Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Panneau de contr√īle

Recherche | Retour aux forums

JOL Archives

Légendes de Fanaani - 3ème partie

Par Fanaani le 7/7/2002 à 16:55:54 (#1771970)

Index


Le calme √©tait revenu dans l'esprit de la pr√™tresse. Elle longeait son bureau, passant la main doucement sur le bois. Soudain, elle entendit comme un sifflement √©trange. L'un de ses tiroirs vrombissait doucement.. Haussant un sourcil de stup√©faction, elle posa la main sur la anse et tira doucement le casier vers elle, s'accroupissant pour mieux voir. Le sifflement cessa. Elle regarda avec attention et reconnut une pile de parchemins et un livre d√©vor√© par les ans. La traduction de Fanaani ! elle avait compl√®tement oubli√© de la continuer... elle se saisit du livre myst√©rieux. Que pouvait il raconter de si terrible pour qu'il appelle de lui-m√™me √† ce que l'on s'int√©resse √† lui ? la peur la saisit quelques instants. Ce livre √©tait il ..vivant... ? Elle se reprit ; elle devait se faire des id√©es, elle avait d√Ľ repenser inconsciemment au vieil √©crit, et avait cru entendre un bruit voil√† tout. Elle s'assit √† sa table de travail, et se remit au passage o√Ļ elle avait arr√™t√© sa progression. Pendant de longues heures, l'encre coula avec abondance, les feuillets s'amoncelaient.. l'histoire se r√©√©crivait...


Chapitre Trois : La Cage dorée.

Extrait du journal de Elyrianne Tanesties, 67 ème jour de l'an 143 de Fanaani.

Aujourd'hui j'ai retrouv√© des vieilles affaires de grand-p√®re Tad√©us. J'y ai retrouv√© de curieuses choses, des √©crits pour √™tre plus exacte, des feuilles noircies de sa main je suppose. Il parle de notre douce √ģle, il dit avoir presque fait une carte de notre monde, mais que la fatigue des ans l'a oblig√© √† revenir parmi nous, sans qu'il ait pu finir sa qu√™te. Je trouve curieux que personne n'est entrepris de faire comme lui, on dirai que les gens se contrefichent de conna√ģtre les limites de nos terres. J'en ai parl√© √† mes fr√®res et nous sommes tous trois d'accord pour poursuivre ce qu'avait amorc√© grand-p√®re. Nous avons d√©cid√© de partir quand la lune serait haute et √† son troisi√®me quart. P√®re et m√®re ont √©t√© r√©ticents au d√©but, mais nous avons √©t√© √† m√™me de leur prouver de notre maturit√© pour un tel voyage. Apr√®s tout l'aventure a toujours fait partie de nos coutumes familiales. Puisse Hyagesh nous guider √† travers notre p√©riple !

87 ème jour de l'an 143.

Nous sommes partis depuis 5 soleils. Nous sommes finalement partis au nombre de 6, nos voisins et amis, Sydiane, Teluvian et Artrys se sont joins à nous. Nous avond décidé de commencer notre marche vers le sud. Que les Dieux nous accompagnent ! nous ne savons même pas sur quoi nous allons tomber, peut-être allons nous même voir..la mer ! Je suis vraiment excitée par cette épopée, qu'allons nous donc trouver sur notre chemin ?

123 ème jour de l'an 143.

Voil√† plus d'un mois que nous marchons, et Etyef a dit avoir vu une immensit√© bleue du haut de l'arbre le plus haut qu'il ait trouv√©. Il semblerait que la mer ne soit pas si loin que cela apparemment. Nous en avons d√©duis qu'il nous faudrait une bonne semaine de marche pour atteindre les bords. j'ai en ma possession la carte de grand-p√®re et elle confirme nos dires. De l√† nous longerons la c√īte pour dessiner les rivages.

132 ème jour de l'an 143.

La mer ! que c'est beau ! c'est un spectacle absolument époustouflant ! Pourquoi notre bibliothèque n'en parle t'elle pas plus ? Cependant au-delà de cette mer, une épaisse brume entoure le lagon. Une tempête ? en tout cas, nous ne voyons absolument rien en son travers. Nous allons continuer à marcher sur les pas de grand père.

210 ème jour de l'an 143.

Notre chemin s'est recourb√© vers l'est depuis √† peu pr√®s un mois.. Cette brume opaque, nous l'avons compris √† pr√©sent semble entourer notre paradis. Le paysage ne change pas vraiment de nos contr√©es natales, tout n'est que jungle et pr√©s, nous n'avons aucune r√©elle surprise jusque l√†. Bien s√Ľr que de terres inconnues ! mais elles respirent toute ce m√™me air, si doux, et pourtant qui ne nous fait ressentir aucun √©l√©ment de nouveau..c'est √©trange en somme. En tout cas, nous n'avons pas trouv√© d'autres hommes, tout semble vierge encore. La carte de grand-p√®re n'est pas loin de se terminer. Nous serons alors totalement en zone inconnue...

5 ème jour de l'an 144.

Aiguis√©s par leur curiosit√©, Freyr et Teluvian ont propos√© que nous explorions au-del√† de cette brume, elle ne para√ģt pas tr√®s √©loign√©e du rivage, et nous avons trouv√© quelques coins o√Ļ les vagues ne sont pas trop fortes. Nous avons d√©cid√© de construire une embarcation. Quitte √† aller √† l'aventure, regardons si nos terres ne sont pas les seules !

76 ème jour de l'an 144.

Aujourd'hui est un jour de grande tristesse et d'une d√©solation sans comparaison... Sydiane Artrys et Fryr sont morts... A peine, nous √©tions nous approch√©s de cette brume, qu'une voix a grond√©, et qu'un vent d√©tonnant s'est lanc√©, nous avons √©t√© projet√©s √† l'eau avec violence, et c'est un miracle si nous avons surv√©cu T√©luvian, Sardys et moi ... Nous avons retrouv√© les corps d√©nu√©s de vie de nos compagnons.. Nous le savons maintenant, nous sommes prisonniers de cette √ģle.. Cependant , depuis notre d√©couverte, il semblerait que les cieux se d√©sagr√®gent au-dessus de nos t√™tes.. Les Dieux seraient-ils en col√®re ? ne voulaient ils pas que nous trouvions ce secret ? Ram√®nerons nous nos travaux chez nous avant qu'il ne soit trop tard ?

Une note d'une écriture différente semble avoir été griffonnée a la fin des écrits.

114 ème jour de l'an 146.

Je suis Abyien de Lyochmar. Alors que je faisais ma chasse quotidienne, je suis tombé sur deux personnes qui semblaient avoir perdu la lucidité de l'esprit ils ne cessent de répéter "Kely, kely!" le fléau dans notre langue. J'ai du moi-même les amener en notre belle cité de Fayn pour qu'il soient vus des prêtres.. De ces écrits, je les remets à nos érudits.


Puis semble t'il un mot de l'auteur du livre, en gros et souligné.

Ce fut √† ce moment que nous s√Ľmes que nous √©tions des prisonniers.

JOL Archives 1.0.1
Par Mind