mages Angelusiens restaient un myst√®re pour elle, myst√®re relativement simple √† dissiper, mais qui ne l'avait jamais intrigu√© jusqu'√† pr√©sent. Elle en parlerait √† Liurn, outre le fait qu'il √©tait son ma√ģtre presque exclusif depuis qu'elle pratiquait, il avait beaucoup voyag√© en terres Angelusiennes et devait √™tre assez √©rudit √† ce sujet.

La derni√®re hypoth√®se, qui sous entendait la validit√© de la pr√©c√©dente, √©tait qu'un alli√© incante un mot de rappel, dans le calme et les conditions requises, le ciblant sur l'arch√®re. Le mot, tel qu'elle l'avait appris √©tait √† effet personnel mais en y pensant, les modifications n'√©tait pas insurmontablement ardue pour parvenir √† ce r√©sultat et un ma√ģtre en la mati√®re y serait parvenu sans trop de difficult√©. Mais l√† n'√©tait pas vraiment la question pour le moment..
Alanis avait été touchée, de même que Ghim et Gabriel. L'avertissement était lancé. Il en viendrait d'autres, plus sévères cette fois, à mesure l'échéance approchait. Ils n'avaient pas encore put prendre la pleine mesure de l'impatience des agresseurs mais comptaient bien leur faire prendre la mesure de Sa colère, lorsque l'on s'en prenait à Ses enfants. Caspian était déjà parti en chasse.


Syndrael.

Par Alanis Lyn le 2/10/2002 à 3:16:29 (#2268381)

*apprecie tellement les recits de Syndrael que le post en remonte*

Menace..

Par Syndrael le 3/10/2002 à 16:56:24 (#2276272)

Le calme semblait revenu, m√™me si la menace n'avait pas faiblie. Alanis restait √©troitement surveill√©e, de m√™me que les autres cibles potentielles et Syndrael √©tait partie pour Stoneheim, esp√©rant y trouver Leylia. Mais c'est un cr√Ęne humain qui fut retrouv√©.. sur le pas de sa porte. Ainsi, pareil 'privil√®ge' n'√©tait pas r√©serv√© √† la baronne, un honneur dont elle comptait bien se montrer indigne.

L'avertissement tacite n'était ni plus ni moins que "Cédez à nos exigences ou vos pierres brilleront.. jusqu'à épuisement." Bien entendu, il était impossible et hors de question de satisfaire la moindre de leur requête, d'autant plus que celles ci n'étaient pas moindre.. alors le danger planait, et l'étau semblait se resserrer au fil des heures d'une nuit qu'elle n'avait pas vue commencer et désespérait de voir finir. Elle qui y avait toujours trouvé protection et réconfort, elle s'y sentait maintenant oppressée, devinant que ses poursuivant en tireraient meilleur parti encore.

Lorsque Syndrael apprit la nouvelle, de la bouche de Gabriel, au sujet du cr√Ęne, elle mit quelques temps √† l'analyser et l'accepter.. tant ses implications la gla√ßaient.. Malgr√© sa pierre de destin√©e, la perspective de succomber sous leurs traits, sentir la morsure des pointes ac√©r√©es de leurs fl√®ches, la vie s'√©couler de ses blessures, la sensation anticip√©e d'un froid, grandissant et irr√©pressible, tout cela avait quelque chose de terrifiant. Outre la douleur de l'agonie et l'√©tat dans lequel elle pouvait parfois arriver au temple, il y avait une crainte moins raisonn√©e, plus confuse, issue de son enfance en Angelus, o√Ļ l'on ne connaissait les pierres de destin√©e que comme des l√©gendes sur lesquelles on √©vitait de s'√©tendre.
Dans un tel contexte, la mort avait une signification bien diff√©rente, et au del√† de cette apparente irrationalit√©, le fait est que m√™me en Goldmoon, il arrivait qu'une pierre se brise au moment de sauver son porteur, que cela soit du fait d'une usure trop importante, une action magique ou tout simplement d'une l√©tale malchance. Pour ces diverses raisons, la peur de la mort l'√©treignit douloureusement en cet instant, elle qui paradoxalement y avait tant aspir√© √† une √©poque et qui la rejetait maintenant de toute son √Ęme, combl√©e par un bonheur sans t√Ęche, parfois bri√®vement assombrit par la crainte de le perdre.
Un signe devant sa porte.. la programmation de son meurtre...

Aussi n'hésita-t-elle pas un instant lorsqu'il l'invita à se rendre à la capitainerie de Lighthaven, afin d'y trouver aide et protection.
Elle incanta sans attendre et parcourut presque en courant les quelques rues qui séparaient le temple du refuge, sans un regard pour les ruelles transversales, sachant qu'elle ne pourrait s'en prémunir, si un danger surgissait, avertie ou pas. Par chance, elle ne fut pas inquiétée sur la route, la probabilité était mince mais suffisamment terrifiante pour donner à son pas une vivacité bienvenue.


Ses doutes et craintes se dissip√®rent d√©s l'instant o√Ļ elle p√©n√©tra dans l'enceinte du poste de la garde, lorsqu'elle balaya la pi√®ce principale d'un regard circulaire, affichant successivement, surprise, soulagement et stup√©faction. Surprise de trouver des visages connus, soulagement de voir une telle foule autour d'elle, stup√©faction de voir tant de monde au m√™me endroit.. et pas n'importe qui. La baronne Alanis, Arken, l'ex-capitaine de la milice et Bardiel, son successeur, √©galement haut commandeur Brehanite, Kehldarin, champion de la lumi√®re et conseiller militaire ainsi que Jeanne DoreggaN et Gabriel Thylin, deux grad√©s de la garde royale. Inutile de pr√©ciser qu'une telle escorte eut d√©courag√© l'arm√©e d'assassins la plus aguerrie de Goldmoon.

Mais m√™me ainsi, le danger n'√©tait pas √©cart√©, il r√īdait non loin, bravant tout les risques sans vraiment en prendre, √† la recherche de la moindre erreur, la moindre imprudence cr√©ant un moment propice pour frapper.
La discussion √©tait sans surprise : qui √©taient-ils, d'o√Ļ venaient-ils, que voulaient-il surtout, ce qui d√©bouchait sur "que faire ?" ou "comment les contrer", autant de questions discut√©es dans un chaos plus ou moins organis√©, confrontation anim√©e de points de vue, perspectives ou opinions, t√©moignages et informations - cela s'apparentait presque √† un conseil de guerre.
Son regard croisa fugacement celui de Bardiel, qu'elle reconnut sans mal, malgr√© sa surprise de le voir en lieu et place d'Arken, arborant l'insigne de capitaine de la milice. Puis ses yeux se pos√®rent sur Gabriel, l√©g√®rement √† l'√©cart, dont la blessure, manifestement soign√©e √† la h√Ęte imbibait le bandage, qu'on aurait sans doute d√Ľ lui changer depuis quelques heures maintenant. Elle se dirigea vers lui alors que le nouveau capitaine formulait la remarque muette, et elle l'entra√ģna avec elle en direction du cabinet, sans laisser de fuite possible.

En sortant, elle surprit de nouveau l'expression dure et inquisitrice de Jeanne, qui la toisait depuis son arrivée avec un mépris mêlé de désapprobation.
La sergente avait d√©j√† mainte fois prouv√© son fanatisme, que ce soit par ses actes, ou ses paroles.. tendance que confirmait son union au "sombre juge" comme se plaisaient √† l'appeler les Sylliens, et dont elle semblait avoir assimil√© les convictions et les exc√®s, en d√©pit de tout les drames qu'ils avaient d√©j√† provoqu√©e. Le fait qu'elle ait vue Syndrael user de n√©cromancie sur l'√ģle de Stoneheim, en toute impunit√© donc, devait y √™tre pour quelque chose.. toujours cet aspect moralisateur, concernant des domaines qu'elle ne comprenait en rien.. ridicule.
Kehldarin patrouillait dehors, √† l'aff√Ľt des bruits de tout ce qui pouvait se mouvoir dans l'ombre ou troubler le murmure de la nuit. Il les salua d'un regard, sans se d√©concentrer.

Ils √©tait tous l√†, gardes, miliciens, guerriers et archers, √† une rue, √† peine quelques pas et deux cloisons, encore moins pour Kehldarin.. mais les assassins eurent l'audace de s'introduire dans le cabinet de Iann-Nyo, dont les volets clos ne furent qu'un obstacle √©ph√©m√®re. Syndrael √©tait sur le point d'√īter les bandes et linges de Gabriel lorsque les intrus commirent leur premi√®re erreur.. qui n'en √©tait pas vraiment une. Sur le parquet de l'entr√©e du cabinet, √† une porte de la chambre o√Ļ elle soignait le lieutenant, un tel craquement √©tait presque in√©vitable, la zone bruyante ind√©celable, √† moins d'y vivre et de se soucier des sons au point d'en apprendre la topographie, latte par latte et d'√©viter tout bruit ind√©sirable. A peine un crissement, celui du bois pliant sous le poids d'un corps, et ils furent sur leurs gardes. Elle voulut croire sur le moment √† un exc√®s de prudence, mais l'angoisse la paralysait d√©j√†, malgr√© le calme dont ne se d√©partait pas Gabriel, qui pronon√ßa en √©cho √† sa voix, les premiers mots de la formule de rappel.
Ils avaient d√©j√† trop subis, et n'avaient pas de moyen de conna√ģtre le nombre et la puissance des ennemis, aussi le retour au temple paraissait une solution de prudence qui ne pouvait que leur √™tre profitable.. Gabriel √©tait bless√©, Syndrael peu efficace en combat... contre une quantit√© ind√©termin√©e d'arcs dont les fl√®ches n'avaient jamais faillies.


Syndrael

Par Syndrael le 3/10/2002 à 17:01:30 (#2276304)

(Etrange... il n'est pas remonté aprés mon ajout...)

Par Gabriel Thylin MSF le 3/10/2002 à 19:10:41 (#2277114)

:lit: :) (c'est parceque je viens juste de me reveiller :p)

Brève accalmie

Par Syndrael le 6/10/2002 à 18:08:45 (#2290315)

Un nouveau craquement, suivi d'un cliquetis, celui d'une autre porte, qui ne pouvait √™tre que celle donnant sur la rue. Ils venaient probablement de condamner leur dernier espoir de fuite non magique, ce qui tendait aussi √† confirmer qu'ils √©taient parfaitement s√Ľrs d'eux, de leur incontestable sup√©riorit√©, qu'elle soit ou pas num√©rique.
Un silence, bref, mais interminable dans cette attente fébrile, et la cliche s'abaissa lentement, sans un grincement, comme si la porte eut été huilée.. ce qui était probablement le cas depuis quelques instants.
Elle s'ouvrit √† la vol√©e, sous l'impulsion brutale d'un bras r√©solu. Les derni√®res syllabes de l'incantation furent prononc√© au moment o√Ļ l'archer s'avan√ßait d'un geste brusque et le sifflement du trait fut couvert par la d√©tonation du sort de rappel qui les ramena au temple de StoneCrest.. Ils n'aper√ßurent du tireur que la silhouette : masse sombre occultant le gris bleut√© de l'autre pi√®ce, dont le volet forc√© laissait maintenant passer la lueur de la lune.
Sur place, Capsian les escorta en lieu s√Ľr, dans la ville centaure, veillant avec soin √† ce que personne ne les y suivent et retourna √† sa traque, probablement avec Faruun ou Arken. Elle dut insister davantage pour convaincre Gabriel de la laisser seule et prit le risque de repasser par Lighthaven, le temps d'y d√©poser une missive pour Leylia, qui saurait la retrouver l√† o√Ļ elle comptait se cacher.

* * *

Un bref répit, à peine quelques jours.. et une nouvelle note suivait la première, de nouvelles consignes de prudence pour les membres :

Nous avons reçu de nouvelles menaces, et Glob a été victime de l'attaque de ces archers. Cette fois ils ne jouent plus, ils visent le coeur.

J'ai pu remarque un homme masqu√© qui m'espionnait par ma fen√™tre, et ai pu constate qu'ils r√īdaient autour de chez moi - je n'ai pas passe la Nuit chez moi d'ailleurs.

Je vous demande a tous d'etre tres prudent, et de ne pas vous promener seuls


Glob avait été retrouvé mourant, au temple de StoneCrest et fut pris en charge par Nocturna qui quittait à peine le chevet un autre chevet, dans cette période de crise.. l'archère était repartie en chasse, plus violente et déterminée que jamais, dans l'espoir qu'ils cèderaient à ses revendications. Restait à voir comment elle continuerait son harcellement lorsque serait venue la riposte. Celle ci serait sanglante à n'en pas douter, et les coups seraient rendus.. enfin.


Syndrael

http://membres.lycos.fr/lanala/SyndriSign.jpg
(si je continue, ce sera sur un autre post puisque celui ci n'a déjà plus rien à voir avec le titre ^^)

Par Graetel Lloth le 6/10/2002 à 18:28:44 (#2290372)

:lit: :amour:

Par Alanis Lyn le 8/10/2002 à 9:14:26 (#2295962)

*pousse un soupire en se rememorant les evenements des jours precedent*

Yolinne enfin hors de danger... Quand a ces archers...
Aurons-nous enfin droit a un peu de serenité ?...

Par Dr Iann-Nyo Lewis le 1/11/2002 à 12:09:25 (#2454936)

:lit: :amour: :amour: :amour:

Par Drazhar Ul'Gar le 1/11/2002 à 12:31:25 (#2455068)

Passionant.

JOL Archives 1.0.1
Par Mind