Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contrĂ´le

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Retour à Trandling - 51ème partie

Par Dodgee MIP le 9/7/2002 Ă  14:10:06 (#1781114)

- Index -

Les Légions se préparent...

Du haut de la colline, la sombre silhouette observait l’avancée de ses troupes. Lentes et chaotiques, les Légions donnaient l’impression d’une marée qui submergeait l’horizon, s’étendant de part et d’autres des plaines. Les plaines… C’est ici que Jaisilir avait choisi de frapper et d’abattre l’ost de Cymod. En choisissant de traverser les marais, ses adversaires avaient reporté l’affrontement, sachant qu’aucune des deux armées ne pourrait se battre efficacement, ni mener une bataille d’envergure. Les escarmouches avaient ponctué la progression des hommes venus défier les hordes de la non-vie, autant de batailles incessantes, épuisantes, meurtrières pour le moral d’hommes à mille lieux de leurs foyers. Pour autant, l’hiver avait rendu les passes montagneuses encore plus difficiles et dangereuses, et si l’ost de Cymod avait choisi de s’y engagé, elle aurait sans doute signé sa perte. Ce qui, pour Jailisir n’était de toute manière qu’une question de temps. Les marais n’avaient été qu’un sursis avant l’inévitable. Ici, avant même qu’ils n’atteignent Trandling, les combattants de la lumière périraient sous les coups des Légions. A voir l’imposante plaine se parer de ce manteau de grisaille, de ces milliers de corps arrachés à la mort, qui aurait pu en douter un instant ?

En temps normal, la plaine ne serait recouverte que d’un linceul blanc, comme si la nature suspendait son cours le temps d’un hiver, attendant paisiblement que les rayons du soleil ne vienne réveiller la terre. Mais ces temps de paix étaient révolus. La destruction et la mort avaient semé sur ce sol autrefois fertile, et c’est maintenant le pas des cohortes mort-vivantes qui labourait le sol. Dès que Kerdshain lui eu laissé le commandement des Légions, pour mener à bien une tâche que le Maître lui avait confié, Jailisir s’était empressé de dresser des plans, déplaçant les Légions afin de ne laisser aucune chance à ses adversaires. Les prêtres noirs avaient été dépêchés d’un coin à l’autre des Légions pour les soutenir, et les quelques dernières troupes à prendre position seraient prêtes dans la soirée. L’étau, judicieusement pensé, se refermait peu à peu pour étouffer l’armée en marche. Tout au long de sa progression, elle avait eu à subir diverses escarmouches sur ses flancs, quelques troupes sacrifiées pour maintenir une pression constante. L’armée de Cymod se devait de progresser, s’étirant toujours davantage au fur et à mesure que les blessés ralentissaient l’arrière garde. Coupée de ses bases, celle-ci n’aurait que le choix de s’enfoncer toujours davantage, allant au devant de sa perte. Avec les marais derrière eux, les hommes menés par le paladin blanc n’auraient nulle part où retraiter. Les jours à venir verraient la destruction de l’armée, de ce dernier espoir que nourrissaient encore les hommes de lumière. Alors, la route serait ouverte jusqu’à Cymod, et nul n’oserait plus se mettre en travers de leur route. L’avantage tant géographique que numérique lui permettait cette stratégie simple et rodée.

Il avait choisi de laisser volontairement des espaces entre les différents corps de ses troupes. Un pari risqué, mais qui pouvait se révéler payant. Jailisir misait sur la déroute que provoqueraient les premiers choc, quand la marée des zombies, des squelettes viendrait s’abattre sur leurs adversaires. Les espaces seraient alors autant d’échappatoires possibles, de retraite que pourraient emprunter des groupes réduits, détruits ou séparés des leurs. L’écrasante supériorité numérique dont il disposait suffirait, en théorie, à maîtriser toute velléité qui pourrait naître de ces espaces. Restait l’hypothèse d’une percée massive sur un des espaces, mais le lieutenant de la garde noire avait rejeté cette idée, qui signifierait d’énormes pertes pour un résultat somme toute futile. Derrière les légions se dresserait Trandling, et ceux qui réussiraient à traverser ses lignes se trouveraient pris au piège entre la cité forteresse et les Légions. Et Jailisir savait quelles entités de cauchemar arpentaient les rues de Trandling…

Le claquement des bottes le tira de ses observations, et sans même se retourner, Jailisir avait reconnu les messagers de la garde noire. Derrière lui se tenaient deux hommes, arborant la même armure noire rehaussée d’argent.

-Commandeur Jailisir, le Maître vous fait savoir que le général Kerdshain a accompli sa tâche, mais qu’il aura besoin de lui dans le Labyrinthe Obscur. Les Légions demeureront sous votre responsabilité jusqu’à son retour.
-Bien.

D’autres tâches ? Sous son casque le masquant aux regards des deux messagers, Jailisir s’interrogeait sur la nature des tâches qui pouvaient bien requérir l’attention de Kerdshain. Le Maître ne faisait rien au hasard, et s’il avait déjà été troublant de recevoir le commandement des Légions pendant que Kershain devait partir avec dix kraals pour s’occuper d’un intrus, se voir prolonger le commandement devait cacher bien d’autres choses. Enfin, si telle était la volonté du Maître, il dirigerait les Légions dans les batailles à venir, et lui ramènerait la victoire.

-DÂ’autres nouvelles ?

Jailisir avait lancé la question d’un ton neutre, s’attendant à n’importe quelle éventualité. Les messagesrs étaient les porteurs de la parole du Maître et pouvaient donc amener n’importe quelle décision si étrange pusse-t-elle paraître.

-Pour une raison inconnue, le Mrulorch’ a échoué dans sa tâche, et… le berseker serait encore en vie.

Sous le casque noir, les yeux se plissèrent, considérant la nouvelle. Cet atout qu’ils avaient réussi à placer au sein même des rangs des moines de Tornheim aurait pu leur assurer une victoire aisée, brisant d’un coup le moral d’une armée, semant la confusion dans leurs rangs. Cet échec était étrange. Pour autant qu’il le sache, résister à un Mrulorch’ demandait une puissance considérable, et ce dernier ne pouvait être déceler, sauf par ceux qui marchaient dans la voie des ténèbres. Il semblait improbable que l’Ost de Cymod en compte dans ses rangs, aussi l’échec ne trouvait d’explication.

-Tant pis. Un homme seul ne décide du sort de la guerre. Il mourra avec ses hommes, sous les coups des Légions…

Par Gabriel Thylin MSF le 9/7/2002 Ă  18:46:04 (#1782382)

:lit: :merci:

Par Alanis Lyn le 10/7/2002 Ă  5:24:04 (#1784574)

Lu.

Par Zeed Mithror le 10/7/2002 Ă  22:29:17 (#1788605)

Ca descend trop vite tout ca je trouve ;)

Je vous fais un p'tit point rapide sur l'avancement de la globalité : Je suis en vacances et donc j'avance à deux à l'heure heureusement que les autres auteurs se décarcassent pour vous apporter de nouveaux épisodes... Valaaa ;)
A bientot tlm...

Zeed

Par Llenlleawg le 17/7/2002 Ă  20:42:59 (#1819105)

:chut: :lit:

Comment cela ? Je m'absente quelques jours et on en profite lâchement pour sortir un nouvel épisode ? :enerve:

:mdr:

JOL Archives 1.0.1
Par Mind