Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contrĂ´le

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Chroniques de Sombregarde : LĂ -haut sur la falaise...

Par Fenrill le 22/9/2002 Ă  16:44:57 (#2210600)

Index des précédents Ecrits :


*Chroniques de Sombregarde : La légende du peintre
*Chroniques de Sombregarde : Un bastion, un manoir, une salle, un enfant...



Troisième partie : Là-haut sur la falaise...


OOOOOL’enfant avait bien grandi, dans cette ville aux allures de bastion, dans ce bastion aux allures de montagne… Sombregarde, une ville en tout point atypique, une cité inviolée et inviolable perché sur un pic, des murailles imposantes ornant le seul flanc accessible par la terre, un immense bouclier de protection crée par magie pour préserver la baie des attaques venant de la mer…

OOOOOLa ville était si régulière, ordonnée, tout dedans résidait en un engrenage bien huilé et rosé afin d’obtenir la symbiose et la productivité la plus parfaite, l’architecture, digne de la capitale Angélusienne : Eden resplendissait de jour comme de nuit en s’entrelaçant avec les divers artifices et la débauche de magie consacré par les haut prêtre de Syl…

OOOOOCelui qui était maintenant un jeune homme, un adolescent aux yeux argentés, l’appelait la cité aux milliers de spires, la cité où il avait grandi, dans les jardins aux cents verdures, des minarets ornés de gemmes aux beautés immémoriales…

OOOOOAu sein même de cette enclave féerique, comme au cœur d’une fortune digne d’un dragon, résidait pourtant le danger… résidaient les sombres manigances que l’on ose révéler de peur d’étioler la magnificence d’un joyau…

OOOOOEn Sombregarde, dans les manoirs surplombant la cité populaire et si dénuée de pauvreté, dans cette cité placide et si vide de coupe-jarrets en apparence, sur cette falaise surmontant la mer déchaînée où vogue les bateaux en partance pour Corynthia… ce garçon rêvait…

OOOOOCar il le fallait, pour sortir de ces murs, il le fallait pour sortir de ce méli-mélo de perfection, sortir de la mélodie envoûtante, de l’apprentissage artistique, de l’étau dans lequel il était enfermé…

OOOOOUne main se posa sur son épaule, légère, rattachée à une épaule fine où cascadait une chevelure dorée, elle-même encadrant un visage angélique et enfantin… une voix mélodieuse…

OOOOO- FenÂ… il faut rentrerÂ… les dignitaires arriveÂ… il faut que nous jouions pour euxÂ… tu le sait dit-elle en souriant largement...

OOOOOLe jeune garçon acquiesça tout en regardant la mer crépusculaire à présent…

OOOOOA quoi bon dominer en hauteur une ville tout en restant qu’un rouage bien ajusté ? Tout changerait… oui tout changerait… il proposa alors courtoisement sa main à sa jeune camarade de l’école d’art où seule l’élite composait… pour descendre d’un piédestal ou il ne se lassait jamais de monter…


(A suivre... Vous les aviez oubliées celles ci hein ? :ange: )

Par Aina HarLeaQuin le 22/9/2002 Ă  16:49:13 (#2210626)

Oui sauf que les textes précédents étaient plus longs. *relis la légende du peintre, l'appréciant toujours autant*

hhmmm!!!!!!!!

Par Nienna Fayree le 22/9/2002 Ă  19:05:54 (#2211816)

Tu as egalement le droit de ne pas faire expres de balancer des textes aussi courts!!!!! :enerve: :enerve:

Par Fenrill le 23/9/2002 Ă  0:07:54 (#2213830)

*Trebuche*

Par Gabriel Thylin MSF le 23/9/2002 Ă  5:45:45 (#2214429)

:lit: *remonte pour faire mentir ces dames qui disent qu'il n'y a qu'elles qui repondent aux posts de Fenrill ;)*

Par Alanis Lyn le 23/9/2002 Ă  9:24:21 (#2214754)

*se deguise en homme avant de remonter le post*

JOL Archives 1.0.1
Par Mind