Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contrĂ´le

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Histoire d'une vie (IV)

Par Dodgee MIP le 9/9/2002 Ă  16:50:57 (#2126799)

Histoire d'une vie (I)
Histoire d'une vie (II)
Histoire d'une vie (III)


Une à une, les dernières lueurs du soleil refluent vers l’horizon, laissant de longues traînées rouges sur le ciel avant de disparaître. La nuit ne va plus tarder. Déjà les rues changent de couleurs comme d’occupants. Les badauds de la journée laissent place à une population d’initiées, ces hommes et femmes qui se parent de l’ombre du soir pour mener leurs affaires. Dans la ruelle où elle a trouvé refuge, Mekhare tente de reprendre quelques forces.

Rien, une fois de plus elle a perdu la trace de sa fille, à moins qu’elle n’ait encore été la victime de fausses pistes. Cédant finalement à un instant de fatigue, de doute, et de découragement, la mère sans enfant s’assoit, à même le sol, le dos contre une bâtisse muette. Alors que la tête s’affaisse, tombant entre ces épaules lasses, elle ressent encore cette blessure de solitude qui ne la quitte plus depuis la disparition de sa fille. Silencieuses, les larmes coulent une à une vers le sol. La réalité est là, que pourrait faire une simple humaine face aux projets de la Tisseuse ? Que pourrait-elle faire, même, face à ces serviteurs zélés au point de préférer la mort, et dirigés de main de maître ? Elle ne les connait que trop bien. Seule, elle ne parvient même pas à retrouver sa fille. Et même si elle y parvient, comment pourrait-elle déjouer les maléfices qu’ils ont jetés sur elle ?

D’un bond elle se relève, la main sur sa rapière. Lente, trop lente, elle a failli ne pas remarquer les pas de l’homme qui se tient devant elle. Elle n’aurait du laisser tomber sa garde ainsi, elle ne l’aurait pas fait, avant. Maintenant les sens en alerte, elle tente de deviner la présence d’autres agresseurs, sans les trouver. Serait-il possible qu’ils se soient décidés à en finir avec elle ? Mais pourquoi n’aurait-ils envoyé qu’un seul assassin, seraient-ils à ce point sûrs de lui ? L’homme est de taille moyenne, portant un long manteau sombre qui couvre ses bras. La capuche lui recouvre en grande partie le visage, laissant à l’obscurité ambiante le soin de masquer le reste. Du premier coup d’œil, Mekhare sait que cet homme est dangereux, le calme qui se dégage de lui n’étant qu’un masque, un masque de mort. Pourtant elle ne dégaine pas sa rapière, et se contente de rester à bonne distance. L’homme s’est approché alors qu’elle n’était pas sur ses gardes, il aurait eu toutes les occasions de tenter de la tuer auparavant s’il l’avait voulu. Tranchant le silence, elle s’efforça de parler d’une voix calme.

-Qui ĂŞtes-vous, et que me voulez-vous ?
-Paix, petite sÂśur, jÂ’ai cru entendre du bruit par ici, et je suis venu voir qui pouvait ainsi occuper la ruelle.

La voix est grave et posée, celle d’un homme qui mesure ses paroles, et sait les prodiguer avec parcimonie. Un instant, Mekhare hésite sur la conduite à tenir. Elle ne voit rien chez lui qui puisse lui faire penser à un serviteur de la Tisseuse, et pourtant, elle reste sur ses gardes, suspectant un nouveau piège. Ne tenant apparemment pas compte du regard inquisiteur que la femme porte sur lui, l’arrivant se contente de poursuivre d’un ton neutre.

-Il faut croire que la nuit te sourit. Tu sembles avoir besoin de repos, et si tu le souhaites, je connais un lieu oĂą tu pourras te reposer Ă  ta guise.

Dire que Mekhare est fatiguée reste bien en dessous de la vérité, mais l’ancienne assassin sait encore reconnaître une demande.

Sous la proposition polie se cache une invitation forcée. Encore une fois elle hésite, partagée entre la curiosité et le danger que lui inspire cet inconnu.

-Qui ĂŞtes-vous ? QuÂ’attendez-vous de moi ?
-Tu le sauras si tu te décide à me suivre. Crois cependant, que si j’avais voulu te faire du mal, nous ne serions pas là à discuter, Mekhare.

Il connaît son nom. Cet homme parle avec une assurance et une confiance en ses propres moyens qui à elles seules lui valent attention et respect, mais au-delà ce ça, le simple fait de glisser le nom à la fin de sa phrase aurait suffi à faire réfléchir cette femme qui n’a plus personne vers qui se tourner. Le choix est là, tentant, facile. Dans quoi s’engouffre-t-elle en acceptant cette invitation ? Hochant la tête comme pour signifier sa réponse, la femme fait un pas en direction de l’homme, puis un autre.

-Eh bien mon cher inconnu, je vous suisÂ…

Par Corielle le 9/9/2002 Ă  17:30:22 (#2126982)

Tout simplement passionant !:amour: :amour: :amour:

Edité pour réclamer la suite :ange:

Par Minon Poussiere le 9/9/2002 Ă  18:10:44 (#2127279)

:lit:
*attend la suite avec impatience*
:chut:

Par Dodgee MIP le 10/9/2002 Ă  11:46:10 (#2130927)

L’homme ne parle pas, ou presque, se contentant de faire quelques signes et gestes à l’attention de la femme qui le suit dans le dédale des rues. Silencieusement, les deux silhouettes progressent dans des quartiers en apparence déserts. Confirmant ses premières impressions sur son guide, Mekhare note comment cet homme se meut avec aisance dans le décor urbain, sans un bruit, sans un geste superflu. Peut-être un espion, un assassin ou un voleur, ou peut-être les trois selon la nécessité. Tout le long du trajet, l’homme est resté sur ses gardes, professionnel. A vrai dire, elle s’est posé la question de savoir si elle était capable de le maîtriser, afin de le faire parler. L’idée a rapidement quitté son esprit. D’une elle n’est pas sure d’être de taille dans son état actuel, de deux cet homme n’est peut-être pas seul, de trois elle n’obtiendra sans doute rien de quelqu’un comme lui. Mieux vaut le suivre, et découvrir ce qu’il ou ceux pour qui il travaille peuvent bien lui proposer.

Enfin sÂ’arrĂŞtant dans ce qui semble ĂŞtre une impasse, lÂ’homme indique une porte de la main, avant de chuchoter.

-Entre, je tÂ’en prie, nous sommes attendus.

Comme en guise de réponse à ces paroles, le battant de la porte glisse doucement, révélant une entrée sombre où se tient une autre figure. Hésitante, la mère jette à nouveau un regard vers son guide. Elle n’a plus grand chose à perdre, de toutes façons. S’avançant vers l’ouverture, elle entre dans la bâtisse, suivie juste après par l’homme mystérieux.

La salle est faiblement éclairée par une lampe blafarde posée sur la table qui avec les quelques chaises disposées autour constitue le seul mobilier. La figure qui a ouvert la porte se révèle être une femme, vêtue de chausses de cuir et de vêtement en toile. Elle non plus ne prononce pas une parole, même si Mekhare surprend quelques échanges de signe entre elle et celui qui lui a servi de guide. Sans doute quelques instructions, ou tout autre renseignement la concernant. L’invitant à s’asseoir, l’homme s’installe ensuite en face d’elle, alors que la femme reste debout, adossée au mur. Gardant toujours son visage caché par la capuche, l’homme prend enfin la parole.

-Bien, tu dois te demander la raison de ta présence ici, et d’autres questions doivent te venir à l’esprit.

Marquant une légère pause, pour noter la réaction de son interlocutrice qui se contente de hocher la tête, il poursuit.

-Ce n’est guère un secret que tu recherches ta fille, une enfant que d’autres détiennent. Et je ne pense pas t’apprendre que les responsables sont les serviteurs de la Tisseuse, n’est ce pas ?
-Non, en effet.
-Bien.

Joignant les mains devant lui pour y appuyer son menton, l’homme semble réfléchir. Mekhare de son coté cache sa surprise, tentant de conserver un visage impassible face à cet homme qui semble des mieux renseignés. Une guilde, ou une organisation disposant d’information en tout cas. Quelle est donc sa place dans les dessins des uns et des autres ?

-Je vous ai suivi ici, messire. Si vous me disiez ce que vous attendez de moi, au lieu de rappeler ce que nous savons déjà ?
-Je vais être direct en ce cas. Je ne peux me permettre de m’opposer directement à ceux que vous recherchez. Néanmoins, si d’une certaine manière d’autres venaient à s’occuper de ce que je considère comme une gêne, j’avoue que ce ne serait pas pour me déplaire.
-Je crois comprendre… Seulement j’ai trop longtemps servie en tant que simple outil pour me satisfaire de ces explications. Qui-êtes vous, quelle est cette cause que vous défendez, et pourquoi vous aiderais-je ?

L’homme se recule un peu sur le dossier de sa chaise, s’éloignant de la lumière prodiguée par la lampe. Cette pause, plus théâtrale que réellement utile, semble durer le temps d’un long soupir avant que sa voix grave ne revienne en guise de réponse.

-Qui je suis n’a que peu d’importance pour toi, il te suffit de savoir que je sers la Dame de la Nuit, et que j’ai mes raisons pour vouloir la mort de ces suivants de Feyd-Ehlan. C’est à l’assassin que je m’adresse, et non à la mère qui a perdu son enfant.
-Je ne suis plusÂ…
-JusquÂ’oĂą serais-tu prĂŞte Ă  aller pour retrouver ta fille ?

Surprise par le ton, bousculée dans la conversation, Mekhare ne sait que répondre. Pourtant c’est tellement évident. Oui, elle a tué et retué pour tenter de retrouver sa fille. Elle le fera encore, sans aucun doute. Prête à replonger dans l’enfer de l’assassin. Non, c’est déjà fait. Ces dernières semaines n’ont été que cela, entre traque et recherche. La vérité la frappe cruellement, elle baisse la tête. La voix grave, elle, continue, elle sait où la conversation la mène, elle sait déjà que la seule conclusion logique va en sortir.

-Je te propose notre aide pour les retrouver, leurs cachettes, les informations dont tu auras besoin. Je te demande la tête de celle qui les dirige, celle qui retient actuellement ta fille, la responsable de tout ceci. Voilà le marché.

La réponse n’a pas besoin de venir. Mekhare a déjà accepté, et son interlocuteur le sait.

Par Alanis Lyn le 10/9/2002 Ă  11:54:55 (#2130972)

Rhaaaaaaa........ :amour: :amour: :amour:

Par Corielle le 10/9/2002 Ă  14:04:21 (#2131706)

Humm je suis un peu à court d'expressions là. Je vais donc me contenter d'un : j'adÔreeee :amour:

A suivre !!! :)


Ps : je parie 5 M po sur Mekhare !!!

Par Syndrael le 10/9/2002 Ă  17:45:36 (#2133108)

:lit: :)

Par pitié pour les chevilles déjà malmenée de l'auteur, je me contenterai d'un sobre "up" ^^

je parie 5 M po sur Mekhare !!!

Pff, elle ne serait rien sans les Sélènites, il y a une leçon à en tirer :p

Par Khaelon Lloth le 10/9/2002 Ă  18:22:43 (#2133400)

Mais pourquoi est il aussi talentueux?????;)

JOL Archives 1.0.1
Par Mind