Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

[Conte] La Louve du Mont Jarko

Par Karl le 23/7/2002 à 14:48:08 (#1847785)

Je me souviens d'une histoire qui m'était arrivé il y a de nombreuses années. Je n'étais alors qu'un jeune garçon solitaire, me promenant dans les forets d'Arakas, je fis la rencontre d'un homme assez agé, couché sur l'herbe verte. Je m'approchais de lui doucement, et il leva la tete. Il était aveugle, et il me supplia de l'écouter. Je m'assit pres de lui et tendit l'oreille.

Lui et sa fille, Alicia, marchaient dans les montagnes du Mont Jarko, afin d'entrainer la demoiselle au maniement de l'arc. Malheureusement, comme nombre d'aventuriers, ils furent surpris par la tombée de la nuit et n'eurent d'autre choix que de s'abriter dans une grotte. Le vieil homme, méfiant, avait décidé de patienter tout pres de l'entrée, mais la jeune fille, comme tous les enfants de son age, n'aspirait qu'à découvrir, explorer, experimenter. Des que son pere fut endormit, elle mit une peau de loup sur son dos et partit en direction du fond de la grotte.
Lorsque le père se reveilla, le joue se levait, et il découvrit la disparition de sa fille. Affolé, paniqué, il cria son nom le plus fort qu'il pu. Cynique, la grotte lui renvoya l'écho comme pour se moquer de l'homme. Comprenant qu'elle avait exploré la grotte, il alluma une torche , prit son baton et avança sur les pas de sa fille. Elle avait laissé des traces sur le sol, aussi pu-t-il la suivre pendant la premiere heure. Mais brusquement, les pas s'arreterent, et il eut beau chercher aux alentours, il ne trouva plus de traces. Ne voulant pas renoncer, il s'assit, pleura, et choisit d'attendre la nuit à cet endroit.

Les pensées les plus sombres tournaient dans sa tete, il n'avait bientot plus aucune notion du temps. Enfin il eut sommeil, et pensa que dehors il faisait nuit. Il doutait revoir sa fille, mais esperait un miracle. Il ne lui restait qu'une seule torche,qu'il conservait pour son retour.
Il entendit soudain comme un gémissement, il se releva et alluma sa derniere torche. Un bruit de pas s'approchant l'inquiéta, c'était des pas d'un animal, non de sa fille. Il serra son baton, prêt à bruler vif l'animal qui l'attaquerait. Un loup apparut, marchant lentement, poussant de long aboiements plaintifs. Il ne semblait pas belliqueux, mais s'approchait de l'homme qui s'appretait à lancer son sort de flamme. Le loup n'était plus qu'a deux ou trois pas lorsqu'il s'immobilisa, s'assit, et hurla à la mort. Tous les poils de l'homme se hérissèrent, il ressentait toute la détresse de l'animal. Il plongea dans le regard de la bête pour tenter de comprendre sa douleur, et lui aussi se mit à sangloter. Il reconnut ces yeux, ce regard. Il prononça le nom de sa fille, et le loup tendit sa patte vers l'homme, qui ne put s'empecher de pleurer. Il s'avança et prit la louve dans ses bras, caressant son dos et embrassant son museau. La louve lecha le visage de l'homme en signe de remerciement. Il avait retrouvé sa fille, mais un étrange maléfice l'avait transformé en animal.

Pendant plusieurs jours il s'occupa de lui apporter de la nourriture, il lui parlait, la cajolait. Un jour il se décida à quitter la caverne, voulant emmener la louve avec lui. Il se doutait que les villageois en auraient peur, il devrait sans doute quitter la ville et aller habiter loin d'eux. Lui et sa fille prirent le chemin vers Lighthaven. Apres plusieurs heures de marche, ils rencontrerent un groupe de brigand. Les bandits lorgnaient sur la louve, revant de porter cette peau epaisse sur le dos. Ils attaquerent l'homme qui fut blessé en défendant sa pauvre fille. La louve avait mis en pièce deux des mécréants lorsqu'elle reçut une fleche qui la terrassa. Bientot une autre fleche mit un terme à ses souffrances. Son père hurla mais ne pu rien faire. Ligoté, il assista à la mort de sa fille, et il vit les brigands dépecer la louve pour en extirper la precieuse peau. Il ne dut la vuea sauve qu'à des cavaliers du Roy en patrouille. Ceux ci mirent en fuite les assassins et libererent l'homme.

Jamais il ne rentra à Lighthaven, il voyageait maintenant entre la mysterieuse grotte et l'endroit ou était morte sa fille, raconta son aventure aux voyageurs qui daignaient l'entendre.

Les brigands ne vont jamais sur les Mont Jarko. Une légende raconte que la nuit tombée, une louve dévore les ames sombres qui se seraient aventurées dans les montagnes.

Par Samsagace le 23/7/2002 à 14:54:04 (#1847830)

*Anduluin met de l'ordre dans sa bibliothèque*
"- Voilà un ouvrage qui y à sa place"

Par Ethan Elros le 23/7/2002 à 15:02:42 (#1847884)

:lit: :lit: :lit:

Par Duwen di Borgia le 23/7/2002 à 15:08:14 (#1847922)

:sanglote:
cette histoire est tres jolie et a la fois tres triste
:sanglote:

Au revoir et Vive le Roy

Par Cristale Srn le 23/7/2002 à 15:09:47 (#1847930)

:lit: :lit:

Par Artemia Galphys le 23/7/2002 à 15:16:42 (#1847986)

:lit:

Par Aubiwan le 23/7/2002 à 16:05:57 (#1848339)

:lit: :lit: :lit:

Par Vilexca le 23/7/2002 à 16:13:12 (#1848398)

Qu'elle triste histoire, ainsi tant que des personnages comme cela existeront,
personnes ne sera jamais à l'abris, voler est une chose mais tuer et attaquer un vieillard protègent une louve, humm....... cependant quelque chose m'intrigue, qu'elle magie maléfique à pu produire cela ?


*Voyant qu'elle s'approche des montagnes de Jarko, la jeune dame en se rappelant ce récit, de rebrousser chemin et d'attendre le lever du jour pour s'y aventurer*

Par Lagh le 23/7/2002 à 16:26:27 (#1848496)

Tres intéressant

*Met dans sa bibilotheque personnelle une copie*

[Comment l'enfant devint louve...]

Par Va√ęris le 23/7/2002 √† 17:00:45 (#1848731)

Alors que son p√®re s'√©tait endormi, Alicia, ramassa des branches afin de faire des torches quand elle aurait √©puis√© les deux ou trois qu'elle portait dans son petit sac. M√Ľe par l'enthousiasme de la jeunesse, elle rentra vaillamment dans la grotte.

Elle fut un peu dépitée, il n'y avait là que des rats et des chauves-souris, rien de bien extraordinnaire, en plus c'était tout sale et triste dedans. Avant de faire demi-tour et de jeter à terre les morceaux de petits bois, elle leva sa torche bien au-dessus de sa tête pour tenter de voir la voute de la caverne.

Soudain, un léger éclat, sur la gauche attira son regard... A plusieurs reprises elle fit passer et repasser sa torche pour tenter de savoir s'il s'agissait là d'un reflet, d'une pierre précieuse enchassée dans la roche, ou d'autre chose... Hmm la belle aventure que voilà, enfin!

Alicia, que rien n'effrayait plus alors, avança sans hésiter vers le reflet. Plus elle se rapprochait avec sa torche, plus les reflets se faisaient nombreux, projetant un feu de reflet sur les parois. Emerveillée, elle regardait partout et faisait scintiller les murs en changeant la position de la torche. Ce jeu dura le temps de la torche, mais Alicia toute prise à l'enchantement ne prit pas le soin d'en rallumer une.

Sa torche s'√©teignit, pourtant il restait dans le noir une lueur, provenant de l'endroit o√Ļ elle avait dirig√© ses pas. A t√Ętons, elle avan√ßa, se disant qu'elle trouverait peut √™tre des pierres de feu √† la faible lueur. Cela ne devrait pas poser de probl√®me, elle avait vu son p√®re le faire si souvent, cela paraissait si facile. Il suffisait juste de frotter deux cailloux l'un contre l'autre et voil√†!

Elle essaya avec tous les bouts de pierre trouvés par terre, mais aucun d'eux ne fit la flamme escomptée. Elle se dit alors que la pierre enchassée, si elle faisait une petite lumière, pourrait alors l'éclairer, il suffisait juste de creuser un peu pour s'en saisir. Elle prit les flèches qu'elle avait dans son carquois, et se mit à creuser tout autour.

Les flèches en bois furent les premières usées, mais lui permirent de voir que la pierre qui brillait était assez grande... Les flèches d'ébène, pourtant réputées pour leur dureté lui permirent de cerner la pierre, devenir particulièrement grande, irradiant une lueur bleutée alentour. Les flèches d'os dégagèrent quant à elles la pierre, mais ne lui permirent pas de sortir la pierre de son cerceuil de pierre. Les flèches d'argent la firent enfin sortir et Alicia contempla ce gros morceau, bien trop gros pour que ses petites forces puissent le porter.

Elle se dit qu'elle allait en casser deux morceaux, un pour chaque main et après elle pourrait ainsi donner de cette pierre magique à son papa pour qu'il s'éclaire la nuit, ca serait leur pierre rien qu'à eux. Elle souriait en se disant cela, et en même temps, une inquiètude monta en elle, car elle se demandait si elle n'avait pas que trop trainer dans cette grotte...

D'un geste vif elle prit la dernière flèche en argent et la projetta sur la pierre pour la briser. Sa flèche s'ébrécha, mais la pierre présentait alors une fente, par laquelle, une lueur, qui paraissait aveuglante compte tenu du noir alentour, jaillisait. Alicia, réfléchissant rapidement, décida de sauter à pieds joints sur la pierre à l'endroit fendu afin de faire céder.

Au bout de quelques sauts, la pierre se brisa, oui da! Et la caverne fut alors √©blou√Įe par une lueur qui lui fit pleurer les yeux, m√™me lorsqu'elle mit ses mains devant ses yeux, elle voyait toujours cette lueur.... Un rire effrayant se fit entendre, et une odeur √©coeurante de souffre se r√©pandit. Tous les animaux et monstres de la caverne affol√©s courraient en tous sens, bousculant et pi√©tinant la petite Alicia.

Aveuglée, elle voulut quand même tenter de quitter ce lieu, et se mit à courrir partout comme les autres. Elle sentait sous ses pieds craquer des os, bruire des ailes, quand brusquement elle butta contre une fourrure. Elle chercha à contourner cet obstacle, pourtant, elle ne parvenait qu'à toucher une fourrure.

L'agitation dans la caverne s'√©tait t√Ľe, elle tenta d'ouvrir les yeux en cachant de sa main afin de voir ce qui pouvait se produire. Face √† elle, la lueur qui, semblait-il, avait absorb√© tout ce qui se trouvait √† sa port√©e, et, en se retournant, une horde de loups, si nombreux qu'il √©tait impossible, sauf √† y passer sa vie, de les d√©nombrer.

Juste derri√®re elle, un loup, immense, majestueux, le regard rempli de haine et de d√©go√Ľt quand il contemplait la lueur. Il tourna sa t√™te vers elle, et elle vit qu'il semblait en col√®re apr√®s elle. Ce t√™te √† t√™te silencieux se poursuivit quelques instants, puis, elle l'entendit lui parler!! Le grand loup lui parlait √† elle, Alicia!

- Petite, tu as fait sortir l'ennemi de sa tombe car il était dit dans les récits de jadis qu'une enfant-loup viendrait le trouver. Il était dit aussi dans nos légendes que l'enfant-loup, si elle le trouvait, saurait le vaincre si elle faisait don de sa part d'innocence afin de n'être qu'une louve vengeresse. Tu es cet enfant-loup, et dois abandonner ton humanité et innocence pour devenir louve. Tu sauveras alors le monde, car nous ne sommes pas encore prêts à faire lever le voile.

Alicia, pétrifiée, ne savait que dire ou faire, aussi, se contenta-t-elle de secouer la tête comme pour donner son accord.

La horde de loup entam√Ę alors son chant qui rebondissait le long des parois, montant en m√©lop√©e vers la voute qui le renvoyait vers la lueur. Alicia reprit le chant √† son tour, d'abord maladroitement, puis sa voix se fit plus s√Ľre d'elle, se mit en harmonie avec celle des autres, puis domina toutes les autres voix pour ne plus faire qu'une seule et unique.

La peau de loup l'avait recouverte en entier, elle se mit à quatre pattes et avança souplement vers la lueur qui désormais ne la faisait pas pleurer, elle était la Louve, celle qui pouvait renvoyer la créature dans l'ile maudite, car l'humanité n'était pas encore prête...

Ce qui se passa, n'appartient qu'aux loups et à leurs pouvoirs, mais la créature fut de nouveau enfermée dans son cerceuil de pierre, et cette fois, fut portée vers l'ile maudite en un lieu tellement retiré qu'il parait peu possible qu'un humain puisse la trouver. Les loups après le grand conseil décidèrent de rester près du cerceuil afin de veiller, quant à la Louve, elle resterait ici, en témoin du passage des loups sur Arakas et en Veilleuse pour les loups de passage afin de les avertir qu'il faudrait porter leurs pas sur une autre ile...

L'infime part d'humanit√© pr√©sente dans la Louve lui fit esp√®rer revoir son p√®re, une derni√®re fois, avant qu'il ne reste plus de tr√Ęce d'Alicia. Et elle se mit en route vers la sortie de la caverne...

(J'ai demandé à l'auteur du conte, Karl, si je pouvais écrire la partie relative à ce qui c'était arrivé à l'enfant.)

Par Selianda le 23/7/2002 à 17:44:18 (#1848995)

:lit: :lit: :lit:

:merci:

Par Karl le 23/7/2002 à 20:29:22 (#1849929)

Fantastique Vaeris !!!
Ta partie est assurément mieux écrite et plus merveilleuse que la mienne.
Je salue ton talent et je suis flatté que tu aies écrit la suite de mon histoire.
Bravo !

JOL Archives 1.0.1
Par Mind