Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Adieu, Amroth....

Par Tenessia le 31/8/2002 à 12:22:40 (#2066644)

Tenessia a 8 ans. Elle a appris à éviter les monstres stupides et lents. Et voici quune racine darbre la fait trébucher et voici quun monstre la rattrape et se jette sur elle. Père nest jamais loin. Sans un mot, il frappe la bête et emporte Tenessia en pleurs dans ses bras. Père nuse que rarement de magie, il dépose lenfant sur son lit et lui tend une potion quelle boit le visage en larmes.
- Tenessia, réservez vos pleurs pour les moments graves ou douloureux que la vie ne manquera pas de placer sur votre route. Quelques bosses et égratignures, est-ce grave, à votre avis ?
La voix était ferme sous les inflexions rassurantes et douces. Une voix que Tenessia na pas espoir de retrouver en un autre, un jour...

Tenessia a 20 ans. Le visage enfoui dans loreiller de crin, elle pleure. Ce sel là, cette eau là, elle peut sautoriser à les répandre. La vie a posé ce moment de douleur qui justifie les pleurs.

Adieu, Amroth... Compagnon de patrouille et ami r√©v√©l√©. Nous navions pas fini de nous conna√ģtre... Jaimais ta paisible pr√©sence, ton sourire tranquille, ton sens du devoir discret, cette fa√ßon que tu avais de servir sans jamais te mettre en avant. Jaimais ton allure ferme, emplie de courtoisie et pourtant d√©termin√©e dans la volont√© dappliquer strictement ce que lordre exige. Toutes ses qualit√©s, si peu reconnues et qui emplissent de grandeur le silence des gens simples, des gens vrais, des justes...
Je nentendrais plus ta voix grave aux inflexions chaleureuses, tandis que nous devisions lors de nos patrouilles. Et parcourant les ruelles de cette cité que tu as servie et chérie, entendrais-je le bruit de ton pas, déambulant parmi les ombres mi-douces mi-tristes des souvenirs ? Notre cité se souviendra de toi, ami, la mémoire des murs est plus longue que celle des vivants...

Et Tenessia songe quelle aurait pu lappeler son frère. Alors, dans loreiller, elle murmure :
Adieu, Amroth, adieu mon frère...

Par H√īte des Songes le 31/8/2002 √† 12:35:31 (#2066704)

Joli :lit:

Par Kehldarin Osten le 31/8/2002 à 14:37:22 (#2067367)

Adieu mon ami. Tu nous manqueras, mais nous nous souviendrons.

Kehldarin Osten
Lieutenant dégradé
Au service de Lighthaven

Par Arken le 31/8/2002 à 15:00:52 (#2067514)

Amroth leur avait annoncé son depart prochain, Arken regrettait de ne pas avoir eu l'occasion de discuter plus souvent avec lui.

Aurevoir Amroth, puisse tu etre heureux ou que tu ailles.

Par Khaelon Lloth le 31/8/2002 à 15:18:01 (#2067613)

Au revoir, meme si je ne l'ai pas connu.

Joliment écrit Tenessia.:)

Par Hatonjan le 31/8/2002 à 15:37:46 (#2067711)

au revoir amroth .... bonne continuation ;)
tenessia ;) tu ecrit presque aussi bien que tu rp
:amour:

pour arken et kehldarin et etre degradé ... no comment si ce n'est qu'il meritait leur poste et sont apprecier des milicien :)

Par Amroth le 31/8/2002 à 18:29:04 (#2068574)

*repondra un peu plus tard mais :amour: *

merci ca c du kdo de depart ;)

Par Jeanne DoreggaN le 31/8/2002 à 21:20:28 (#2069630)

Encore un très beau texte, Tenessia. :)

J'esp√®re que tu reviendras bient√īt, Amroth.
La Milice conna√ģt malheureusement de dures pertes ces temps-ci, parmi les plus valeureux.

Par Amroth le 1/9/2002 à 14:43:00 (#2073371)


Le soleil brillait dans le ciel, un doux vent venait ballotter les drapeaux du navire : le dauphin dor. Cest le cur lourd quAmroth sétait rendu sur le quai ce matinil navait pas pu dire au revoir à tous eux quil aurait voulu et ses derniers adieux furent particulièrement douloureuxCependant sa décision était prise, il partait en Cormyr aider un peuple en difficultés. Il ne savait guère trop ce qui lattendait mais il navait plus sa place en Goldmoon, il le sentait, et seul cette issue lui semblait porteuse de renouveau.

Il huma lair marin et savoura cette odeur diode qui lui ravivait lesprit.
Il savança sur le quai, bagage en mainSur sa poitrine, à lemplacement du cur on pouvait voir une Iris , cadeau de Lindaeil la porterait à jamais sur son cur.

Il arrêta un instant sa marche et contempla le navire qui se dressait devant luiLe dauphin dOr un grand bateau mais dont lentretien laissait à désirer. Quimporte il saccommoderait. Amroth navait pas le choix de toute façon, les navires pour le Cormyr étaient rares.

Plusieurs voix linterpellèrent alors Il se retourna ny croyant pas, et là il découvrit son amie Tenessia accompagnée de Kehldarin, Arken et Florah. Ils étaient venus lui dire adieu jusque sur le quai !! Un large sourire se dessina sur ses lèvres, leur présence le réconforta. Il avait aimé et apprécier chacune des personnes ici présentes. Ils étaient comme sa famille.

Il discut√®rent un petit moment se rapprochant du transport en une marche nonchalante. Amroth, malgr√© la pr√©sence de ses amis, cherchait discr√®tement quelquun son regard fouillait la foule puis le haut des toits enfin il laper√ßut. Perch√©e sur un hangar, Lindae lobservait. Son cur se gonfla de joie et il l√Ęcha un crie. Malgr√© la distance il per√ßu un sourire sur son visage alors quelle lui r√©pondit.

Il échangea quelques gestes avec elle puis un matelot vint lui faire signe de monter. Il salua donc une dernière fois chaque personne puis grimpa à bord pour se poster sur le pont. Les larmes roulaient sur ses joues, il ne les reverraient plus. Il leur fit signe dune main, lagitant sans cessependant que son autre main caressait liris posée sur son cur. Il murmura :
- Au revoir. Mêmes éloignés les curs se retrouvent


Amroth Valandar

Par Alanis Lyn le 1/9/2002 à 14:48:10 (#2073399)

Un milicien de valeur qui nous quitte...
Puissent les vents lui etre propice et son avenir radieux.

Par Lindae le 1/9/2002 à 15:53:54 (#2073838)

D√©j√† les premi√®res lueurs de l'aurore d√©chiraient l'apaisant voile bleu nuit recouvrant la cit√© de Lighthaven. Les ombres glissaient entre les bosquets, fuyaient le long des murs des maisons, comme pour √©chapper √† la br√Ľlante morsure de l'astre de jour. L'une d'entre elles pourtant se d√©tachait des autres, petite t√Ęche noire bravant √† toute vitesse le p√Ęle √©clat matinal du soleil, filant sans s'arr√™ter √† travers places et ruelles, zigzaguant entre les derniers noctanbules, et les premiers marchands ou aventuriers profitant de la douceur du matin. Arriv√©e pr√®s des premiers quais, celle-ci prolonge sa course effr√©n√©e vers les hauts hangars, se faufilant entre les hautes caisses pr√™tes √† affr√™t√©es sur les galions les plus imposants, giflant m√™me quelques marins ivres aux intentions peu courtoises. C'est au sommet d'un des plus hauts b√Ętiments portuaires que l'ombre choisit de s'arr√™ter, apr√®s avoir du dompter, non sans difficult√©s, les quelques goutti√®res et recoins de ce haut mur, dernier obstacle √† franchir avant sa destination finale.

Lindae d√©fit le capuchon de son long manteau d'ombres, apr√®s s'√™tre install√©e le plus confortablement possible au sommet de la demie-pente glissante que constituait ce toit. Une chat de goutti√®re passait par l√†, venu portester par quelques miaulements pr√®s du bruyant intrus qui venait d'abr√©ger sa nuit. Il n'a suffit que de quelques regards, et caresses, √† la jeune fille, pour apprivoiser ce nouveau compagnon d'infortune, qui finalement conc√®da partager la solitude de Lindae en venant ronronner entre ses genoux. Le soleil brillait maintenant, les quais commen√ßanet √† se remplir. Elle reconnut sans mal Amroth, au milieu du petit groupe compos√© de ses amis les plus proches. L'heure du d√©part √©tait arriv√©e, les voyageurs escaladaient l'√©troite passerelle du Dauphin d'Or. Un sourire vint √©gayer le visage de Lindae, "il" l'avait enfin vue, leurs regards pouvaient finalement se croiser, de loin, une derni√®re fois. Seule une larme, au go√Ľt particuli√®rement sal√© et amer, vint troubler ce tableau, roulant √† une vitesse qu'on aurait dit mesur√©e sur la joue de Lindae, venue toute droite de ses yeux bruns sombres.

Ses lèvres n'avaient plus qu'à murmurer la phrase qui clot déjà leur douloureuse rencontre de la veille...


"Je ne te dis pas adieu mais.... aurevoir... mon ami."

Par Alenae Ortyr le 1/9/2002 à 20:30:09 (#2075673)

Elween arrivait dans la ville. Plutot guillerette et gaie comme souvent, la vie se dégagait de la jeune femme.
Un long repit dans une vie trop remplie, elle en avait eu besoin.
Partie sans rien annoncer, sans rien dire àqui que ce soit, elle avait fait un bref mais important bilan de tout ses tracas, les violences subies, et elle avait enfin accepté que cela puisse etre ainsi.
Rapidement elle perdit le sourire, en voyant certaines personnes sur le quai du port, le bateau s'éloignant déjà depuis un grand moment vers l'horizon, elle comprit.
Un vif tiraillement dans sa poitrine lui arracha un sanglot boulversant.
Avec pudeur et en silence , elle s'éloigna, sans mot, pour se retrouver un temps loin du regard des autres.
Il était parti, décu sans doute, blessé, Ellween revivait sans cesse ce meme cauchemars de voir une lumiere s'éteindre, une porte se fermer, un bateau s'en aller.
Ne voulant pas s'appitoyer sur elle meme, elle prit le chemin de la ville, et avec courage reprit son sourire gracieux.
Faire face, malgré la douleur, etre forte, contre toutes attaques, et vivre, vivre, comme on est enragé, comme on se bat pour exister, vivre pour se donner la chance de voir un jour, une lumière s'allumer, une porte s'ouvrir, ou un bateau revenir;



Ellween, servante de la Baronnie.

Par Amroth le 2/9/2002 à 2:10:35 (#2077738)

Son plus grand regret était de ne pas avoir pu retrouver Ellweende navoir pu la joindre, la serrer dans ses bras, lui offrir un baiserJamais il ne loublierais oh non jamais

JOL Archives 1.0.1
Par Mind